Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Santé
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Plaidoyer (politique)

20 ans après sa création, le régime d'assurance médicaments du Québec est obsolète



MONTRÉAL, le 8 déc. 2017 /CNW Telbec/ - L'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS) publie aujourd'hui une note qui dresse un bilan du régime d'assurance médicaments public-privé mis en place au Québec il y a vingt ans. La note conclut que le système est désormais obsolète et doit être remplacé afin de s'aligner sur les modèles internationaux plus performants.

« Le régime hybride que le gouvernement québécois a mis sur pied en 1997 est le fruit d'un compromis historique survenu à une époque où les besoins étaient criants mais où la création d'une assurance universelle publique était difficile », explique Dr Alain Vadeboncoeur, professeur à l'Université de Montréal et coauteur de la note. Il ajoute que « s'il a permis certaines avancées, force est de constater que le système actuel ne permet pas d'atteindre les objectifs souhaités en termes d'accessibilité, d'équité et de contrôle des coûts ».

La note socioéconomique montre que les dépenses per capita en médicaments au Québec sont 20% supérieures à celles du reste du Canada et 80% supérieures à celles de la moyenne des pays de l'OCDE. Malgré tout, le Québec obtient une piètre performance quant à l'accès aux médicaments lorsque comparé aux pays avec un régime public universel d'assurance-médicaments.

« Le système actuel favorise des intermédiaires qui profitent du système aux dépens de tout le monde », constate Marc-André Gagnon, professeur à l'Université Carleton et coauteur de la note. « Le cas du Lipitor, l'un des médicaments les plus vendus, est particulièrement révélateur d'un système de gaspillage institutionnalisé. Alors qu'il en coûte 44$ aux États-Unis pour se procurer 500 comprimés de 20 mg, il faut débourser 204$ au Québec pour obtenir la même quantité. Bien que le coût de détail soit le plus bas au Canada, il faut ajouter 375$ de frais de délivrance exigés au Québec par les intermédiaires, soit cinq fois plus que dans le reste du pays.».

Marc-André Gagnon présente des constats similaires en ce qui a trait aux autres médicaments génériques les plus vendus. Afin de contourner la réglementation sur les ristournes aux pharmaciens (plafonnées à 15%), les grandes chaînes de pharmacie et les distributeurs vendent les génériques les plus prescrits sous leur marque maison. Ils achètent le médicament au plus bas prix du marché et les revendent au plein prix. Au final, les intermédiaires empochent une ristourne moyenne non pas de 15%, mais de 89%.

Plus tôt cette année, le ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette a obtenu des rabais de fabricants de médicaments génériques qui souhaitaient ainsi éviter que le gouvernement ait recours à des appels d'offres. Les auteurs de la note publiée aujourd'hui par l'IRIS calculent que si Québec remplaçait le régime actuel par un régime entièrement public, il pourrait réaliser des économies douze fois supérieures aux économies obtenues par le Ministre Gaétan Barrette, soit 3,8 G$.

Pour consulter la note : www.iris-recherche.qc.ca/publications/assurance-medicaments

 

SOURCE Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS)


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 00:00
BeefCoin, une coentreprise formée par la chaîne de restaurants Meat Desire basée à Moscou et l'exploitant agricole Melbard LLC, a lancé la vente de son jeton (BEEF) le 1er janvier. Ces deux entreprises ont intégré leurs activités en cours afin de...

15 jan 2018
Alors qu'ils étaient réunis en assemblée syndicale ce soir, les membres de la section locale 1209 du syndicat Unifor ont appuyé un plan de retour au travail soumis par leur comité de négociation dans une proportion de 94 % tout en rejetant à 97 % la...

15 jan 2018
La décision de Shaw Communications de fermer son centre d'appels Freedom Mobile à Windsor, en Ontario, constitue une attaque injustifiée contre les employés, selon le Syndicat des Métallos. La décision de Shaw de déplacer les activités de son centre...

15 jan 2018
L'industrie automobile est l'un des plus importants secteurs de fabrication du Canada et sa plus grande industrie d'exportation. Elle emploie directement et indirectement plus de 530 000 Canadiens. Alors qu'il désire continuer de soutenir...

15 jan 2018
Les membres du Conseil du Partenariat pour le secteur canadien de l'automobile (CPSCA) se sont rencontrés aujourd'hui, lors du Salon international nord?américain de l'auto tenu à Détroit, pour discuter de la transformation à laquelle fait face...

15 jan 2018
L'UNICEF a averti aujourd'hui que la santé et la sécurité de plus de 520 000 enfants rohingyas qui vivent dans les camps surpeuplés et les campements spontanées au Bangladesh risquent d'être encore plus menacées à l'approche de la saison des cyclones...




Communiqué envoyé le 8 décembre 2017 à 10:00 et diffusé par :