Le Lézard

Au c?ur de l'incident de Salluit : non pas la censure mais le respect



MONTRÉAL, le 23 mai /CNW/ -- MONTRÉAL, le 23 mai /CNW Telbec/ - La Commission scolaire Kativik ne censure pas ses enseignants et aucun groupe religieux ne dicte à la Commission scolaire ce qui peut ou non être enseigné dans nos écoles. Le c?ur du sujet, c'est qu'on s'attend à ce que les enseignants adhèrent aux objectifs des programmes et respectent la culture des gens auprès desquels ils ont le privilège de vivre et d'enseigner.

L'enseignement de la Théorie de l'évolution de Darwin ne fait pas partie des objectifs de notre programme de sciences ou de sciences humaines du secondaire 1 au secondaire 5. Il se trouve qu'il y a un paragraphe dans le manuel de biologie au secondaire 3 qui mentionne la Théorie dans le contexte d'une discussion sur les ossements. C'est tout. Si un enseignant ou une enseignante brodent sur le programme, ceci n'est pas sanctionné par nos conseillers pédagogiques ni par la Commission scolaire. À partir de l'année scolaire 2006-2007, le programme d'études sera officiellement normalisé dans toutes les écoles du Nunavik de manière à assurer que tous nos enfants aient la même chance d'apprendre le même contenu et d'obtenir leur diplôme d'études secondaires avec les mêmes connaissances.

L'enseignant au centre de cette controverse a décidé, de sa propre initiative, d'incorporer la "Théorie de l'évolution" à plusieurs reprises dans le contexte de son enseignement, malgré le fait qu'il avait été averti plusieurs fois par la direction de l'école du caractère délicat de cette question. Sa justification, c'est que les élèves du Nunavik "devraient avoir le même droit à la même éducation que les autres élèves". Nous sommes d'accord, mais les Inuit du Nunavik devraient également avoir le droit de voir à ce que leurs points de vue et leur mode de vie soient respectés par nos enseignants.

En vertu en particulier du chapitre 17 de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, protégée par la Constitution, et aussi conformément à la Loi sur l'instruction publique pour les autochtones cris, inuit et naskapis, la Commission scolaire Kativik a le droit et la responsabilité d'élaborer des programmes et du matériel pédagogique en inuktitut, en anglais et en français, du moment que nous rencontrons les objectifs prescrits par le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport. Nos élèves ont le même droit à l'information que tous les autres élèves au Canada ou en Amérique du Nord. Il y a des livres sur la "Théorie de l'évolution" dans nos bibliothèques scolaires, que nos élèves sont libres de consulter et tous nos élèves ont accès au World Wide Web.

Nous encourageons nos élèves à avoir l'esprit ouvert et à penser par eux-mêmes. Nous nous attendons à ce que nos élèves développent leur respect des autres cultures et reconnaissent la diversité culturelle et les valeurs des autres peuples. Nous avons certainement le droit de nous attendre au même traitement de la part de nos enseignants.


Communiqué envoyé le 23 mai 2006 à 14:40 et diffusé par :