Le Lézard

Consultations particulières sur le projet de loi privatisant le Mont-Orford - L'OPPOSITION OFFICIELLE DÉPLORE L'EMPRESSEMENT DU GOUVERNEMENT CHAREST



QUÉBEC, le 23 mai /CNW/ -- QUÉBEC, le 23 mai /CNW Telbec/ - Le député de Verchères et porte-parole de l'opposition officielle en matière de faune et parcs, Stéphane Bergeron, déplore l'empressement du gouvernement Charest d'aller de l'avant avec le projet de loi spéciale consacrant la vente du Mont-Orford à des intérêts privés.

Le député Bergeron s'explique mal l'entêtement du gouvernement, malgré l'opposition ferme de la majorité de la population, malgré la demande répétée de plusieurs groupes de retirer le projet de loi et malgré le manque de transparence évident de ce projet scandaleux.

"Pourquoi le gouvernement refuse-t-il l'offre faite par la Coalition SOS Parc Orford de suspendre jusqu'au 15 décembre le processus d'adoption du projet de loi afin de créer une table de concertation régionale, tel que le recommande le rapport du BAPE? À ce que je sache, l'intérêt public n'est pas menacé en accédant à cette demande", a indiqué Stéphane Bergeron.

Il trouve d'autant plus déplorable le fait que le ministre Béchard ait également refusé de tenir une consultation générale sur le projet de loi, ce qui aurait permis à tous les groupes concernés en Estrie d'exprimer leurs positions et de présenter leurs propositions. La consultation particulière imposée par le gouvernement réduit considérablement le nombre d'intervenants qui peuvent être entendus.

"Il m'apparaît également curieux que le ministre Béchard tienne les consultations avant de débuter l'adoption de principe du projet de loi. Cela n'est pas commun et indique clairement l'urgence avec laquelle le gouvernement veut imposer ce projet de loi inacceptable. Mais pire encore, lors du début des audiences, le ministre a catégoriquement refusé d'entendre la Ville de Magog qui est directement touchée par ce projet de loi", a poursuivi le député.

Pourtant, le consensus contre le projet prend de l'ampleur actuellement, particulièrement en Estrie. La MRC de Memphrémagog a d'ailleurs présenté une alternative au projet scandaleux du gouvernement Charest, une alternative largement acceptée par la population estrienne, supportée par la chambre de commerce locale et pour laquelle la Coalition SOS Parc Orford n'a pas fermé la porte. "Pour un gouvernement qui se targue d'être à l'écoute du monde municipal, pourquoi un tel refus d'écouter la population et les élus locaux, tel que le préconise le BAPE et tel que promis par le premier ministre en 2003 en campagne électorale? Il doit y avoir des intérêts sous-jacents qui échappent à la population dans ce dossier litigieux", a conclu M. Bergeron.

-%SU: CPN,ENV,SPT

-%RE: 1,39


Communiqué envoyé le 23 mai 2006 à 16:27 et diffusé par :