Le Lézard
Classé dans : Les affaires, L'environnement, Chasse, pêche et plein air
Sujets : Entreprises conjointes, Animaux et animaux de compagnie, Enjeux environnementaux, Première Nation, Bien-être animal

Entente historique conclue entre sept nations autochtones sur la préservation et la gestion du caribou de la péninsule d'Ungava



MONTRÉAL, le 17 oct. 2017 /CNW Telbec/ - C'est avec plaisir que la Table ronde autochtone du caribou de la péninsule d'Ungava (TRACPU) signe aujourd'hui une entente historique sur la préservation et la gestion du caribou de la péninsule d'Ungava. L'entente est signée par les sept peuples autochtones qui partagent traditionnellement cette ressource alimentaire et culturelle importante.

La stratégie de gestion est le fruit d'une collaboration unique en réponse au déclin marqué des troupeaux de caribous de la rivière George et de la rivière aux Feuilles. Le troupeau de la rivière George avait atteint un sommet au début des années 1990 et connaît un déclin spectaculaire depuis. La population de ce troupeau est passée d'environ 770 000 têtes en 1993, à 385 000 en 2001, à 74 000 en 2010, à 22 000 en 2012, à 14 000 en 2014 et à 9 000 à ce jour. Le troupeau de la rivière aux Feuilles a atteint, quant à lui, un sommet en 2001 avec 628 000 têtes, puis a chuté considérablement, passant à 430 000 en 2011, à 332 000 en 2015 et à 199 000 en 2016.

« C'est sans précédent dans l'histoire », a mentionné Adamie Delisle Alaku, coprésident de la TRACPU et vice-président au Développement des ressources de la Société Makivik. « Nous ne croyons pas qu'il existe une autre entente du genre au Canada entre des peuples autochtones pour la gestion concertée de la faune. Le caribou a toujours été d'une importance vitale dans nos cultures autochtones, tant sur le plan spirituel que culturel en plus d'être une source de nourriture, et de servir à la confection d'abris et des vêtements. »

Les sept groupes qui forment la TRACPU signent une entente visant à mettre en oeuvre une stratégie de gestion à long terme du caribou. Elle est le fruit de quatre années de réunions tenues dans de multiples endroits au nord situés sur la péninsule d'Ungava qui s'étend sur 1,5 million de kilomètres carrés. La stratégie de gestion est intitulée Il y a longtemps dans l'avenir : le caribou et les peuples autochtones de la péninsule d'Ungava.

La stratégie de 55 pages a pour objectif ce qui suit : « S'adapter aux hausses et aux baisses des populations, dans la mesure du possible, en acceptant la variabilité naturelle et en s'y ajustant, et prendre les bonnes décisions aux bons moments pour maximiser les retombées sociales, spirituelles, économiques et culturelles au profit de tous les peuples en respectant la priorité d'accès réservé aux peuples autochtones. »

La stratégie retrace l'histoire du caribou de la péninsule d'Ungava de 8000 avant notre ère à 2015 sur trois périodes. Elle est fondée sur la science et les connaissances autochtones, lesquelles « relèves souvent de la morale [...] s'établissent sur de longues échelles temporelles, sont holistiques, inclusives, qualitatives et procèdent par inductions ». La stratégie contient des déclarations de membres des sept peuples autochtones qui forment la TRACPU.

« La stratégie est essentielle pour nos peuples », a affirmé Mark Nui, représentant de la Nation innue, coprésident de la TRAPCU et négociateur d'ententes sur les répercussions et les avantages. « Elle vise à fournir une orientation stratégique pour la gestion du caribou dans l'ensemble de la péninsule d'Ungava. Nous avons collectivement défini cinq plans d'action, lesquels sont inclus dans la stratégie, afin d'atteindre notre objectif ultime qui est la gestion adéquate de cette ressource pour les générations à venir. »

Les cinq plans d'action sont les suivants, en ordre de priorité : 1) Entente de partage autochtone, 2) Plan de recherche et de suivi, 3) Plan de gestion de l'habitat et de l'impact environnemental, 4) Plan d'intendance, d'engagement et de communication, et 5) Plan socio-économique.

« Cette stratégie est dédiée aux générations futures des peuples autochtones vivant dans l'Ungava, en l'honneur de nos ancêtres. Des Autochtones des quatre coins de l'Ungava se sont mobilisés afin de puiser dans nos valeurs et notre expérience communes pour magnifier notre relation entre nous, nos ancêtres, nos enfants et le caribou. »

À propos de la Table ronde autochtone du caribou de la péninsule d'Ungava (TRACPU)
La TRACPU est composée d'Inuits du Nunavik (représentés par la Société Makivik), d'Inuits du Nunatsiavut (représentés par le gouvernement du Nunatsiavut), du Conseil communautaire NunatuKavut, de la Nation naskapie de Kawawachikamach, du Grand Conseil des Cris Eeyou Istchee/Administration régionale crie (GCCEI/ARC), de la Nation innue du Labrador et les nations innues des communautés de la région du Québec représentées par la « Nation innue ».

 

SOURCE Uashat mak Mani-utenam


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 17:56
Moins de deux semaines après sa création, le comité de modernisation de l'industrie de la récupération et du recyclage a déjà tenu deux séances de travail qui ont notamment servi à convenir des modalités d'un programme d'aide financière de 4,6 M$...

à 16:31
Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a pris la décision de lever l'interdiction de faire des feux à ciel ouvert en forêt ou à proximité dans le secteur de Labrieville (au sud du Réservoir Pipmuacan). Cette décision, prise en...

à 15:34
Le député de Madawaska-Restigouche, René Arseneault, au nom de l'honorable Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, a annoncé jeudi la réouverture officielle du bureau de Pêches et Océans de Kedgwick, au...

à 14:52
Le gouvernement du Québec accorde une aide financière de 880?951 $ à l'Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) pour la réalisation de cinq vitrines de démonstration dans le secteur pomicole. Le projet de l'IRDA vise à...

à 13:30
L'Union des municipalités du Québec (UMQ) et des représentants de plus d'une vingtaine d'organisations concernées par la problématique de la propagation et de la prolifération du myriophylle à épi, une plante exotique envahissante aussi surnommée...

à 07:30
La commission d'enquête du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), présidée par M. Michel Germain qui est secondé par M. Pierre Renaud, commissaire, amorce la deuxième partie de l'audience publique sur le Projet d'usine de...




Communiqué envoyé le 17 octobre 2017 à 10:30 et diffusé par :