Le Lézard
Classé dans : Santé
Sujets : Actualité gouvernementale, Sécurité publique

Avis de santé publique - Éclosion d'infections à E. coli associées à la laitue romaine



OTTAWA, le 11 déc. 2017 /CNW/ -

Pourquoi tenir compte du présent avis

L'Agence de la santé publique du Canada collabore avec ses partenaires provinciaux de la santé publique, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et Santé Canada, pour faire enquête sur une éclosion à Escherichia coli O157, couramment appelé E. coli. L'éclosion, associée à de la laitue romaine, touche trois provinces. À ce stade-ci, aucun rappel de produits associés à cette éclosion n'a été déclenché. L'enquête sur l'éclosion est en cours et le présent avis de santé publique sera mis à jour régulièrement à mesure que l'enquête évolue.

Le risque pour les Canadiens est faible. Cependant, il y a lieu de rappeler aux Canadiens d'adopter des pratiques sécuritaires de manipulations de la laitue pour ne pas se rendre malades. La plupart des gens infectés par l'E. coli sont malades pendant quelques jours seulement, puis ils se rétablissent totalement. Bien que ce soit exceptionnel, certaines infections à E. coli sont potentiellement mortelles.

Comment la laitue se contamine-t-elle à l'E. coli?

L'E. coli est une bactérie qui vit à l'état naturel dans les intestins de bovins, de volailles et d'autres animaux. Les fruits et légumes crus qui ont été en contact avec des fèces infectées d'animaux sont une source fréquente d'infections à E. coli. Les légumes-feuilles, comme la laitue, peuvent se contaminer dans les champs par la terre, l'eau contaminée, les animaux ou du fumier mal composté. La laitue peut également se contaminer par des bactéries au cours de la récolte ou après, lors de la manipulation, l'entreposage et le transport de ce produit horticole. La contamination de la laitue peut aussi se produire à l'épicerie, dans le réfrigérateur ou sur le comptoir et la planche à découper par une contamination croisée avec les bactéries nocives de viandes, de volaille, de poissons ou de fruits de mer à l'état cru. La plupart des souches d'E. coli sont sans danger pour l'humain, mais certaines variétés peuvent rendre malade.

Résumé de l'enquête

Au moment de rédiger ces lignes, 21 cas d'infections à l'E. coli O157 faisaient l'objet d'une enquête dans trois provinces : au Québec (3), au Nouveau-Brunswick (5), et à Terre-Neuve-et-Labrador (13). Des personnes sont devenues malades au cours du mois de novembre 2017. Dix personnes ont été hospitalisées. Aucun décès n'a été constaté. Les personnes qui sont tombées malades sont âgées de 5 à 72 ans. Dans la plupart des cas (71 %), ce sont des filles et des femmes.

Plusieurs des personnes qui sont tombées malades ont déclaré avoir mangé de la romaine avant que se manifeste la maladie. L'Agence canadienne d'inspection des aliments collabore avec les responsables de la santé publique afin de déterminer la provenance de la laitue romaine auquel les personnes malades ont été exposées.

Qui est le plus à risque?

Bien que n'importe qui puisse s'infecter à l'E. coli, les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les enfants en bas âge et les personnes âgées sont les plus à risque de complications graves.

Ce que vous devez faire pour préserver votre santé

Voici quelques conseils concernant la salubrité des aliments et la laitue qui vous aideront à atténuer le risque de vous infecter à l'E. coli.

Quels sont les symptômes?

Les personnes infectées à l'E. coli peuvent développer une multitude de symptômes. Certaines ne se rendent pas malades du tout, bien qu'elles puissent quand même transmettre l'infection à d'autres. D'autres peuvent ressentir de sérieux maux d'estomac. Dans certains cas, les personnes deviennent grièvement malades et doivent être hospitalisées.

Voici les symptômes qui peuvent se manifester entre le premier et le dixième jour après un contact avec les bactéries :

La plupart des symptômes disparaissent au bout de cinq à dix jours. Alors que la plupart des personnes se rétablissent complètement d'elles-mêmes, certaines seront beaucoup plus malades au point qu'il faudra les hospitaliser. L'infection peut même entraîner des effets persistants sur leur état de santé. Dans de rares cas, des symptômes potentiellement mortels peuvent se manifester, y compris un accident vasculaire cérébral, une insuffisance rénale ou une crise d'épilepsie.

Il n'y a pas vraiment de traitement contre les infections à E. coli, autrement que de surveiller l'évolution de la maladie, assurer le confort du malade et éviter la déshydratation par une hydratation et une alimentation adéquates. Les gens qui développent des complications pourraient nécessiter des soins plus poussés, comme une dialyse dans les cas d'insuffisance rénale. Si les symptômes persistent, vous devriez communiquer avec votre professionnel de la santé.

Ce que fait le gouvernement du Canada

Le gouvernement a à coeur la salubrité des aliments. L'Agence de la santé publique du Canada dirige le volet sur la santé humaine de l'enquête liée à cette éclosion. Elle est constamment en communication avec ses partenaires fédéraux et provinciaux de manière à surveiller la situation et à prendre des mesures concertées pour la combattre.

Santé Canada effectue des évaluations des risques pour la santé afin de déterminer si la présence de certaines substances ou certains microorganismes dans les aliments constituent un risque pour la santé des consommateurs.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments mène des enquêtes sur la salubrité des aliments afin de vérifier si une éclosion tire son origine d'un aliment.

Le gouvernement du Canada tiendra les Canadiens informés de tout fait nouveau relatif à cette enquête.

Renseignements supplémentaires

 

SOURCE Santé Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 19:06
METRO INC. (« METRO ») et Le Groupe Jean Coutu (PJC) inc. (« Groupe Jean Coutu ») ont annoncé aujourd'hui que...

à 16:20
Le Secrétaire d'État aux Affaires Greg Clark et le Ministre de la Science Sam Gyimah ont officiellement inauguré le centre   Le centre permettra de combler l'écart entre la recherche scientifique et la commercialisation des médicaments de demain  ...

à 16:00
La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a inauguré aujourd'hui la Semaine nationale de promotion de la vaccination en annonçant une nouvelle plateforme canadienne de santé conçue pour sensibiliser les élèves à la vaccination dans...

à 15:40
Les vaccins sont l'un des moyens les plus sûrs et les plus efficaces pour nous protéger - nous?mêmes, nos familles et nos collectivités - contre les maladies infectieuses. Il n'y a toutefois pas assez de Canadiens qui se font vacciner. Par...

à 15:15
Le <Centre for Aging + Brain Health Innovation> (CABHI), dirigé par Baycrest Health Sciences, a annoncé aujourd'hui le versement de plus de 7,6 millions de dollars pour financer les essais de développement et de validation de 53 autres...

à 13:23
Le  ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec, M. Laurent Lessard, est fier d'annoncer au nom du ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, ministre...




Communiqué envoyé le 11 décembre 2017 à 16:42 et diffusé par :