Le Lézard

La Fédération québécoise de la faune réagit au rapport de la vérificatrice générale du Canada



QUÉBEC, le 17 mai /CNW/ -- QUÉBEC, le 17 mai /CNW Telbec/ - La Fédération québécoise de la faune (FQF) s'appuie sur le rapport de la vérificatrice générale du Canada, Sheila Fraiser, pour réitérer sa position en faveur de l'abolition du registre canadien des armes longues (utilisées pour le tir et la chasse). Présente à Ottawa hier pour suivre le dossier de près, la FQF a tenue à rappeler, lors d'une conférence de presse, les réalités qui entourent le scandaleux dossier. Pour elle, le registre ne parviendra jamais à remplir son objectif de diminuer le taux de criminalité, en plus d'être un gouffre financier inacceptable pour l'ensemble des contribuables canadiens. La FQF demande l'abandon pur et simple du registre des armes longues, car elle est persuadée que :

    <<
    1.  les sommes engouffrées jusqu'à présent dans ce programme sont
        absolument démesurées et dépassent de loin la compréhension des
        contribuables ;
    2.  le registre ne sera jamais ni complet ni efficace, car, entre autres
        choses, les criminels n'enregistrent pas leurs armes.
    >>


Afin de bien comprendre le contexte relatif à l'éducation du chasseur, la FQF a profité de son passage à Ottawa pour souligner toute l'importance accordée à la sécurité dans la formation. Au Québec, 1,2 million de québécois sont en possession d'un certificat du chasseur, dont 750 000 sont des chasseurs actifs. Pour ce faire, un chasseur québécois doit obligatoirement suivre et réussir deux cours, soit l'initiation à la chasse avec armes à feu (ICAF) et le cours canadien dans le maniement des armes à feu (CCSMAF). La FQF est en accord avec le système de permis de possession et d'acquisition, mais totalement contre celui du registre des armes à feu. Le premier permet d'identifier toutes les personnes possédant une arme à feu au Canada, grâce auquel tous les propriétaires d'armes sont répertoriés dans un système informatique accessible et efficace. Le registre, qui ne sert qu'à inventorier les armes en circulation, s'avère superflu.

Les sommes dédiées à l'enregistrement des armes à feu devraient être redirigées vers des programmes pour la lutte contre le crime organisé, pour soutenir les organismes voués à l'aide aux personnes ayant des tendances suicidaires et aux victimes d'actes criminels, et investis dans l'éducation des particuliers et à la création d'un cadre de sensibilisation du public à l'utilisation des armes à feu. La FQF recommande également la mise en ?uvre de mécanismes visant un contrôle efficace et sécuritaire des postes frontaliers.

Au cours de l'année 2005, la FQF a rencontré le premier ministre Harper afin de lui faire part de ses recommandations. Cette rencontre avait alors permis de le sensibiliser sur l'importance de décriminaliser les infractions techniques entourant les permis d'arme à feu. La FQF s'oppose à ce qu'un chasseur devienne un criminel pour avoir simplement oublié de renouveler son permis, car un casier judiciaire pour une infraction à la réglementation sur les armes à feu, entraîne des répercussions graves sur les plans social et financier. Même si la FQF est consciente qu'un habitué de la pratique du sport de la chasse et du tir devrait être au fait des réglementations qui s'appliquent à lui, elle conçoit cependant que certaines infractions puissent être commises sans aucune intention criminelle. Par conséquent, la FQF croit qu'il faut décriminaliser les situations suivantes :

    <<
    1.  être arrêté en possession d'une arme enregistrée, sans être dans la
        capacité immédiate de le prouver;
    2.  être arrêté en possession d'une arme, alors que l'on a oublié de
        renouveler son permis de possession et acquisition.
    >>


Actuellement, les membres de la FQF poursuivent leur démarche qui vise l'abolition du registre des armes à feu, en tenant une vaste campagne de sensibilisation auprès des députés fédéraux de la province. La FQF espère ainsi parvenir à renforcer le vote, à la Chambre des communes, en faveur de l'abolition du coûteux et inutile registre des armes à feu.


Communiqué envoyé le 17 mai 2006 à 11:09 et diffusé par :