Le Lézard

Reprise des négociations déjà suspendue dans le conflit de travail chez Max Meilleur et Fils de Ferme-Neuve



MONT-LAURIER, le 31 mai /CNW/ -- MONT-LAURIER, le 31 mai /CNW Telbec/ - L'exécutif syndical de Max Meilleur et Fils qui représente 140 membres du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP-FTQ), section locale 2995, en grève depuis le 20 février dernier, déplore le peu d'empressement démontré par l'employeur dans la reprise des négociation. En effet, à la demande du conciliateur, les parties se sont rencontrées les 29 et 31 mai dernier. Mais après seulement quelques heures de rencontre et suite au dépôt d'une proposition syndicale, l'employeur a demandé au conciliateur d'ajourner afin de consulter l'actionnaire majoritaire pour valider son mandat. "Nous sommes surpris, comment se fait-il que les représentants patronaux n'aient pas de mandat. Nous sommes aussi très déçus que l'employeur n'ait pas accepté de convenir de nouvelles dates de rencontre afin de poursuivre la négociation, et ce, toujours sous le prétexte qu'il doit vérifier son mandat", a déploré Dany Veaudry, président du syndicat.

"Nous nous questionnons sérieusement sur les réelles intentions de l'employeur. S'agit-il d'une tentative patronale qui vise à faire perdurer le conflit dans le but que les travailleurs forestiers, les entrepreneurs, les commerçants et la population fassent pression pour que les travailleurs acceptent les demandes de concessions patronales?" s'interroge Sébastien Miljours, vice-président du syndicat. "Compte tenu de l'attitude intransigeante de la nouvelle direction chez l'employeur, cette tactique ne nous surprendrait pas du tout" a indiqué monsieur Miljours.

"Une chose est certaine, le comportement de l'employeur nous démontre une chose : il ne semble pas pressé de régler le conflit et de permettre la reprise de toutes les activités économiques reliées à Max Meilleur et fils. Au lieu de se concentrer sur la négociation, il semble plus intéressé à faire travailler des "scabs", a dénoncé monsieur Veaudry.

Rappelons que les enjeux du conflit sont toujours les mêmes qu'au       20 février dernier, à savoir:

    <<
    *Horaire de travail
    *Ancienneté
    *Vacances
    *Sous-traitance
    *Classification d'emploi
       Régime retraite
       Assurances
    >>


(ceux identifiés par un astérisque concernent des demandes de concessions

de la part de l'employeur)


Communiqué envoyé le 31 mai 2006 à 17:33 et diffusé par :