Le Lézard

Le taux de décès infantiles causés par des blessures non intentionnelles a diminué de 37 % au cours des 10 dernières années



OTTAWA, le 1er juin /CNW/ -- SécuriJeunes Canada souligne qu'il s'agit tout de même de la principale

cause de mortalité infantile avec près de 400 décès chaque année

OTTAWA, le 1er juin /CNW/ - Afin de marquer le dixième anniversaire de création de la semaine SécuriJeunes, SécuriJeunes Canada a publié aujourd'hui un rapport national qui révèle que le taux de blessures causant le décès d'enfants de 14 ans et moins a diminué de 37 %, et le taux d'hospitalisation, de 34 %, entre 1994 et 2003.

Malgré une baisse notable de leur fréquence, les blessures non intentionnelles demeurent la principale cause de décès chez les enfants de 14 ans et moins. On estime qu'en moyenne au cours des dix dernières années, 390 enfants sont morts, et 25 500 ont été hospitalisés annuellement à la suite de blessures. Pourtant, selon une étude menée récemment pour le compte de SécuriJeunes Canada, 23 % des parents croient que l'obésité, l'inactivité et une mauvaise alimentation représentent les plus grands risques pour la santé des enfants. Une proportion de 9 % de ces parents classent les blessures au cinquième rang de ces risques, après les maladies et le tabagisme.

"Nous avons des milliers de raisons de célébrer cette année, à savoir une pour chacun des enfants canadiens à qui on a pu éviter des blessures graves ou mortelles", déclare Allyson Hewitt, directrice générale de SécuriJeunes Canada, le programme national de prévention des blessures chez les enfants. "La baisse du taux de blessures montre que la vigilance des parents donne des résultats tangibles. Mais trop d'enfants perdent encore la vie dans ce pays, et c'est pour cette raison que SécuriJeunes Canada exhorte le gouvernement canadien à donner un caractère prioritaire à la prévention des blessures chez les enfants."

SécuriJeunes Canada réclame une stratégie nationale

Le rapport national présenté par SécuriJeunes Canada et intitulé Analyse des blessures non intentionnelles chez les enfants et les adolescents sur une période de 10 ans fait état des blessures évitables et de leurs répercussions sur les enfants canadiens en fonction de leur âge, de leur sexe et de la région où ils résident, ainsi que des changement enregistrés sur le plan du nombre d'hospitalisation pour blessures et du taux de mortalité chez les enfants à la suite de blessures occasionnées par les accidents de la route, les noyades et les asphyxies par suffocation, strangulation ou étouffement.

Le rapport traite des blessures graves qui causent la mort ou une invalidité permanente. Beaucoup d'enfants survivent à ces blessures, mais elles ont d'importantes répercussions sur leur santé physique et leur équilibre émotionnel durant toute leur vie. On ne peut sous-estimer le tort causé à ces enfants, à leur famille et au système de santé. Chaque année, les blessures que les enfants canadiens subissent coûtent environ 4 milliards de dollars. C'est pour cette raison que SécuriJeunes Canada, appuyé par d'autres intervenants du milieu, demande au gouvernement fédéral d'investir dans la prévention des blessures, notamment en adoptant une stratégie nationale à cet égard.

"Le dixième anniversaire de création de la semaine SécuriJeunes et les nombreux progrès que SécuriJeunes Canada, les intervenant du milieu de la prévention des blessures, les parents et le gouvernement ont réalisés en matière de prévention des blessures sont deux bonnes raisons pour être optimiste", souligne l'honorable Tony Clement, ministre fédéral de la Santé. "C'est la raison pour laquelle nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger nos enfants en sensibilisant d'avantage les familles canadiennes et en continuant de créer des milieux plus sûrs pour les enfants."

"Le Canada a besoin d'une stratégie de prévention des blessures administrée et coordonnée par un organisme central, ce qui permettra d'orienter les recherches vers des mesures de précaution qui sauveront des vies, ajoute Mme Hewitt. C'est la raison pour laquelle SécuriJeunes Canada exhorte le gouvernement fédéral à adopter une stratégie nationale visant à réduire le nombre de blessures évitables dont nos enfants sont victimes. Politiciens en vue ou intervenants communautaires, nous devons tous agir de concert pour que nos quartiers et foyers permettent aux enfants de vivre, d'apprendre, de se déplacer et de jouer dans un cadre toujours plus sécuritaire."

La stratégie devrait comprendre six grands volets :

    <<
    - Direction de la stratégie nationale de prévention des blessures par
      l'Agence de santé publique du Canada.
    - Appui de l'élaboration de politiques publiques pertinentes.
    - Surveillance efficace des tendances liées aux blessures.
    - Établissement d'un programme de recherche en vue de résoudre les
      problèmes que posent les blessures.
    - Soutien des activités locales de prévention des blessures.
    - Soutien concernant la sensibilisation et l'information du public.
    >>


Principales blessures évitables

Dans son rapport intitulé Analyse des blessures non intentionnelles chez les enfants et les adolescents sur une période de 10 ans, SécuriJeunes Canada dresse une liste des principales causes de décès et d'hospitalisation découlant de blessures chez les enfants. Dans chacune des sections énumérées ci-dessous, il indique dans quelle mesure le taux de blessures a diminué et suggère des mesures de prévention éprouvées.

    <<
    - La sécurité à vélo                 - La prévention des empoisonnements
    - La prévention des brûlures         - La sécurité dans les terrains de
    - La prévention des chutes             jeux
    - La prévention de la noyade         - La prévention de l'asphyxie
    - La sécurité de l'enfant passager   - La sécurité en véhicule tout
      en voiture                           terrain, en motoneige, en
    - La sécurité des piétons              autobus scolaire, en train,
                                           en trottinette, en planche à
                                           roulettes et en patin à roues
                                           alignées
    >>


Les trois principales causes de décès à la suite de blessures comprennent les accidents de la route (17 %), les noyades (15 %) et les asphyxies par suffocation, strangulation ou étouffement (11 %). SécuriJeunes Canada recommande aux parents et aux personnes qui ont des enfants sous leur garde de déterminer les risques que courent ces derniers dans ces trois domaines ainsi que dans les autres domaines énumérés ci-dessous afin d'éviter ces risques.

La sécurité de l'enfant passager en voiture - Les accidents de la route peuvent provoquer des blessures graves, notamment des lésions à la tête, à la colonne vertébrale et aux organes internes. Dans un véhicule, les enfants doivent occuper un siège d'auto ou d'appoint qui correspond à leur taille ou à leur poids. Les parents doivent veiller à la sécurité de leurs enfants dans un véhicule en consultant les instructions relatives au siège d'auto ou d'appoint que ceux-ci occupent afin de vérifier s'il est bien installé. Avant l'âge de neuf ans, la plupart des enfants n'ont pas la taille requise pour être convenablement protégés par les ceintures de sécurité dont les véhicules motorisés sont équipés.

La prévention de la noyade - Les noyades se produisent ordinairement dans les piscines. Les enfants doivent faire l'objet d'une surveillance constante lorsqu'ils sont près de l'eau. Les parents ou les gardiens des enfants doivent être à côté d'eux en tout temps jusqu'à l'âge de cinq ans, même s'ils ne font que jouer près de l'eau. Il faut entourer complètement les piscines résidentielles d'une clôture de quatre pieds (1,2 mètre) de hauteur et la doter d'une porte à verrouillage automatique.

La prévention des étranglements et des étouffements - Les principales causes d'asphyxie comprennent l'étouffement par des aliments, la strangulation avec des objets comme des cordes ou des cordons de store et la suffocation dans un berceau ou un lit. Il ne faut pas donner d'aliments difficiles à mastiquer, comme du maïs soufflé, des carottes crues et des noix aux enfants de moins de quatre ans. En outre, les parents ne doivent pas laisser de petits objets comme de la monnaie ou des pièces de jeu à la portée des jeunes enfants, et doivent raccourcir les cordons de rideau ou de store et les attacher de manière à ce qu'ils soient hors d'atteinte.

"J'ai eu la peur de ma vie quand ma fille est passée à un cheveu de la mort, et je sais à quel point les blessures évitables peuvent être terrifiantes", raconte Karine Allaire, mère de Meily, qui s'est gravement brûlée lorsqu'elle était dans sa marchette. "J'incite tous les parents canadiens à donner la priorité à la sécurité de leurs enfants, tous les jours, dès aujourd'hui."

Baisse du taux de blessures par province et territoire

Au cours de la dernière décennie, le taux de blessures a diminué de façon notable dans l'ensemble du Canada, mais, tel que cela est indiqué ci-dessous, chaque province et territoire n'a pas enregistré le même taux.

- Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut (combinés) : 44 %

- Colombie-Britannique : 39 %

- Alberta : 40 %

- Saskatchewan : 26 %

- Manitoba : 42 %

- Ontario : 42 %

- Québec : 15 %

- Nouveau-Brunswick : 30 %

- Nouvelle-Écosse : 23 %

- Île-du-Prince-Édouard : 27 %

- Terre-Neuve : 34 %

On constate une tendance à la baisse du taux de blessures chez les enfants dans chaque province et territoire, mais cette baisse n'y a pas la même ampleur. Elle peut en effet dépendre de divers facteurs, dont la démographie, les blessures que connaît une région particulière et les diverses mesures de prévention prises à l'échelon provincial ou territorial.

C'est aujourd'hui que débute la Semaine SécuriJeunes, sous le thème Vive un avenir SécuriJeunes. Elle se poursuivra jusqu'au 11 juin et elle est commanditée par la société Johnson & Johnson.

Les porte-parole au Canada

SécuriJeunes Canada dispose de porte-parole locaux compétents pour donner des entrevues, notamment dans les villes d'Halifax, de Montréal, de Toronto, d'Edmonton et de Vancouver.

À l'attention des stations de diffusion :

Des images des activités sont disponibles sur demande.

- Le Rouleau-B sera accessible par satellite de 14 h 30 à 15 h, HAE

- Coordonnées : bande C Anik F2, transpondeur 3-B, voies audio 6,2 et 6,8

- Communiquer avec Dome Productions au (416) 332-7066

À l'attention des rédacteurs en chef :

Une photo de 390 paires de chaussures d'enfant, représentant le nombre d'enfants qui meurent tous les ans à la suite de blessures évitables, sera disponible sur le fil de photos de la Presse canadienne.

Fiche individuelle de sécurité

SécuriJeunes Canada et Johnson & Johnson offrent une brochure éducative, intitulée Fiche individuelle de sécurité, dans les magasins participants Shoppers Drug Mart ainsi que dans les succursales Jean Coutu où se trouvent les produits Johnson & Johnson au cours de la Semaine SécuriJeunes.

À propos de SécuriJeunes Canada

Plusieurs collectivités ont mis des activités sur pied cette semaine à propos de la Fiche individuelle de sécurité, et, au niveau local, des personnes-ressources aideront les parents et les enfants à appliquer toutes les mesures de sécurité. Les parents peuvent consulter le site http://www.sickkids.ca/securijeunescanada/default.asp pour savoir si une activité est organisée dans leur secteur. On peut obtenir des renseignements détaillés sur la sécurité et la prévention des blessures en communiquant avec SécuriJeunes Canada, au 1 888 SAFE-TIPS (723-3847).


Communiqué envoyé le 1 juin 2006 à 14:15 et diffusé par :