Le Lézard
Classé dans : L'environnement

Kyoto 2 - Une première étape franchie à Bonn



BONN, le 26 mai /CNW/ -- BONN, le 26 mai /CNW Telbec/ - Les pays membres du Protocole de Kyoto se sont entendus dans la nuit d'hier, à Bonn, sur un plan de travail pour les six prochains mois qui encadrera les négociations internationales sur ce qui est convenu d'appeler "Kyoto 2". L'enjeu de ces négociations est de déterminer de nouvelles cibles plus importantes de réductions des émissions de gaz à effet de serre pour l'ensemble des pays industrialisés.

"Le sort du monde n'a pas été réglé à Bonn, ce n'était pas l'enjeu ici. Ces négociations prendront quelques années et devront être conclues au plus tard en 2008-2009, de manière à permettre à tous les pays de ratifier Kyoto 2. Par contre, les pays membres de Kyoto ont franchi avec succès une première étape", a déclaré Steven Guilbeault, directeur de Greenpeace Québec. "Pour le moment, le Canada n'a pas osé bloquer le processus", a-t-il ajouté.

Le gouvernement Harper isolé

Pour Hugo Séguin, coordonnateur des communications et des changements climatiques de l'organisme Equiterre, cette conclusion heureuse montre la volonté des autres pays d'aller de l'avant, malgré la quasi-défection du Canada. D'ailleurs, "les manifestations d'appuis sans précédent en faveur du Protocole de Kyoto que l'on a vu au cours des dernières semaines, au Canada et au Québec, ont montré l'isolement du gouvernement Harper. Les Québécois et les Canadiens sont plus progressistes que leur gouvernement fédéral sur cette question."

Les deux organisations environnementales saluent par ailleurs le travail remarquable réalisé par les partis d'opposition à la Chambre des Communes du Canada, de même que l'approche non-partisane qu'ils ont adoptée sur la question. Ils saluent également l'expression unanime de l'Assemblée nationale du Québec, qui a su encore une fois faire consensus sur cette question importante pour les Québécois.

Le plan de travail adopté la nuit dernière balise les négociations jusqu'à la prochaine conférence annuelle des Nations Unies, COP/MOP2, qui regroupera quelque 6000 délégués en novembre prochain, à Nairobi, au Kenya. Les négociateurs devront évaluer les réductions des émissions de gaz à effet de serre qui seront nécessaires pour contrer les changements climatiques, ainsi que les différents scénarios envisageables pour y arriver.

"La Conférence de Nairobi sera cruciale. Plus on tarde à agir, plus les dommages que nous faisons subir à la Terre et à nos sociétés seront importants, et plus les impacts humains et financiers seront importants", affirme également Steven Guilbeault.

"Au Québec et au Canada, nos émissions devront diminuer de plus de 50% au cours des prochaines décennies. Il faudra être plus efficaces, développer de nouvelles technologies, repenser nos villes et nos modes de transport. Ceci est très emballant", concluait Hugo Séguin.

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

20 jan 2018
La fébrilité est palpable. Les équipes mettent la touche finale aux derniers préparatifs. De nombreux bénévoles se trouvent sur les blocs de départ. Même les prévisions météo sont au rendez-vous : avalanche de contenants consignés, vent de solidarité...

19 jan 2018
Le gouvernement a autorisé Rio Tinto à mettre en oeuvre le Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean 2018-2027, à la suite d'une recommandation favorable de la ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre...

19 jan 2018
L'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ) en appelle au Premier Ministre, Monsieur Philippe Couillard, pour faire marche arrière et abandonner le projet de son ministre Pierre Moreau sur le développement des voitures à l'hydrogène au...

19 jan 2018
La Nation haïda et le gouvernement du Canada ont décidé de relever le niveau de protection de la zone de protection marine de SGaan Kinghlas - mont sous-marin Bowie en fermant toutes les pêches qui entrent en contact avec le fond. Cette fermeture a...

19 jan 2018
L'Agence canadienne d'évaluation environnementale (l'Agence) doit décider si une évaluation environnementale fédérale est requise pour le projet de forage exploratoire dans le bassin Orphan de Terre-Neuve, situé à 350 kilomètres à l'est de...

19 jan 2018
La fébrilité est palpable. Les équipes mettent la touche finale aux derniers préparatifs. De nombreux bénévoles se trouvent sur les blocs de départ. Même les prévisions météo sont au rendez-vous : avalanche de contenants consignés, vent de solidarité...




Communiqué envoyé le 26 mai 2006 à 06:50 et diffusé par :