Le Lézard
Classé dans : Science et technologie, Santé

Des experts de premier plan appellent d'urgence l'industrie pharmaceutique et les donateurs internationaux à s'engager en faveur de la mise en place de vaccins antipneumococciques



LONDRES, May 18 /PRNewswire/ --

- Des millions de décès pourraient être évités par une vaccination systématique contre la principale cause de pneumonies et de méningites dans les pays en développement

Dans l'édition en ligne d'aujourd'hui de The Lancet, un groupe d'experts de premier plan en matière de santé dans le monde lancent conjointement un appel aux fabricants de vaccins et aux donateurs internationaux afin de négocier des tarifs abordables pour les vaccins antipneumococciques conjugués, et aux gouvernements des pays en développement et à leur partenaires afin qu'ils établissent des réseaux de surveillance épidémiologique et entreprennent les préparatifs pour mettre en place une vaccination contre le pneumocoque.

Les experts sont convaincus qu'il est urgent d'adopter des mesures pour entreprendre la vaccination systématique des enfants contre le pneumocoque, à cause des conséquences considérables de cette maladie. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime en effet qu'environ 1,6 million de personnes, dont près d'un million d'enfants de moins de cinq ans, meurent chaque année de pneumonie, de méningite et autres infections à pneumocoques(1). Dans les populations où le taux de mortalité infantile est élevé, la pneumonie est la première cause infectieuse de décès et est responsable d'environ 20 à 25 % des cas de mortalité infantile(2).

L'appel ainsi lancé intervient à la veille d'un congrès des ministres du G8 sur le financement des vaccins. Ceci semble être la dernière étape des évolutions fondamentales que le financement de la vaccination a connu ces cinq dernières années, au nombre desquelles figure la création de l'Alliance GAVI (Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination) et de son Fonds mondial pour les vaccins. << Nous espérons qu'avec la mise en place de tels mécanismes, tous les pays en développement commenceront à envisager que des millions d'enfants peuvent désormais être sauvés par le simple ajout de ce vaccin aux programmes existants de vaccination >>, a insisté le Dr Orin Levine, qui est l'auteur principal de l'article et également le directeur exécutif du projet PneumoADIP, organisation non gouvernementale qui vise à réduire le délai entre le lancement d'un vaccin dans les pays industrialisés et son introduction dans les pays en développement.

Le Dr Thomas Cherian, coordinateur provisoire du Programme élargi de vaccination (PEV) de l'OMS et co-auteur de l'article, ajoute : << Les infections à pneumocoques constituent un problème de santé mondial. Il est encourageant qu'un vaccin heptavalent, efficace contre sept souches courantes de ce pathogène, ait déjà été mis sur le marché et soit utilisé dans plus de 60 pays ; par ailleurs, des formules incluant des sérotypes supplémentaires de ce micro-organisme qui sont également pertinents dans les pays en développement, sont en cours de développement. L'OMS considère les vaccins antipneumococciques comme une priorité et reconnaît qu'il est urgent de les rendre accessibles aux enfants des pays en développement. >>

D'autres vaccins antipneumococciques, actuellement en cours de développement, contiennent des sérotypes supplémentaires afin de cibler des souches du pathogène qui sont en général causes de décès ou de handicaps dans les pays en développement ; cependant, ils ne seront pas disponibles avant sept ans. La mise en place de vaccinations avec le vaccin heptavalent signifie que des vies peuvent dès à présent être sauvées. Ce vaccin, fabriqué par Wyeth, est efficace, bien toléré et peut être administré dans le cadre des systèmes de vaccination déjà existants. Les données de surveillance des infections aux États-Unis indiquent que l'effet d'immunité de groupe(i) résultant d'une vaccination antipneumococcique systématique durant l'enfance prévient deux fois plus de cas que les effets directs d'une vaccination isolée, ce qui protège aussi bien les adultes vulnérables que les enfants.

En réponse à l'article paru dans The Lancet, Julian Lob-Levyt, secrétaire exécutif de l'Alliance GAVI, a déclaré : << Il existe des preuves convaincantes des avantages que présentent les vaccins contre la plupart des maladies responsables de la mortalité infantile, notamment le fait qu'une intervention sanitaire aussi simple peut contribuer à remplir le 4e des Objectifs du millénaire pour le développement définis par les Nations unies : réduire la mortalité infantile de deux tiers d'ici 2015. Le GAVI étudiera soigneusement comment assister au mieux les pays où les infections à pneumocoques représentent un grave problème de santé publique. >>

Jean Stephenne, président de GlaxoSmithKline Biologicals, la division consacrée aux vaccins de GlaxoSmithKline PLC, a lui aussi salué l'appel lancé dans The Lancet et a déclaré : << GSK Bio a investi pendant plusieurs années dans le développement d'un vaccin qui protège des dix souches principales de sérotypes pneumococciques dans le monde, et notre candidat vaccin fait actuellement l'objet d'une étude dans le cadre d'un programme clinique mondial. Nous fournissons depuis longtemps des vaccins aux pays en développement et nous nous sommes engagés à faire en sorte que nos vaccins antipneumococciques soient accessibles dans le monde entier à un tarif raisonnable. Nous espérons que nos partenaires parmi les gouvernements, les institutions donatrices, les organisations caritatives et les organisations internationales vont nous appuyer avec un engagement de commande ferme, ce qui nous permettra de sauver autant de vies que possible. >>

James Connolly, vice-président exécutif et directeur général de la division Vaccins de Wyeth Pharmaceuticals, a soutenu cet appel et déclaré : << Le Prevnar a été lancé dans 60 pays et, là où il est utilisé, il a eu un impact significatif sur la santé des enfants. Aux États-Unis, après trois ans d'utilisation systématique du Prevnar, il a été constaté un recul de 94 % des infections invasives à pneumocoques causées par les sérotypes pathogènes inclus dans le vaccin. Nous travaillons activement avec les agences internationales afin de favoriser l'accès au Prevnar pour les enfants des pays en développement.

<< Dans le même temps, les chercheurs de Wyeth continuent à travailler sur de nouvelles versions du Prevnar, dont une version qui s'attaquera à 13 des sérotypes présentant la plus forte prévalence dans les infections pneumococciques invasives, ce qui étendra son efficacité globale à la fois aux enfants et aux adultes. >>

(i) L'immunité de groupe est la résistance d'une population à la diffusion d'un organisme pathogène du fait de l'immunité d'une forte proportion de la population - une étude menée aux États-Unis suggère que l'effet d'immunité de groupe obtenu grâce à la vaccination antipneumococcique peut être particulièrement fort.

Références

1. OMS. Vaccins antipneumococciques. Relevé épidémiologique hebdomadaire 2003 ; 14:110-119

2. Williams BG, Gouws E, Boschi-Pinto C et al. Estimates of worldwide distribution of child deaths from acute respiratory infections (Estimation de la répartition mondiale de la mortalité infantile due aux infections respiratoires aiguës). Lancet, Infectious Diseases 2002 ; 2:25-32

Informations pour les rédacteurs

Les maladies à pneumocoques sont des infections provoquées par le Streptococcus pneumoniae. L'infection des poumons par cette bactérie est la forme la plus courante de pneumonie bactérienne. Les bactéries peuvent également envahir le sang (bactériémie) et/ou les tissus et le liquide qui entourent le cerveau et la moelle épinière (méningite).

D'après l'OMS, la pneumonie à pneumocoques et la méningite sont responsables du décès de 800 000 à un million d'enfants chaque année, et plus de 90 % des cas de mortalité infantile par pneumonie à pneumocoques surviennent dans les pays en développement.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), institution spécialisée des Nations unies pour la santé, a été fondée le 7 avril 1948. Comme il est précisé dans sa Constitution, l'OMS a pour but d'amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible. Dans ce même document, la santé est définie comme un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.

L'objectif du Plan de développement et d'introduction accéléré de vaccins antipneumococciques (PneumoADIP) est de réduire le délai entre le lancement d'un nouveau vaccin dans les pays industrialisés et son introduction dans les pays en développement, en réduisant les incertitudes liées à la demande et en garantissant un approvisionnement viable en vaccins à un prix abordable. Cette approche originale est financée par l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI), par le biais de son partenaire, le Fonds mondial pour les vaccins. Le projet PneumoADIP est basé à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health (à Baltimore, aux États-Unis). La mission de PneumoADIP est d'améliorer la survie et la santé des enfants, en accélérant l'évaluation de nouveaux vaccins antipneumococciques qui peuvent sauver des vies, ainsi que l'accès à ceux-ci pour les enfants du monde entier.

L'Alliance GAVI (l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination) a été lancée en 2000 pour accroître les taux de vaccination et réduire les disparités de plus en plus marquées en matière d'accès aux vaccins à travers le monde. Au sein de cette alliance, des gouvernements de pays industrialisés et de pays en développement, l'UNICEF, l'OMS, la Banque mondiale, des organisations non gouvernementales, des fondations, des fabricants de vaccins, ainsi que des institutions publiques de recherche sur la santé, travaillent en partenariat avec des objectifs communs en matière de vaccination, reconnaissant ainsi que le soutiens les plus efficaces à la vaccination à travers le monde ne peuvent provenir que d'efforts intenses et conjoints. Les fonds alloués à cette fin par l'institution de financement de l'alliance GAVI, le Fonds mondial pour les vaccins (GAVI Fund), contribuent à renforcer les services de santé et de vaccination, à accélérer l'accès à certains vaccins et à certaines technologies de vaccination nouvelles, particulièrement les vaccins récents ou insuffisamment utilisés, ainsi qu'à améliorer la sécurité des injections. Outre le soutien financier considérable apporté par la Fondation Bill et Melinda Gates, le Fonds mondial pour les vaccins a reçu à ce jour des contributions de dix gouvernements (Canada, Danemark, États-Unis, France, Irlande, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède), ainsi que de l'Union européenne et de donateurs privés.

Pour plus d'informations, consultez le site Internet suivant : www.preventpneumo.org

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 17:09
Wonder Woman no 1, Sensation Comics no 1 et All-Star Comics no 8 seront mis en vente; une part des profits sera remise à Trafficking Hope SAN JOSE, Californie, 17 août 2017 /CNW/ - Trois des plus rares bandes dessinées Wonder Woman de tous les...

à 14:44
La compétition de cette année demande aux participants de penser au futur et de développer un concept de transport/mobilité pour la candidature de la ville de Los Angeles afin d'accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques d'été 2060  LOS...

à 12:30
Hulu, Spotify, Teads, comScore, DoubleVerify, Integral Ad Science et Moat comptent parmi les premiers éditeurs et partenaires technologiques qui soutiennent l'initiative planétaire pour une meilleure visibilité Les partenaires étudieront les...

à 12:30
Hulu, Spotify, Teads, comScore, DoubleVerify, Integral Ad Science et Moat comptent parmi les premiers éditeurs et partenaires technologiques à adopter ce nouvel effort en direction d'une visibilité supérieure Les partenaires s'apprêtent à étudier...

à 10:29
MONTRÉAL, le 17 août 2017 /CNW Telbec/ - Le président et chef de la direction d'Outgo, Yanik Guillemette, est fier d'annoncer la nomination de Jules Marcoux au poste de Chief Marketing Officer (CMO). Jules a pour mission d'accélérer la croissance et...

à 09:04
MAVIRET est le premier et le seul traitement pangénotypique d'une durée de huit semaines chez les patients atteints d'hépatite C qui sont exempts de cirrhose et qui reçoivent un traitement pour la première fois*1. L'approbation repose sur un taux de...




Communiqué envoyé le 18 mai 2006 à 16:30 et diffusé par :