Le Lézard

Réaction de la CSN aux promesses de Jean Charest en matière de financement de l'éducation postsecondaire : l'argent doit être au rendez-vous!



MONTRÉAL, le 7 août /CNW/ -- MONTRÉAL, le 7 août /CNW Telbec/ - "Ce n'est pas la première fois que Jean Charest fait de des promesses en matière d'éducation postsecondaire. Lors de la dernière campagne électorale, il avait fait de l'éducation une de ses grandes priorités: force est de constater que peu d'argent neuf a été injecté dans les collèges et universités depuis l'élection du Parti libéral, il y a trois ans", de constater Denise Boucher, vice-présidente de la CSN.

Réagissant aux discours de clôture du premier ministre au congrès des jeunes libéraux, la responsable du dossier éducation à la CSN demeure perplexe sur les marges de man?uvre du gouvernement qui apparaissent soudainement.

"Comme par magie, le gouvernement trouve de l'argent, alors qu'il n'y a six mois, en pleine négociation avec ses employés du secteur public, il tentait par tous les moyens de convaincre les Québécoises et les Québécois qu'il n'avait aucune marge de man?uvre. Le gouvernement libéral, qui est manifestement en mode électoral, tente de nous faire oublier qu'il ne réussit pas à s'entendre avec les autres provinces sur la question de déséquilibre fiscal", de poursuivre Denise Boucher.

"Le premier ministre évite soigneusement de chiffrer son engagement, tout en fixant un échéancier électoral, soit la promesse d'investir au printemps 2007, moment où il y a de fortes chances que le Québec soit plongé en plein c?ur d'une campagne électorale", d'ajouter la vice-présidente de la CSN.

"Ces nouvelles promesses ne doivent pas se transformer en écran de fumée. Les besoins sont grands dans les collèges et universités du Québec qui souffrent de sous-financement chronique. Les collèges demeurent les enfants pauvres depuis des années. Toutes les universités québécoises sont confrontées à un déficit totalisant plus de 300 millions de dollars. Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement libéral couvre, tout juste, les coûts de système."

"Nous jugerons l'arbre à ses fruits. Déjà, le ministre de l'Éducation, Jean-Marc Fournier, ne semble pas très optimiste. Il prévient que les sommes à venir n'épongeront pas le déficit des universités en entier. Les réinvestissements doivent, quant à nous, dépasser les coûts du système."

Pour la CSN, cette annonce ne doit être destinée à maquiller un éventuel échec des négociations en vue d'une entente sur le déséquilibre fiscal. "Le gouvernement de Jean Charest doit continuer à mettre tous ses efforts en vue d'un règlement définitif de cette question", de conclure Denise Boucher.

La Confédération des syndicats nationaux compte plus de 300 000 membres. Fondée en 1921, la CSN représente des travailleuses et des travailleurs de tous les types de milieux de travail, tant dans le secteur privé que dans le secteur public.


Communiqué envoyé le 7 août 2006 à 12:23 et diffusé par :