Le Lézard

L'administration Tremblay-Zampino entend donner suite aux recommandations du vérificateur général



MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 24 mai 2006) - L'administration Tremblay-Zampino entend, une fois de plus, assurer un suivi rigoureux aux recommandations que le vérificateur général de la Ville de Montréal a faites dans son rapport qu'il vient de rendre public pour l'exercice terminé le 31 décembre 2005 et pour le trimestre terminé le 31 mars 2006.

"Notre administration continuera à assumer ses responsabilités et à maintenir le cap, pour non seulement mettre en oeuvre les recommandations du vérificateur général dans les meilleurs délais, mais également pour continuer à gérer sainement et rigoureusement les finances de Montréal et à offrir des services de qualité à l'ensemble des Montréalaises et des Montréalais", a déclaré le président du comité exécutif, M. Frank Zampino, accompagné, pour l'occasion, du directeur général de la Ville, M. Robert Abdallah.

Suivi des recommandations de 2004

M. Zampino a tenu à souligner que l'administration municipale a donné suite à 94 % des recommandations formulées par le vérificateur général dans son rapport de l'an dernier. En effet, 283 des 302 recommandations ont été implantées ou sont en cours d'implantation. Cela dépasse largement l'objectif de 80 % fixé par le comité exécutif à cet égard.

Le directeur général, Robert Abdallah a, quant à lui, rappelé que toutes les recommandations du vérificateur général font l'objet d'un plan d'action, avec une date d'échéance. Chacun des services corporatifs et des arrondissements concernés est donc appelé à proposer des actions pour corriger les lacunes et les situations problématiques que le vérificateur général a décelées dans le cadre de ses travaux.

Réactions aux recommandations pour 2005

Le président du comité exécutif et le directeur général de la Ville ont tenu par ailleurs à réagir à certains constats et à certaines recommandations du vérificateur général.

Sur la question de la sécurité de l'information et plus particulièrement au niveau de certaines composantes de la e-Cité, du paiement par carte de crédit et de débit et de la solution de paiement Web, M. Zampino a indiqué qu'un pas important a été franchi avec l'adoption, la semaine dernière, par le comité exécutif, de la Politique de sécurité de l'information. "Cette politique vise à assurer l'intégrité, la confidentialité et la disponibilité de l'information, ainsi que la protection des actifs informationnels de la Ville. Elle s'appliquera à l'ensemble de la Ville, à tous les employés, ainsi qu'aux firmes externes qui utilisent ou accèdent à ces informations. Les arrondissements seront aussi invités à l'adopter", a-t-il expliqué.

M. Abdallah a souligné, de son côté, que le cadre d'approbation des projets e-Cité a été revu et renforcé. "Dorénavant, toute prestation électronique de service devra obligatoirement être certifiée par une ou par les quatre unités suivantes, selon le cas, avant sa mise en service, soit par la sécurité informatique, en tout temps ; par le greffe, pour les informations nominatives ; par le contentieux, pour les aspects contractuels ; et par les finances, pour les volets de paiement", a précisé le directeur général.

En ce qui a trait aux recommandations du vérificateur général sur la gestion des matières résiduelles recyclables, Frank Zampino a rappelé qu'une somme de près de 2 millions de dollars venait d'être autorisée par le comité exécutif afin d'harmoniser, sur une période de deux ans et sur tout le territoire de l'île de Montréal, la collecte sélective dans les immeubles résidentiels de 9 logements et plus. Environ 72 000 logements de plus bénéficieront donc de ce service d'ici la fin de la prochaine année. "Cette initiative devrait nous rapprocher de l'objectif de récupération et de mise en valeur des matières recyclables qui est fixé à 60 % en 2008 pour les municipalités dans la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles", a-t-il fait valoir.

En ce qui concerne la gestion de l'entretien des immeubles, dont le vérificateur général a déploré l'absence d'un plan de conservation dans son rapport, le directeur général a noté que le Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine avait été mandaté pour élaborer un tel plan et que celui-ci devrait être déposé en juin prochain.

MM. Zampino et Abdallah se sont aussi dits heureux de constater que le vérificateur général ait souligné, dans son rapport, les bonnes pratiques de gestion du centre d'appels 9-1-1, ainsi que l'excellente qualité des contrôles internes du principal système de facturation OASIS de la Ville.

En terminant, le président du comité exécutif a tenu à rappeler l'importance du rôle du vérificateur général au sein de l'administration municipale montréalaise. "Son regard objectif sur la gestion des affaires municipales est essentiel dans une organisation publique aussi imposante et décentralisée que la Ville de Montréal. En tant que gardien de la transparence, il s'assure de la conformité des opérations de la Ville avec les lois, les règlements, les politiques et les directives en vigueur. Son expertise dans l'optimisation des ressources contribue à l'amélioration de la performance des principaux programmes de la Ville et à la mise en oeuvre de solutions durables aux problèmes identifiés", a conclu M. Zampino.




Communiqué envoyé le 24 mai 2006 à 12:20 et diffusé par :