Le Lézard
Classé dans : L'environnement

Le président et chef de la direction d'Enviromondial Inc. obtient gain de cause devant la cour d'appel du Québec face à l'Autorité des marchés financiers



MONTRÉAL, le 10 mai /CNW/ -- MONTRÉAL, le 10 mai /CNW Telbec/ - Dans un arrêt daté du 5 mai 2006, la Cour d'appel du Québec a donné raison à monsieur Stevens Demers, président et chef de la direction de la compagnie Enviromondial Inc., face à l'Autorité des marchés financiers (AMF), et a infirmé les 90 jours d'emprisonnement discontinu imposés par la Cour supérieure le 2 novembre 2005. À cet égard, les juges - les Honorables François Doyon, Marie-France Bich et Lise Côté - stipulent dans l'arrêt que M. Demers "n'a pas été reconnu coupable de fraude ou encore d'une infraction continue mettant en cause des centaines d'épargnants. Il n'a pas davantage été reconnu coupable d'avoir, par exemple, (...) fourni des informations fausses ou trompeuses".

Les faits initialement reprochés à monsieur Demers étaient d'avoir aidé Enviromondial Inc. à procéder au placement et à la vente de ses actions sans avoir de prospectus visé par la Commission des valeurs mobilières du Québec (CVMQ), une infraction à laquelle le président et chef de la direction a plaidé coupable le 14 décembre 2004 devant la Cour du Québec, qui l'a condamné à payer une amende.

L'AMF en avait appelé de ce jugement prétextant la protection des investisseurs contre la "fraude et l'abus de confiance". Il appert aujourd'hui, à la lecture de la décision, que les juges de la Cour d'appel considèrent qu'il n'y a eu ni fraude, ni infraction continue, ni mensonge ou encore abus de confiance de la part de M. Demers. Dans les faits, l'AMF a uniquement accusé M. Demers de vente d'actions sans prospectus visé par la Commission des valeurs mobilières.

Selon M. Demers, cette décision de la Cour d'appel soulève des questions au sujet de l'AMF et de la façon dont elle remplit ses fonctions. Après quatre années d'enquêtes et de procédures immodérées, l'AMF n'a jamais trouvé d'éléments frauduleux chez Enviromondial. En outre, elle a maintenu un discours incriminant à l'endroit d'Enviromondial Inc. et de ses dirigeants, portant préjudice à l'entreprise et à ses investisseurs.

Il importe par ailleurs de préciser que cette saga judiciaire a débuté en septembre 2001 alors que M. Demers s'est présenté de son propre chef aux bureaux de la CVMQ pour obtenir des conseils afin de se conformer à la réglementation et qu'en lieu et place des conseils requis, l'AMF a entrepris une enquête sans avoir reçu, à ce moment-là, de plaintes émanant des investisseurs d'Enviromondial. Il est clair maintenant que les actionnaires de l'entreprise n'ont jamais fait l'objet de man?uvres frauduleuses et qu'ils sont très satisfaits du travail accompli.

Malgré l'acharnement de l'AMF, Enviromondial a réussi à poursuivre ses opérations conformément à ses engagements envers les investisseurs. Elle a complété avec succès, le programme de recherche et de développement de sa technologie de gazéification des déchets organiques qu'elle a réalisé de pair avec l'École Polytechnique de l'Université de Montréal. Enviromondial a acquis le brevet de cette technologie le 13 octobre 2005 en concluant une entente avec la société Polyvalor, qui représente l'École Polytechnique. L'entreprise poursuit actuellement la commercialisation de sa technologie.

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

15 jan 2018
Le gouvernement du Canada est résolu à appuyer les collectivités du Nord et à collaborer avec elles dans leur lutte contre les changements climatiques. Aujourd'hui, l'honorable Carolyn Bennett, ministre des Relations Couronne-Autochtones et des...

15 jan 2018
L'Agence canadienne d'évaluation environnementale (l'Agence) a entamé une évaluation environnementale fédérale du projet de mine de terres rares Foxtrot, situé à environ 10 kilomètres à l'ouest de St. Lewis, à Terre-Neuve-et-Labrador. L'Agence...

15 jan 2018
Les Canadiens savent que la pollution a un prix. Ils en constatent les coûts en cas de sécheresses, d'inondations, de phénomènes météorologiques extrêmes, et les répercussions sur leur santé. La tarification de la pollution par le carbone est l'un...

15 jan 2018
Le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal, M. Martin Coiteux, le député de Vanier-Les Rivières, M. Patrick Huot, et le maire de la Ville de...

15 jan 2018
Les réseaux électriques intelligents - des réseaux qui utilisent mieux les actifs de production, de transport et de distribution de l'électricité pour offrir un meilleur service à la clientèle - accroissent le dynamisme et la flexibilité du système...

15 jan 2018
L'interféromètre d'ABB est au coeur d'un instrument clé destiné au satellite Joint Polar Satellite System-1 (JPSS-1) lancé par la NASA pour la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). Cette technologie de nouvelle génération  permettra...




Communiqué envoyé le 10 mai 2006 à 15:54 et diffusé par :