Le Lézard

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada publie son rapport final sur l'accident mortel survenu à un Cessna sur le lac Constance, Ontario, en juillet 2005



GATINEAU, QUEBEC--(CCNMatthews - 24 mai 2006) - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) publie son rapport d'enquête final (A05O0147) sur le Cessna A185F sur flotteurs qui est entré en collision avec la surface du lac Constance (Ontario) le 18 juillet 2005, faisant un mort. Le BST a établi que, pour une raison qui n'a pas été déterminée, l'avion sur flotteurs a fait la roue sur le lac après avoir percuté la surface de l'eau et a fini sa course sur le dos dans le lac. Le pilote n'a pas réussi à évacuer l'avion et s'est noyé.

Le rapport indique également que Transports Canada a fait une évaluation des risques inhérents à l'évacuation d'un hydravion submergé afin de déterminer les moyens les plus efficaces de réduire ces risques. Le BST est inquiet car les données historiques révèlent que les personnes qui se trouvent dans un hydravion submergé après un accident risquent de se noyer à l'intérieur de l'appareil. Compte tenu des risques de pertes de vie associés aux accidents d'hydravion sur l'eau, le BST est préoccupé par le fait que les occupants d'un hydravion pourraient ne pas être suffisamment préparés à évacuer un appareil submergé. Le BST trouve également préoccupant le fait que les sauveteurs, dans le présent accident, ne pouvaient accéder à la cabine de l'avion de l'extérieur.

L'enquête révèle que le pilote n'avait pas effectué de vol d'entraînement en présence d'un instructeur depuis plus de quatre ans, ce qui a probablement dégradé ses compétences et l'a rendu moins efficace dans sa prise de décisions. Le mécanisme de verrouillage des portes de l'avion est conçu de telle sorte qu'on ne peut pas ouvrir les portes de l'extérieur si elles sont verrouillées de l'intérieur. Les poignées de porte extérieures ne sont pas facilement visibles quand les poignées sont fermées et que la visibilité est mauvaise. L'enquête révèle également que le pilote ne portait pas ses verres correcteurs lors du vol ayant mené à l'accident et que le sélecteur de la radiobalise de repérage d'urgence (ELT) n'était pas en position armée (ARM), ce qui empêchait la radiobalise de se déclencher à l'impact.

Rappelons que le 18 juillet 2005, vers 10 h 50, heure avancée de l'Est, le Cessna A185F sur flotteurs a fait la roue sur le lac, en direction nord, à proximité de la rive nord de la partie est du lac. L'appareil a fini sa course sur le dos dans le lac. Presque tout l'avion était alors visible. L'appareil a ensuite dérivé à environ 500 pieds à l'est avant de couler au fond du lac. Seuls les flotteurs étaient alors visibles. Des riverains ont tenté de porter secours au pilote, mais ils n'ont pas réussi à le sortir de l'avion.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Ce communiqué est disponible sur le site du BST à www.bst.gc.ca.




Communiqué envoyé le 24 mai 2006 à 10:05 et diffusé par :