Le Lézard

L'exposition Actualité de l'estampe au Québec -Les lauréats du Prix de la Fondation Monique et Robert Parizeau au Musée national des beaux-arts du Québec du 11 mai au 15 octobre 2006



QUÉBEC, le 10 mai /CNW/ -- QUÉBEC, le 10 mai /CNW Telbec/ - Le milieu québécois de l'estampe a pu s'enorgueillir de voir, pendant quatre années consécutives (2002-2005), l'un de ses artistes se mériter le prestigieux - et surtout très généreux - Prix de la Fondation Monique et Robert Parizeau. Chaque année, le Musée national des beaux-arts du Québec remettait au lauréat une somme de 20 000 $, complétée par un montant de 15 000 $ destiné à l'achat d'estampes du lauréat et d'un autre montant de 15 000 $ consacré à la réalisation d'un ouvrage sur l'?uvre gravé de l'artiste. Après quatre concours annuels, le Prix est couronné par une exposition présentant les ?uvres des quatre lauréats, acquises par le Musée national des beaux-arts du Québec. Célébrant le parcours de Ludmila Armata, d'Elmyna Bouchard, de Francine Simonin et de Louis-Pierre Bougie, l'exposition Actualité de l'estampe propose ainsi un magnifique portrait de la gravure au Québec. Du 11 mai au 15 octobre 2006, le détour s'impose pour découvrir non seulement des ?uvres de très grande qualité et des univers artistiques singuliers, mais aussi un large pan de l'estampe québécoise actuelle.

- 2002 - Un cheminement bien établi : Ludmila Armata

"Je commence à réaliser que quelles que soient nos réalisations, petites ou grandes, elles sont toutes d'égale importance et il est illusoire et surtout très fatigant de prétendre toujours au chef-d'?uvre. (...) Une bonne gravure, c'est pour moi une forme représentant un sentiment que je ne saurais exprimer autrement", raconte l'artiste. Formée à l'Académie des beaux-arts de Cracovie (Pologne), Ludmila Armata fait honneur à la longue tradition de la gravure polonaise. Le visiteur pourra découvrir son habile travail de la ligne et ses images puisées dans l'univers biologique qui, comme d'autres plus abstraites au tracé compulsif, concourent à forger dans l'esprit l'idée de formes en croissance, d'organismes en transformation.

- 2003 - Une carrière en plein essor : Elmyna Bouchard

"La gravure, avec ses rythmes particuliers, offre une méthodologie qui oriente ma manière de produire, mentionne Elmyna Bouchard. C'est un travail d'abord intuitif qui s'organise par la suite en plusieurs étapes de construction et de dépouillement." Les ?uvres d'Elmyna Bouchard proposent des jeux visuels qui relaient à merveille les balançoires, parcs, manèges et autres haut lieux de l'enfance qui composent leur imagerie ludique. Mais de cette gaieté apparente du monde de l'enfance se dégage paradoxalement une certaine angoisse, car chaque image porte en elle le côté sombre du conte de fées.

- 2004 - L'excellence d'une vie artistique : Francine Simonin

Peintre et graveur rayonnant en Europe et en Amérique, Francine Simonin raconte que "le corps est le seul sujet important. Tout part du corps, il est le n?ud, le centre. Notre point de départ vers le monde et le port d'arrivée du monde en nous". Dans ses représentations du corps de la femme, la danse se profile en effet très tôt comme un moteur essentiel de sa création, que l'artiste exprimera peu après par la liberté de son propre geste dessiné sur le papier. Ses ?uvres font la démonstration de la remarquable dextérité de Francine Simonin dans le maniement des diverses techniques de l'estampe.

- 2005 - Une production soutenue de livres d'artistes : Louis-Pierre

Bougie

Louis-Pierre Bougie a consacré une belle partie de sa pratique de l'estampe à la production de livres d'artistes et, ainsi, à des collaborations avec maints auteurs, imprimeurs, typographes et relieurs d'ici et d'ailleurs. Dans ses livres, gravures et texte poétique se répercutent l'un dans l'autre, de sorte que l'imagerie émane directement de la conjugaison de son travail d'estampe d'une extrême maîtrise avec les démarches d'écrivains tels Michaël La Chance, Gaston Miron, Geneviève Letarte ou encore Michel van Schendel, avec qui il a partagé l'"écriture" de son dernier livre et une remarquable affinité d'âme.

- Les publications autour de l'exposition

Le Prix de la Fondation Monique et Robert Parizeau a également permis au Musée national des beaux-arts du Québec de réaliser quatre ouvrages substantiels sur l'?uvre de chacun des lauréats, publiés en français, avec des traductions en anglais et en espagnol. Rappelons que pour soutenir l'émergence d'une relève en histoire de l'art, la rédaction de l'ouvrage a été chaque année (sauf en 2005) confiée à un étudiant en histoire de l'art inscrit à un cycle supérieur d'une université québécoise et placée sous la supervision d'Anne-Marie Ninacs, conservatrice de l'art actuel. Publiés par le Musée national des beaux-arts du Québec, ces livres d'art sont en vente à la Boutique du Musée et dans plusieurs librairies du Québec.

    <<
    - Ludmila Armata (publié en 2003). Essai principal "Impressions de corps
      en mouvement" par Kim Boumansour, étudiante à la maîtrise en histoire
      de l'art à l'Université Laval. 14,95 $

    - Elmyna Bouchard (publié en 2004). Essai principal "Un théâtre de
      l'innocence" par Chloë Charce, étudiante à la maîtrise en histoire de
      l'art à l'Université du Québec à Montréal. 14,95 $

    - Francine Simonin (publié en 2005). Essai principal "Le corps originel"
      par Éric Chenet, étudiant en histoire de l'art à l'Université de
      Montréal. 19,95 $

    - Louis-Pierre Bougie (publié en 2006). Essai principal "L'univers de
      Louis-Pierre Bougie" par Sylvie Alix, chef de la division des
      collections spéciales à Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
      14,95 $
    >>


- Les crédits

Direction du projet : Line Ouellet, directrice des expositions et de l'éducation. Commissariat : Anne-Marie Ninacs, conservatrice de l'art actuel. Design et graphisme : Marie-France Grondin.

L'exposition est offerte en circulation au Canada.

-%SU: CLT

-%RE: 37


Communiqué envoyé le 10 mai 2006 à 10:15 et diffusé par :