Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Économie, Sécurité publique

Le crime économique atteint des niveaux records au Canada



Les préoccupations au sujet de la cybercriminalité augmentent

TORONTO, le 7 mars 2018 /CNW/ - Les entreprises canadiennes sont des cibles pour les auteurs de crimes économiques, tels que la cybercriminalité, le détournement d'actifs et la fraude à la consommation, selon le sondage bi-annuel sur le crime économique de PwC Canada qui a été publié aujourd'hui. Ce sondage révèle que 55 % des entreprises canadiennes ont été victimes de crimes économiques au cours des 24 derniers mois, alors que ce pourcentage n'était que de 37 % en 2016.

Au cours des deux dernières années, la cybercriminalité est devenue le crime économique le plus signalé par les organisations canadiennes (46 %), suivi de près par le détournement d'actifs (38 %) et la fraude à la consommation (26 %).

Les organisations du monde entier rivalisent afin de mettre en oeuvre de nouvelles technologies et d'utiliser les données pour innover, mais elles doivent se montrer plus vigilantes dans leur gestion des risques informatiques. Selon le rapport, 46 % des organisations canadiennes (comparativement à 31 % à l'échelle mondiale) estiment que la cybercriminalité a un effet plus perturbateur que tout autre type de crime économique sur leurs activités. Au cours des deux dernières années, les organisations canadiennes qui ont été victimes de cybercriminalité ont principalement été touchées par des cas de détournement d'actifs (32 %), de perturbation des processus d'affaires (29 %) et d'extorsion (23 %). Les techniques utilisées pour commettre ces méfaits reposaient principalement sur l'hameçonnage (58 %), les logiciels malveillants (45 %) et le balayage du réseau (20 %).

« Les fraudeurs utilisent des méthodes plus complexes que jamais, et les organisations doivent gérer la fraude de façon dynamique et être préparées à tous les niveaux, du personnel de première ligne à celui des services administratifs en passant par les membres de la haute direction », souligne Domenic Marino, leader national, Enquêtes et juricomptabilité chez PwC Canada. « Les organisations investissent énormément dans leur personnel et dans les technologies pour lutter contre la fraude et la gérer de façon proactive. Le coût des crimes économiques se mesure non seulement en dollars, mais aussi en termes de dommage à la réputation et de perte de confiance. »

« Les technologies sont de plus en plus présentes, ce qui représente à la fois plus de risques, mais également plus de solutions », affirme Marie-Chantal Dréau, associée et leader des Services de juricomptabilité au Québec, chez PwC Canada. « Les cybercrimes touchent un nombre croissant d'entreprises canadiennes. Ces dernières sont-elles plus vulnérables ou davantage outillées pour les détecter? La clé pour atténuer les risques réside dans l'équilibre parfait entre la prévention et la détection. Les entreprises doivent être proactives dans leurs stratégies pour éviter les pertes financières ou les pertes de réputation importantes », ajoute Marie-Chantal Dréau.

Les fraudeurs
Le rapport traite des différents types de fraudeurs, y compris les consommateurs, les acteurs externes, les acteurs internes et les consommateurs :

Lutte contre la fraude
Comme la cybercriminalité est en hausse au Canada, les organisations investissent davantage depuis les deux dernières années pour prévenir les intrusions : 64 % des répondants ont maintenant un plan d'intervention pleinement opérationnel, comparativement à 31 % en 2016. Certains de ces plans incluent un chef de la sécurité de l'information attitré. Cependant, seulement 43 % de ces chefs de la sécurité de l'information relèvent du conseil d'administration, ce qui indique que de nombreuses entreprises n'ont toujours pas adopté une approche stratégique pour lutter contre la cybercriminalité.

Les entreprises subissent une pression croissante pour tenir les membres de la haute direction et du conseil d'administration responsables lorsque ces intrusions surviennent, selon l'enquête mondiale auprès des chefs de direction de PwC. Une intrusion peut miner la confiance du public envers une organisation si celle-ci est incapable de la prévenir ou omet de la signaler, ou encore si elle tarde à mettre en oeuvre son plan d'intervention.

Bien que le rapport suggère que les investissements dans la technologie peuvent contribuer à réduire les fraudes, il est encore plus important d'investir dans les employés. La majorité des organisations canadiennes (69 %) ont un programme officiel d'éthique et de conformité, mais seulement 30 % considèrent comme une priorité la nécessité de récompenser la prise de décisions éthiques chez leurs employés.

Cliquez ici pour consulter le sondage « Economic Crime and Fraud Survey » de PwC Canada.

À propos de PwC Canada
Chez PwC, notre raison d'être est de donner confiance au public et de résoudre des problèmes importants. Plus de 6?700 associés et employés s'emploient à fournir à une vaste clientèle des services de qualité en matière de certification, de fiscalité, de conseils et de transactions. PwC Canada est membre du réseau mondial de cabinets de PwC, qui compte plus de 236 235 personnes dans 158 pays. Pour en savoir davantage, consultez notre site Web à l'adresse : www.pwc.com/ca/fr.

© 2018 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l., société à responsabilité limitée de l'Ontario. Tous droits réservés.

PwC s'entend du cabinet canadien, et quelquefois du réseau mondial de PwC. Chaque société membre est une entité distincte sur le plan juridique. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez notre site Web à l'adresse www.pwc.com/structure.

SOURCE PwC (PricewaterhouseCoopers)


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 18:40
La société combinée devrait stimuler la croissance et la valeur actionnariale grâce à la plus vaste force de vente en Amérique du Nord, à l'offre de produits la plus large, et au réseau d'approvisionnement le plus efficace de l'industrie - La...

à 18:30
Joignez?vous à Kim Schreiner, députée provinciale de Red Deer?Nord, accompagnée d'un représentant de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, de Paul McLauchlin, préfet du comté de Ponoka, et de Rick Pankiw, maire de Rimbey, pour l'annonce...

à 18:00
À l'occasion du cocktail de lancement des activités du 25ème anniversaire du CIRANO, le CIRANO et IVADO sont fiers d'officialiser leur partenariat académique. Ce partenariat vise à favoriser l'étude et la compréhension des impacts socioéconomiques...

à 17:30
Elle permet des transactions plus simples, plus rapides et transparentes   NIIT Technologies Ltd., grand prestataire mondial de solutions informatiques, a lancé aujourd'hui Chain-m, sa solution alimentée par une blockchain, destinée aux compagnies...

à 16:48
Alimentation Couche-Tard inc. (« Couche?Tard » ou la « société »)   continue de mettre l'accent sur sa croissance organique et les acquisitions tout en renforçant la notoriété de sa marque et sa discipline financière hors pair. La société a su tenir...

à 16:46
L'OCRCVM a suspendu la négociation des titres suivants : Société : UEX Corporation Symbole TSX : UEX toutes les émissions: Oui Motif : Diffusion Heure de la suspension (HE) : 16 h 25  L'OCRCVM peut prendre la décision de suspendre (ou d'arrêter)...




Communiqué envoyé le 7 mars 2018 à 05:00 et diffusé par :