Le Lézard
Classé dans : L'environnement, Chasse, pêche et plein air
Sujets : Politique environnementale, Plaidoyer (politique), CPG

Les maraîchers sont proactifs!



MONTRÉAL, le 20 févr. 2018 /CNW Telbec/ - L'Association des producteurs maraîchers du Québec (APMQ) a pris connaissance des modifications aux règlements du Code de gestion des pesticides et permis et certificats pour la vente et l'utilisation des pesticides introduisant la notion de justification et prescription agronomique.

Sans s'opposer à un encadrement règlementaire commercialement raisonné et équitable, l'APMQ est persuadée que le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) doit, pour atteindre les objectifs identifiés, développer un outil plus convivial et proposer des assouplissements importants pour les entreprises déjà suivies par un professionnel de l'agriculture.

« Le conseil agronomique est déjà pratique courante chez les producteurs maraîchers. Environ 80 % d'entre eux font un suivi serré des champs pour la présence d'insectes et utilisent des seuils d'intervention lors d'application. Ces activités sont déjà réalisées en étroite collaboration avec les professionnels de l'agronomie. La justification, telle que présentée dans le règlement, ne fera qu'ajouter de la lourdeur administrative à une pratique déjà en place  dans  notre secteur » souligne André Plante, directeur général de l'Association des producteurs maraîchers du Québec.

L'APMQ suggère plutôt une bonification du plan de gestion intégré des ennemis des cultures déjà utilisé par les entreprises, planifié et validé par un agronome, pour toutes les parcelles requérant l'application des cinq matières actives jugées plus à risque. Une telle approche permet de limiter les exigences administratives et de réduire les coûts aux entreprises.

« L'utilisation des pesticides dans le milieu agricole demeure un enjeu de taille. Les producteurs maraîchers du Québec partagent avec les citoyens les préoccupations associées à la santé et à l'environnement. Cependant, pour poursuivre et accélérer l'amélioration des méthodes de protection des cultures contre les ennemis naturels, l'association revendique un soutien accru aux organisations et initiatives de lutte intégrée, des programmes de soutien financier au dépistage et service-conseil en phytoprotection ainsi que des efforts supplémentaires  en recherche et développement de méthodes alternatives » de dire M. Plante.

À propos de l'APMQ

Représentant l'ensemble des producteurs maraîchers québécois, l'APMQ travaille à la défense et au développement du secteur. L'association offre des services relatifs à la production, influence de manière positive et efficace la mise en marché, et instaure des programmes de promotion des produits du Québec, entre autres à travers sa campagne mangezquebec.com.

 

SOURCE Association des producteurs maraîchers du Québec


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 16:43
Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) a annoncé aujourd'hui la conclusion d'un accord de financement de 1,45 million de dollars sur deux ans avec Ressources naturelles Canada. Les parties veulent ainsi aider les dirigeants...

à 10:00
C'est avec beaucoup de fierté que l'organisme Héritage Saint-Bernard annonce avoir reçu une aide financière de 49 900 $ de la Fondation Hydro-Québec pour l'environnement afin d'améliorer les infrastructures d'encadrement des visiteurs au centre...

à 09:03
Contrairement à un mythe répandu, la récolte forestière n'est pas synonyme de déforestation et ne menace pas la pérennité de nos forêts, et son potentiel est même sous-exploité. Grâce à l'innovation, l'industrie forestière est de plus en plus...

à 06:30
La pollution plastique est un grave problème mondial qui menace la santé de nos océans, de nos lacs et de nos rivières. Voilà pourquoi le premier ministre, Justin Trudeau, a lancé la charte internationale sur les plastiques dans les océans en juin...

à 05:00
Tenez-vous bien : si vous n'utilisez pas votre cafetière filtre de manière optimale, elle peut s'avérer pire pour l'environnement qu'un modèle à capsules. Par ailleurs, acheter des fraises de Californie, des tomates du Mexique et des concombres...

à 02:00
A Versailles, s'étend le Domaine de Madame Elisabeth, 8 hectares offerts par Louis XVI à sa soeur, la princesse Elisabeth de France, qui y cultivait son potager et en offrait le fruit aux défavorisés. Le Département des Yvelines et Simone Zanoni,...




Communiqué envoyé le 20 février 2018 à 15:49 et diffusé par :