Le Lézard

Commission parlementaire sur les soins de santé: l'Office des personnes handicapées du Québec demande que les propositions tiennent impérieusement compte des personnes handicapées



DRUMMONDVILLE, QC, le 1er juin /CNW/ -- DRUMMONDVILLE, QC, le 1er juin /CNW Telbec/ - Comparaissant aujourd'hui devant la commission parlementaire portant sur le document Garantir l'accès: un défi d'équité, d'efficience et de qualité, l'Office des personnes handicapées du Québec a demandé un élargissement des garanties d'accès proposées par le Gouvernement du Québec, a émis des réserves face à un recours accru au secteur privé et a dit appuyer la proposition d'un régime d'assurance contre la perte d'autonomie dans la mesure où elle inclut les personnes handicapées.

Le mémoire de l'Office se concentre sur deux situations problématiques vécues par les personnes handicapées, à savoir les délais d'attente dans l'accès aux services de santé et aux services sociaux, d'une part, et le sous-financement de ces services, d'autre part.

L'Office souligne que les personnes handicapées vivent des délais d'attente importants dans l'accès à certains services de santé et de services sociaux, notamment dans les secteurs de la déficience physique et de la déficience intellectuelle. Puisqu'elles se limitent aux chirurgies électives de la hanche, du genou et de la cataracte, les garanties d'accès proposées dans le document de consultation auront un effet limité sur la situation des personnes handicapées. L'Office recommande d'étendre la garantie d'accès à l'ensemble des services de santé et des services sociaux où les délais d'attente déraisonnables peuvent compromettre le développement de la personne et les droits à la sûreté et à l'intégrité qui lui sont conférés en vertu de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.

Par ailleurs, l'Office est d'avis qu'une forte fréquentation des cliniques privées affiliées risque d'entraîner un drainage de la main-d'?uvre professionnelle actuellement en fonction dans le système public et d'ainsi fragiliser le fonctionnement de ce système. Dans la mesure où elles devront faire leurs frais et dégager des profits, les cliniques privées affiliées pourraient entraîner une augmentation des dépenses globales de santé. Pour ces raisons, l'Office estime que la réduction des délais d'attente pourrait aussi être obtenue en améliorant l'organisation du système public de services de santé et de services sociaux.

Le document de consultation propose une certaine ouverture du secteur de la santé au marché des assurances privées. Toutefois, la possibilité pour les citoyens de se procurer une assurance privée dépend de leur revenu et de leur état de santé. Étant donné leur condition, la plupart des personnes handicapées ne pourront pas souscrire à une assurance privée. D'ailleurs, les personnes handicapées sont déjà considérées comme non assurables par certains assureurs, et l'article 20.1 de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne prévoit qu'une telle pratique n'est pas discriminatoire. Hors de la portée de la majorité des personnes handicapées, les assurances privées auront donc une influence négligeable sur leur accès aux services de santé et aux services sociaux, ce qui risque d'instaurer une nouvelle iniquité entre les personnes assurées et non assurées. L'Office recommande donc de décourager le recours aux assurances privées.

Enfin, l'Office considère que la proposition de créer un régime d'assurance contre la perte d'autonomie pourrait être opportune dans la mesure où elle inclut les personnes handicapées. Les services offerts par un éventuel régime public d'assurance auraient avantage à s'étendre à l'ensemble des personnes ayant des incapacités significatives et persistantes, plutôt que d'être limitée uniquement aux personnes âgées. Ainsi, la création d'un régime d'assurance contre la perte d'autonomie ne doit pas introduire une nouvelle disparité, fondée sur l'âge, dans le système de compensation des besoins et des coûts supplémentaires reliés aux incapacités et à leurs conséquences.

L'Office

Dans le but de favoriser l'intégration scolaire, professionnelle et sociale des personnes handicapées, l'Office a pour mandat général de veiller à la coordination des actions relatives à l'élaboration et à la prestation des services qui leur sont destinés ainsi qu'à leur famille. L'Office les informe, les conseille, les assiste et fait des représentations en leur faveur, tant sur une base individuelle que collective.

Communication adaptée

Ce communiqué est disponible en médias adaptés. Pour l'obtenir, composez le 1 800 567-1465 ou le 1 800 567-1477 par téléscripteur, ou encore par courriel à communications@ophq.gouv.qc.ca.

Source: Direction des communications

-%SU: CPN

-%RE: 69


Communiqué envoyé le 1 juin 2006 à 18:53 et diffusé par :