Le Lézard
Classé dans : L'environnement

Lutter contre les îlots de chaleur à Montréal en plantant des arbres !



MONTRÉAL, le 19 mai /CNW/ -- MONTRÉAL, le 19 mai /CNW Telbec/ - Dans le cadre de son projet de lutte aux îlots de chaleur urbains à Montréal, le Conseil régional de l'environnement de Montréal (CRE-Montréal) négocie avec diverses institutions la possibilité de planter des arbres sur leur terrain pour le bénéfice des résidants de l'arrondissement Plateau Mont-Royal. Le CRE-Montréal, grâce à la contribution financière de l'Agence de santé publique du Canada et grâce à un partenariat avec plusieurs acteurs montréalais, dont l'arrondissement Plateau Mont-Royal, la Direction de santé publique de Montréal et les éco-quartiers Plateau Mont-Royal et Jeanne-Mance, poursuit depuis plus d'un an un projet de lutte aux îlots de chaleur urbains, visant d'une part à sensibiliser les MontréalaisES et les propriétaires de grands terrains en ville aux moyens dont ils disposent pour agir concrètement dans ce sens et d'autre part, à planter plus d'une centaine d'arbres dans les lieux ciblés comme des îlots de chaleur dans l'arrondissement Plateau Mont-Royal.

Aujourd'hui, le CRE-Montréal s'associe à l'École nationale de théâtre pour une opération de plantation de 14 arbres sur le terrain de l'institution situé au croisement des rues Laurier et Saint-Denis. Cette plantation bénéficiera non seulement au propriétaire du terrain mais aussi aux passants et résidants du quartier en apportant tous les bénéfices environnementaux associés aux arbres : ombrage, captage des poussières et des polluants atmosphériques. "Nous sommes contents de participer concrètement à l'effort collectif visant à améliorer la qualité de vie du quartier et de tous les étudiants de notre école", déclare monsieur Luc Pelletier, directeur administratif de l'École nationale de théâtre.

Cette opération, réalisée aussi en partenariat avec l'école d'horticulture du jardin botanique de Montréal pour l'équipe de plantation (une douzaine d'étudiants supervisés par une horticultrice enseignante), s'inscrit dans une démarche visant à trouver des lieux propices à des plantations d'arbres, proches des milieux de vie des MontréalaisES et autres que les parcs municipaux et les rues. Or, ce potentiel existe ; le CRE-Montréal l'a découvert à travers son projet dans l'arrondissement Plateau Mont-Royal. Il n'y a qu'à penser aux terrains institutionnels appartenant à des écoles (dont les cours extérieures), à des établissements de santé, à des églises, ainsi qu'aux zones de stationnement, et bien sûr aux ruelles, nombreuses à Montréal. "Ces lieux sont pour la plupart très proches des zones résidentielles et bien nantis en espaces libres voire déjà gazonnés ; de belles occasions à saisir pour verdir la Ville et lutter contre le phénomène d'îlot de chaleur" selon Coralie Deny du CRE-Montréal.

Et plusieurs ont déjà été saisies ou sont sur le point de l'être sur le Plateau. Hier, onze arbres ont intégré le paysage entourant l'église      Saint-Denis. Mercredi dernier, c'était au tour de l'église St-Stanislas de Koska de recevoir 16 arbres. Pierre Côté, vicaire épiscopal de la région Sud de Montréal, très enthousiasmé par ce projet dès le départ, se réjouit de voir les terrains entourant les églises contribuer ainsi au bien-être de la communauté locale. Parents et élèves de l'école Louis-Hippolyte Lafontaine plantaient 17 arbres sur les terrains scolaires les 6 et 7 mai dernier. La ruelle Marquette en 2005, dans le cadre du projet de verdissement de      l'éco-quartier Plateau Mont-Royal, se dotait de neuf arbres et les ruelles Barette et Lafrance devraient suivre cet exemple cette année. Par ailleurs, le CRE-Montréal a développé un partenariat avec l'arrondissement Plateau      Mont-Royal : outre les sept arbres fournis par le CRE-Montréal et déjà plantés par l'Arrondissement, plusieurs dizaines d'autres devraient suivre le même chemin à l'automne 2006.

Le CRE-Montréal a publié un dépliant de sensibilisation, grâce à la contribution financière de la Direction de santé publique de Montréal, qui a déjà été distribué à plus de 50 000 exemplaires dans l'arrondissement et à travers son réseau de partenaires. Le dépliant donne de l'information sur la problématique des îlots de chaleur en milieu urbain mais insiste surtout sur les solutions : planter des arbres aux bons endroits et des végétaux (vignes, plantes grimpantes, arbustes...), transformer les terrasses et les balcons en jardins suspendus, verdir des cours arrières et des devantures de maison, utiliser des matériaux réfléchissants de couleur pâle, entre autres pour le toit, et aménager des toits verts.

La forte densité de population de la Ville de Montréal ainsi que la minéralisation de l'espace urbain représentent sans conteste un facteur important du réchauffement climatique en ville. À Montréal, c'est près de 80 % de la surface du territoire qui est construite ou asphaltée. Dans l'arrondissement Plateau Mont-Royal, très densément peuplé, le ratio de la superficie d'espaces verts par 1 000 habitants est très faible.

La chaleur accablante dans les grandes villes comme Montréal est maintenant considérée comme une source de morbidité et de mortalité. Pourquoi fait-il plus chaud à la ville qu'à la campagne de 2 à 8 degrés celcius ? L'asphalte qui envahit les villes est pointée du doigt comme un des plus puissants accumulateurs de chaleur. La température peut varier de plusieurs degrés d'un quartier à l'autre et même à l'intérieur d'un quartier, c'est ce que l'on appelle les îlots de chaleur urbains.

Or, plus il fait chaud, plus il y a d'épisodes de smog et de journées de mauvaise qualité de l'air. La chaleur augmente notamment la quantité de composés organiques volatils dans l'air (vapeurs des tuyaux d'échappement et peintures à base de solvants). Une solution majeure pour contrer les îlots de chaleur urbains et lutter contre la pollution atmosphérique est d'augmenter la quantité d'espaces verts et plus particulièrement d'arbres en ville.

Changeons les îlots de chaleur en îlots de verdure !

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

22 sep 2018
Les côtes et les voies navigables du Canada forment une composante majeure de l'identité canadienne. Nos côtes nous permettent d'exporter nos marchandises à l'étranger et d'en importer au Canada. Elles sont le siège de la pêche au pays, elles...

22 sep 2018
Le port de Victoria est un secteur apprécié des résidents et des touristes depuis plusieurs générations, de même qu'une aire d'alimentation essentielle à la survie de la faune locale. Il est donc important d'en assurer la salubrité. Aujourd'hui,...

21 sep 2018
L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a confirmé la présence de l'agrile du frêne à Bedford, Nouvelle-Écosse. La nouvelle détection est une première pour la Nouvelle-Écosse, qui se trouve à l'extérieur des zones actuellement...

21 sep 2018
L'Agence canadienne d'évaluation environnementale (l'Agence) doit décider si une évaluation environnementale fédérale est requise pour le projet de forage exploratoire extracôtier au sud-est de Terre-Neuve, situé à 300 kilomètres à l'est de...

21 sep 2018
En tant que principal acheteur de biens et de services canadiens, le gouvernement du Canada utilise une nouvelle méthode d'approvisionnement pour aider les propriétaires de petite entreprise du pays à commercialiser leurs idées et à résoudre des...

21 sep 2018
Le maire de Beaconsfield, M. Georges Bourelle et les élus de la Ville sont heureux d'inviter les représentants des médias à une conférence de presse portant sur une nouvelle étape dans la protection du bois Angell, par l'acquisition de la Ville de...




Communiqué envoyé le 19 mai 2006 à 12:00 et diffusé par :