Le Lézard
Classé dans : Santé

Un sondage révèle l'apparition de "consommateurs de soins de santé" au Canada



LAVAL, QC, le 30 mai /CNW/ -- La majorité des travailleurs disent prendre en main leurs décisions

concernant les soins de santé

LAVAL, QC, le 30 mai /CNW/ - Selon un nouveau sondage paru aujourd'hui, les participants à un régime collectif de soins de santé au Canada deviennent de plus en plus proactifs dans la prise de décisions concernant leur santé, ce qui montre que les choses changent et qu'on ne se contente plus de se fier passivement à son médecin. Les résultats du Sondage montrent que les Canadiens cherchent eux-mêmes de l'information, demandent conseil et se procurent de l'information auprès d'autres sources que leur médecin, une tendance qui confirme l'apparition de "consommateurs de soins de santé".

En janvier dernier, sanofi-aventis Canada Inc. a chargé Ipsos Reid de réaliser la neuvième édition de ce sondage. Ipsos-Reid a sondé 1 500 participants à un régime collectif de soins de santé pour connaître leur opinion au sujet du rôle du système public de santé et des régimes collectifs de soins de santé financés par les employeurs dans le maintien des produits et des services de santé. Le Sondage a aussi permis de savoir si les participants étaient prêts à jouer un plus grand rôle dans leurs décisions de santé et à assumer une plus grande part des coûts.

Trois thèmes prédominants se dégagent des résultats du Sondage : 1) Les participants à un régime essaient de prendre des décisions éclairées concernant leur santé et accordent beaucoup d'importance aux services de soutien et d'éducation à la santé offerts par leur employeur. 2) Les participants accordent une grande valeur à leur régime collectif de soins de santé. 3) On se rend de plus en plus compte du rôle important que jouent les employeurs pour favoriser un milieu de travail sain.

L'apparition de "consommateurs de soins de santé"

La tendance à la responsabilité personnelle constatée pour la première fois dans le Sondage de l'an dernier a été explorée plus en profondeur cette année. Les répondants acceptent un certain niveau de responsabilité, et la majorité d'entre eux disent participer activement aux décisions qui concernent leur santé. Par exemple, six répondants sur dix (61 %) disent qu'ils cherchent eux-mêmes de l'information, posent des questions à leur médecin, puis demandent conseil à d'autres personnes en fonction de ce qu'ils ont appris, à la différence des 39 % restants qui se fient entièrement à leur médecin et remettent rarement en question, sinon jamais, son diagnostic ou ses conseils.

"C'est la partie visible de l'iceberg du consumérisme, lance Anthony May, de la Financière Manuvie à Vancouver et membre du Conseil consultatif du Sondage sanofi-aventis sur les soins de santé. Les gens commencent à se sentir responsables, au moins au niveau de l'information. C'est la première véritable preuve qu'il y a un changement dans la responsabilité personnelle pour ce qui est des résultats pour la santé."

Les résultats du Sondage montrent que 63 % des participants à un régime se procurent "très souvent" ou "assez souvent" de l'information sur la santé auprès des professionnels de la santé, mais Internet et les autres sources d'information sont de plus en plus utilisés. En effet, quatre répondants sur dix (43 %) consultent régulièrement Internet pour se procurer de l'information sur la santé, trois sur dix (29 %) se fient aux médias et 16 % reçoivent régulièrement de l'information sur la santé par l'entremise de leur employeur.

Des régimes collectifs de soins de santé très valorisés

Les répondants accordent beaucoup de valeur au régime collectif de soins de santé offert par leur employeur. Selon les résultats du Sondage de cette année, les employeurs canadiens ont de quoi se réjouir. En effet, la perception de la façon dont les régimes collectifs de soins de santé offerts par les employeurs répondent aux besoins des participants s'est sensiblement améliorée. La majorité des répondants (63 %) disent que le régime collectif offert par leur employeur répond "extrêmement bien" ou "très bien" à leurs besoins, comparativement à 56 % en 2005. Il s'agit du niveau de satisfaction le plus élevé depuis 2002 (65 % cette année-là).

La majorité des répondants n'ont laissé aucun doute quant à la valeur qu'ils accordent à leur régime : une écrasante majorité (63 %) choisissent leur régime collectif plutôt qu'une somme de 15 000 $. Ce pourcen-tage dépasse largement le taux annuel moyen d'utilisation, ce qui montre que les régimes collectifs procurent aux participants la tranquillité d'esprit et la sécurité.

Deb Mayberry, membre du Conseil consultatif du Sondage sanofi-aventis sur les soins de santé travaillant à la Ville de Calgary, fait remarquer que dans les régions ou les secteurs d'activité où il est difficile de recruter de la main-d'?uvre, on fait maintenant activement la promotion des avantages sociaux, parce qu'on leur accorde de la valeur. "Les employeurs commencent à promouvoir les avantages sociaux comme un incitatif, et non comme quelque chose allant de soi", souligne-t-elle.

Informer les participants des coûts : une initiative judicieuse

En 1999 et en 2006, on a demandé aux répondants à combien s'élevaient les coûts du régime collectif de soins de santé pour leur employeur. Les données recueillies montrent que les participants sont plus conscients des coûts aujourd'hui. En effet, cette année, 22 % des répondants ont dit ignorer à combien s'élevaient ces coûts ou ne pas pouvoir donner un chiffre, contre 39 % en 1999. Cette année également, il y a une meilleure appréciation des coûts, puisque 54% des répondants ont évalué le coût moyen annuel d'un régime à plus de 1 200 $, contre seulement 14 % en 1999. Le coût annuel d'un régime collectif de soins de santé pour l'employeur dépasse généralement 1 200 $ par employé.

Des occasions pour les employeurs

Les employeurs ont le pouvoir d'encourager les employés à être plus conscients de leur santé en favorisant un milieu de travail sain. Dans un rapport rédigé en 2003 pour Santé Canada,(1) Graham Lowe a cerné les facteurs liés au milieu de travail et à l'entreprise qui ont des répercussions positives sur la santé et la productivité des employés.

1. Source : Milieux de travail sains et productivité : Un document de

travail, préparé pour la Division de l'analyse et de l'évaluation

économiques, Santé Canada, 2003.

Une majorité de répondants au Sondage sanofi-aventis sur les soins de santé font des commentaires positifs sur leur milieu de travail : 87 % se disent "fiers de travailler pour leur employeur". Par ailleurs, 86 % disent que "leur employeur les traite équitablement et avec respect" et 77 %, "qu'ils ont assez de latitude sur la façon d'organiser et de faire leur travail".

Les employés accordent beaucoup de valeur aux services de soutien et d'éducation à la santé offerts par leur employeur. En tant que consommateurs de soins de santé, les participants à un régime cherchent des sources fiables d'information sur la santé et les moyens de prévention, y compris auprès de leur employeur. Par ailleurs, les programmes d'aide aux employés comprenant des ressources pour la garde des enfants, les soins aux personnes âgées, l'abus d'alcool ou d'autres drogues, la gestion du stress sont "très importants" ou "assez importants" pour 79 % des répondants. Les programmes d'information sur certaines maladies (comme l'hypertension, les maladies du c?ur, le cancer, le diabète, l'asthme ou l'obésité) sont une priorité pour 77 % des répondants. Enfin, près des deux tiers des répondants (63 %) estiment que l'offre d'une couverture des médicaments de pointe devrait être "très importante" ou "prioritaire" pour les promoteurs de régimes.

Lorsqu'on demande aux répondants ce que pourrait faire leur employeur pour les encourager à adopter de saines habitudes de vie, voici les éléments qui reviennent le plus souvent : activités sportives ou condition-nement physique (40 %); promotion de la santé (35 %); repas sains et équilibrés à la cafétéria (8 %); horaires variables (7 %) et milieu de travail moins stressant (6 %).

Le système public de santé - Avancer dans la bonne direction

Même si nous sommes encore loin de l'idéal, les Canadiens sont plus nombreux à avoir une vision positive du système public de santé. En effet, la proportion de répondants qui estiment que la qualité des soins médicaux assurés par le système de santé public est "excellente" ou "très bonne" est en hausse (30 % cette année, contre 26 % l'an dernier). La proportion des répondants qui estiment que la qualité des soins médicaux est "bonne" demeure élevée (55 %). Assez peu (15 %) estiment que la qualité des soins médicaux offerts est "mauvaise" ou "très mauvaise".

Sanofi-aventis a chargé Ipsos-Reid de réaliser la neuvième édition du Sondage. Le Sondage sanofi-aventis sur les soins de santé résulte d'une étude menée par Ipsos-Reid auprès de 1 500 participants à un régime collectif d'assurance, choisis de façon aléatoire au Canada. La marge d'erreur est de +/- 2,5 %, 19 fois sur 20.

Pour obtenir les résultats complets du Sondage, consultez le www.sanofi-aventis.ca.

À propos de sanofi-aventis

Sanofi-aventis est le troisième groupe pharmaceutique dans le monde et le numéro un en Europe. S'appuyant sur une recherche internationale, sanofi-aventis joue un rôle prépondérant dans sept domaines thérapeutiques majeurs : cardiovasculaire, thrombose, oncologie, maladies métaboliques, système nerveux central, médecine interne et vaccins. Sanofi-aventis est cotée à Paris (EURONEXT : SAN) et à New York (NYSE : SNY).

Au Canada, la société pharmaceutique sanofi-aventis a son siège social à Laval, au Québec, et emploie plus de 1 000 personnes.

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 10:00
Les représentantes et représentants des médias sont invités à assister à une conférence de presse au cours de laquelle la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Mme...

à 05:57
Le commerce électronique social est un nouveau modèle d'affaires Le commerce électronique social est un mode dérivé du commerce électronique. Il est basé sur des réseaux de relations interpersonnelles et s'appuie sur une voie de propagation des...

20 mai 2018
L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime qu'à l'échelle mondiale, une personne sur quatre subira les conséquences d'une mauvaise santé mentale ou d'une maladie mentale à un moment donné de sa vie. Les problèmes de santé mentale et la maladie...

20 mai 2018
M. Richard Hébert, député de Lac-Saint-Jean, a annoncé aujourd'hui l'octroi d'une somme de 12 200 dollars à la Fondation de l'Hôtel-Dieu de Roberval. Il a fait cette annonce au nom de l'honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien....

20 mai 2018
Une traitement unique, sur prescription et sans oestrogènes, Intrarosatm, a été approuvé par la FDA (US Food and Drug Administration) et par l'Agence européenne des médicaments (EMA) pour la prise en charge de la dyspareunie, symptôme le plus gênant...

19 mai 2018
PROBLÈMESanté Canada avise les Canadiens que le Ministère a saisi un produit non homologué étiqueté « Botox » et d'autres produits de remplissage dermique non homologués au Salon et spa Arshia Hair (6062A, rue Yonge) à Toronto (Ontario), car ils...




Communiqué envoyé le 30 mai 2006 à 06:59 et diffusé par :