Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Santé
Sujets : Enfance, Nouvelles - Monde du travail, Politique intérieure, Plaidoyer (politique)

Projet de loi no 143 sur les services de garde - La qualité passe par le réseau public



QUÉBEC, le 25 oct. 2017 /CNW Telbec/ - « Nous avions de grandes attentes quant aux changements que pourrait apporter le gouvernement avec ce projet de loi. Or, nous restons encore sur notre faim. Les nouveaux articles soulèvent bien des questions et apportent peu de solutions aux enjeux réels du réseau éducatif à la petite enfance. »

C'est ce qui ressort, entre autres, du mémoire présenté aujourd'hui, conjointement par la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) en commission parlementaire, sur le projet de loi no 143, à l'Assemblée nationale.

Des mesures inefficaces

Bien qu'elles saluent l'initiative, elles estiment que le projet de loi ne répond malheureusement pas aux problèmes et ne permet pas d'atteindre les objectifs prévus à la Politique de la réussite éducative du gouvernement : « Il ne corrige pas, non plus, les effets néfastes des compressions budgétaires qui ont diminué grandement la capacité du réseau à répondre aux besoins des petits de 0 à 5 ans du Québec. Ce que nous déplorons surtout, c'est que ce projet de loi ne freine pas le développement de garderies privées non subventionnées, alors que pour assurer la qualité, un moratoire est nécessaire », dénonce Sonia Éthier, vice-présidente de la CSQ.

La présidente de la FIPEQ-CSQ, Valérie Grenon, abonde dans le même sens : « En permettant à des garderies privées qui auront cinq enfants ou plus d'être reconnues comme responsables de services de garde, le gouvernement encourage le développement de ces dernières. »

Or, pour les leaders syndicales, il est clair que les services éducatifs à la petite enfance devraient être publics, à contribution unique, réduite et universelle. Elles réclament également l'abolition du crédit d'impôt pour frais de garde. Les sommes ainsi économisées devraient être utilisées pour créer un nombre de places suffisant dans le réseau public, tant en milieu familial qu'en CPE, afin d'accueillir tous les enfants présentement en garderies privées non subventionnées.

Miser sur l'expertise du personnel

Par ailleurs, la CSQ et la FIPEQ-CSQ ne contestent pas la nécessité d'un processus d'évaluation et d'amélioration de la qualité de vie dans les services de garde, mais souhaitent rappeler au ministre qu'il existe déjà des moyens d'évaluer cette qualité : « Le ministre doit s'appuyer sur l'expertise développée par les personnels des réseaux publics pour l'élaboration des outils d'évaluation », soutient Valérie Grenon, présidente de la FIPEQ-CSQ.

Le guichet unique trop contraignant

D'autre part, en ce qui a trait au guichet unique d'accès, la présidente de la FIPEQ-CSQ rappelle que les responsables de services de garde sont des travailleuses autonomes, ce que confirme leur entente collective, particulièrement dans le recrutement et la sélection des enfants : « L'obligation de guichet unique risque d'être une contrainte pour les parents qui souhaitent, par exemple, tisser un lien privilégié avec une responsable. C'est pourquoi nous demandons le retrait de l'obligation d'utiliser exclusivement la liste du guichet unique », ajoute la présidente de la FIPEQ-CSQ.

Un projet de loi à revoir

En terminant, la CSQ et la FIPEQ-CSQ souhaitent que le projet de loi soit revu, puisqu'il accentue la bureaucratisation des services de garde et le caractère punitif de la loi.

« Ce que nous souhaitons, c'est que le nouveau ministre de la Famille mette fin à la dérive vers le privé et mise sur l'accessibilité, l'universalité et la qualité de notre réseau éducatif public à la petite enfance », conclut Sonia Éthier.

Rappelons que la CSQ est un des trente organismes québécois à avoir signé la Déclaration pour la reconnaissance du droit de tous les enfants à des services éducatifs de qualité dès la naissance dans le cadre du Sommet sur l'éducation à la petite enfance, initiative de l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE).

Pour consulter le mémoire de la CSQ, cliquez ici.

Profil de la CSQ en petite enfance

La CSQ est l'organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance au Québec. Elle représente plus de 200 000 membres, dont 130 000 membres en éducation et petite enfance. De ce nombre, près de 14 000 responsables d'un service de garde en milieu familial et travailleuses dans les installations des CPE sont représentées par la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ).

Twitter : @csq_centrale

 

SOURCE CSQ


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

24 fév 2018
Récemment, les médias rapportaient que le premier ministre Philippe Couillard a mentionné que le gouvernement disposait de marges financières pour améliorer la condition des aînés. Il s'agit d'une excellente nouvelle dont on peut tous se réjouir....

23 fév 2018
Les représentantes et représentants des médias sont invités à assister à une conférence de presse au cours de laquelle la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Mme...

23 fév 2018
Dans le cadre des efforts visant à renforcer et à améliorer l'accessibilité des services de première ligne, le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, ainsi que le président du Conseil du trésor, ministre responsable...

23 fév 2018
Kazia Therapeutics Limited (ASX : KZA ; NASDAQ : KZIA), une société australienne de biotechnologie se consacrant à l'oncologie, est heureuse d'annoncer que la Food and Drug Administration (FDA, l'agence américaine des produits alimentaires et...

23 fév 2018
Le gouvernement du Canada est fier de jouer un rôle dans le cadre de cette initiative d'envergure qui améliorera les services de soins de santé dans les collectivités de la région de la capitale nationale et qui enrichira des travaux de recherche de...

23 fév 2018
Biogen Canada applaudit la diffusion des résultats définitifs de l'étude de phase III CHERISH, qui portait sur l'utilisation de SPINRAZAMC (nusinersen) dans le traitement de sujets atteints d'une amyotrophie spinale (AS) à révélation tardive. Les...




Communiqué envoyé le 25 octobre 2017 à 10:20 et diffusé par :