Le Lézard
Sujets : Droit / Problèmes légaux, Lois fédérales et d'états, Première Nation

Le Chef national de l'APN Perry Bellegarde affirme que les survivants de la rafle des années 60 méritent la justice, la guérison et la réconciliation



OTTAWA, le 6 oct. 2017 /CNW Telbec/ - Le Chef national de l'Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, affirme que l'accord de principe que le Canada a annoncé aujourd'hui visant à indemniser les survivants de la rafle des années 60 est un pas vers la guérison et la réconciliation; cependant, il ne pourra jamais effacer la perte qu'ont subie des milliers de membres des Premières Nations à l'échelle du pays quant à leur identité, à leur langue et à leur culture.

« Les enfants de la rafle des années 60 méritent la justice et la guérison », a déclaré le Chef national de l'APN, Perry Bellegarde. « Nous reconnaissons les efforts du Canada en vue d'une indemnisation, mais seules les personnes touchées peuvent déterminer si ce règlement répond à leurs besoins ou non. Les tribunaux du Canada ne pourront jamais effacer, peu importe le montant du dédommagement, la perte d'une famille, d'une collectivité, d'une identité, d'une langue et d'une culture. La véritable justice signifie d'insuffler de l'espoir et d'offrir des possibilités aux survivants. »

La rafle des années 60 fait référence à une pratique courante dans les années 60 et 70 où de nombreux enfants des Premières Nations étaient retirés de leurs familles et de leurs collectivités pour être placés dans des foyers d'accueil ou des familles d'adoption au Canada et à l'étranger.

L'annonce d'aujourd'hui d'un règlement négocié fait suite à une décision rendue récemment par la Cour supérieure de l'Ontario touchant environ 16 000 survivants de la rafle des années 60 vivant dans cette province. Cette décision a créé un précédent pour des cas semblables ailleurs au pays. De plus, elle a stipulé que le Canada avait manqué à son obligation de prendre des mesures raisonnables, en vertu du droit commun, pour empêcher que les enfants des réserves de l'Ontario, placés dans des foyers d'accueil ou des familles d'adoption non autochtones, perdent leur identité autochtone.

L'APN a appuyé le recours collectif des survivants de la rafle des années 60 et en 2009, l'Assemblée générale des chefs de l'APN a adopté la résolution no 16/2009 - Soutien au recours collectif sur la rafle des années 60, pour appuyer le recours collectif et la demande visant à obtenir réparation intentés par la chef de la Première Nation Beaverhouse, Marcia Brown Martel, et Robert Commanda, au nom des citoyens et des collectivités des Premières Nations du Canada touchés par la rafle des années 60.

L'APN est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l'APN sur Twitter @AFN_Updates.

L'APN est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l'APN sur Twitter @AFN_Updates.

 

SOURCE Assemblée des Premières Nations




Communiqué envoyé le 6 octobre 2017 à 19:51 et diffusé par :