Le Lézard

Décès d'un opérateur à la Scierie J. Lemieux de Sainte-Hélène-de-Chester : la CSST diffuse son rapport d'enquête



TROIS-RIVIÈRES, le 31 mai /CNW/ -- TROIS-RIVIÈRES, le 31 mai /CNW Telbec/ - La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) rend publiques aujourd'hui les conclusions de son enquête à la suite de l'accident du travail qui a entraîné le décès de M. Jacques Lemieux, opérateur et propriétaire de la Scierie J. Lemieux de Sainte-Hélène-de-Chester, près de Victoriaville. L'accident est survenu le 8 novembre 2005. La victime a été heurtée mortellement par une planche projetée par la scie circulaire. Le désengagement des griffes de retenue de la planche ainsi que la position du poste de l'opérateur sont à l'origine de cet accident.

Rappel des événements

Au moment de l'accident, le propriétaire s'affaire à découper en planches un billot de cèdre équarri. Il est au poste de commande de la scie circulaire. En terminant le dernier trait de scie, la planche est soudainement projetée par la scie au visage de la victime. Le bout de la planche traverse la visière de la victime et lui porte un coup mortel à la tête.

Constatations de la CSST

L'enquête a permis à la CSST de retenir deux causes pour expliquer cet accident :

    <<
        -  Le désengagement des griffes de retenue de la planche permet sa
           projection au contact des dents de la scie;
        -  Le poste d'opérateur est situé dans la trajectoire de projection
           du bois.
    >>


Exigences de la CSST

Le jour de l'accident, la CSST a apposé un scellé interdisant l'utilisation de la scie. L'établissement a mis fin depuis à ses opérations saisonnières.

La sécurité des machines : une priorité à la CSST

Les statistiques sont éloquentes! Chaque année, au Québec, les machines causent près de 13 000 accidents et sont responsables de 20 décès. De tels accidents se produisent dans tous les secteurs d'activité industriels. Afin de réduire le nombre d'accidents causés par les machines, la CSST applique le Plan d'action Sécurité des machines et une politique "tolérance zéro" en ce qui concerne les dangers liés à l'accès à des pièces en mouvement. Il s'agit donc, pour la CSST, d'une priorité d'action en matière de prévention.

-%SU: LBR,SAN

-%RE: 38


Communiqué envoyé le 31 mai 2006 à 07:30 et diffusé par :