Le Lézard

CTC : 'Les taux d'intérêt élevés sont mauvais pour les familles travailleuses', dit Georgetti



OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 24 mai 2006) - C'est avec un sentiment de déception que le Congrès du travail du Canada reçoit la nouvelle que la Banque du Canada continue de hausser les taux d'intérêt. En effet, elle annonce aujourd'hui que le taux cible du financement à un jour, qui a un effet d'entraînement, est relevé à 4,25 %.

"Puisqu'il n'y a aucun signe d'inflation à la hausse, la Banque du Canada aurait dû agir de façon à maintenir les avantages évidents d'un taux de chômage bas", dit Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada. "En ce moment, les taux d'intérêt élevés sont mauvais pour les familles travailleuses."

Andrew Jackson, économiste en chef du Congrès du travail du Canada, fait remarquer que l'indice de référence de l'inflation est bas et stable à 1,7 %, que la valeur élevée de notre dollar retient les pressions à la hausse sur les prix et que les augmentations de salaires sont de l'ordre de 1 % au-dessus de l'Indice des prix à la consommation, ce qui correspond à la croissance de la productivité.

"La Banque du Canada insiste qu'elle doit agir de manière à limiter les pressions inflationnistes éventuelles, et qu'agir trop vite risque d'accroître le chômage. Pourtant, le taux de chômage chez les jeunes s'établit toujours à 11,5 %, même si le taux national de chômage est relativement bas. Certaines régions sont encore en mauvaise posture et la pénurie de main-d'oeuvre demeure plutôt limitée, sauf dans certaines régions de l'Alberta et de la Colombie-Britannique, dans les métiers spécialisés et dans certains domaines de la santé", explique Jackson.

Georgetti conclut ainsi : "Un marché du travail relativement restreint est une bonne chose pour les travailleurs et les travailleuses. Cela encourage les employeurs à donner une formation et à reconnaître les compétences et les titres des nouveaux immigrants. Les jeunes, pour leur part, peuvent intégrer plus facilement le marché du travail. Les travailleuses et les travailleurs ordinaires obtiennent de réelles, bien que modestes, augmentations salariales pour la première fois depuis des années. Enfin, cela soulage en partie les importants changements provoqués dans le secteur manufacturier et d'autres secteurs par la valeur du dollar canadien qui a presque atteint les 90 cents."

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente trois millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 135 conseils du travail régionaux.




Communiqué envoyé le 24 mai 2006 à 12:30 et diffusé par :