Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujet : Affaires étrangères

L'accent est mis sur la coopération Chine-ECO lors de l'édition de Prague du Forum sur l'Europe de la CEIBS



PRAGUE, 26 septembre 2018 /CNW/ - L'historique château de Prague a donné place à une discussion franche et fructueuse portant sur la manière dont la Chine et les pays de l'Europe centrale et orientale (ECO) peuvent travailler ensemble afin de stimuler leur croissance économique mutuelle. Réunissant environ 200 participants, l'événement a permis à des conférenciers de prononcer des allocutions, notamment H.E. Jianmin Zhang, le nouvel ambassadeur de la Chine en République tchèque; M. Jiri Rusnok, gouverneur de la Banque nationale tchèque; M. Jan Kohout, président de l'Institut de la nouvelle route de la soie de Prague (New Silk Road Institute Prague) et conseiller du président de la République tchèque; Li Mingjun, professeur et président de la CEIBS; et Xu Bin, professeur d'économie et de finance de la CEIBS. Le forum a été coorganisé par la CEIBS (China Europe International Business School -- École de commerce international Chine-Europe) et l'Institut de la nouvelle route de la soie de Prague.

L'accent est mis sur la coopération Chine-ECO lors de l'édition de Prague du Forum sur l'Europe de la CEIBS (PRNewsfoto/China Europe International Busi)

Lors de sa première allocution officielle à titre d'ambassadeur de la Chine en République tchèque, H.E. Jianmin Zhang a fait valoir l'importance que les deux pays travaillent ensemble en raison de la montée de l'unilatéralisme et du protectionnisme dans certaines régions de la planète. « La guerre commerciale entraîne des tensions dans les relations économiques et commerciales entre les grandes puissances, augmentant ainsi les incertitudes. La Chine a toujours souscrit aux principes du système commercial multilatéral et au libre-échange... Nous comptons nous ouvrir encore davantage sur le monde », déclare-t-il. Il a souligné que les relations sino-tchèques se « développent bien », les données montrant que les investissements bidirectionnels augmentent rapidement. La prochaine étape, selon lui, est de rehausser la collaboration entre les deux parties.

La question de la coopération entre les deux pays a aussi été abordée par Jan Kohout, ancien vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la République tchèque. Il a parlé des gains déjà réalisés, mais a également souligné « qu'il restait beaucoup à faire » et a fait mention de domaines dans lesquels les deux parties peuvent approfondir leur collaboration. De nombreux investisseurs chinois, affirme-t-il, s'intéressent aux projets d'infrastructures, souhaitent acquérir des sociétés de TI et de haute technologie, et veulent vendre leurs biens dans un marché élargi en ECO. « Nous nous attendons à ce que la Chine ouvre davantage ses marchés. Nous avons une entente mutuelle ces dernières années. Il faut aussi préciser notre stratégie à long terme de même que les lois et les règlements », déclare-t-il. « Nous avons fait des progrès. Le forum d'aujourd'hui est une plate-forme extraordinaire nous permettant d'échanger des idées pouvant servir de source d'inspiration pour notre collaboration future. Les projets d'avenir sont l'une des issues de cet événement. Nous accueillons favorablement les investisseurs chinois en République tchèque, plus particulièrement dans les secteurs mentionnés précédemment. » Il a présenté son pays comme étant une source de main-d'oeuvre de grande qualité, et a souligné l'intérêt de celle-ci à obtenir l'accès au marché chinois ainsi que le potentiel de collaboration des deux pays en matière de R et D.

Le gouverneur de la Banque nationale tchèque (CNB), Jiri Rusnok, a expliqué comment les deux pays collaborent et peuvent continuer de le faire dans le secteur de la finance. Cette relation de travail, qui remonte à 2010 lorsqu'un protocole d'entente entre la CBRC (China Banking Regulatory Commission -- Commission de réglementation bancaire de la Chine) et la CNB, l'une des premières autorités de surveillance de l'Union européenne avec laquelle la CBRC a signé une entente, s'est étendue en 2016 quand la gestion de crise a été ajoutée à son domaine de compétence. Lors de son allocution, M. Rusnok a décrit certaines des politiques requises pour assurer dorénavant la stabilité financière mutuelle en vertu de l'initiative BRI (Belt & Road Initiative -- ceinture et route) menée par la Chine. Il a aussi indiqué comment les marchés financiers des deux pays peuvent élargir leur collaboration. « Nous avons d'abord besoin d'un système financier robuste, puis nous devons réduire les facteurs nuisant à la protection des consommateurs et promouvoir la littératie financière », affirme-t-il. Il a alors présenté des exemples d'avantages découlant du système de « supervision intégrée » de la CNB, qui permet de mettre l'accent sur le risque systémique, les synergies de partage d'information, le soutien technique et professionnel robuste, ainsi que la prise autonome de décisions. De plus, il a fait remarquer que l'on assiste à une consolidation de la réglementation du marché financier et à une supervision à l'échelle nationale, ce qui crée les conditions requises pour un échange efficace, une intégration des données pertinentes et une consolidation potentielle des travaux d'analyse. « Nous travaillons avec nos homologues chinois en matière de connaissances et de partage d'expériences, sur des sujets comme la stabilité financière, par exemple », fait-il valoir. « Je crois fermement que nous pouvons collaborer afin d'échanger davantage d'expériences entre nous. »

Les domaines de coopération future entre la Chine et la République tchèque, affirme-t-il, pourraient être la stabilité financière et la mise à l'épreuve; la surveillance des marchés du crédit de consommation et le secteur financier non bancaire; de même que la politique prudentielle pouvant permettre d'éviter les bulles touchant les marchés d'actifs, d'amasser une réserve suffisante de capitaux et d'assurer la coordination des politiques monétaires. Il a aussi mentionné les défis à relever qui pourraient entraver la mise en oeuvre de sa vision de coopération, y compris ce qu'il décrit comme un « déséquilibre substantiel en matière d'échanges mutuels », une gouvernance et des structures de propriété moins transparentes de certaines entités chinoises, et des stratégies d'investissement vagues de la part de certains investisseurs chinois. « Les relations du futur entre la République tchèque et la Chine doivent être mutuellement avantageuses », a-t-il rappelé. « Nous saluons véritablement l'initiative prise par la Chine d'ouvrir davantage son marché au monde extérieur. Nous estimons que cela pourrait nous aider à promouvoir davantage notre coopération. »

Xu Bin, professeur d'économie et de finance de la CEIBS, a poursuivi sur le thème des relations mutuellement avantageuses. Il s'est servi de données économiques pour mettre en lumière comment la Chine et la République tchèque peuvent collaborer et tirer des leçons desquelles les deux pays peuvent tenir compte. Il a souligné les similitudes entre les nations : les services représentent une grande proportion de leur PIB et les aident à maintenir un faible taux de chômage; elles sont toutes deux très attrayantes aux yeux des investisseurs étrangers; elles se développent (relativement) très rapidement; et leur croissance économique est propulsée par les capitaux et les technologies. Après avoir fourni une comparaison macroéconomique des deux pays, le professeur Xu a ensuite mis en lumière six points que la Chine peut apprendre de la République tchèque, soit comment : urbaniser tout en préservant son héritage culturel; améliorer le commerce des services; fournir des soins de santé à une population vieillissante; trouver un juste équilibre relativement à l'impôt sur le revenu, les profits et les gains en capitaux; lutter contre la pollution atmosphérique; et gérer avec succès le cours de change ainsi que les autres enjeux du secteur financier visant le commerce international et l'investissement étranger direct.

Le forum a lieu à un moment historique, soit lors de la 40e année de la réforme et de l'ouverture de la Chine, du 15e anniversaire du partenariat stratégique détaillé Chine-Union européenne, et du 5e anniversaire de l'initiative BRI. La Chine voit l'ECO comme un moteur potentiel de la croissance économique européenne ainsi qu'un partenaire et une destination d'importance pour l'investissement. De plus, comme l'a souligné lors de son discours de bienvenue le professeur Li Mingjun, président de la CEIBS, la République tchèque est un élément essentiel de la relation qui lie la Chine à l'ECO. « Les échanges politiques, économiques et culturels entre les deux pays ont continué de progresser, et le commerce bilatéral a crû de manière saine. La Chine est le principal partenaire commercial de la République tchèque à l'extérieur de l'Union européenne et la deuxième plus importante source de biens importés au sein de ce pays, alors que la République tchèque, elle, est le deuxième plus grand partenaire commercial de la Chine en Europe centrale et orientale », a-t-il indiqué. « Dans l'optique de l'initiative "One Belt, One Road" de la Chine et de la "coopération 16+1", qui s'appuie sur la lancée de "la belle époque" des relations sino-tchèques, nous sommes rassemblés ici aujourd'hui, remplis d'espoir, pour offrir une plate-forme permettant l'échange de points de vue et la coopération entre les entreprises. » Il a aussi mentionné le travail que la CEIBS a déjà accompli à cet égard, dont la collaboration l'an dernier propre au fonds SINO-ECO qui a mené au lancement de l'initiative de l'IREECO. Celle-ci a permis à la CEIBS de collaborer sur le plan scolaire avec 16 pays de l'ECO et leurs groupes d'intérêt de niveau national, ainsi qu'avec des écoles de commerce renommées. Elle a également fourni un soutien intellectuel aux départements d'État pertinents pour la collaboration en ECO. Tous ces efforts sont complétés par le forum de Prague, qui se veut « un pont de travail avec les partenaires européens afin de promouvoir la coopération commerciale entre la Chine et l'Europe », soutient le professeur Li.

L'événement s'est conclu par deux groupes de discussion auxquels participaient des dirigeants chinois et tchèques de premier plan. La première discussion a porté sur des pratiques et des exemples d'investissement au sein des deux pays. On compte parmi les panélistes le chef de la direction de SINO-CEEF Europe, Jin Chen; le président de la Chambre de commerce tchèque, Vladimir Dlouhy; le directeur général de COSCO SHIPPING Lines (Europe centrale) s.r.o., Zhongming Luo; le président de Zhejiang Huajie Investment Development Co., Ltd., Fengde Zhang; et le président de Deloitte (République tchèque), Josef Kotrba.

La journée s'est close par une table ronde sur le « nouvel espace de coopération chinoise-tchèque » (New Space for China-Czech Cooperation), qui a permis au président du conseil d'administration et directeur général de CEZ ESCO, Kamil Cermak; au président de l'Association des petites et moyennes entreprises de la République tchèque (Association of Small and Medium-sized Enterprises of the Czech Republic), Karel Havlicek; au chargé de pays de Dahua Technology Czech s.r.o., Zhenyu Hu; au président du conseil d'administration de Czech General Aircraft, Petr Hyl; et au gestionnaire du groupe commercial de Huawei Technologies (République tchèque), Peter Basek, de prendre la parole.

Ce forum est l'un des cinq du genre organisés par la CEIBS, l'école de commerce international de premier plan de la Chine, avec l'appui de partenaires de partout en Europe. Ils s'inscrivent dans le cadre de l'initiative élargie 2018 Insights de la CEIBS, qui a été mise sur pied pour marquer le 15e anniversaire du partenariat stratégique détaillé Chine-Union européenne en examinant le rôle que la CEIBS a joué et continue de jouer dans la promotion des relations sino-européennes. Avant le forum de Prague, la CEIBS a tenu des événements à Munich et à Londres les 17 et 19 juillet, respectivement. Les prochains événements de la série de forums européens Insights 2018 de la CEIBS se tiendront à Paris le 19 octobre, puis à Zurich le 24 octobre.

À propos de la CEIBS

La China Europe International Business School (CEIBS -- École de commerce international Chine-Europe) compte parmi les plus grandes écoles de commerce international de l'Asie, où elle est la seule à s'être hissée sur la liste des 30 meilleurs programmes de MBA, d'EMBA et de formation de cadres supérieurs du Financial Times.

La CEIBS compte plus de 20 000 diplômés issus de plus de 80 pays dans le monde et a offert un vaste éventail de programmes de formation en gestion à plus de 150 000 cadres supérieurs de la Chine comme de l'étranger. L'équipe de la faculté de la CEIBS est exceptionnellement bien placée pour assurer l'ampleur et la portée mondiale de la Chine tant dans le secteur de l'enseignement que dans celui de la recherche.

La CEIBS a des campus à Shanghai, à Beijing, à Shenzhen, à Zurich et à Accra.

Photo - https://mma.prnewswire.com/media/749820/CEIBS_Europe_Forum_Prague.jpg 

 

SOURCE China Europe International Business School


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 02:30
The Consumer Goods Forum (CGF) se félicite du lancement du Global Health and Wellness Digital Framework (cadre numérique pour la santé et le bien-être dans le monde) élaboré en partenariat avec Capgemini. Le but de ce cadre est d'indiquer aux membres...

18 oct 2018
Kindred va représenter les produits de CannTrust en vertu d'un accord exclusif  CannTrust Holdings Inc. (« CannTrust » ou la « Société ») , l'un des principaux producteurs agréés et l'une des marques de cannabis à usage médical les plus fiables du...

18 oct 2018
CO2 Solutions inc. («?la Société?») a publié aujourd'hui les résultats financiers de son quatrième trimestre et exercice clos le 30 juin 2018. Les états...

18 oct 2018
Le Conseil des ministres a procédé aux nominations suivantes à sa séance d'aujourd'hui. Ministère du Conseil exécutif Mme Line Bérubé est nommée, à compter du 22 octobre 2018, secrétaire générale associée aux emplois supérieurs au ministère du...

18 oct 2018
Samsung Electronics Co., Ltd. a annoncé la création d'un autre centre d'intelligence artificielle (IA) à Montréal, deuxième plus grande ville du Canada qui abrite l'une des communautés d'IA à la croissance la plus rapide au monde. ...

18 oct 2018
MEDEC, l'association canadienne des technologies médicales, félicite Mme Danielle McCann, M. Lionel Carmant, M. Pierre Fitzgibbon et M. Christian Dubé pour leurs nominations respectives à titre de ministre de la Santé et des Services sociaux,...




Communiqué envoyé le 26 septembre 2018 à 15:24 et diffusé par :