Le Lézard

L'équilibre entre un service rural efficace et la sécurité des factrices et facteurs



OTTAWA, le 31 mai /CNW/ -- OTTAWA, le 31 mai /CNW Telbec/ - Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) s'engage à maintenir le service de livraison en zone rurale tout en assurant la sécurité des personnes qui effectuent la livraison.

"Nous essayons de travailler avec Postes Canada afin de veiller à ce que les gens qui habitent en zone rurale continuent de recevoir leur courrier à domicile", a déclaré Deborah Bourque, présidente du STTP. "Mais nous tentons également de veiller à la sécurité des factrices et facteurs ruraux pendant qu'ils servent la collectivité", a-t-elle ajouté.

Au cours des derniers mois, beaucoup de factrices et facteurs ruraux et suburbains ont fait valoir leur droit de refuser d'accomplir leur travail dans des conditions non sécuritaires. Au chapitre des préoccupations en matière de santé et de sécurité, on compte les routes à trafic intense où l'accotement est étroit, ainsi que les blessures par microtraumatismes qui surviennent lorsqu'on doit se pencher du côté du passager pour mettre le courrier dans les boîtes aux lettres.

Mme Bourque estime que des choix peuvent être faits afin d'assurer la livraison à domicile en zone rurale sans que les membres risquent leur vie.

"La meilleure solution consiste à rendre sécuritaire la livraison du courrier", a affirmé Mme Bourque. On peut améliorer la sécurité de la livraison à certaines boîtes aux lettres en demandant à la factrice ou au facteur rural de sortir de son véhicule pour livrer le courrier, éloigner les boîtes aux lettres de la route ou entrer dans l'allée des maisons pour aller y livrer le courrier."

"Ce ne sont pas toutes les boîtes aux lettres de tous les itinéraires qui posent des problèmes de sécurité", a soutenu Mme Bourque. "Nous devons trouver des solutions qui rendront plus sécuritaires ces points de livraison",        a-t-elle ajouté.

Postes Canada a répondu à la situation en adoptant une démarche générale, c'est-à-dire que dans les collectivités où la livraison se fait en bordure du terrain et où des travailleurs et travailleuses ont refusé d'accomplir une partie de leur travail pour des raisons de sécurité, on a maintenant des boîtes aux lettres communautaires.

"Ce n'est pas une réponse raisonnable", a déclaré Mme Bourque. "Nous voulons que les gens qui habitent en zone rurale continuent de recevoir l'excellent service auquel ils s'attendent de la part de Postes Canada et auquel ils ont droit."

Les factrices et facteurs ruraux et suburbains, qui avaient auparavant le statut d'entrepreneur, sont devenus employés de Postes Canada en 2003.

"Il y avait des problèmes avant", a indiqué Mme Bourque. "Toutefois, bien des factrices et facteurs ruraux et suburbains avaient tout simplement trop peur pour exprimer ce qu'ils pensaient."


Communiqué envoyé le 31 mai 2006 à 10:50 et diffusé par :