Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Nouvelles - Monde du travail, Plaidoyer (politique), MAT

Création de la Société québécoise du cannabis - La CSN dénonce l'exclusion du personnel de la SAQ



QUÉBEC, le 16 janv. 2018 /CNW Telbec/ - Cet après-midi, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) présentera son mémoire aux parlementaires qui étudient, en commission, le projet de loi 157 encadrant le cannabis. La CSN dénonce vigoureusement une disposition du projet de loi qui aurait pour effet d'interdire aux salarié-es de la SAQ de travailler dans la nouvelle Société québécoise du cannabis (SQC), ce qui constitue un dangereux précédent.

Pour la CSN, le débat sur l'encadrement du cannabis doit reposer en priorité sur les enjeux de la santé et de la sécurité publiques. « Nous partageons l'objectif de ne pas mélanger le commerce de l'alcool et celui du cannabis, explique son président, Jacques Létourneau. Mais interdire aux employé-es de la SAQ de travailler à la SQC n'ajoute rien aux autres balises déjà prévues par le projet de loi. »

Les employé-es de la SAQ sont les seules personnes au Québec à qui le projet de loi interdirait d'obtenir un emploi à la future SQC (article 5 modifiant l'article 23.19 de la Loi sur la SAQ). Il n'y aucun autre exemple récent d'une telle clause dans un projet de loi. La CSN y voit un dangereux précédent.

« Nous trouvons scandaleux que la SAQ ne proteste même pas. Quel manque de reconnaissance à l'égard du travail accompli par ses salarié-es dont 70 % travaillent à temps partiel », dénonce la présidente par intérim du Syndicat des employé-es de magasin et de bureau de la SAQ (SEMB-SAQ-CSN), Katia Lelièvre.

Un choix malavisé
Dans son mémoire, la CSN souligne qu'en interdisant à ses propres salarié-es de la SAQ de mettre leur expertise au service de la nouvelle société, le gouvernement se prive d'un bassin d'expertise important. Les employé-es des magasins ont en effet une bonne partie de la formation exigée par le projet de loi. Ils font face au quotidien à des situations où la prévention ainsi que la santé et la sécurité publiques doivent l'emporter sur les impératifs commerciaux. Dans le contexte actuel de pénuries de main-d'oeuvre, la SQC aura fort à faire pour être prête à fonctionner dans moins de six mois.

En outre, la CSN déplore que le projet de loi ouvre la porte à un dédoublement des fonctions professionnelles spécialisées existant déjà au sein de la SAQ, qu'on pense au contrôle de la qualité, à la mise en marché responsable ou à la chaîne d'approvisionnement. Forcer la SQC à tout construire en parallèle ou à avoir recours à la sous-traitance nécessitera à coup sûr des investissements plus importants.

« Le projet de loi est paradoxal. L'encadrement ressemble beaucoup à ce qu'on fait avec l'alcool, qui est un succès ne serait-ce que sur les plans de la santé et de la sécurité publiques. On reconnaît notre expertise, mais du même souffle on décide de s'en priver collectivement.  Ça ne tient pas la route », poursuit la présidente du Syndicat du personnel technique et professionnel (SPTP-SAQ-CSN), Sandrine Thériault

Porte ouverte au secteur privé
Globalement, la CSN a accueilli positivement le projet de loi 157 malgré ses irritants, notamment parce qu'il mise sur le secteur public dans l'encadrement du cannabis. « Si je me fie à ce que nous avons entendu lors des consultations, c'est la voie qui est la plus rassembleuse pour toute la population, poursuit Jacques Létourneau. C'est donc inquiétant que le projet de loi garde ouverte la porte à une privatisation éventuelle par la mise en route de projet-pilote. Nous pensons qu'il faudrait exclure le secteur privé à but lucratif de la vente de cannabis au Québec. Il y a de nombreux lobbies qui, dans l'antichambre, militent encore pour la privatisation du cannabis : il faut envoyer un message clair ».

À propos
Le SEMB-SAQ (CSN) représente les 5500 travailleuses et travailleurs des magasins et des bureaux de la SAQ. Il est affilié à la Fédération des employé-es de services publics.

Le SPTP-SAQ regroupe quelque 500 membres qui travaillent en partie à Québec, mais principalement à Montréal. On y compte notamment les secrétaires, techniciens et analystes du siège social et des centres de distribution. C'est d'ailleurs ce centre qui est responsable d'approvisionner en vin l'ensemble du réseau de la SAQ. Le SPTP-SAQ est affilié à la Fédération des professionnèles (FP-CSN).
Les deux syndicats de la SAQ sont affiliés à la Confédération des syndicats nationaux qui réunit plus de 300 000 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs d'activité.

 

SOURCE CSN


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 15:01
L'OCRCVM a suspendu la négociation des titres suivants : Société : Great Bear Resources Ltd. Symbole à la Bourse de croissance TSX : GBR Motif : À la demande de la société en attendant une nouvelle Heure de la suspension (HE) : 14 h 53 L'OCRCVM...

à 14:47
La FTQ accueille favorablement le projet pilote d'une durée de deux ans visant à offrir cinq semaines supplémentaires de prestations d'assurance-emploi dans les régions du Bas-Saint-Laurent-Côte-Nord, Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Centre-du-Québec...

à 14:30
La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, est heureuse d'annoncer la nomination de Johanne Desnoyers à titre de directrice du Bureau du Québec à La Havane, à Cuba. Mme Desnoyers, qui entrera officiellement...

à 14:21
Le secteur agricole et agroalimentaire du Canada est un moteur économique qui crée de bons emplois pour la classe moyenne et qui contribue à la prospérité du pays. Le système agricole fournit plus de 110 milliards de dollars à notre produit intérieur...

à 14:10
Une comparution aura lieu devant une formation d'instruction de l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) en vue de la fixation de la date d'une audience disciplinaire dans l'affaire Rodney Joseph Nieswandt....

à 14:00
Le gouvernement du Québec investit près de 9 M$ dans les projets de croissance de l'entreprise Novatech Canada inc., contribuant ainsi à la création de 225 postes et au maintien de 533 emplois. La vice-première ministre, ministre de l'Économie, de...




Communiqué envoyé le 16 janvier 2018 à 06:00 et diffusé par :