Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Science et technologie, Santé
Sujet : Bénéfices / Revenus

Pediapharm annonce des ventes records et un premier BAIIA ajusté positif pour le deuxième trimestre



MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 27 nov. 2017) -

Pediapharm Inc. (TSX CROISSANCE:PDP)(la « société » ou « Pediapharm ») a le plaisir d'annoncer le dépôt de ses résultats financiers pour le deuxième trimestre clos le 30 septembre 2017. Ils ont été établis conformément aux Normes internationales d'information financière (« IFRS ») et tous les montants sont en dollars canadiens.

FAITS SAILLANTS DE L'EXERCICE CLOS LE 30 SEPTEMBRE 2017

Pour le trimestre clos le 30 septembre 2017, la Société a généré un rendement trimestriel record, au niveau des revenus, de 3 083 397 $, contre 1 882 147 $ pour le trimestre clos le 30 septembre 2016, soit une hausse de 64 % qui comprend notamment :

Pour le trimestre clos le 30 septembre 2017, la Société a généré un BAIIA ajusté positif de 87 578 $, contre (328 282 $) pour le trimestre clos le 30 septembre 2016. Il s'agit du premier trimestre pour lequel la Société génère un BAIIA ajusté positif.

Pour le semestre clos le 30 septembre 2017, la Société a généré un rendement record, au niveau des revenus, de 5 548 945 $, comparativement à 2 775 308 $ pour le semestre clos le 30 septembre 2016, soit une hausse de 100 %.

Pour le semestre clos le 30 septembre 2017, la Société a généré un BAIIA ajusté de (609 519 $), comparativement à (1 090 374 $) pour le semestre clos le 30 septembre 2016.

La croissance des produits de 64 % au deuxième trimestre s'est accompagnée d'une réduction de 1 % des frais de vente et d'administration. Au cours du premier trimestre, en raison des dépenses initiales liées au lancement de Rupall et d'Otixal, les frais de vente et d'administration ont augmenté sensiblement par rapport à l'exercice précédent. Cependant, comme il a été mentionné dans le dernier rapport de gestion (daté du 24 août 2017), la direction estime que leur augmentation devrait être minime au cours des prochains trimestres, et elle s'attend à ce que cette tendance se poursuive, sauf si elle constate des occasions de croissance substantielle qui justifieraient de nouvelles dépenses. La Société compte toujours afficher des flux de trésorerie d'exploitation positifs pour le prochain exercice.

Au 30 septembre 2017, la Société dispose d'un fonds de roulement net de plus de 7,2 M$, soit à peu près l'équivalent du fonds de roulement net dont elle disposait au 30 juin 2017.

Le 1er novembre 2017, Pediapharm a annoncé que Santé Canada avait délivré un avis de conformité (approbation) pour son produit CuvposaMC (solution orale de glycopyrrolate 1 mg/5 ml), indiqué pour soulager la salivation excessive chronique grave chez les patients de 3 à 18 ans ayant un trouble neurologique associé à des problèmes de salivation (comme la paralysie cérébrale [PC]). La Société prévoit lancer commercialement Cuvposa lors du trimestre se terminant le 31 mars 2018 en s'appuyant sur son infrastructure existante.

« Nous sommes extrêmement satisfaits de notre croissance de 64 % reliée à nos revenus et également de notre premier trimestre avec un BAIIA ajusté positif », a déclaré M. Sylvain Chrétien, président et chef de la direction de Pediapharm. « Chacun des produits vendus a contribué à cette croissance; notamment ceux déjà établis sur le marché tels que NYDA et Relaxa de même que le Rupall et Otixal qui ont récemment été lancés. Cette croissance de nos revenus combinée à une approche diligente de nos dépenses opérationnelles ont mené à la réalisation de ce jalon important pour Pediapharm. En plus de la croissance prévue de nos produits novateurs pour les années à venir, nous allons lancer dans les prochains mois le Cuvposa et ce, à même notre infrastructure commerciale déjà en place. On se retrouve présentement avec un portefeuille de produits des plus prometteurs et bien que la saisonnalité de nos produits continuera d'avoir un certain impact sur nos résultats trimestrielles, il ne fait aucun doute que l'avenir de Pediapharm et de ses actionnaires est de bonne augure ».

PERSPECTIVES

La Société a lancé deux nouveaux produits récemment : Rupall et Otixal. Rupall n'a été lancé qu'à la fin de janvier 2017, mais la direction surveille de près les indicateurs clés de performance (« ICP ») qui s'y rapportent, comme le nombre de médecins qui le prescrivent, et elle est très satisfaite des résultats jusqu'à présent. Ces résultats préliminaires, conjugués aux commentaires positifs continus des leaders d'opinion en matière d'allergies, confirment l'estimation de la direction selon laquelle les ventes annuelles de Rupall pourraient atteindre un sommet annuel compris entre 10 M$ et 12 M$. En ce qui concerne Otixal, qui a été lancé à la mi-mai 2017, la Société estime que les ventes annuelles pourraient atteindre un sommet de 4 M$.

Santé Canada a récemment délivré à la Société un avis de conformité (approbation) pour son produit Cuvposa (solution orale de glycopyrrolate 1 mg/5 ml), indiqué pour soulager la salivation excessive chronique grave chez les patients de 3 à 18 ans ayant un trouble neurologique associé à des problèmes de salivation (comme la paralysie cérébrale [PC]). La Société prévoit lancer commercialement Cuvposa lors du trimestre se terminant le 31 mars 2018 en s'appuyant sur son infrastructure existante.

Parallèlement, la Société poursuit l'exécution de son plan commercial pour ses produits existants, notamment NYDA, un traitement révolutionnaire contre les poux de tête et leurs oeufs, et Relaxa, un laxatif osmotique indiqué pour traiter la constipation. NYDA, qui a généré des produits de quelque 4 200 000 $ pour l'exercice 2017 et devrait engendrer des produits d'environ 5 000 000 $ pour l'exercice 2018, recèle un potentiel qui devrait porter les produits des activités ordinaires à un sommet annuel se chiffrant entre 6 000 000 $ et 8 000 000 $ (données d'IMS et estimation de la direction). Relax est quant à lui en voie de générer des produits de l'ordre de 3,1 M$ par année.

Seulement avec ses produits établis, NYDA, la suspension de naproxen et Relaxa, la Société est confiante qu'elle pourra générer des produits des activités ordinaires d'environ 8,5 M$ au cours de l'exercice 2018 (qui se terminera le 31 mars 2018), sans compter l'apport de Rupall, Otixal et Cuvposa.

Comme Pediapharm bénéficie déjà d'une solide infrastructure, la direction s'attend à une hausse modeste des frais de vente et d'administration, malgré la croissance substantielle des produits attendue dans les prochains trimestres et exercices. Par conséquent, la direction estime que la Société affichera des flux de trésorerie d'exploitation positifs pour le prochain exercice.

Pediapharm détient un portefeuille de produits qui, selon la direction, lui permettra de réaliser son objectif de générer entre 35 000 000 $ et 40 000 000 $ en sommet de ventes annuelles, pour un BAIIA de 30 %. Le maximum de cette fourchette est basé sur les données d'IMS et les estimations de la direction concernant la part de marché que devrait occuper chaque produit. Le tableau suivant présente le sommet prévu des ventes des principaux produits :

PRODUIT INDICATION   SOMMET DE VENTES ANNUELLES PRÉVU ($ CA) DATE DE LANCEMENT RÉELLE OU ESTIMATIVE
NYDAMD Traitement des poux de tête   Entre 6 et 8 M 2012
RelaxaMC Constipation occasionnelle   Entre 4 et 6 M Acquis par Pediapharm en septembre 2016
Suspension de naproxen Arthrite juvénile - douleurs   Entre 1 et 2 M Lancé à nouveau par Pediapharm en mars 2015
RupallMC Symptômes d'allergie - urticaire   Entre 10 et 12 M Janvier 2017
OtixalMC Infection de l'oreille   4 M Mai 2017
CuvposaMC Salivation excessive - paralysie cérébrale   5 M Approuvé en octobre 2017
TOTAL     Entre 30 et 35 M  

Pediapharm étant maintenant ainsi dotée d'un solide portefeuille de produits pour lesquels la totalité des investissements d'ordre réglementaire ont déjà été réalisés, sa stratégie de développement fondamentale s'est récemment centrée sur l'acquisition de produits déjà mis en marché et la copromotion de produits déjà homologués au Canada. Le principal objectif est d'assurer la rentabilité rapidement en attendant la décision de Santé Canada concernant Cuvposa, laquelle devrait être rendue avant octobre 2017. Parallèlement, Pediapharm continuera d'évaluer d'autres contrats de licences exclusives (méthode communément appelée « homologation ») ainsi que des possibilités d'acquisition de produits.

En somme, la Société jouit d'une excellente situation de trésorerie lui permettant de mettre en oeuvre son plan commercial, notamment les récents lancements de Rupall en janvier 2017 et d'Otixal en mai 2017, de même que le lancement à venir de Cuvposa. Par ailleurs, Pediapharm s'attend à ce que la croissance des produits des activités ordinaires tirés de la vente de ses produits établis comme NYDA, la suspension de naproxen et Relaxa se poursuive. La direction estime que la progression prévue des produits des activités ordinaires et la stabilité des charges d'exploitation permettront à la Société de dégager des flux de trésorerie d'exploitation positifs pour le prochain exercice. En parallèle, la Société est en train d'évaluer des acquisitions potentielles de produits, dans le but principal d'accélérer sa stratégie visant à générer des flux de trésorerie positifs dans un court laps de temps. Pediapharm est une société en pleine croissance dans le secteur pharmaceutique des produits spécialisés à marge élevée, et lorsque des occasions d'alimenter cette croissance se présentent, elle peut mobiliser des capitaux supplémentaires pour se donner les ressources financières et la souplesse nécessaires pour en profiter.

ANALYSE DES RÉSULTATS D'EXPLOITATION DE L'EXERCICE CLOS LE 30 SEPTEMBRE 2017

PRODUITS DES ACTIVITÉS ORDINAIRES

Pour le trimestre clos le 30 septembre 2017, le total des produits des activités ordinaires a atteint 3 083 397 $, contre 1 882 147 $ pour le trimestre clos le 30 septembre 2016, soit une augmentation de 64 %. Les produits tirés de la vente de NYDA ont progressé de 3 %. La direction suit aussi de près les données IMS qui proviennent d'une tierce partie et qui démontrent une augmentation de 11% pour cette même période. Les produits tirés de la suspension de naproxen de Pediapharm ont augmenté de 32 %. La direction est très satisfaite des résultats de Rupall et d'Otixal, tous deux lancés récemment. Le résultat du trimestre comprend aussi les produits des activités ordinaires tirés de Relaxa par suite de la transaction du 19 septembre 2016, qui sont en voie d'atteindre 3,1 M$ annuellement.

Pour le semestre clos le 30 septembre 2017, le total des produits des activités ordinaires a atteint 5 548 945 $, contre 2 775 308 $ pour le semestre clos le 30 septembre 2016, soit une augmentation de 100 %. Les produits tirés de la vente de NYDA ont augmenté de 9 %. La direction suit aussi de près les données IMS qui proviennent d'une tierce partie et qui démontrent une augmentation de 14% pour cette même période. Les produits tirés de la suspension de naproxen de Pediapharm ont bondi de 20 %. La direction est très satisfaite des résultats de Rupall et d'Otixal, tous deux lancés récemment. Le résultat du semestre comprend aussi les produits des activités ordinaires tirés de Relaxa par suite de la transaction du 19 septembre 2016, qui sont en voie d'atteindre 3,1 M$ annuellement.

MARGE BRUTE

Aux fins de la comparaison des périodes, en plus de considérer la marge brute en dollars, il est également pertinent d'examiner la marge brute exprimée en pourcentage des produits des activités ordinaires. Comme aucun coût des ventes ne se rapporte aux produits des activités ordinaires tirés des commissions, les pourcentages de marge brute qui suivent sont calculés d'après le coût des ventes et les produits des activités ordinaires liés aux produits seulement. En plus du coût réel des matières premières et des redevances versées aux partenaires, la marge brute est influencée par l'amortissement des actifs générateurs de produits des activités ordinaires, les provisions pour articles éventuellement retournés ainsi que les charges d'entreposage et de logistique.

Pour le trimestre clos le 30 septembre 2017, le bénéfice brut s'est chiffré à 1 715 228 $, ce qui représente une hausse de 39 % par rapport aux 1 230 678 $ du trimestre clos le 30 septembre 2016. La marge brute en pourcentage des produits a été de 56 % (contre 64 % pour le trimestre clos le 30 septembre 2016), une baisse d'abord attribuable au taux de marge brute inférieur qui caractérise la catégorie de produits dont fait partie le Relaxa. Au fil du temps, vu la croissance attendue des produits des activités ordinaires provenant de NYDA, de Rupall et d'Otixal, Relaxa représentera une part de plus en plus faible des produits des activités ordinaires et, de ce fait, la direction s'attend à ce que la marge brute totale exprimée en pourcentage des produits des activités ordinaires s'améliore pour finalement s'établir entre 60 % et 70 %.

Pour le semestre clos le 30 septembre 2017, le bénéfice brut s'est chiffré à 3 002 278 $, ce qui représente une hausse de 64 % par rapport aux 1 830 352 $ du semestre clos le 30 septembre 2016. La marge brute en pourcentage des produits a été de 54 % (contre 64 % pour le semestre clos le 30 septembre 2016), une baisse d'abord attribuable au taux de marge brute inférieur qui caractérise la catégorie de produits dont fait partie le Relaxa. Au fil du temps, vu la croissance attendue des produits des activités ordinaires provenant de NYDA, de Rupall et d'Otixal, Relaxa représentera une part de plus en plus faible des produits des activités ordinaires et, de ce fait, la direction s'attend à ce que la marge brute totale exprimée en pourcentage des produits des activités ordinaires s'améliore pour finalement s'établir entre 60 % et 70 %.

FRAIS DE VENTE ET D'ADMINISTRATION

Pour le trimestre clos le 30 septembre 2017, les frais de vente et d'administration se sont chiffrés à 1 783 377 $, contre 1 797 845 $ pour le trimestre clos le 30 septembre 2016. Durant le semestre clos le 30 septembre 2017, les frais de ventes et d'administration s'élevaient à 3 917 893 $ (contre 3 281 494 $ pour le semestre close le 30 septembre 2016). Comme il a été mentionné dans le dernier rapport de gestion (daté du 24 août 2017), malgré le fait que de nombreux investissements initiaux stratégiques ont été réalisés durant le premier trimestre à l'appui du lancement commercial de Rupall et d'Otixal, la direction s'attend à ce que les frais de vente et d'administration pour les trimestres subséquents demeurent relativement équivalents à ceux de l'année dernière. Aux yeux de la direction, ces investissements dans Rupal et Otixal sont des pièces maîtresses du succès d'ensemble de la Société.

AUTRES PRODUITS

La Société n'a comptabilisé aucun montant au titre des autres produits pour le trimestre et le semestre clos le 30 septembre 2017. Au cours du trimestre clos le 30 juin 2016, la Société a reçu le deuxième et dernier paiement comptant de 2 M$ US (2 570 200 $) de sa contrepartie pour la vente de ses droits sur la suspension de naproxen aux États-Unis, une transaction évaluée à 4,25 M$ US environ.

RÉSULTAT D'EXPLOITATION

La Société a enregistré une perte d'exploitation de 52 177 $ pour le trimestre clos le 30 septembre 2017, comparativement à un bénéfice d'exploitation de 580 117 $ pour le trimestre clos le 30 septembre 2016, ce qui représente un bond de 527 940 $. Cette amélioration s'explique principalement par l'augmentation importante des revenus et du bénéfice brut et au maintien des frais de vente et d'administration au même niveau que l'année dernière.

La Société a enregistré une perte d'exploitation de 889 939 $ pour le semestre clos le 30 septembre 2017, comparativement à un bénéfice d'exploitation de 1 111 667 $ pour le semestre clos le 30 septembre 2016, au cours duquel elle a bénéficié de la vente de ses droits américains sur la suspension de naproxen, qui a eu une incidence positive de 2 570 200 $.

RÉSULTAT NET

La Société a inscrit une perte nette de 336 631 $ pour le trimestre clos le 30 septembre 2017, comparativement à 838 321 $ pour le trimestre clos le 30 septembre 2016. Pour les deux périodes, l'écart entre la perte d'exploitation et la perte nette est principalement attribuable à des charges financières de l'ordre de 270 000 à 295 000 $. La majeure partie de ces charges financières sont liées au placement privé, le 31 mars 2015, de débentures convertibles garanties et de bons de souscription d'actions de la Société pour un produit brut total de 5 500 000 $.

BAIIA AJUSTÉ1)

Le BAIIA ajusté (défini plus haut) pour le trimestre clos le 30 septembre 2017 s'est élevé à 87 578 $, contre (328 282 $) pour le trimestre clos le 30 septembre 2016. Cette amélioration est principalement attribuable à l'augmentation du bénéfice brut, porté par la croissance de 64 % des produits. Pour le semestre clos le 30 septembre 2017, le BAIIA ajusté s'est chiffré à (609 519 $), contre (1 090 374 $) pour le semestre clos le 30 septembre 2016. Cette amélioration est principalement attribuable à l'augmentation du bénéfice brut, porté par la croissance de 100 % des produits, en partie neutralisée par les frais de vente et de commercialisation initiaux d'environ 600 000 $ liés au lancement des produits Rupall et Otixal, qui a eu lieu durant le trimestre clos de 30 juin 2017.

  30 septembre 2017
(trimestre)
$
  30 septembre 2016
(trimestre)
$
  30 septembre 2017
(semestre)
$
  30 septembre 2016
(semestre)
$
 
Produits des activités ordinaires tirés des produits 3 083 397   1 803 397   5 546 240   2 614 643  
Produits des activités ordinaires tirés des commissions -   78 750   2 705   160 665  
Total des produits des activités ordinaires 3 083 397   1 882 147   5 548 945   2 775 308  
Marge brute 1 715 228   1 230 678   3 002 278   1 830 352  
Frais de vente et d'administration 1 783 377   1 797 845   3 917 893   3 281 494  
Autres produits -   -   -   2 570 200  
Résultat d'exploitation (52 177 ) (580 117 ) (889 939 ) 1 111 667  
Résultat net (336 631 ) (838 321 ) (1 454 560 ) 604 474  
Flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation (852 795 ) (1 303 782 ) (2 927 489 ) 254 771  
Flux de trésorerie liés aux activités d'investissement (864 ) (85 570 ) (299 132 ) (85 570 )
Flux de trésorerie liés aux activités de financement 26 275   -   4 956 967   (377 )
  1. Le « BAIIA » et le « BAIIA ajusté » sont des mesures financières non définies dans les IFRS. Le terme « BAIIA » (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements) n'a aucune signification normalisée aux termes des IFRS; il serait donc mal avisé de le comparer à des mesures semblables utilisées par d'autres émetteurs. La Société les utilise pour donner de l'information additionnelle et complémentaire aux mesures définies dans les IFRS, ou fournir un éclairage plus complet sur ses activités du point de vue de la direction. Le « BAIIA ajusté » est défini par la Société comme le bénéfice hors coûts de financement, charges d'intérêts, impôts sur les bénéfices, produit d'intérêts, amortissement des immobilisations corporelles et incorporelles, rémunération à base d'actions hors trésorerie, produit de la vente d'actifs et dépréciation des actifs incorporels. La Société estime que le BAIIA ajusté est un facteur clé de l'évaluation de la performance financière d'une entreprise, ainsi qu'une mesure révélatrice de ses résultats d'exploitation et de ses flux de trésorerie, qui fournit une information précieuse aux investisseurs et aux analystes. Pour le trimestre clos le 30 septembre 2017, le BAIIA ajusté s'est chiffré à 87 578 $, contre (328 282 $) pour le trimestre clos le 30 septembre 2016. Cette amélioration est principalement attribuable à la hausse du bénéfice brut, porté par la croissance de 64 % des produits. Le BAIIA ajusté pour le semestre clos le 30 septembre 2017 s'est élevé à (609 519 $), contre (1 090 374 $) pour le semestre clos le 30 septembre 2016. Cette amélioration est principalement attribuable à la hausse du bénéfice brut, porté par la croissance de 100 % des produits, mais a été neutralisée en partie par le surcroît de frais de vente et de commercialisation induit par le lancement des produits Rupall et Otixal.
  Trimestre clos le 30 septembre 
2017
$
  Trimestre clos le 30 septembre 2016
$
  Semestre clos le 30 septembre 2017
$
  Semestre clos le 30 septembre 2016
$
 
                 
Résultat net et résultat global (336 631 ) (838 321 ) (1 454 560 ) 604 474  
                 
Réintégrer :                
                 
Dépréciation et amortissement (immobilisations corporelles et incorporelles) 53 191   31 068   98 103   61 420  
Dotation aux amortissements des frais de financement 43 936   34 475   85 288   66 293  
Charges d'intérêts 168 667   170 500   335 500   337 336  
Autres charges financières sans effet sur la trésorerie 82 214   65 658   159 934   127 727  
Produit d'intérêts (10 363 ) (12 429 ) (16 101 ) (24 793 )
                 
BAIIA 1 014   (549 049 ) (791 835 ) 1 172 457  
                 
                 
Produit de la vente d'actifs -   -   -   (2 570 200 )
Rémunération fondée sur des actions 86 564   220 767   182 316   307 369  
                 
BAIIA AJUSTÉ 87 578   (328 282 ) (609 519 ) (1 090 374 )
                 

À propos de Pediapharm

Pediapharm est la seule entreprise pharmaceutique canadienne spécialisée en pédiatrie. Elle a pour mission de commercialiser des produits pédiatriques novateurs visant à améliorer la santé et le bien-être des enfants au Canada. Depuis sa création en 2008, Pediapharm a conclu de nombreux accords commerciaux avec des partenaires du Canada et d'autres pays. Son portfolio de produits innovateurs compte notamment NYDA??, un traitement révolutionnaire des poux de tête; RelaxaMC, un laxatif osmotique utilisé pour traiter la constipation; EpiCeram??, une crème non stéroïdienne pour le traitement de l'eczéma; la suspension de naproxen, utilisée dans le traitement de la douleur et de l'inflammation causées par diverses affections, dont l'arthrite juvénile; RupallMC, une innovation dans le traitement médical des allergies avec un mode d'action unique; les gouttes auriculaires OtixalMC, qui sont les premières et les seules fabriquées à partir d'une combinaison d'antibiotique et de stéroïde offertes en doses unitaires stériles sans agent de conservation; ainsi que CuvposaMC, pour la sialorrhée grave.

ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs et d'autres énoncés qui ne sont pas des faits historiques, incluant les commentaires de l'équipe de direction par rapport à l'utilisation du produit brut du placement, ainsi que les délais pour recevoir les approbations règlementaires requises. Ces énoncés prospectifs sont assujettis à des risques connus ou inconnus, à des incertitudes et à des hypothèses qui pourraient donner lieu à des résultats très différents des résultats visés et des résultats ou événements prévus dans ces énoncés prospectifs. Par conséquent, les investisseurs sont avisés qu'ils ne doivent pas se fier indûment à ces énoncés prospectifs.

Les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse sont formulés à la date de publication. À moins d'y être tenue selon les lois applicables, la Société nie expressément toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouveaux renseignements, d'événements futurs ou autrement. L'information prospective reflète les attentes ou croyances actuelles de la Société selon les renseignements qu'elle détient à ce jour, et ces renseignements sont fondés sur différentes hypothèses et assujettis à des risques et incertitudes décrits plus amplement aux pages 35 à 41 de la circulaire d'information de la direction de Chelsea Acquisition Corporation du 12 novembre 2013 qui peut être consultée sur SEDAR, à l'adresse www.sedar.com, ainsi qu'aux autres risques découlant du fait qu'elle est une entreprise pharmaceutique spécialisée.

La Bourse de croissance TSX. et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) ne peuvent être tenus responsables de l'exactitude ou de la véracité du présent document. 


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 16:54
La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) prévient le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, que son nouveau projet de Carnet santé Québec ne fera pas oublier le manque de ressources criant qu'il a lui-même créé dans le...

à 16:42
Pourquoi tenir compte du présent avis L'Agence de la santé publique du Canada collabore avec ses partenaires provinciaux de la santé publique, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et Santé Canada, pour faire enquête sur une éclosion...

à 15:35
Les représentantes et représentants des médias sont invités à assister à une conférence de presse au cours de laquelle le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, et le député d'Abitibi-Est, monsieur Guy Bourgeois,...

à 15:00
L'honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, a aujourd'hui rencontré des chercheurs du pôle Québec-Maritimes de l'Initiative canadienne de recherche sur l'abus de substances (ICRAS) à Montréal. Cette équipe de recherche s'emploie à...

à 14:15
Le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB) a publié aujourd'hui un document d'orientation présentant ses réflexions préliminaires sur la meilleure façon de mettre en oeuvre les modifications au Règlement sur les médicaments brevetés...

à 13:59
L'AGISQ, la voix des archivistes médicaux du Québec, réagit à l'annonce du portail Carnet santé Québec. «?Nous appuyons l'objectif du gouvernement de fournir à chaque Québécois l'accès à son dossier médical en ligne. Nous notons que le gouvernement...




Communiqué envoyé le 27 novembre 2017 à 08:03 et diffusé par :