Le Lézard
Classé dans : Science et technologie
Sujet : Nouveaux produits et services

Le programme AI for Earth a le potentiel de changer la donne pour notre planète, comme l'affirme Brad Smith, président de Microsoft



PARIS, le 12 décembre 2017 /PRNewswire/ -- Ce lundi, Brad Smith, président de Microsoft Corp., a annoncé un engagement de 50 millions $ sur les cinq prochaines années, afin de placer l'intelligence artificielle dans les mains des individus et organisations du monde entier qui oeuvrent à la protection de notre planète, dans le cadre de l'expansion majeure du programme AI for Earth (L'IA pour la planète) de la société. Cette annonce a été publiée sur le blog « On the Issues » de Microsoft, dont le texte complet figure ci-dessous :

Microsoft company logo.

À l'occasion du deuxième anniversaire de l'accord de Paris sur le climat, les dirigeants gouvernementaux, municipaux et commerciaux du monde entier se réunissent à Paris pour discuter de l'une des problématiques et opportunités les plus importantes de notre époque, à savoir le changement climatique. Je suis ravi de diriger la délégation Microsoft lors de ces réunions. À l'heure où les avertissements des experts se font pressants, chez Microsoft, nous considérons que les progrès technologiques peuvent nous aider à mieux comprendre et résoudre les problématiques environnementales auxquelles notre planète est confrontée. C'est la raison pour laquelle nous annonçons à Paris l'expansion de notre programme AI for Earth, en développant notre projet stratégique, et en nous engageant à hauteur de 50 millions $ sur les cinq prochaines années, afin de placer les technologies d'intelligence artificielle dans les mains des individus et organisations du monde entier qui oeuvrent à la protection de notre planète.

Chez Microsoft, nous pensons que l'intelligence artificielle peut changer la donne. Notre approche en tant qu'entreprise se focalise sur la démocratisation de l'IA, afin que ses caractéristiques et capacités puissent être utilisées par des individus et des organisations du monde entier pour améliorer les résultats du monde réel. Il existe quelques domaines sociétaux dans lesquels l'IA peut offrir un impact plus significatif que la simple contribution aux missions urgentes nécessaires pour contrôler, modéliser et gérer les systèmes naturels de la planète.

Les données peuvent nous fournir des informations sur la santé de notre planète, notamment sur l'état de l'air, de l'eau, des sols et du bien-être de la faune. Il nous faut néanmoins l'aide de la technologie pour capturer cette vaste quantité de données, et pour les convertir en renseignements exploitables. L'IA peut être entraînée à classifier les données brutes issues de capteurs situés au sol, dans le ciel ou dans l'espace, dans des catégories que comprennent à la fois les humains et les ordinateurs. Fondamentalement, l'IA peut accélérer notre capacité à observer les systèmes environnementaux et la manière dont ils évoluent à l'échelle mondiale, à convertir des données en informations utiles, ainsi qu'à appliquer ces informations pour prendre des mesures concrètes afin de mieux gérer nos ressources naturelles.

Nous constatons d'ores et déjà le potentiel transformatif de l'IA. Dans le secteur énergétique, des sociétés telles qu'Agder Energi, entreprise de services publics basée en Norvège qui produit des énergies renouvelables, utilisent le cloud et l'IA de Microsoft afin de mieux capturer, analyser et agir sur la base des renseignements collectés sur son réseau électrique. Grâce à ces technologies, Agder est désormais en mesure de prédire et de se préparer aux besoins énergétiques qui fluctuent face aux évolutions de la demande, à l'heure où les véhicules électriques pèsent de plus en plus sur le réseau norvégien ; les données et l'IA améliorent la performance des infrastructures existantes, en réduisant la nécessité de recourir à de nouveaux projets coûteux. L'IA contribue à créer un réseau plus efficace, plus fiable et plus autonome, tout en permettant aux clients et au pays de consommer davantage d'énergies renouvelables dans le cadre de leur transition vers un avenir davantage axé sur l'électricité.

De la même manière, nous constatons que de nouvelles technologies d'IA et de cloud sont utilisées pour améliorer l'efficience électrique des bâtiments. À Singapour, JTC, qui est responsable du développement des infrastructures industrielles du pays, a centralisé ses opérations sur le Cloud de Microsoft afin de contrôler, analyser et optimiser 39 de ses bâtiments. En utilisant les données et analyses des capteurs, JTC peut désormais identifier et rectifier les erreurs avant la survenance d'une panne, avec comme résultat une diminution de 15 pour cent des coûts énergétiques dans les trois premiers bâtiments.

On peut imaginer ce que ces types de mesures peuvent permettre si nous parvenons à les appliquer à l'échelle mondiale. Les estimations indiquent qu'aux États-Unis les bâtiments sont responsables d'environ 40 pour cent du total de la consommation énergétique. Ceci signifie qu'une amélioration d'efficience de seulement 15 pour cent dans les bâtiments à travers le monde pourrait se traduire par une réduction de 6 pour cent de la consommation énergétique mondiale. En outre, à l'heure où l'IA continue de progresser, nous avons l'opportunité d'en apprendre davantage et de viser un objectif encore plus élevé.

Nous constatons un motif d'optimisme similaire en observant la manière dont l'IA est actuellement utilisée dans le secteur de l'agriculture. En Australie, les coûts élevés du travail et des importations, le climat sec et l'existence de la variabilité climatique la plus élevée au monde, rendent difficile l'exploitation agricole. The Yield, société de technologies agricoles basée en Tasmanie, a créé une solution qui recourt à des capteurs, à des analyses et à des applis pour produire des données météorologiques en temps réel, directement au niveau des champs, afin d'aider les producteurs à prendre des décisions plus éclairées leur permettant de réduire leur utilisation d'eau et d'autres intrants, tout en augmentant également leur rendement. En mer, The Yield travaille aux côtés de producteurs locaux d'huîtres afin de créer le premier produit permettant d'accroître la production d'aquaculture en utilisant l'apprentissage machine. La solution a d'ores et déjà réduit de 30 pour cent les fermetures de récolte causées par la pluie, offrant à nouveau aux producteurs quatre semaines par an de récolte.

Ce type de résultats nous a encouragés à intensifier notre ambition s'agissant du programme AI for Earth. Les yeux tournés vers l'avenir, nous nous engageons à travailler aux côtés des agriculteurs du monde entier. Nous envisageons un avenir permettant une connectivité de haut débit dans toutes les exploitations agricoles, ainsi que des capteurs Internet pour chaque acre de terrain. En nous appuyant sur les travaux de pointe de Microsoft Research, nous aiderons les agriculteurs à appliquer l'IA, non seulement pour mieux analyser les sols et les précipitations, mais également pour utiliser des analyses prédictives afin d'améliorer les rendements agricoles et de réduire les impacts environnementaux défavorables. À l'heure où la population mondiale continue de croître, ces changements sont impatiemment attendus.

Chez Microsoft, nous considérons que le programme AI for Earth constituera un multiplicateur de force pour les groupes et les individus qui créent des solutions durables. C'est la raison pour laquelle nous ne nous contentons pas d'ajouter davantage de ressources dans cet effort, mais nous l'associons également à un engagement à long terme consistant à appliquer l'IA afin de la développer et de la déployer à grande échelle dans quatre domaines clés : le climat, l'eau, l'agriculture et la biodiversité.

Nous y parviendrons de trois manières. Premièrement, nous étendrons les subventions de démarrage à travers le monde pour créer et tester de nouvelles applications d'IA. Depuis le lancement de notre programme AI for Earth il y a six mois, Microsoft a octroyé plus de 35 subventions dans plus de 10 pays pour bénéficier d'un accès à Microsoft Azure et aux technologies d'IA. Nous fournirons également aux universités, aux organisations non gouvernementales et à d'autres organismes des formations avancées visant à optimiser l'utilisation de l'IA. Nous constatons d'ores et déjà le succès de plusieurs projets à travers le monde, qui appliquent l'IA dans les secteurs du climat, de l'eau, de l'agriculture et de la biodiversité.

Deuxièmement, à mesure de l'évolution de ces projets et de nos travaux dans ce domaine, nous identifierons les projets les plus prometteurs, et effectuerons des investissements plus conséquents afin de les aider à se développer. Nous y parviendrons non seulement en fournissant davantage de ressources à ces projets, mais également en travaillant et en nous associant en étroite collaboration avec une nouvelle équipe multidisciplinaire chez Microsoft, qui réunira des experts dans les domaines de l'IA et de la durabilité. En aidant des groupes à développer des solutions technologiques d'IA prometteuses, nous les appuierons dans la commercialisation de ces services, afin qu'ils puissent produire un impact mondial aussi rapidement et largement que possible. Ceci s'inscrira en complément de nos efforts existants consistant à favoriser la conservation de précision en temps réel et à améliorer la cartographie de la couverture terrestre, l'agriculture de précision afin d'accroître les rendements avec moins de ressources grâce à FarmBeats, ainsi qu'à permettre des approches de suivi et de protection de la biodiversité plus efficientes et efficaces grâce à Project Premonition.

Enfin, à mesure de l'avancée de ces projets, nous identifierons et saisirons les opportunités nous permettant d'intégrer de nouvelles avancées en matière d'IA dans nos services proposés sur des plateformes, afin que d'autres puissent les utiliser dans le cadre de leurs propres initiatives de durabilité. Ceci inclura notamment des services de plateforme proposés par d'autres acteurs. Dans d'autres cas, ils pourront être intégrés aux propres services de plateforme de Microsoft.

Nous sommes collectivement confrontés à une nécessité d'action urgente pour répondre aux problématiques climatiques mondiales. En réfléchissant aux problématiques environnementales auxquelles nous sommes confrontés aujourd'hui, les scientifiques nous expliquent qu'un grand nombre d'entre elles sont le résultat des précédentes révolutions industrielles. À l'heure où nous entrons dans la quatrième révolution industrielle mondiale, une transformation axée sur les technologies, il nous faut non seulement faire progresser les technologies, mais également utiliser les technologies de notre époque pour assainir le passé et créer un avenir meilleur.

Logo : http://mma.prnewswire.com/media/24227/microsoft_corp_logo226_9217jpg.jpg

 


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

21 avr 2018
Content Guru, fournisseur de technologies destinées aux centres de contact cloud, s'est vu attribué le prix de « solution verticale de l'année » lors de la remise des European IT & Software Excellence Awards (IT Europa) 2018, et ceci pour la deuxième...

20 avr 2018
Les données émanant des agences de voyages en ligne (OTA) de Chine montrent que plus de 60 % des touristes chinois prévoient de voyager hors des frontières de la Chine continentale pendant le prochain pont du Premier Mai, et que de nombreux cols...

20 avr 2018
À la suite de l'étude des crédits budgétaires 2018-2019, le ministre responsable de l'Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et président du Conseil du trésor, M. Pierre Arcand, a réitéré l'engagement du Québec en...

20 avr 2018
C'est devant plus de 1000 invités que la Division agricole de La Coop fédérée a remporté, hier soir, le Mercure Développement d'une technologie web ou mobile, catégorie grande entreprise, lors de la 38e édition du prestigieux concours Les...

20 avr 2018
Rogers Sugar Inc. (« Rogers Sugar » ou la « Société ») est heureuse d'annoncer que l'accord conclu avec Alberta Sugar Beet Growers (« ASBG ») est reconduit pour deux ans et s'applique donc maintenant aux récoltes de 2019 et de 2020. C'est en 1950...

20 avr 2018
Estée Lauder a annoncé aujourd'hui avoir signé un contrat avec Karlie Kloss, mannequin, entrepreneure et philanthrope, en tant que nouvelle égérie mondiale et ambassadrice de la marque. Karlie rejoint la liste actuelle des égéries d'Estée Lauder...




Communiqué envoyé le 12 décembre 2017 à 15:03 et diffusé par :