Le Lézard
Classé dans : Santé

Santé : Le privé en soutien au public, pour faciliter l'accès aux services



QUÉBEC, le 2 juin /CNW/ -- 
    <<
    "Nous sommes pour un financement exclusivement public du système de santé
    en mettant à contribution toutes les ressources du privé".

                                                            L. Jacques Ménard
    >>


QUÉBEC, le 2 juin /CNW Telbec/ - "La participation du secteur privé pourrait être élargie à d'autres interventions que celles ciblées dans le document ministériel, tout en respectant les règles d'accès et le financement public des services", a déclaré aujourd'hui L. Jacques Ménard, président du Comité de travail sur la pérennité du système de santé et de services sociaux du Québec et président de BMO Groupe financier, Québec, dans le cadre des travaux de la Consultation publique sur le document Garantir l'accès : un défi d'équité, d'efficience et de qualité.

M. Ménard a rappelé que le Comité de travail qu'il a présidé préconise un accroissement très balisé du rôle du privé, dans un double but : 1) améliorer l'accessibilité des services, ce qui va tout à fait dans le sens du jugement de la Cour suprême dans l'affaire Chaoulli; 2) et accroître la performance du système public en libérant les plateaux très polyvalents et très coûteux des hôpitaux pour leur permettre de consacrer toutes leurs ressources aux interventions qui nécessitent vraiment des installations aussi complexes.

Le président du Comité de travail a aussi insisté sur le fait que l'entretien de trois mythes dénaturent trop souvent toute discussion sur le rôle du privé en santé : 1) c'est faux d'affirmer que le secteur public serait le gardien exclusif de la qualité des soins de santé; 2) c'est faux d'affirmer que les pénuries de personnels interdiraient tout accroissement de services, car plusieurs médecins spécialistes, par exemple, ne disposent actuellement que d'une journée de salle d'opération par semaine; 3) et c'est faux d'affirmer que les services coûtent systématiquement plus cher lorsqu'ils sont dispensés par le secteur privé.

"L'ouverture au privé que nous proposons dans notre rapport permettrait d'accroître l'offre de services, tout en maintenant un financement entièrement public ainsi qu'un cadre d'accès aux services, respectant ainsi le principe de l'accessibilité pour tous", a déclaré M. Ménard. Le rapport Ménard stipule en effet que l'utilisateur ne devra utiliser que sa carte d'assurance-maladie, que ce soit à la clinique privée ou dans une institution publique.

Une stratégie intégrée

Le recours accru au secteur privé est une des grandes familles de recommandations contenues dans le rapport Ménard dont l'ensemble des recommandations et propositions constituent une stratégie intégrée, notamment:

- Plafonner la croissance des dépenses de santé payées par le fonds

  consolidé au niveau de la croissance du PIB du Québec;

- Contrôler la dette publique;

- Accroître les paiements de transferts;

- Améliorer l'efficience et l'efficacité du système;

- Mettre sur pied un régime d'assurance contre la perte d'autonomie;

- Créer un compte santé;

- Et envisager le recours à d'autres sources de revenus, notamment une

  fraction de la TVQ.

"Le défi du financement à moyen et à long terme du système de santé est d'une telle ampleur que l'ensemble des mesures que nous avons préconisées doit être mis en pratique", a tenu à rappeler le président du Comité. Selon le rapport du Comité Ménard, le Québec se dirige vers un déficit, en santé et services sociaux seulement, de l'ordre de 6 milliards $ par année dans dix ans, de 11 milliards $ par année dans 15 ans et de 28 milliards $ par année dans 25 ans. "La part des dépenses en santé et services sociaux passerait à   68 % de toutes les dépenses de programme du gouvernement du Québec, ce qui constitue, de toute évidence, une voie sans issue", a souligné M. Ménard, surtout à un moment où le Québec comptera deux personnes en âge de travailler pour une qui ne l'est pas encore ou qui ne l'est plus.

L'équité entre les générations

"Nous n'avons pas le droit de nous croiser les bras et d'attendre que la solution vienne d'un hypothétique "Act of God". Ce sont les générations montantes qui devraient alors payer nos factures, tout en sachant très bien qu'elles ne pourront bénéficier à leur tour des mêmes services. Notre comité en a fait une question d'équité entre les générations, le point central de notre rapport et de ses recommandations", a précisé L. Jacques Ménard.

M. Ménard a conclu en rappelant que plusieurs recommandations importantes du rapport du comité qu'il a présidé ont déjà fait l'objet de mesures concrètes de la part du gouvernement, notamment le contrôle de la dette publique, diverses mesures visant l'amélioration de l'efficacité et de l'efficience du système ainsi que des efforts pour accroître les paiements de transferts. De plus, la création d'un compte santé et d'un régime d'assurance contre la perte d'autonomie sont actuellement soumis à la consultation publique. "Les travaux des membres de notre comité auront contribué de façon importante à mettre en place des solutions à l'épineux problème du financement de la santé et des services sociaux au Québec", a conclu M. Ménard.

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

11 déc 2017
La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) prévient le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, que son nouveau projet de Carnet santé Québec ne fera pas oublier le manque de ressources criant qu'il a lui-même créé dans le...

11 déc 2017
Pourquoi tenir compte du présent avis L'Agence de la santé publique du Canada collabore avec ses partenaires provinciaux de la santé publique, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et Santé Canada, pour faire enquête sur une éclosion...

11 déc 2017
Les représentantes et représentants des médias sont invités à assister à une conférence de presse au cours de laquelle le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, et le député d'Abitibi-Est, monsieur Guy Bourgeois,...

11 déc 2017
L'honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, a aujourd'hui rencontré des chercheurs du pôle Québec-Maritimes de l'Initiative canadienne de recherche sur l'abus de substances (ICRAS) à Montréal. Cette équipe de recherche s'emploie à...

11 déc 2017
Le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB) a publié aujourd'hui un document d'orientation présentant ses réflexions préliminaires sur la meilleure façon de mettre en oeuvre les modifications au Règlement sur les médicaments brevetés...

11 déc 2017
L'AGISQ, la voix des archivistes médicaux du Québec, réagit à l'annonce du portail Carnet santé Québec. «?Nous appuyons l'objectif du gouvernement de fournir à chaque Québécois l'accès à son dossier médical en ligne. Nous notons que le gouvernement...




Communiqué envoyé le 2 juin 2006 à 09:30 et diffusé par :