Le Lézard

Kennedy critique la décision de Harper de ne pas se présenter à la conférence décisive sur le SIDA



TORONTO, le 4 août /CNW/ -- Invite le premier ministre à "faire ce qu'il se doit" en y assistant en

tant que chef du pays hôte

TORONTO, le 4 août /CNW/ - Le candidat au leadership du Parti libéral, Gerard Kennedy, a imploré aujourd'hui le premier ministre Stephen Harper d'agir comme il se doit et d'assister à la conférence internationale sur le SIDA qui aura lieu plus tard au cours du mois à Toronto.

Cette 16e conférence historique internationale sur le SIDA rassemblera 25 000 participants, le plus grand rassemblement d'experts en SIDA de l'histoire, dont l'ancien chef d'État Bill Clinton et le leader mondial de l'économie Bill Gates. Le premier ministre Stephen Harper a refusé de prendre part à cet événement, invoquant un conflit d'horaire.

"M. Harper, les Canadiens aimeraient savoir quel conflit d'horaire est plus important que cette conférence mondiale tenue au Canada," a demandé Kennedy. "Les yeux du monde entier seront tournés vers le Canada et il sera des plus gênant pour le Canada que le chef du pays hôte refuse d'y assister."

"Pour s'attaquer à ce fléau à l'échelle internationale, il faut que tous les pays s'engagent fermement et, à ce jour, le Canada a joué un rôle de pionnier important dans la lutte contre cette maladie."

Kennedy mentionne des faits qui ont été publiés récemment au sujet de cette pandémie:

    <<
    -  Presque 40 millions de personnes sont infectées dans le monde
    -  25 millions de ces personnes demeurent en Afrique.
    -  2 millions de personnes meurent chaque année de cette maladie.
    -  13 000 personnes sont décédées du VIH/SIDA au Canada depuis 1985 et
       2 500 nouveaux cas de VIH ont été détectés l'an dernier.
    -  Il s'agit de la quatrième cause de décès dans le monde entier; tue
       plus que toute autre maladie infectieuse.
    -  Le taux d'infection par VIH augmente, particulièrement chez les plus
       jeunes (15 à 29 ans)
    -  Les coûts économiques liés au VIH au Canada en 1999 étaient de
       560 millions de dollars.
    >>


"Refuser d'assister à l'événement constitue un affront pour ceux et celles qui vivent avec le VIH/SIDA au Canada et une insulte pour les scientifiques canadiens qui travaillent sans relâche à la recherche et la mise à l'essai de traitements du VIH/SIDA," affirme Kennedy.

"Si faire preuve de solidarité avec ceux qui souffrent du VIH/SIDA et ceux qui travaillent à combattre cette maladie était vraiment important pour notre premier ministre, il ferait tout en son pouvoir pour y assister, fin de la discussion."


Communiqué envoyé le 4 août 2006 à 14:30 et diffusé par :