Le Lézard
Classé dans : L'environnement
Sujets : Prix et Récompenses, Enjeux environnementaux, Première Nation

L'exposé du Toronto Star, sur l'empoisonnement constant au mercure dans Grassy Narrows, remporte le Prix d'excellence Hillman 2018 pour journalisme d'enquête canadien



La persistance des journalistes a débouché sur une importante initiative d'assainissement de l'environnement

TORONTO, le 20 mars 2018 /CNW/ - La Sidney Hillman Foundation a annoncé aujourd'hui avoir remis son 8e Prix Hillman d'excellence en journalisme canadien au Toronto Star pour sa vaste et minutieuse enquête sur l'empoisonnement au mercure de la rivière Wabigoon dans le nord-ouest de l'Ontario. Jayme Poisson et David Bruser ont consacré plusieurs années à démontrer que le sol et l'eau ont continué à être contaminés par le mercure, malgré les affirmations contraires faites par le gouvernement depuis des dizaines d'années. Après avoir rédigé plus de trente articles dès 2016, leur travail de recherche, jumelé à de nouvelles preuves scientifiques, a poussé les gouvernements provincial et fédéral à revoir la situation. En conséquence, les populations qui vivent à Grassy Narrows et les Autochtones de Whitedog, en Ontario, obtiendront finalement justice dans les domaines de la santé et de l'environnement.

Les juges Bonnie Brown, Tony Burman et Armine Yalnizyan, éminents Canadiens possédant plusieurs décennies d'expérience en journalisme et en politique publique, ont choisi le gagnant pour son entêtement à pousser le récit encore et encore, jusqu'à ce que le gouvernement soit forcé de reconnaître que le mercure continue d'empoisonner la rivière et de causer des ravages dans la vie des habitants des collectivités touchées par le problème. Ce reportage fondé sur des preuves a mené à un nettoyage historique de la rivière, subventionné à hauteur de 85 millions de dollars par le gouvernement, de même qu'à une somme de cinq millions de dollars pour une maison de santé à l'intention de ceux et celles qui ont été empoisonnés par le mercure.

« Cette histoire en dit long sur la relation brisée du Canada avec les peuples autochtones de même que sur son bilan en matière d'environnement », a indiqué Bonnie Brown. « The Toronto Star démontre à quel point il est important de soutenir un journalisme d'enquête durable, persistant et approfondi, particulièrement à une époque où il est si difficile de s'engager à faire de tels investissements. Cette enquête confirme le rôle important que jouent les journalistes pour tenir nos gouvernements responsables tout en réclamant une justice fondée sur les faits pour les groupes marginalisés ».

D'autre part, les juges de la Fondation Hillman ont reconnu deux autres candidatures en leur remettant des mentions honorables pour excellence en journalisme : VICE News, pour sa série d'une semaine intitulée « Canada's Indigenous Water Crisis », et « The Price of Oil », un effort de collaboration du National Observer, du Toronto Star, de Global News et de quatre partenaires universitaires.

Hilary Beaumont de VICE a soumis une série multimédia qui présentait toute une gamme d'opinions de manière très visuelle pour exercer des pressions sur le gouvernement libéral afin qu'il respecte ses engagements en matière d'eau salubre pour toutes les populations autochtones du Canada d'ici les cinq prochaines années. La série a incité la ministre des Services aux Autochtones à admettre un manque de progrès dans ce dossier et à renouveler l'engagement du gouvernement à résoudre le problème. Dans le budget fédéral 2018 déposé en février dernier, une somme de 172,6 millions de dollars en nouveau financement a été allouée au dossier de l'eau propre dans les réserves. Cette série produite par VICE constitue un bel exemple de la prochaine génération de journalisme musclé qui s'adresse à une audience nouvelle et plus jeune.

Dans la foulée de blessures sérieuses ou de maladies graves dans les secteurs industriels de la Saskatchewan et de l'Ontario, le National Observer, le Toronto Star et Global News ont collaboré à « The Price of Oil » pour dénoncer la façon dont le secteur pétrolier et gazier de 45 milliards de dollars du Canada fonctionne au sein d'une culture d'impunité. La série constitue un modèle de journalisme de collaboration et dénonce les effets stupéfiants, sur la santé et la sécurité, de même que l'absence inouïe de responsabilité des entreprises et des gouvernements responsables. Plus de 50 journalistes, éditeurs, étudiants et enseignants ont travaillé ensemble pour habiliter les dénonciateurs et les victimes à faire part de récits poignants concernant des cas d'infraction et de blessure. À la suite de ce reportage, le gouvernement de l'Ontario s'est engagé à financer une étude portant sur les effets sur la santé de la pollution industrielle et il a annoncé qu'il allait réglementer les effets cumulatifs de la pollution de l'air dans la 'vallée de la chimie' de Sarnia.

« À une époque où les budgets des salles de nouvelles sont réduits et que les ressources pour le journalisme d'enquête s'amenuisent, nous avons vu un certain nombre de médias s'unir pour collaborer avec des scientifiques, des experts ou les uns avec les autres », a pour sa part indiqué Alex Dagg, administrateur du Conseil canadien de la Fondation Hillman et directeur, Politique publique canadienne, d'Airbnb. « Il est remarquable de voir des organes de presse répondre aux intérêts du public par l'entremise de la collaboration, non pas de la concurrence, et tirer parti des forces et connexions les uns des autres. »

Les récipiendaires du prix d'excellence en journalisme canadien et des mentions honorables Hillman 2018 seront honorés lors d'une cérémonie qui aura lieu à Toronto le 28 mars 2018.

La Sidney Hillman Foundation honore l'excellence en journalisme au service du bien commun.
Les Prix U.S Hillman sont accordés chaque année depuis 1950 et le Prix d'excellence en journalisme canadien, depuis 2011.

SOURCE Sidney Hillman Foundation


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 10:15
En ce Jour de la Terre, la Ville de Montréal appelle à la mobilisation de toutes les citoyennes et de tous les citoyens pour rendre notre ville belle, propre et agréable. M. Jean-François Parenteau, membre du comité exécutif, responsable des services...

à 10:00
Alors qu'on célèbre le Jour de la Terre au Québec comme un peu partout dans le monde, en ce 22 avril, c'est à la célébration et à l'action que la population du Québec est conviée par la ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la...

à 09:09
Les déchets de plastique et les déchets marins représentent des menaces de plus en plus sérieuses pour nos océans et la vie marine. Le Canada est déterminé à protéger notre environnement et à préserver nos cours d'eau pour que tous les Canadiens...

à 09:00
Le premier ministre Justin Trudeau a fait aujourd'hui la déclaration suivante à l'occasion du Jour de la Terre : « Aujourd'hui, nous nous joignons à la communauté internationale pour célébrer le Jour de la Terre. C'est l'occasion d'apprécier et de...

à 07:00
Le Palais des congrès de Montréal est fier d'avoir obtenu le renouvellement de sa certification environnementale BOMA BEST jusqu'en 2020. Cette étape signifie que la performance environnementale du Palais et le respect de ses engagements sont dûment...

à 07:00
Le 22 avril 2018, Jour de la Terre, la Ville de Montréal appelle à la mobilisation de toutes les citoyennes et de tous les citoyens pour rendre notre ville belle, propre et agréable à vivre. Dès 10 h, M. Jean-François Parenteau, membre du comité...




Communiqué envoyé le 20 mars 2018 à 10:57 et diffusé par :