Le Lézard
Classé dans : Santé
Sujet : Sans buts lucratifs

L'Institut canadien pour la sécurité des patients unit sa voix à celle de l'Organisation mondiale de la Santé pour réclamer une meilleure sécurité médicamenteuse



EDMONTON, le 1er nov. 2017 /CNW/ - Au nom de toute la population canadienne, l'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) participe à la campagne internationale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en vue de réduire le nombre d'erreurs médicamenteuses.

L'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) (Groupe CNW/L'Institut canadien pour la sécurité des patients)

L'objectif de ce défi mondial pour la sécurité des patients, intitulé Une médication sans erreurs, est de réduire de 50 % en 5 ans le niveau de préjudices graves et évitables liés aux médicaments. En tant que Centre collaborateur de l'OMS pour la sécurité et l'engagement des patients, l'ICSP coordonne la campagne Une médication sans erreurs au Canada. « Connaître. Vérifier. Demander » est l'appel à l'action qu'il lance pour encourager les patients et les professionnels de la santé à jouer un rôle actif dans l'utilisation des médicaments et à prendre part au mouvement de solidarité mondial et aux actions entreprises par la communauté internationale pour réduire les préjudices évitables liés à la médication.

« L'Institut canadien pour la sécurité des patients jouit d'une position unique pour diriger cette campagne au Canada. Nous sommes impatients de collaborer avec l'Organisation mondiale de la Santé et avec nos partenaires d'ici à la création d'une stratégie de mise en oeuvre canadienne. Comme pays, nous pouvons faire mieux », a déclaré Chris Power, directrice générale de l'ICSP.

« Quelle que soit la raison, tout le monde prend des médicaments un jour, ce qui est l'intervention la plus courante dans les soins de santé. Malheureusement, les préjudices résultant d'erreurs - involontaires mais évitables - sont beaucoup trop nombreux dans les processus liés à la prescription, la préparation, la distribution, l'administration et la surveillance de la médication. »

« Tout le monde, y compris les patients et les familles, a un rôle à jouer pour favoriser une utilisation sécuritaire des médicaments, souligne Maryann Murray, membre de Patients pour la sécurité des patients du Canada, qui a perdu un enfant à la suite d'un incident médicamenteux évitable. Voir la communauté internationale se serrer les coudes et s'engager à réduire les préjudices causés par les erreurs médicamenteuses partout sur la planète revêt une signification particulière pour ceux d'entre nous qui ont perdu un être cher. »

Selon l'OMS, les pratiques non sécuritaires et les erreurs médicamenteuses constituent l'une des principales causes de blessures et de préjudices évitables dans les systèmes de soins de santé partout dans le monde. À l'échelle planétaire, on estime que les erreurs médicamenteuses représentent un fardeau financier de 42 milliards de dollars (USD) par année.

Au Canada, les incidents préjudiciables associés à la prise de médicaments se classent parmi les plus fréquents. Les problèmes de sécurité liés à la médication peuvent avoir des répercussions sur les résultats en matière de santé, sur la durée des séjours à l'établissement de soins de santé, sur les taux de réadmission et sur le coût total pour le système de santé canadien.

Au cours des cinq prochaines années, l'ICSP, en partenariat avec les patients et avec ses partenaires, s'attachera à élaborer et exécuter un plan de mise en oeuvre, à superviser et évaluer les progrès réalisés et à travailler en étroite collaboration avec l'OMS afin d'assurer la durabilité à long terme des stratégies mises en place tout au long de la campagne Une médication sans erreurs.

À propos de l'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP)

L'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) est un organisme de sensibilisation sans but lucratif qui vise à améliorer la sécurité des patients en facilitant la mise en oeuvre d'idées novatrices et de pratiques exemplaires visant à transformer la sécurité des patients. L'ICSP, financé par Santé Canada, est né du désir de combler l'écart entre le système de santé que nous avons et les soins que nous méritons. Les points de vue exprimés ne reflètent pas nécessairement celles de Santé Canada. www.securitedespatients.ca.

Centre collaborateur de l'OMS pour la sécurité et l'engagement des patients (Groupe CNW/L'Institut canadien pour la sécurité des patients)

SOURCE L'Institut canadien pour la sécurité des patients


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 12:30
L'aide financière de l'Initiative d'innovation dans l'Ouest contribuera à transformer les déchets d'Edmonton en énergie EDMONTON, le 17 nov. 2017 /CNW/ - Enerkem Alberta Biofuels, une filiale d'Enerkem Inc., basée à Montréal, reçoit 3,5 millions...

à 11:15
OTTAWA, le 17 nov. 2017 /CNW/ - L'Association canadienne de protection médicale (ACPM) salue les progrès réalisés par les associations du domaine de la santé, les gouvernements et d'autres partenaires dans la lutte contre la crise des opioïdes au...

à 11:00
GATINEAU, QC, le 17 nov. 2017 /CNW/ - Les agriculteurs australiens cultiveront bientôt des plantes oléagineuses canadiennes pour fabriquer du biocarburant grâce à une nouvelle entente conclue entre l'entreprise québécoise Agrisoma Biosciences Inc. et...

à 10:33
MONTRÉAL, le 17 nov. 2017 /CNW Telbec/ - Le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, invite les représentants des médias à assister à une conférence du ministre de la Santé et des Services...

à 10:00
BOISBRIAND, QC, le 17 nov. 2017 /CNW Telbec/ - Les représentants des médias sont conviés à une conférence de presse au cours de laquelle la députée de Rivière-des-Mille-Îles, Linda Lapointe, procédera, au nom du ministre de l'Innovation, des...

à 09:55
QUÉBEC, le 17 nov. 2017 /CNW Telbec/ - À l'occasion du Sommet sur l'alimentation, l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) rappelle les enjeux importants de santé à considérer dans l'élaboration de la future politique bioalimentaire...




Communiqué envoyé le 1 novembre 2017 à 08:00 et diffusé par :