Le Lézard

"Le projet Eastmain-1A / dérivation Rupert doit voir le jour ; c'est le développement économique et hydroélectrique du Québec qui en dépend." - Alain Robert, Président



QUÉBEC, le 17 mai /CNW/ -- QUÉBEC, le 17 mai /CNW Telbec/ - Le président de l'Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ), monsieur Alain Robert, a fait connaître la position de l'ACRGTQ lors des audiences publiques concernant le projet Eastmain-1A/dérivation Rupert : "Le projet doit voir le jour ; c'est le développement économique et hydroélectrique du Québec qui en dépend".

Au-delà de la nécessité d'assurer la marge de manoeuvre et la sécurité énergétique des Québécois, l'ACRGTQ croit que le Québec fait face à un autre enjeu de taille : le maintien de son expertise et de son savoir-faire. M. Robert a poursuivi : "Le Québec, en ne construisant aucun barrage dans les années 90, a non seulement appauvri la main-d'oeuvre spécialisée dans le génie civil, mais il l'a aussi mise en danger".

Cette industrie est une richesse pour les Québécois, non seulement pour ses travailleurs, mais aussi en ce qui concerne l'expertise que la province acquiert en étant le numéro un mondial de la construction, de la production et de la distribution de l'hydroélectricité. "Le projet Eastmain-1A/dérivation Rupert permettra donc d'améliorer, de consolider et de maintenir l'expertise et de favoriser l'innovation québécoise en matière de construction d'ouvrages de génie civil", s'est exprimé Alain Robert.

Le président de l'ACRGTQ conclut : "Si le projet ne passait pas l'étape de l'acceptabilité environnementale, cela constituerait un signal négatif pour l'industrie du génie civil et de l'hydroélectricité et signifierait peut-être même la fin d'une époque".

Il faut rappeler qu'Hydro-Québec Production et la Société d'énergie de la Baie James (SEBJ) entendent réaliser le projet hydroélectrique Eastmain-1A/dérivation Rupert qui consiste à dériver une partie des eaux du bassin versant de la rivière Rupert située à la Baie-James et construire la centrale de l'Eastmain-1A d'une puissance de 768 MW et la centrale de la Sarcelle d'une puissance de 120 MW. Il s'agit d'un projet de 4 milliards de dollars.

Partenaire des donneurs d'ouvrage dans la modernisation du Québec depuis 1944, l'ACRGTQ représente la majorité des principaux entrepreneurs et fournisseurs ?uvrant dans la construction de routes, d'ouvrages de génie civil et de grands travaux. Elle est la seule association québécoise représentative de l'industrie du génie civil.

L'ACRGTQ est aussi, selon la loi R-20, l'association sectorielle d'employeurs mandataire de la négociation, de l'application et du suivi de la convention collective du secteur génie civil et voirie. À ce titre, elle représente les intérêts de plus de 2 000 employeurs de l'industrie de la construction qui compte plus de 25 000 salariés.


Communiqué envoyé le 17 mai 2006 à 14:30 et diffusé par :