Le Lézard

Services de garde en milieu familial - Les intervenantes en milieu familial (FIPEQ-CSQ) ont souligné à leur manière l'arrivée des Bureaux coordonnateurs



MONTRÉAL, le 1er juin /CNW/ -- MONTRÉAL, le 1er juin /CNW Telbec/ - Le millier de responsables de services de garde en milieu familial regroupées au sein de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ), affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), ont voulu souligner à leur façon le grand déménagement des Centres de la petite enfance aux nouveaux Bureaux coordonnateurs mis en place aujourd'hui par le gouvernement Charest.

À cette occasion, les Alliances des intervenantes en milieu familial (ADIM-CSQ) ont organisé des rassemblements en plein air, dans des parcs, dans quatre régions du Québec, soit à Montréal, à Laval, à St-Jean-Chrysostome et à Sherbrooke.

Une occasion de renforcer la solidarité

La présidente de la FIPEQ, Mme Sylvie Tonnelier, explique que l'événement se veut une occasion pour les responsables de garde en milieu familial de se rassembler afin de souligner la réorganisation des Centres de la petite enfance qui doivent céder la gestion de la garde en milieu familial aux nouveaux Bureaux coordonnateurs.

"Nous avons profité de l'occasion pour partager nos espoirs et désamorcer nos craintes. En cette période de changement, il est important de renforcer notre solidarité et de tisser de nouveaux liens. Lors de ce rassemblement, les responsables d'un service de garde en ont profité pour fraterniser et les enfants ont pris plaisir aux animations qui leur étaient destinées", explique Mme Tonnelier.

Organisé en cette Semaine des services de garde, l'événement s'est déroulé durant la matinée et s'est prolongé par un pique-nique dans le parc.

Les ADIM, des interlocuteurs incontournables

La présidente de la FIPEQ précise que l'événement a aussi comme but de faire savoir que les ADIM sont prêtes à collaborer pour faciliter l'implantation des nouveaux Bureaux coordonnateurs, de façon à éviter que la réforme se fasse au détriment des responsables de services de garde en milieu familial. "Les ADIM sont des interlocuteurs incontournables en ce qui concerne le réseau des services de garde. Il s'agit d'une organisation syndicale bien structurée et bien implantée dans les grands centres et dans les régions. Nous connaissons bien les problématiques que rencontrent les responsables de services de garde, de même que leur vécu. Nous sommes donc disposées à suivre de près la mise en opération des Bureaux coordonnateurs et à contribuer au processus pour nous assurer que le point de vue des responsables de services de garde sera pris en compte", soutient Mme Tonnelier.

Un rappel important

Cette dernière ajoute qu'il est essentiel que la voix des responsables de services de garde soit entendue parce qu'elles sont les personnes les mieux placées pour défendre les intérêts des enfants et la qualité du service. En même temps, elles ont bien l'intention de rappeler au gouvernement dans quelles conditions elles travaillent.

"Les responsables de services de garde se battent, bien sûr, pour améliorer leurs conditions de travail puisqu'elles comptent parmi les travailleuses les moins bien rémunérées de notre société. N'oublions pas que ces femmes travaillent plus de 50 heures par semaine et n'ont pas droit à aucun congé férié payé, à aucune vacance payée et encore moins à l'assurance emploi", de conclure Mme Tonnelier.

Profil de la FIPEQ-CSQ

La Centrale des syndicats du Québec représente environ 180 000 membres, dont un millier d'intervenantes en milieu familial et plus de 1400 travailleuses (éducatrices, cuisinières, secrétaires-comptables) dans les installations des CPE. Celles-ci sont regroupées au sein de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ).


Communiqué envoyé le 1 juin 2006 à 12:33 et diffusé par :