Le Lézard

Le candidat à la direction du Parti libéral Gerard Kennedy promet d'éliminer l'écart salarial qui entrave la prospérité des immigrants



TORONTO, ON, le 25 mai /CNW/ -- TORONTO, ON, le 25 mai /CNW/ - L'élimination de l'écart entre les citoyens d'origine canadienne et les immigrants possédant un niveau d'instruction et une expérience de travail comparables doit devenir une priorité nationale, si nous voulons que l'économie canadienne continue à être concurrentielle au sein d'une économie mondiale, a déclaré aujourd'hui Gerard Kennedy, candidat à la direction du Parti libéral.

"Les efforts individuels de chaque Canadien font en sorte que notre économie soit si prospère; cependant, les immigrants gagnent 40 % de moins, un chiffre étonnant, que les citoyens d'origine canadienne qui possèdent un niveau d'instruction et une expérience de travail comparables", a déclaré M. Kennedy devant l'Economic Club of Toronto, à l'occasion de son premier discours d'importance sur son programme politique depuis qu'il a annoncé sa candidature à la direction du Parti libéral. "Ce défi n'est pas relevé par le gouvernement Harper, malgré le fait que cet écart représente pour notre économie une perte évaluée à 6 milliards de dollars".

"D'ici 2016, nous éliminerons l'écart qui entrave la prospérité des immigrants, soit la différence de revenus qui existe entre les immigrants et les citoyens d'origine canadienne qui possèdent un niveau d'instruction et une expérience de travail comparables, et ce, pour tous les immigrants qui sont au pays depuis 10 ans", a promis M. Kennedy.

Dirigeant ses attaques vers le Parti conservateur, M. Kennedy a sévèrement critiqué le gouvernement Harper, qui selon lui a renoncé à relever ce défi. "Les immigrants gagnent moins, achètent moins de maisons et doivent faire face à un taux de chômage deux fois plus élevé que celui qui touche les citoyens d'origine canadienne. Cette situation n'est pas une priorité pour Stephen Harper, mais elle doit en être une pour le Parti libéral du Canada."

"Nous avons là une occasion rare, qui ne se présente qu'une fois par génération, de contribuer à définir notre leadership à l'échelle mondiale ainsi que l'avenir que nous souhaitons pour notre pays", a ajouté M. Kennedy. "La course à la direction du Parti libéral du Canada est pour vous l'occasion de vous engager, de vous faire entendre et de contribuer au changement."

M. Kennedy a donné un aperçu d'un programme en sept étapes visant à accroître la prospérité des immigrants au Canada. Il comprend :

    - une plus grande reconnaissance de la main-d'oeuvre qualifiée au sein du
      système des points d'appréciation du gouvernement canadien;
    - une plus grande priorité accordée à la réunion des familles;
    - l'amélioration de l'accès à la formation linguistique;
    - la création d'un comité, réunissant des représentants des gouvernements
      fédéral et provinciaux, des municipalités et du monde des affaires, qui
      veillerait à établir des objectifs annuels en matière d'immigration;
    - des mesures visant à inciter les nouveaux Canadiens à participer à
      l'atteinte de nos objectifs, à l'échelle internationale, en matière de
      rétablissement et de maintien de la paix, d'aide humanitaire, de
      recherche et d'éducation, ainsi que dans le domaine des arts et de la
      culture.


"Nous devons appuyer les personnes qui veulent innover, créer de nouvelles entreprises et ouvrir de nouveaux marchés", a-t-il ajouté. "L'esprit d'entreprise sera une nouvelle valeur des Libéraux."

Gerard Kennedy, natif du Manitoba, a occupé le poste de ministre de l'Education de l'Ontario. Il a également assuré la direction, avec succès, de banques alimentaires sans but lucratif efficaces, à Toronto et en Alberta. Il a déclaré, entre autres, que son expérience, au sein du gouvernement et en entreprise, lui a appris à concentrer ses efforts sur l'atteinte de résultats.

Citant son expérience à titre de ministre de l'Education, il a déclaré : "En nous concentrant sur l'atteinte de résultats précis et en investissant de manière prudente, nous avons pu obtenir une hausse de 15 % des taux de réussite en lecture, en écriture et en mathématiques, et cela, en seulement deux ans."

Le discours de M. Kennedy devant l'Economic Club of Toronto constituait sa première intervention publique d'importance à Toronto depuis le lancement de sa campagne en vue d'obtenir le poste de chef du Parti libéral du Canada.


Communiqué envoyé le 25 mai 2006 à 14:37 et diffusé par :