Le Lézard

Les chefs déclarent "Ne tuez pas le Programme des armes à feu"



OTTAWA, le 17 mai /CNW/ -- OTTAWA, le 17 mai /CNW Telbec/ - Dans la foulée du Rapport du vérificateur général sur le Programme canadien des armes à feu, déposé au Parlement le 16 mai 2006, le président de l'Association des chefs de police a confirmé à nouveau l'appui de l'Association à l'égard du programme fédéral de contrôle des armes à feu.

"Nous savons qu'il y avait des problèmes de gestion et de contrôle des coûts dans le passé, et nous avons demandé au gouvernement de les régler," de dire le chef Jack Ewatski, de Winnipeg. "S'il reste des problèmes, le gouvernement devrait alors les aborder, et non pas démanteler le système."

"Les problèmes qu'énonce le vérificateur général tiennent à l'imputabilité financière dans le passé, et non au programme actuel ni à sa valeur et à son efficacité, a-t-il poursuivi. Nous incitons le gouvernement à améliorer la gestion du programme. Éliminer une partie du registre national et faire marche arrière sur l'une ou l'autre des mesures de contrôle des armes à feu, comme la délivrance de permis aux propriétaires ou l'enregistrement des armes à feu, ne permettront pas de récupérer les sommes dépensées jusqu'à maintenant. Mais cela diminuera la sécurité du public."

Le programme fédéral des armes à feu est considéré comme un service essentiel pour la police. Les services de police de partout au pays consultent le registre 5 000 fois par jour. "L'une des plus importantes utilisations du registre concerne les cas de violence familiale où les femmes, les enfants et les agents de police eux-mêmes courent un grand risque", de dire le chef Ewatski. Même si les armes de poing constituent un risque particulier, une carabine ou un fusil de chasse est tout aussi mortel entre les mauvaises mains. Il importe de maintenir des contrôles serrés sur toutes les armes à feu."

L'ACCP, qui appuie le programme fédéral de contrôle des armes à feu depuis le début, est un membre actif de la Coalition pour le contrôle des armes. L'Association continue d'appuyer fermement le contrôle des armes à feu même si des chefs de police ont critiqué le coût du programme. "Quelques groupes d'intérêts militent pour la suppression des contrôles sur les armes à feu et recourent aux dépassements de coût du programme pour justifier leur position, de dire le chef Ewatski. L'ACCP défend la sécurité du public."


Communiqué envoyé le 17 mai 2006 à 10:50 et diffusé par :