Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Santé
Sujets : Nouvelles - Monde du travail, FVT

Centre de communication d'Urgences-santé - Troisième déclenchement de grève pour les 210 répartiteurs, répartitrices et employé-es de bureau



MONTRÉAL, le 22 févr. 2018 /CNW Telbec/ - Alors que les ambulanciers-paramédics et les employé-es de soutien de la Corporation d'Urgences-santé viennent tout juste de signer leur convention collective, les 210 répartiteurs, répartitrices et employées de bureau du centre de communication santé sont toujours sans contrat de travail, et cela, depuis près de trois ans. Pour forcer le déblocage des négociations qui stagnent depuis des mois, ils ont déclenché la grève pour une troisième fois, hier soir à 23 h. Celle-ci se poursuivra ce vendredi 23 février.

Manifestation devant l'Hôpital de la Cité-de-la-Santé
Dès 10 h 30 ce matin, ces syndiqué-es se sont rassemblés devant le centre hospitalier de Laval pour interpeller la directrice générale de cet établissement, qui siège au conseil d'administration d'Urgences-santé, afin qu'elle intervienne auprès des membres de la direction d'Urgence-santé pour les inviter à accélérer le pas de la négociation. Une opération similaire est également prévue vendredi matin devant MaisonBrison communications, dont l'un des dirigeants siège aussi au conseil d'administration de la corporation.

Rappelons que forts d'un mandat de dix jours de grève voté à la fin de novembre dernier, les syndiqué-es membres de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) ont débrayé une première fois, le 20 décembre, puis les 1er et 2 février, en plus de recourir à une série de moyens de pression hebdomadaires pour soutenir leur comité de négociation. Les négociations ont débuté le 26 mai 2015. Près d'une quarantaine de séances ont eu lieu jusqu'ici, dont 26 devant un conciliateur du ministère du Travail.

Oui à une entente, mais pas à n'importe quel prix
« Après les ententes négociées et signées avec deux groupes de salarié-es d'Urgences-santé, il est temps que la direction prenne la mesure de l'impatience des répartitrices, des répartiteurs et des employé-es de bureau qui sont pressés comme des citrons, avec très peu de considération. Il est temps que ça change. Il nous faut un règlement, mais pas à n'importe quel prix », fait valoir Martin Joly, président du Syndicat des employé-es d'Urgences-santé, affilié à la FSSS-CSN.

Les négociations achoppent sur les hausses de salaire que l'employeur voudrait inférieures à celles pourtant négociées avec les autres salarié-es de la corporation et ceux du réseau de la santé et des services sociaux. Les autres points en litige portent notamment sur une structure salariale qui aurait pour effet d'appauvrir des salarié-es et d'autres reculs réclamés par l'employeur sur les conditions de travail alors que le syndicat revendique des mesures pour attirer et retenir le personnel.

« Ces salarié-es sont aux prises avec un taux de détresse psychologique inquiétant, d'importantes surcharges de travail, un taux de roulement de personnel élevé, un recours incessant aux heures supplémentaires obligatoires, affirme Josée Marcotte, vice-présidente de la FSSS-CSN. Ce n'est pas le temps d'aggraver les conditions de travail du monde, c'est plutôt l'heure de mettre en place des solutions. La Fédération va les soutenir jusqu'au bout, jusqu'à ce qu'ils obtiennent un règlement à la hauteur de leur satisfaction. »

« Nous allons soutenir jusqu'à la dernière minute ces travailleuses et travailleurs qui ne demandent pas la lune. Ils ne demandent qu'à être traités équitablement avec les autres salarié-es d'Urgences-santé et ceux des secteurs public et parapublic. On ne demande surtout pas au ministre de la Santé et au Conseil du trésor de leur accorder l'impossible, comme ç'a été le cas des largesses offertes par le gouvernement des médecins, notamment les docteurs Philippe Couillard et Gaétan Barrette. Les travailleuses et travailleurs veulent simplement être reconnus », a pour sa part déclaré Manon Perron, secrétaire générale du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN).

À propos
Le SEUS-CSN regroupe 102 répartitrices et répartiteurs médicaux d'urgence ainsi qu'une centaine d'employées de bureau. Il est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) qui compte plus de 100?000 membres dans les secteurs privé et public. Le syndicat est aussi affilié au Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN) qui regroupe sur une base régionale 95?000 membres. La CSN est composée de plus de 300?000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que dans 12 autres conseils centraux régionaux.

 

SOURCE Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN)


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 11:50
La crise des opioïdes fait encore des ravages d'un océan à l'autre. L'Agence de la santé publique du Canada a publié aujourd'hui, au nom du Comité consultatif fédéral-provincial-territorial spécial sur l'épidémie de surdoses d'opioïdes, les...

à 11:15
Nous assistons à un nombre sans précédent de surdoses d'opioïdes au Canada. Cette crise de santé publique nationale continue de frapper des Canadiens de tous les milieux, dans les régions rurales comme dans les centres urbains. Elle touche des...

à 11:05
Le Collège de Maisonneuve a procédé aujourd'hui à l'inauguration du premier centre régional de recherche, d'innovation et de formation avec simulateurs patients haute-fidélité de Montréal en présence de la ministre responsable de l'Enseignement...

à 11:00
La ministre de la Justice et procureure générale du Québec, Mme Stéphanie Vallée, souligne les résultats positifs de la première année du Programme d'accompagnement justice et santé mentale, résultant de la collaboration entre plusieurs ministères et...

à 10:45
Afin d'assurer le meilleur accès possible à la chirurgie pédiatrique, le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, ainsi que la députée de Notre-Dame-de-Grâce, ministre responsable de l'Accès à l'information et de la...

à 10:34
Quatre organismes représentant les patients, les médecins, les intervenants du réseau et les gestionnaires unissent leur voix pour exiger des partis politiques qu'ils prennent des engagements fermes en matière de santé et de services sociaux. « La...




Communiqué envoyé le 22 février 2018 à 12:00 et diffusé par :