Le Lézard

Coiffer pour changer le monde : un événement le 29 mai pour la dignité des femmes démunies au salon Horizon



MONTRÉAL, le 24 mai /CNW/ -- MONTRÉAL, le 24 mai /CNW Telbec/ - Le 29 mai prochain, comme à chaque printemps depuis 2001, Mme Nathalie St-Germain, propriétaire du salon de coiffure Horizon situé au 912 rue Marianne Est à Montréal, ouvrira les portes de son salon pendant toute une journée pour coiffer une clientèle très spéciale. En effet, des femmes sans domicile et survivantes de profonds traumatismes viendront se faire dorloter sous les mains habiles de cette coiffeuse émérite, qui a créé cet événement afin de redonner de la dignité à des personnes malmenées par la vie et appuyer l'organisme La Rue des femmes. Cette année, le salon pourvu pour l'occasion d'une équipe de six bénévoles, accueillera également les femmes de La Petite Maison de la Miséricorde.

"Lorsque j'ai entendu parler de l'histoire de Nathalie St-Germain, j'ai été très touché", a déclaré Hugo Boisvert, vice-président de Matrix Canada, division de L'Oréal spécialisée en produits de coiffure et de coloration professionnels. "Nathalie nous démontre à quel point un simple geste peut faire la différence. Elle m'apparaît l'incarnation même des valeurs fondamentales que possèdent les coiffeurs, ce sont des individus très créatifs qui démontrent beaucoup de sympathie envers leur clientèle."

Dans cette perspective, Matrix s'implique aujourd'hui dans l'événement avec une contribution de produits, avec l'espoir que ce geste en inspirera d'autres et, comme le dit Nathalie, pour voir la différence dans le sourire de ces femmes lorsqu'elles se regardent dans le miroir. "Pour la plupart des gens, s'acheter des chaussures, s'offrir un parfum, ou encore aller chez la coiffeuse, la dentiste, ou la massothérapeute sont des gestes anodins, mais essentiels à leur bien-être; alors imaginez ce que ça peut signifier pour une femme qui n'a pas reçu de tels soins depuis de nombreuses années, voire jamais", souligne Nathalie Saint-Germain.

Mme St-Germain a eu l'idée de créé l'événement lorsqu'un jour, sortie devant son salon pour examiner la coloration d'une cliente à la lumière du jour, une passante à l'allure modeste, accompagnée d'un petit garçon en sandales malgré le froid d'octobre, s'est exclamée tout haut : "Eh! Que c'est beau ! J'aimerais tellement ça !". Bouleversée, Mme St-Germain aurait voulu inviter l'inconnue à entrer dans son salon mais n'a pas osé le faire. Par la suite, elle a raconté cette anecdote à une cliente qui travaillait comme intervenante en art-thérapie pour La Rue des femmes. "J'aurais tellement aimé ça, la coiffer", lui avait-elle confié, ne se doutant pas que ces quelques mots allaient provoquer une réaction en chaîne qui s'est soldée par la mise sur pied de cet événement très spécial où une trentaine de femmes viennent se faire coiffer à chaque année et trouver une oreille attentive pour raconter leurs vies meurtries.

Depuis plus de 10 ans, La Rue des femmes accueille et accompagne les femmes les plus exclues de la société, qui ont vécu ou vivent encore la maltraitance, la pauvreté, la discrimination et le mépris. L'organisme leur permet de recevoir de l'hébergement, des soins, des articles de première nécessité et des services essentiels à leur réinsertion, tout en leur permettant de faire la transition entre la rue et une vie plus stable. Cependant, Mme Francine Martel, directrice de la Fondation La Rue des femmes, tient à rappeler que l'an dernier, faute d'argent, 1 500 femmes n'ont pu être accueillies par l'organisme et ont donc été privées des ressources appropriées dont elles ont tant besoin. À l'instar de Mme St-Germain, elle incite les travailleurs et travailleuses, de même que les entreprises, petites et grandes, à faire un geste à la mesure de leurs moyens. On peut faire des dons en ligne à partir du www.laruedesfemmes.com, faire un chèque libellé au nom de La rue des femmes ou encore communiquer directement avec l'organisme au (514) 284-9665.


Communiqué envoyé le 24 mai 2006 à 07:00 et diffusé par :