Le Lézard

DÉCÈS DE JUDY MIRANDETTE-GAUDETTE - SÉCURITÉ DES PISCINES RÉSIDENTIELLES : LA RÉGLEMENTATION DOIT ÊTRE RENFORCÉE



QUÉBEC, le 2 juin /CNW/ -- QUÉBEC, le 2 juin /CNW Telbec/ - Dépôt du rapport d'investigation du coroner René Charest concernant le décès de la jeune Judy Mirandette-Gaudette, 13 ans, survenu le 17 juillet 2005 à la suite d'une baignade dans une piscine résidentielle gonflable à Saint-Côme.

Des circonstances troublantes

Le 17 juillet 2005, Judy Mirandette-Gaudette était en visite chez un oncle. Alors qu'elle se baignait dans une piscine gonflable avec sa cousine, ses cheveux, retenus en queue de cheval, ont été aspirés par le filtreur, la maintenant sous l'eau. Sa tante et son frère ont alors essayé de la ramener à la surface, mais sans succès. Ce dernier a finalement réussit à la libérer en lui coupant la queue de cheval à l'aide d'un couteau. Des secours lui ont rapidement été portés et elle a été transportée au Centre hospitalier régional de Lanaudière où son décès a été constaté.

La piscine gonflable qui était installée dans la cour arrière à ce moment était faite en toile de PVC d'un diamètre de 5,5 mètres (18 pieds) et d'une hauteur de 1,15 mètre (environ 4 pieds). Elle était munie d'un système de filtration au sable utilisé auparavant pour une piscine hors terre de 6,4 mètres (21 pieds). Ce système était composé d'une pompe, d'un filtre et de trois tuyaux qui reliaient ces composantes entre elles et la piscine.

Un système de filtration inadéquat

Selon l'expertise du système de filtration réalisée par un ingénieur de l'École Polytechnique de Montréal, deux facteurs ont contribué à la noyade : la présence d'un orifice d'aspiration non protégé par une grille et l'utilisation d'une pompe dont le débit était bien supérieur à celui requis pour le volume d'eau de la piscine. L'utilisation d'une écumoire reliée à l'orifice d'aspiration aurait pu éviter cet accident.

En effet, la queue de cheval de la jeune fille a été complètement aspirée par l'orifice d'aspiration non protégé, l'obstruant en entier. La queue de cheval et possiblement l'élastique qui la retenait ont alors formé un joint étanche, augmentant par le fait même la pression d'aspiration jusqu'au maximum de ce que la pompe pouvait atteindre. L'adolescente n'a pas pu dégager ses cheveux de l'orifice, bien que la force nécessaire pour y arriver n'était pas très importante. Sa fâcheuse position ne lui permettait pas de pousser efficacement contre la paroi de la piscine avec ses bras au-dessus de la tête et, même si elle poussait, la paroi flexible de la piscine se déformait, ce qui rendait ses efforts inutiles. Selon le coroner, son état probable de panique l'empêchait également de faire des efforts concertés.

Une réglementation à améliorer

Selon le coroner Charest, il n'existe aucune norme concernant le système de filtration des piscines résidentielles au Québec, contrairement à ce qui existe pour les piscines publiques, et il serait essentiel de s'en doter. Me Charest souligne également dans son rapport que la Consumer Project Safety Commission (CPSC) des États-Unis a réalisé un document destiné à identifier et à éliminer les risques de piégeages associés aux systèmes de filtration des piscines, des pataugeoires et des spas. Le Québec devrait, selon lui, s'inspirer de l'information contenue dans cet ouvrage.

Mais le coroner va également plus loin et recommande que les autorités compétentes passent en revue tous les aspects de la sécurité des piscines résidentielles et des piscines publiques afin d'améliorer et de bonifier la réglementation déjà en vigueur, pour une meilleure protection de la vie humaine.

    <<
                                   ANNEXE

                               RECOMMANDATIONS

    Que le Directeur national de la Santé publique et l'Institut national de
    -------------------------------------------------------------------------
    santé publique :
    ----------------

    - enquêtent sur tous les aspects de la sécurité concernant les piscines
      résidentielles et publiques afin de formuler des recommandations
      visant à instituer des règles.

    Que Santé Canada :
    ------------------

    - promulgue un règlement obligeant que les piscines résidentielles soient
      équipées d'une écumoire qui aspire la majeure partie de l'eau à filtrer
      et d'un dispositif de relâchement de la succion.

      Ce règlement pourrait être fortement inspiré du règlement actuel sur
      les pataugeoires et les piscines publiques du Québec ainsi que des
      lignes directrices émises par la Consumer Project Safety Commission des
      États-Unis.
    >>


-%SU: LAW

-%RE: 66


Communiqué envoyé le 2 juin 2006 à 08:26 et diffusé par :