Le Lézard

Dévoilement de la politique des relations internationales - UN GESTE DE PROVINCIALISATION DES RELATIONS INTERNATIONALES



QUEBEC, le 24 mai /CNW/ -- QUEBEC, le 24 mai /CNW Telbec/ - Le député de Richelieu et porte-parole de l'opposition officielle en matière de relations internationales, Sylvain Simard, déplore le manque d'ambition du gouvernement Charest dans l'élaboration de sa politique dévoilée aujourd'hui. "Après plusieurs mois d'attente, la ministre Gagnon-Tremblay a dévoilé une politique qui s'écrase devant le fédéralisme obsessif du gouvernement Harper", a déclaré M. Simard.

Pour le député, le gouvernement conservateur à Ottawa est actuellement le sous-traitant du Québec dans l'exercice de ses relations internationales au sein de forums internationaux et cette tendance se confirme avec le dévoilement de la Politique. Le Québec ne parle plus de sa propre voix : ce sont uniquement les priorités canadiennes qui prévalent désormais. L'obsession sécuritaire américaine que le gouvernement Harper endosse se poursuit sans critique dans l'élaboration de cette politique des relations internationales.

Notons également que la Politique insiste presque exclusivement sur l'aspect économique des relations que le Québec doit, selon le gouvernement, entretenir au niveau international et ce dans tous les domaines de ses activités. À preuve, le gouvernement du Québec a fait le choix d'ouvrir des bureaux ou de renforcer sa représentation dans des centres urbains économiques plutôt que dans des capitales politiques. "Il n'y a rien de mal à un déploiement des intérêts économiques du Québec sur la scène internationale, mais il me semble que les aspects politique, culturel, social et de coopération auraient dû être pris en compte. Faut-il souligner qu'à ce titre, l'Afrique ne semble pas faire partie des priorités du gouvernement Charest dans cette politique. Dans un contexte où la Francophonie et la place du Québec au sein de celle-ci sont primordiales pour les intérêts du Québec, il est navrant de constater cette importante lacune", a indiqué le député.

Sylvain Simard déplore également que l'on ait négligé l'éducation des jeunes et la part de ceux-ci à la coopération. "Le gouvernement Charest abandonne les jeunes qui cherchent à faire une expérience de coopération internationale à eux-mêmes, tout comme il remet en question les bourses d'équivalence à l'intention des étudiants étrangers, surtout ceux du Tiers monde. En somme, cette politique s'avère ni plus ni moins qu'un geste de plus vers la provincialisation des relations internationales du Québec", a conclu le député.

-%SU: RLI

-%RE: 1


Communiqué envoyé le 24 mai 2006 à 17:58 et diffusé par :