Le Lézard

Projet de loi sur les véhicules hors route : l'UMQ stupéfaite de la volte-face du président de la FQM sur la question de l'immunité temporaire accordée aux municipalités



MONTRÉAL, le 2 juin /CNW/ -- MONTRÉAL, le 2 juin /CNW Telbec/ - L'Union des municipalités du Québec (UMQ) a réagi promptement aux dernières déclarations du président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), M. Bernard Généreux, qui s'est prononcé contre la disposition du projet de loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route, de prolonger l'exonération visant à exclure les municipalités et les MRC, de façon temporaire, à certaines poursuites, pendant la mise en place des sentiers interrégionaux, prévue en 2009.

"Cette nouvelle position du président de la FQM contredit le mémoire que sa Fédération a présenté en commission parlementaire, en mars dernier. Deux mois plus tard, alors que le contexte de ce dossier n'a pas changé; rien ne justifie cette volte-face ? Sans immunité, la santé financière des municipalités et des MRC sera extrêmement fragilisée et la mise en place des sentiers interrégionaux compromise. C'est clair. C'est alors l'ensemble des régions qui sera privé des retombées économiques importantes que procure l'activité des véhicules hors route. Je me demande qui est représenté par une telle position", a déclaré monsieur Jean Perrault, président de l'UMQ et maire de Sherbrooke.

L'UMQ a d'ailleurs participé activement à toute la réflexion qui a précédé la naissance du projet de loi no 9, Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route. Le 31 mai dernier, elle en était à sa troisième présentation dans le cadre des différentes consultations gouvernementales relatives aux véhicules hors route, qui se sont déroulées au cours des derniers mois. Tout au long du processus, elle a proposé des avenues de solutions permanentes aux diverses problématiques liées à l'utilisation des véhicules hors route, basées sur une vision d'avenir pour la pratique de cette activité, dans une perspective de développement durable.

L'UMQ reconnaît que la proximité de certains sentiers balisés, notamment pour la pratique de la motoneige, peut perturber la qualité de vie des citoyens, mais elle soutient que la disposition proposée par la ministre déléguée aux Transports, madame Julie Boulet, de prolonger la période d'immunité est nécessaire et justifié.

"Il est illusoire de penser que sans immunité, le déploiement du réseau interrégional se concrétisera. Pour la simple et bonne raison que les sentiers doivent être reliés d'un point A à un point B. Si, entre les deux points, une municipalité décide d'interdire le passage des VHR parce que le risque financier est trop élevé comparativement au bénéfice, le sentier est coupé. Le projet de loi no 9, n'est pas parfait, mais il propose des solutions intéressantes qui permettront aux municipalités de faire face à leur obligation de concilier le droit à la tranquillité de leurs résidents, avec la qualité de l'environnement et les impératifs d'ordre économique qui découlent principalement de l'industrie des véhicules hors route", a ajouté le maire de Maniwaki, monsieur Robert Coulombe, premier vice-président de l'UMQ et responsable de ce dossier à l'Union..

L'UMQ, dont la structure est centrée sur les besoins du milieu municipal québécois, s'affirme par ses réalisations comme le partenaire le plus crédible, le plus pertinent et le plus sollicité pour concerter les efforts et répondre aux attentes des municipalités du Québec de toutes tailles et de toutes les régions. Depuis sa fondation en 1919, l'UMQ prend part à tous les débats et joue un rôle de premier plan dans la défense des municipalités et de leurs citoyens. Par son action, elle favorise la reconnaissance réelle de l'autonomie politique et financière des municipalités québécoises.


Communiqué envoyé le 2 juin 2006 à 13:29 et diffusé par :