Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Exploitation pétrolière
Sujet : Bénéfices

L'Impériale communique ses résultats financiers et d'exploitation du deuxième trimestre 2017



CALGARY, le 28 juill. 2017 /CNW/ -









Deuxième trimestre

Période de six mois

en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire

2017

2016

%

2017

2016

%

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

(77)

(181)

57

256

(282)

191

Bénéfice (perte) net par action ordinaire

(0,09)

(0,21)

57

0,30

(0,33)

191


- compte tenu d'une dilution (en dollars)

Dépenses en immobilisations et frais d'exploration

143

335

(57)

296

743

(60)








 

L'Impériale a enregistré une perte nette de 77 millions de dollars au cours du deuxième trimestre 2017, contre une perte nette de 181 millions de dollars pour la même période en 2016. Ce résultat trimestriel reflète les effets du contexte économique actuel, combinés à ceux de fermetures d'installations en amont et de redressements prévus d'établissements. La différence avec le deuxième trimestre 2016 est principalement due aux cours plus élevés du brut et à la réduction des activités de redressement de raffineries.

Durant ce trimestre, l'Impériale a fait avancer un vaste plan visant à améliorer la fiabilité et à atteindre les objectifs de production à Kearl. L'entreprise prend des mesures pour résoudre des problèmes de fiabilité, principalement dans les secteurs de l'exploitation minière et de la préparation du minerai. Ces mesures, dont la mise en oeuvre se fera tout au long de 2017 et 2018, devraient augmenter les niveaux de production et réduire les coûts unitaires. D'autres améliorations seront réalisées en coordination avec des activités d'entretien programmées, afin d'optimiser le rendement global.

« Le gisement Kearl est un actif durable de qualité supérieure très important pour l'entreprise », a déclaré Rich Kruger, président et chef de la direction. « Nous cherchons à combler des écarts de performance au moyen d'améliorations aux infrastructures existantes tout en évaluant diverses idées novatrices susceptibles d'améliorer les résultats. »

Durant le deuxième trimestre, l'Impériale a versé plus de 250 millions de dollars à ses actionnaires sous forme de dividendes et de rachats d'actions. L'entreprise a aussi réaffirmé sa volonté de maximiser la valeur offerte aux actionnaires en élargissant substantiellement son programme de rachat d'actions, fin juin.

L'Impériale a une longue tradition de rétribution de ses actionnaires au moyen de rachats d'actions. La dernière utilisation de ce programme pour réduire les actions en circulation remonte à 2009 alors que l'Impériale était au début d'une période de forte croissance du secteur Amont. L'achèvement récent de plusieurs grands projets de croissance justifie la reprise des rachats d'actions.

« Notre approche d'allocation des capitaux met l'accent sur un bilan solide, sur le versement d'un dividende régulier et croissant, ainsi que sur des investissements dans des opportunités de croissance prometteuses », ajoute M. Kruger. « L'augmentation de notre capacité d'offrir de la valeur dans le cadre de l'extension de notre programme de rachat d'actions nous permet de verser nos surplus de trésorerie aux actionnaires avec souplesse. »

La flexibilité financière de l'Impériale démontre la force et la résilience de son modèle de gestion intégré sur tout le cycle d'affaires. 

Faits saillants du deuxième trimestre

Comparaison des deuxièmes trimestres 2017 et 2016

La perte nette de l'entreprise au deuxième trimestre 2017 a été de 77 millions de dollars, soit 0,09 $ par action sur une base diluée, alors que le deuxième trimestre 2016 s'était soldé par une perte nette de 181 millions de dollars,  soit 0,21 $ par action.

Le secteur Amont a enregistré une perte nette de 201 millions de dollars au cours du deuxième trimestre, contre une perte nette de 290 millions de dollars pour la même période en 2016. Les résultats du deuxième trimestre 2017 font écho à une augmentation du prix touché pour les ventes de brut canadien d'environ 140 millions de dollars et à des variations favorables de taux de change, partiellement annulées par une augmentation des coûts de l'énergie d'environ 50 millions de dollars et une augmentation des coûts d'exploitation d'environ 50 millions de dollars, principalement sur le site Syncrude.

Le cours moyen du West Texas Intermediate (WTI) fut de 48,20 $ US par baril durant le deuxième trimestre 2017, contre 45,64 $ US durant le même trimestre 2016. Le cours moyen du Western Canada Select (WCS) fut respectivement de 37,18 $ US et 32,36 $ US pour les mêmes périodes. Le différentiel entre les cours WTI et WCS s'est réduit à 23 % au deuxième trimestre 2017, comparativement à 29 % pour la même période en 2016.

Le dollar canadien valait en moyenne 0,74 $ US durant le deuxième trimestre 2017, soit une baisse de 0,04 $ US par rapport au deuxième trimestre 2016.

Les réalisations moyennes de l'Impériale en dollars canadiens pour le bitume et le pétrole brut synthétique ont augmenté de manière généralement conforme aux références nord-américaines, ajustées en fonction des variations du taux de change et des coûts du transport. Le prix moyen obtenu pour le bitume s'est élevé à 38,22 $ par baril durant le deuxième trimestre 2017, ce qui correspond à une hausse de 8,77 $ par baril par rapport au deuxième trimestre 2016. Le prix moyen obtenu pour le pétrole brut synthétique était de 65,07 $ par baril, soit une augmentation de 6,49 $ pour la même période en 2016. 

La production brute de bitume de Cold Lake s'est élevée en moyenne à 160 000 barils par jour durant le deuxième trimestre, en regard de 163 000 barils par jour pour la même période de l'exercice précédent.

La production moyenne brute de bitume à Kearl s'est établie à 171 000 barils par jour au cours du deuxième trimestre (la part de l'Impériale se chiffrant à 121 000 barils), contre 155 000 barils par jour (la part de l'Impériale se chiffrant à 110 000 barils) durant le deuxième trimestre 2016. Cette hausse de production est principalement attribuable à l'absence de feux de forêt en Alberta. Durant le deuxième trimestre 2017, des activités de redressement programmées ont réduit la production du site Kearl d'environ 38 000 barils par jour (la part de l'Impériale se chiffrant à 27 000 barils par jour).

La quote-part de la compagnie dans la production brute de Syncrude fut en moyenne de 27 000 barils par jour, en hausse par rapport aux 18 000 barils par jour du deuxième trimestre 2016. La production du deuxième trimestre 2017 sur le site Syncrude a été affectée par un incendie qui a ravagé l'unité de valorisation de Mildred Lake à la mi-mars, ainsi que par des activités d'entretien programmées. La hausse de la production est attribuable à l'absence de feux de forêt en Alberta et à une diminution des activités d'entretien programmées par rapport à la même période en 2016.

Les revenus nets du secteur Aval se sont élevés à 78 millions de dollars au deuxième trimestre, contre 71 millions de dollars pour la même période en 2016. Cette augmentation est principalement attribuable à une réduction des activités de redressement programmées d'environ 130 millions de dollars et à une réduction des dépenses de marketing, partiellement annulées par des marges de marketing plus basses d'environ 80 millions de dollars (comprenant les effets de cessions d'actifs de vente au détail et d'une réduction générale des marges de l'industrie), ainsi que par des marges de raffinage réduites d'environ 70 millions de dollars, principalement à cause d'une interruption des approvisionnements de brut à la suite de l'incendie de l'unité de valorisation Syncrude à Mildred Lake en mars dernier.

Le débit moyen des raffineries était de 358 000 barils par jour, en hausse par rapport aux 246 000 barils par jour du deuxième trimestre 2016. Cette augmentation de débit fait écho à la réduction des activités de redressement durant le deuxième trimestre 2017 par rapport à la même période en 2016.

Les ventes de produits pétroliers se sont élevées à 486 000 barils par jour, en hausse par rapport aux 470 000 barils par jour du deuxième trimestre 2016. La croissance des ventes est toujours soutenue par une solide collaboration dans notre chaîne de valeur du secteur Aval, ainsi que par l'extension des réseaux de l'Impériale couvrant les ventes au détail et en gros, ainsi que le secteur industriel et le secteur commercial.

Les revenus nets du secteur Produits chimiques étaient de 64 millions de dollars au deuxième trimestre, en hausse par rapport aux 55 millions de dollars du même trimestre en 2016.

Dans le calcul du bénéfice net, les comptes d'entreprise et non sectoriels ont affiché un solde négatif de 18 millions de dollars au deuxième trimestre, comparativement à un solde négatif de 17 millions de dollars pour la période correspondante de 2016.

Les flux de trésorerie générés par les activités d'exploitation se sont élevés à 492 millions de dollars au deuxième trimestre, contre 443 millions de dollars pour la période correspondante de 2016.

Les activités d'investissement ont donné lieu à des décaissements nets de 281 millions de dollars au deuxième trimestre, comparativement à 297 millions de dollars durant la période correspondante de 2016.

Les activités de financement ont généré des décaissements de 260 millions de dollars durant le deuxième trimestre, contre 106 millions de dollars durant le deuxième trimestre 2016. Les dividendes payés au cours du deuxième trimestre 2017 se sont élevés à 127 millions de dollars. Les dividendes par action versés au deuxième trimestre ont atteint 0,15 $ comparativement à 0,14 $ pour la période correspondante de 2016. Durant le deuxième trimestre 2017, l'Impériale a repris ses achats d'actions dans le cadre de son programme de rachat. L'entreprise a racheté environ 3,3 millions d'actions pour un total approximatif de 127 millions de dollars.

Le solde de trésorerie s'élevait à 623 millions de dollars au 30 juin 2017, comparativement à 195 millions de dollars à la fin du deuxième trimestre 2016.

Le 22 juin 2017, l'entreprise a annoncé dans un communiqué de presse qu'elle avait reçu de la Bourse de Toronto l'autorisation de lancer une offre publique de rachat ordinaire et qu'elle poursuivait son programme existant de rachat d'actions. Ce programme permet à l'entreprise de racheter un maximum de 25 395 927 actions ordinaires entre le 27 juin 2017 et le 26 juin 2018, ce qui comprend les actions rachetées dans le cadre de l'offre publique de rachat ordinaire et à la société Exxon Mobil Corporation, une opération réalisée concurremment, mais hors de l'offre publique de rachat ordinaire. Dans le passé, la société Exxon Mobil Corporation avait informé l'entreprise qu'elle avait l'intention de conserver la propriété d'environ 69,6 % du capital. Le programme prendra fin le 26 juin 2018 ou lorsque l'entreprise aura racheté le maximum autorisé d'actions.

Les prévisions d'achat d'actions pour le troisième trimestre 2017 se chiffrent actuellement à environ 250 millions de dollars. Les plans d'achats peuvent être modifiés en tout temps sans préavis.

Faits saillants du semestre

Comparaison du premier semestre 2017 avec le premier semestre 2016

Le bénéfice net des six premiers mois 2017 s'est établi à 256 millions de dollars ou 0,30 $ par action sur une base diluée, comparativement à une perte nette de 282 millions de dollars ou 0,33 $ par action pour les six premiers mois 2016.

Le secteur Amont a enregistré une perte nette de 287 millions de dollars au cours des six premiers mois 2017, contre une perte nette de 738 millions de dollars durant la même période en 2016. Ces résultats reflètent l'impact de meilleures réalisations du pétrole brut canadien d'environ 740 millions de dollars, partiellement annulées par des redevances plus élevées d'environ 100 millions de dollars et des coûts énergétiques d'environ 80 millions de dollars, une augmentation des dépenses d'exploitation sur le site Syncrude d'environ 70 millions de dollars et par une diminution des volumes de l'ordre de 70 millions de dollars, tenant compte de l'absence de production sur le site Norman Wells

Le cours moyen du West Texas Intermediate (WTI) fut de 49,96 $ US par baril durant le premier semestre 2017, contre 39,78 $ US durant la même période en 2016. Le cours moyen du Western Canada Select (WCS) fut respectivement de 37,22 $ US et 25,88 $ US pour les mêmes périodes. Le différentiel entre les cours WTI et WCS s'est réduit à 26 % au premier semestre 2017, comparativement à 35 % pour la même période en 2016.

Le dollar canadien valait en moyenne 0,75 $ US au premier semestre de 2017, ce qui est essentiellement identique au cours de la même période en 2016.

Les réalisations moyennes de l'Impériale en dollars canadiens pour le bitume et le pétrole brut synthétique ont augmenté de manière généralement conforme aux références nord-américaines, ajustées en fonction des variations du taux de change et des coûts du transport. Le prix moyen obtenu pour le bitume s'est élevé à 37,21 $ par baril pour les six premiers mois de l'année 2017, soit une augmentation de 16,45 $ par baril par rapport à la même période en 2016. Le prix moyen obtenu pour le pétrole brut synthétique était de 67,00 $ par baril, soit une augmentation de 18,41 $ pour la même période en 2016.

La production brute de bitume de Cold Lake s'est élevée en moyenne à 159 000 barils par jour durant le premier semestre 2017, en regard de 164 000 barils par jour pour la même période de l'exercice précédent. La baisse des volumes est principalement attribuable au calendrier des cycles de vapeur.

La production moyenne brute de bitume à Kearl s'est établie à 177 000 barils par jour au cours du premier semestre de 2017 (la part de l'Impériale se chiffrant à 125 000 barils), contre 175 000 barils par jour (la part de l'Impériale se chiffrant à 124 000 barils) pour la même période en 2016.

Au cours des six premiers mois de 2017, la quote-part de l'entreprise dans la production brute de Syncrude s'est élevée en moyenne à 46 000 barils par jour, comparativement à 49 000 barils par jour pour la période correspondante de 2016. Le total de production depuis le début de l'année du site Syncrude a été affecté par un incendie dans l'unité de valorisation Syncrude de Mildred Lake en mars 2017, ainsi que par des travaux d'entretien programmés. En 2016, la production avait été affectée par les feux de forêt en Alberta et par des travaux d'entretien programmés. 

Le bénéfice net du secteur Aval s'est établi à 458 millions de dollars, en hausse par rapport aux 391 millions de dollars de la période correspondante en 2016. Cette augmentation est principalement attribuable à un gain de 151 millions de dollars sur la vente d'un actif excédentaire et à une réduction des activités de redressement programmées d'environ 130 millions de dollars. Ces gains ont été partiellement annulés par des marges de marketing plus basses d'environ 140 millions de dollars (comprenant les effets de cessions d'actifs de vente au détail et d'une réduction générale des marges de l'industrie), ainsi que par des marges de raffinage réduites d'environ 50 millions de dollars, principalement à cause d'une interruption des approvisionnements de brut à la suite de l'incendie de l'unité de valorisation Syncrude à Mildred Lake en mars dernier.

Le débit moyen des raffineries était de 378 000 barils par jour durant les six premiers mois de 2017, en hausse par rapport aux 323 000 barils par jour de la même période en 2016. L'utilisation des capacités de production a augmenté à environ 90 % contre 77 % pour la même période en 2016, ce qui fait écho à une réduction des activités de redressement.

Les ventes de produits pétroliers se sont élevées à 486 000 barils par jour au cours des six premiers mois de 2017, contre 469 000 barils par jour durant la même période en 2016. La croissance des ventes est toujours soutenue par une solide collaboration dans notre chaîne de valeur du secteur Aval, ainsi que par l'extension des réseaux de l'Impériale couvrant les ventes au détail et en gros, ainsi que le secteur industriel et le secteur commercial.

Le bénéfice net du secteur chimique s'est établi à 109 millions de dollars, en hausse par rapport aux 104 millions de dollars de la période correspondante en 2016.

Pour les six premiers mois de 2017, les comptes non sectoriels et autres ont affiché un solde négatif de 24 millions de dollars, comparativement à un solde négatif de 39 millions de dollars au cours de l'exercice précédent.

Les flux de trésorerie générés par les activités d'exploitation se sont élevés à 846 millions de dollars au premier semestre 2017, contre 492 millions de dollars pour la période correspondante de 2016, reflétant des revenus plus élevés partiellement annulés par des effets défavorables du fonds de roulement.

Les activités d'investissement ont donné lieu à des décaissements nets de 220 millions de dollars durant les six premiers mois 2017, comparativement à 655 millions de dollars au cours de la période correspondante de 2016, faisant écho à une baisse des acquisitions d'immobilisations corporelles et de meilleurs profits lors de la vente d'actifs.

Les activités de financement ont généré des décaissements de 394 millions de dollars durant le premier semestre 2017, par rapport à de nouvelles liquidités de 155 millions de dollars générées par les activités de financement durant la même période en 2016, faisant écho à une absence d'émission de nouvelles dettes durant l'exercice en cours. Les dividendes payés au cours des six premiers mois de 2017 ont totalisé 254 millions de dollars. Les dividendes par action versés au cours des six premiers mois 2017 se sont élevés à 0,30 $ comparativement à 0,28 $ pour la période correspondante en 2016. En 2017, l'Impériale a repris ses achats d'actions dans le cadre de son programme de rachat. L'entreprise a racheté environ 3,3 millions d'actions pour un total approximatif de 127 millions de dollars.

Des données financières et d'exploitation clés suivent.

Énoncés prospectifs

Les énoncés contenus dans le présent rapport qui sont liés à des situations ou des événements futurs y compris les prévisions, les objectifs, les attentes, les estimations et les plans d'affaires sont des énoncés prévisionnels. Les futurs résultats financiers et d'exploitation réels, y compris la croissance de la demande et la combinaison de sources énergétiques; la croissance et la répartition de la production; les plans, les dates, les coûts et les capacités des projets; les taux de production; la durée de production et la récupération des ressources; les économies de coûts; les ventes de produits; les sources de financement; et les dépenses reliées aux immobilisations et à l'environnement sont susceptibles d'être substantiellement différents en raison d'un certain nombre de facteurs, comme les fluctuations de l'offre et de la demande de pétrole brut, de gaz naturel et de produits pétroliers et pétrochimiques, et des prix et des impacts des marges qui en découlent; les restrictions en matière de transport pour accéder aux marchés, les évènements politiques ou l'évolution de la réglementation, y compris des changements apportés aux lois et aux politiques gouvernementales; les taux de redevance applicables et les lois fiscales; l'obtention en temps opportun de l'approbation des organismes de réglementation et de tierces parties; l'opposition de tiers à des opérations et projets; les risques environnementaux inhérents aux activités d'exploration et de production pétrolière et gazière; la réglementation environnementale, y compris les restrictions en matière de changements climatiques et d'émissions de gaz à effet de serre; les taux de change; la disponibilité et l'allocation de capitaux; le rendement de tiers fournisseurs de services; les interruptions opérationnelles imprévues; l'efficacité de gestion, les négociations commerciales, la gestion de projet et des échéanciers; les développements technologiques inattendus; les dangers et risques opérationnels; la planification préalable aux catastrophes?; la capacité de développer ou d'acquérir de nouvelles réserves; et d'autres facteurs analysés sous la rubrique 1A du formulaire 10-K le plus récent de l'Impériale. Les énoncés prévisionnels ne garantissent pas le rendement futur et comportent un certain nombre de risques et d'incertitudes, qui sont parfois similaires à ceux d'autres entreprises pétrolières et gazières, parfois exclusifs à l'Impériale. Les résultats réels de l'Impériale peuvent être sensiblement différents des résultats implicites ou explicites selon les énoncés prévisionnels, et les lecteurs sont priés de ne pas s'y fier aveuglément. L'Impériale ne s'engage aucunement à publier une mise à jour de toute révision des prévisions contenues aux présentes, sauf si la loi l'exige.

Dans ce document, tous les montants sont exprimés en dollars canadiens, à moins d'avis contraire. Le présent document doit être lu conjointement avec le rapport annuel de l'entreprise sur formulaire 10-K couvrant l'exercice ayant pris fin le 31 décembre 2016. Par ailleurs, il est possible que les totaux indiqués ne concordent pas exactement à la somme des valeurs correspondantes à cause des arrondissements.

Le terme « projet » tel qu'il est utilisé dans ce rapport peut renvoyer à toute une gamme d'activités différentes et n'a pas nécessairement le même sens que celui qu'on lui donne dans les rapports sur la transparence des paiements au gouvernement.

 

COMPAGNIE PÉTROLIÈRE IMPÉRIALE LTÉE













Annexe I




















Deuxième  trimestre


Six mois

en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire

2017

2016


2017

2016









Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)







Total des produits et des autres revenus

7 033

6 248


14 189

11 470


Total des dépenses

7 158

6 500


13 894

11 871


Bénéfice (perte) avant impôts

(125)

(252)


295

(401)


Impôts

(48)

(71)


39

(119)


Bénéfice (perte) net

(77)

(181)


256

(282)










Bénéfice (perte) net par action ordinaire (en dollars)

(0,09)

(0,21)


0,30

(0,33)


Bénéfice (perte) net par action ordinaire - compte tenu d'une dilution (dollars)

(0,09)

(0,21)


0,30

(0,33)









Autres données financières







Gain (perte) à la vente d'actifs, après impôts

28

10


186

34


Total de l'actif au 30 juin




41 105

43 244










Total du passif au 30 juin




5 222

8 908


Couverture des intérêts par le bénéfice (nombre de fois couverts)




26,3

4,0










Autres obligations à long terme au 30 juin




3 678

3 455










Capitaux propres au 30 juin




25 000

23 072


Capitaux engagés au 30 juin     




30 240

31 998


Rendement des capitaux engagés moyens (en pourcentage) (a)




9,0

1,1










Dividendes déclarés sur les actions ordinaires








Total          

136

127


263

246



Par action ordinaire (dollars)                                                              

0,16

0,15


0,31

0,29










Millions d'actions ordinaires en circulation








Au 30 juin




844,3

847,6



Moyenne - compte tenu d'une dilution

849,9

850,6


850,1

850,5









(a)

Le rendement du capital engagé correspond à la moyenne mobile du bénéfice net, coûts de financement après impôts non déduits, divisée par la moyenne du capital engagé sur les quatre derniers trimestres.

 

COMPAGNIE PÉTROLIÈRE IMPÉRIALE LTÉE






Annexe II














Deuxième trimestre


Six mois

en millions de dollars canadiens

2017

2016


2017

2016







Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période

623

195


623

195







Bénéfice (perte) net

(77)

(181)


256

(282)

Ajustements relatifs aux éléments hors trésorerie :







Dépréciation et épuisement

352

407


744

831


(Gain) perte à la vente d'actifs

(31)

(13)


(213)

(43)


Impôts sur les bénéfices reportés et autres

(37)

(98)


163

(180)

Variations de l'actif et du passif d'exploitation :

285

328


(104)

166

Flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation

492

443


846

492







Flux de trésorerie liés aux activités d'investissement

(281)

(297)


(220)

(655)


Produits associés à la vente d'actifs

39

17


222

50







Flux de trésorerie liés aux activités de financement

(260)

(106)


(394)

155







 

COMPAGNIE PÉTROLIÈRE IMPÉRIALE LTÉE






Annexe III














Deuxième trimestre


Six mois

en millions de dollars canadiens

2017

2016


2017

2016







Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)







Secteur Amont

(201)

(290)


(287)

(738)


Secteur Aval

78

71


458

391


Produits chimiques

64

55


109

104


Comptes non sectoriels et autres

(18)

(17)


(24)

(39)


Bénéfice (perte) net

(77)

(181)


256

(282)







Revenus et autres produits







Secteur Amont

2 081

1 733


4 415

3 211


Secteur Aval

5 193

4 790


10 667

8 984


Produits chimiques

349

317


690

615


Élimination / comptes non sectoriels et autres

(590)

(592)


(1 583)

(1 340)


Revenus et autres produits

7 033

6 248


14 189

11 470







Achats de pétrole brut et de produits







Secteur Amont

1 026

905


2 142

1 723


Secteur Aval

4 014

3 555


8 023

6 312


Produits chimiques

193

171


394

330


Éliminations

(591)

(590)


(1 584)

(1 338)


Achats de pétrole brut et de produits

4 642

4 041


8 975

7 027







Dépenses de production et de fabrication







Secteur Amont

1 051

838


2 024

1 747


Secteur Aval

426

421


775

736


Produits chimiques

48

51


101

98


Éliminations

-

-


-

-


Dépenses de production et de fabrication

1 525

1 310


2 900

2 581







Dépenses en immobilisations et frais d'exploration







Secteur Amont

91

250


194

596


Secteur Aval

39

64


73

107


Produits chimiques

3

8


7

14


Comptes non sectoriels et autres

10

13


22

26


Dépenses en immobilisations et frais d'exploration

143

335


296

743








Frais d'exploration imputés au bénéfice inclus ci-dessus

-

42


22

59







 

COMPAGNIE PÉTROLIÈRE IMPÉRIALE LTÉE









Annexe IV







Données d'exploitation

Deuxième trimestre


Six mois


2017

2016


2017

2016







Production brute de pétrole brut et de liquides de gaz naturel (LGN)






(milliers de barils par jour)







Cold Lake

160

163


159

164


Kearl

121

110


125

124


Syncrude

27

18


46

49


Classique

3

15


4

15


Total de la production de pétrole brut

311

306


334

352


LGN mis en vente

1

1


1

2


Total de la production de pétrole brut et de LGN

312

307


335

354







Production brute de gaz naturel (en millions de pieds cubes par jour)

116

129


116

129







Production brute d'équivalent pétrole (a)

331

329


354

376

(en milliers de barils d'équivalent pétrole par jour)












Production nette de pétrole brut et de LGN (en milliers de barils par jour)







Cold Lake

132

132


129

139


Kearl

118

109


122

123


Syncrude

25

18


43

49


Classique

3

13


4

13


Total de la production de pétrole brut

278

272


298

324


LGN mis en vente

1

1


1

1


Total de la production de pétrole brut et de LGN

279

273


299

325







Production nette de gaz naturel (en millions de pieds cubes par jour)

105

127


106

127







Production nette d'équivalent pétrole (a)

297

294


317

346

(en milliers de barils d'équivalent pétrole par jour)












Ventes de brut fluidifié de Cold Lake (en milliers de barils par jour)

209

219


215

220

Ventes de brut fluidifié de Kearl (en milliers de barils par jour)

161

157


166

168

Ventes de LGN (en milliers de barils par jour)

6

5


6

5







Prix de vente moyens (en dollars canadiens)







Prix touché pour le bitume (le baril)

38,22

29,45


37,21

20,76


Prix touché pour le pétrole synthétique (le baril)

65,07

58,58


67,00

48,59


Prix touché pour le pétrole brut classique (le baril)

51,62

36,04


52,39

30,22


Prix touché pour le LGN (le baril)

27,83

13,70


28,54

14,10


Prix touché pour le gaz naturel (le millier de pieds cubes)

3,05

1,58


3,18

1,98







Débit des raffineries (en milliers de barils par jour)

358

246


378

323

Utilisation de la capacité de raffinage (en pourcentage)

85

58


90

77







Ventes de produits pétroliers (en milliers de barils par jour)







Essence

257

263


250

255


Mazout domestique, carburant diesel et carburéacteur

175

158


182

164


Mazout lourd (b)

19

8


19

13


Huiles lubrifiantes et autres produits

35

41


35

37


Ventes nettes de produits pétroliers

486

470


486

469







Ventes de produits pétrochimiques (en milliers de tonnes) (b)

201

232


394

462







(a)

Gaz converti en équivalent pétrole à raison de six millions de pieds cubes pour mille barils.

(b)

En 2017, les ventes de produit de noir de carbone sont présentées avec le mazout lourd, tandis qu'elles figuraient dans les ventes de produits pétrochimiques en 2016.

 

COMPAGNIE PÉTROLIÈRE IMPÉRIALE LTÉE








Annexe V








Bénéfice (perte) net par


Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

action ordinaire - résultat dilué


en millions de dollars canadiens



dollars






2013





Premier trimestre

798



0,94

Deuxième trimestre

327



0,38

Troisième trimestre

647



0,76

Quatrième trimestre

1 056



1,24

Exercice

2 828



3,32






2014





Premier trimestre

946



1,11

Deuxième trimestre

1 232



1,45

Troisième trimestre

936



1,10

Quatrième trimestre

671



0,79

Exercice

3 785



4,45






2015





Premier trimestre

421



0,50

Deuxième trimestre

120



0,14

Troisième trimestre

479



0,56

Quatrième trimestre

102



0,12

Exercice

1 122



1,32






2016





Premier trimestre

(101)



(0,12)

Deuxième trimestre

(181)



(0,21)

Troisième trimestre

1 003



1,18

Quatrième trimestre

1 444



1,70

Exercice

2 165



2,55






2017





Premier trimestre

333



0,39

Deuxième trimestre

(77)



(0,09)

Exercice

256



0,30






 

Après plus d'un siècle d'existence, l'Impériale demeure un acteur majeur dans la promotion de la technologie et de l'innovation visant à mettre en valeur les ressources énergétiques du Canada de façon responsable. Principal raffineur de produits pétroliers du Canada, producteur incontournable de pétrole brut et de gaz naturel, producteur clé de produits pétrochimiques et chef de file dans la distribution de carburant à l'échelle du pays, notre compagnie continue de viser les normes les plus élevées qui soient, et ce, dans tous les secteurs d'activité.

SOURCE Compagnie Pétrolière Impériale Ltée


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 16:00
OTTAWA, le 22 oct. 2017 /CNW/ - L'honorable Jim Carr, ministre des Ressources naturelles du Canada, au nom du ministre des Finances, l'honorable Bill Morneau, sera à Doubaï, aux Émirats arabes unis (EAU), et à Riyad, en Arabie saoudite, du 23 au 25...

20 oct 2017
QUÉBEC, le 20 oct. 2017 /CNW Telbec/ - L'Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) salue la décision du gouvernement du Québec d'étendre la période allouée aux commentaires sur sa nouvelle réglementation encadrant les hydrocarbures. Cette...

20 oct 2017
- Landis+Gyr et British Gas franchissent une étape majeure avec l'installation du premier compteur intelligent « de prochaine génération » au Royaume-Uni - En utilisant la technologie la plus récente, les compteurs intelligents permettent une...

19 oct 2017
CALGARY, ALBERTA--(Marketwired - 19 oct. 2017) - Suncor publiera ses résultats du troisième trimestre le mercredi 25 octobre 2017 avant 20 h, HR / 22 h, HE. Une webdiffusion permettant d'analyser les résultats du troisième trimestre se...

19 oct 2017
CALGARY, le 19 oct. 2017 /CNW/ - Le volet oral de l'audience de l'Office national de l'énergie concernant le remplacement d'un tronçon de la canalisation 21 proposé par Pipelines Enbridge (NW) débutera le lundi 23 octobre, à 9 h, au centre récréatif...

19 oct 2017
LA ROMAINE, QC, le 19 oct. 2017 /CNW Telbec/ - La centrale Romaine-3 a été inaugurée aujourd'hui. Cette centrale fait partie du Complexe de La Romaine, le plus grand depuis la Baie-James. Ce projet de 4 centrales hydroélectriques évalué à 6,5 G$...




Communiqué envoyé le 28 juillet 2017 à 07:55 et diffusé par :