Le Lézard

Sans fumée dans les bars et restaurants : "Pour une santé équitable entre tous les travailleurs"



LONGUEUIL, le 1er juin /CNW/ -- LONGUEUIL, le 1er juin /CNW Telbec/ - Au lendemain de la mise en application des nouvelles dispositions de la Loi sur le tabac, la directrice de santé publique, Dre Jocelyne Sauvé, a profité de l'affluence des 5 à 7 du jeudi soir pour souligner l'entrée en vigueur de nouveaux environnements sans fumée en organisant un 5 à 7 sans fumée au restaurant St-Hubert de la Place Longueuil.

"C'est pour des raisons d'équité à l'égard de l'ensemble de tous les travailleurs que nous saluons aujourd'hui la décision du ministre de la Santé et des Services sociaux d'inclure tous les lieux publics au chapitre de la protection des non-fumeurs, a expliqué la directrice jeudi soir lors de son discours. Au plan des bienfaits pour la santé, la décision du gouvernement d'ajouter les bars et les restaurants à la liste des endroits publics sans fumée constitue une excellente nouvelle, car elle aidera grandement à diminuer l'exposition à la fumée de tabac secondaire (FTS)."

De son côté, la chaîne Les Rôtisseries St-Hubert a tenu à déclarer, dans un message transmis au Dre Sauvé, que ses restaurants ont pu bénéficier d'une hausse de 3 % des parts de marché depuis qu'elle est devenue sans fumée en mai 2005. Selon Dre Sauvé, cela devrait rassurer l'ensemble des restaurateurs du Québec qui doivent désormais prendre ce virage santé.

"La FTS, dangereuse autant pour les non-fumeurs que les fumeurs, contient plus de 4000 produits chimiques, et ce, en plus grande dose que celle inhalée par les fumeurs. Par ailleurs, la FTS ne peut être ventilée de façon à éliminer ses effets néfastes, les normes de ventilation actuelles visant seulement à atteindre un niveau acceptable d'odeur de la fumée ambiante." a affirmé Dre Sauvé.

Bien que l'usage du tabac soit passé de 33 % en 1998 à 25 % en Montérégie et 26 % au Québec en 2003, 320 000 personnes en Montérégie sont exposées à la FTS. "Il reste encore du travail à faire, car plus d'un jeune sur deux âgé de 12 à 24 ans en Montérégie est exposé à la FTS, particulièrement dans les domiciles et dans les voitures." de dire la directrice.

Plusieurs directeurs de santé publique des autres régions du Québec étaient également sur place pour appuyer l'initiative de leur homologue de la Montérégie.

Photo temporairement disponible sur www.rrsss16.gouv.qc.ca/5a7

Bas de vignette : Dre Jocelyne Sauvé, directrice de santé publique de la Montérégie, et le Dr Alain Poirier, directeur national de santé publique, examinent avec amusement les cendriers désormais désuets recueillis pour l'occasion.

-%SU: SAN

-%RE: 68


Communiqué envoyé le 1 juin 2006 à 20:46 et diffusé par :