Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Science et technologie, Exploitation minière
Sujets : Droit / Problèmes légaux, Sondages, Opinions et Recheches, Économie, Responsabilité sociale des entreprises

L'industrie de l'électronique se tourne vers l'approvisionnement éthique pour lutter contre les risques de travail forcé



Un rapport souligne l'augmentation du risque d'esclavage moderne dans la chaîne d'approvisionnement de l'industrie électronique et les avantages tangibles, notamment en matière de transparence, à multiplier les initiatives en matière d'approvisionnement éthique.

PARIS, 16 octobre 2017 /PRNewswire/ -- L'industrie électronique est confrontée à une menace croissante de travail forcé dans sa chaîne d'approvisionnement, selon un nouveau rapport, Approvisionnement éthique et produits électroniques de tous les jours, publié par LexisNexis Business Insight Solutions.

L'industrie électronique mondiale qui fabrique nos téléphones mobiles, ordinateurs portables, tablettes et autres produits que nous utilisons quotidiennement est l'un des plus grands secteurs industriels de l'économie mondiale. A lui seul, il génère 1 750 milliards USD de chiffre d'affaires, soit plus que tout autre secteur de production de biens dans le monde. Mais, une partie de ce chiffre d'affaires se fait au détriment de milliers de personnes, impliquées dans une chaîne d'approvisionnement extrêmement complexe, comprenant de multiples strates et dont les fournisseurs sont éparpillés dans le monde.

Ce rapport souligne le renforcement de la réglementation dans le domaine des chaînes d'approvisionnement et la prise de conscience croissante du fléau de l'esclavage moderne et du travail forcé dans l'exploitation minière et la fabrication de produits électroniques. Quinze à vingt pour cent de l'extraction mondiale de tantale, un minerai communément utilisé dans l'électronique, ainsi que d'autres minéraux proviennent de la République démocratique du Congo et de pays voisins, pays reconnus comme étant à haut risque en matière de travail forcé et de conflits liés à l'extraction de ces minéraux.

Selon une recherche récente de l'Organisation internationale du Travail (OIT), plus de 50 % des victimes de l'exploitation du travail forcé sont en état de servitude pour dettes. La servitude pour dettes est une façon de repayer une dette en fournissant directement un travail plutôt qu'avec de l'argent ou des biens. Ce type de travail est considéré comme une forme de servitude (esclavage ou travail forcé) car en pratique, et dans bien des situations, le travail fourni ne suffit jamais à rembourser la dette entière. L'industrie manufacturière malaisienne, où de nombreuses entreprises électroniques internationales fabriquent leurs produits, a été identifiée comme un lieu où le travail en servitude et le travail forcé se produisent systématiquement.

Le travail forcé génère chaque année 150 milliards USD de profits illégaux, selon les déclarations de l'OIT en 2014 et, un montant estimé à 51 milliards USD provient d'une exploitation économique liée au travail forcé. Les risques financiers et réputationnels sont conséquents pour les entreprises impliquées. A l'inverse, adopter pleinement des pratiques éthiques en matière d'approvisionnement offre de réelles opportunités : investisseurs et consommateurs sont à la recherche de produits respectueux. Dans une récente étude mondiale réalisée par Trajectory's Global Foresight, 77% des personnes interrogées sur les marchés émergents déclarent que l'achat de marques éthiques était important ou très important à leurs yeux.

Atténuer ces risques - en matière commerciale et de violations des droits de l'homme ? tout en reconnaissant les opportunités financières offertes par de bonnes pratiques, passe par une surveillance et une mise en oeuvre de diligence raisonnable sur toute la chaîne d'approvisionnement.

Mark Dunn, directeur de LexisNexis Business Insights Solutions, déclare : « Notre rapport montre que des éléments clés ? composants, matière première, services etc.- des produits finis des entreprises de l'industrie électronique sont fournis par des entreprises tierces, qui peuvent elles-mêmes externaliser certaines activités à d'autres fournisseurs. Les chaînes d'approvisionnement de l'industrie électronique sont très complexes, avec de multiples strates, des centaines de fournisseurs et des milliers de personnes. Tous ces facteurs augmentent le risque de travail forcé dans la fabrication des composants et l'extraction des matières premières».

Selon Carlos Busquets, directeur des politiques publiques de l'EICC (Electronic Industry Citizenship Coalition), « 3 grands facteurs doivent inciter les entreprises de l'industrie électronique à adopter un approvisionnement éthique : 1) La réputation de la marque ; 2) Les consommateurs, y compris les acheteurs publics, veulent avoir l'assurance que des politiques et des programmes sont mis en place ; 3) L'accroissement des mesures réglementaires. Aux États-Unis, la réglementation FAR (réglementation fédérale sur les achats), introduite en janvier 2015 a eu une importance particulière. Elle impose dorénavant aux fournisseurs et sous-traitants de contrats fédéraux de prendre des mesures préventives en matière de détection et d'élimination du travail forcé au sein de leurs chaînes d'approvisionnement. Dans des pays comme la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, de nouvelles réglementations ont également été mises en place ou sont au cours de mises en place».

À propos de LexisNexis Legal & Professional
LexisNexis® Business Insight Solutions (BIS) est une filiale de LexisNexis® Legal & Professional. Elle accompagne au quotidien des entreprises et des organisations du monde entier dans leurs prises de décision. Elle offre des informations de premier plan, des informations marché, listes de sanctions, de Personnes Politiquement Exposées et des informations publics via un portefeuille de solutions innovantes, incluant dans le domaine de la conformité, la solution d'investigation primée Lexis Diligence®.

.Logo - http://mma.prnewswire.com/media/582369/LN_cmyk_h_pos_ID_98f6a600c1c3.jpg

 


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 13:32
L'Agence canadienne d'évaluation environnementale (l'Agence) a entamé une évaluation environnementale fédérale pour le projet aurifère de Fifteen Mile Stream, situé à 95 kilomètres au nord-est d'Halifax, en Nouvelle-Écosse. L'Agence invite le public...

à 09:05
CORPORATION AURIFÈRE MONARQUES (« Monarques » ou la « Société ») est heureuse d'annoncer une première série de résultats de sa campagne de forage 2018 à la Mine Beaufor qui comportera un total de 30 000 mètres. Les résultats sont issus de neuf...

à 01:00
McKay Brothers International (MBI) a annoncé la réduction de la latence sur les données sélectives de London Metal Exchange (LME) que la société réachemine au moyen du service sans fil Quincy Extreme Data (QED). Cette réduction reflète l'adoption par...

16 jui 2018
Le Fonds de revenu Noranda (le « Fonds ») a annoncé aujourd'hui qu'il tiendra une conférence téléphonique des résultats du deuxième trimestre 2018 le mardi 24 juillet 2018 à 10h30. Eva Carissimi, présidente et chef de la direction, et Michael Boone,...

16 jui 2018
La commission d'enquête du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), présidée par M. Michel Germain qui est secondé par M. Pierre Renaud, commissaire, amorce la deuxième partie de l'audience publique sur le Projet d'usine de...

13 jui 2018
Unifor et Compass Minerals sont revenus à la table de négociation aujourd'hui et des progrès ont été réalisés.   Les deux parties ont convenu de poursuivre les discussions et retourneront à la table de négociation à 9 h, le vendredi 13 juillet 2018,...




Communiqué envoyé le 16 octobre 2017 à 08:19 et diffusé par :