Le Lézard

La fin du Mir



MONTREAL, le 31 mai /CNW/ -- MONTREAL, le 31 mai /CNW Telbec/ - "C'est avec beaucoup de chagrin que je dois vous annoncer que le Mir doit fermer ses portes. Pourquoi un si excellent hebdomadaire doit-il disparaître ? Eh bien, comme nous voulions l'offrir gratuitement, il fallait vendre de la publicité pour pouvoir exister. C'est là où le bât blesse. En six mois, nous n'avons pas pu faire plus de 3 000 $ de revenus. J'ai calé 300 000 $ dans cette aventure et, comme je ne voyais pas la lumière au bout du tunnel, je n'ai pas eu d'autre choix."

"J'avais cru que la fibre environnementaliste des Québécois aurait fait en sorte que les gens nous soutiennent davantage. Si nous avions eu plus de lecteurs, sans doute que nous aurions pu compter sur plus de revenus publicitaires. Encore là, ce n'est pas si sûr. Les annonceurs québécois boudent les publications électroniques. Peut-être qu'il en sera autrement dans l'avenir. Du moins, je l'espère, car je crois toujours aussi fermement qu'il est ridicule de détruire nos forêts pour des journaux que l'on jette."

"Je regrette que le Mir n'ait pas pu devenir un acteur important qui aurait pu faire contrepoids aux puissants médias fédéralistes à savoir Radio- Canada et Gesca."

"En terminant, je remercie tous les collaborateurs et plus particulièrement Meeker Guerrier et Marie-Eve Martel qui ont assuré la production du journal."


                                                            - Michel Brûlé



Communiqué envoyé le 31 mai 2006 à 11:06 et diffusé par :