Le Lézard

Rupture des négociations avec INCO : le moment était favorable, mais l'entente ne l'était pas, estiment les Métallos



SUDBURY, ON, le 29 mai /CNW/ -- SUDBURY, ON, le 29 mai /CNW/ - Le directeur du Syndicat des Métallos pour l'Ontario et le Canada atlantique, Wayne Fraser, a affirmé dimanche que l'échec des négociations avec INCO Ltée portant sur une nouvelle convention collective se traduira vraisemblablement par une grève à Sudbury et à Port Colborne à compter de minuit, mercredi. Le vote portant sur la proposition finale de l'employeur aura lieu mardi (le 30 mai) à Sudbury et mercredi (le 31 mai) à Port Colborne.

"Nous sommes en négociations depuis le 11 avril et défendons les revendications de nos membres, notamment celles touchant des hausses de salaire importantes, les prestations de retraite et les avantages sociaux, ainsi que des améliorations du libellé de la convention et de la sécurité d'emploi", a mentionné M. Fraser. "Malheureusement, l'employeur n'a nullement reconnu l'apport de ses employés à l'essor prodigieux de l'entreprise.

Nous ne pouvons, en toute connaissance de cause, recommander la dernière proposition de l'employeur, faite tôt dimanche matin, soit plus de 24 heures après l'échéance fixée initialement pour signer cette convention collective."

En 2003, le prix du nickel s'établissait à 4,37 $ la livre. Depuis, le prix a gimpé en flèche et s'élève, en 2006, à 10,23 $ la livre. Le cuivre, qui valait 81 cents la livre en 2003, se vend 3,70 $ la livre en 2006. Ces prix élevés sont censés se maintenir à long terme.

M. Fraser a noté que INCO est un acteur de premier dans le secteur minier mondial, le deuxième producteur de nickel en importance à l'échelle planétaire. La société est à la fois l'instigatrice et l'objet d'offres publiques d'achat à enjeux élevés.

"Ce n'est pas un style de gestion exceptionnel qui a propulsé la société à ce rang", a-t-il observé. "Si elle a réussi à atteindre un tel niveau, c'est bien parce que nos membres ont risqué leur vie pour extraire le minerai du sol et le transformer pour la vente sur les marchés mondiaux."

Lors d'un vote tenu précédemment, les membres des sections locales 6500 et 6200 des Métallos ont indiqué qu'ils étaient favorables, dans une proportion de 98 %, au déclenchement d'une grève si nécessaire.

"Nous sommes déçus et en colère que INCO nous ait, une fois de plus, contraints à retirer nos membres", a souligné M. Fraser.

Il a affirmé que le comité de négociation demeure déterminé à obtenir la meilleure convention collective possible et qu'il est prêt à revenir à la table.


Communiqué envoyé le 29 mai 2006 à 09:58 et diffusé par :