Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Science et technologie

/C O R R E C T I O N DE CNW - BCE Inc./



MONTREAL, le 2 août /CNW/ -- 
    Dans le communiqué c0126 diffusé aujourd'hui à 6:29e, des erreurs se sont
    glissées à travers le communiqué. En effet,

    - Dans l'analyse sectorielle - Grandes entreprises, on aurait dû lire 8%
      au lieu de 9% et 11% au lieu de 12%
    - Dans le bénéfice d'exploitation d'Aliant, on aurait dû lire
      "15 millions $" au lieu de "9 millions $"
    - Dans la Note 4, "205 millions $" aurait dû se lire "210 millions $" et
     "165 millions $" aurait dû se lire "166 millions $". La copie corrigée
    est la suivante.

    BCE annonce ses résultats du deuxième trimestre de 2006
    - Performance financière soutenue de Bell Canada
    - Progrès continus dans des domaines clés du plan d'affaires de Bell
      Canada grâce à l'accent mis sur l'exécution
    - Poursuite de l'amélioration du service à la clientèle
    - Progrès dans l'exécution du plan stratégique de BCE
    Le présent communiqué contient des déclarations prospectives. Pour une
    description des facteurs de risque et des hypothèses connexes, veuillez
    consulter la section intitulée "Mise en garde concernant les déclarations
    prospectives" plus loin dans le communiqué.


MONTREAL, le 2 août /CNW Telbec/ - La priorité constante accordée par Bell Canada à une croissance rentable, ainsi que la poursuite des réductions de coûts, se sont traduites par des résultats financiers et opérationnels soutenus pour BCE Inc. (TSX, NYSE : BCE), selon les résultats du deuxième trimestre de 2006 annoncés aujourd'hui par la plus grande entreprise de télécommunications du Canada.

Le total des produits d'exploitation de BCE a atteint 4 803 millions $ pour le trimestre terminé le 30 juin 2006, soit une hausse de 1 % par rapport à la même période l'an dernier. Les produits d'exploitation de Bell Canada, à 4 296 millions $, étaient de 0,9 % plus élevés que ceux du même trimestre de l'an dernier, grâce à une croissance dans les deux chiffres des produits d'exploitation provenant notamment des services sans fil, vidéo et Internet haute vitesse et des solutions des technologies de l'information et des communications (TIC).

Le bénéfice d'exploitation de 980 millions $ de BCE pour le trimestre, bien qu'inférieur aux 1 087 millions $ enregistrés à la même période l'an dernier, reflète une charge de 50 millions $ liée à un programme de réduction du personnel annoncé précédemment, la fermeture connexe d'installations, les coûts de transaction engagés pour créer le Fonds de revenu Bell Aliant Communications régionales et une hausse, conforme à nos prévisions, de l'amortissement et de la charge de retraite par rapport à l'an dernier. Ces mêmes facteurs ont eu une incidence sur le bénéfice d'exploitation de Bell, qui a été de 894 millions $ pour le trimestre, en baisse de 87 millions $ par rapport à la même période de l'an dernier.

Le BAIIA(1) de BCE de 1 973 millions $ est largement attribuable à une hausse de 1 % du BAIIA de Bell Canada, qui s'est élevé à 1 857 millions $ pour le trimestre.

La hausse globale des produits d'exploitation, conjuguée à l'amélioration du BAIIA, a permis à la marge du BAIIA de Bell Canada pour le trimestre de demeurer stable à 43,2 %, un important objectif de rendement pour Bell au moment où la composition de ses produits d'exploitation est en train de changer, dans un marché ouvert et concurrentiel.

Ces résultats ont généré un bénéfice par action (BPA) de 0,53 $ au deuxième trimestre de 2006, par rapport à 0,61 $ à la même période l'an dernier, en raison principalement de coûts associés au rachat anticipé de la dette à long terme d'Aliant au cours du trimestre et de l'effet positif de gains nets sur placements au deuxième trimestre de 2005. Le BPA avant frais de restructuration et autres éléments, gains nets sur placements et coûts engagés pour créer le Fonds de revenu Bell Aliant Communications régionales(2) a été de 0,54 $, comparativement à 0,58 $ à la même période l'an dernier, reflétant principalement l'augmentation de la charge de retraite et de l'amortissement.

BCE a généré 1 332 millions $ en flux de trésorerie provenant des activités d'exploitation au cours du trimestre, comparativement à 1 403 millions $ à la même période l'an dernier, en raison principalement de variations du fonds de roulement. Les flux de trésorerie disponibles(3) se chiffrent à 16 millions $ pour les six premiers mois de 2006, soit une amélioration de 87 millions $ par rapport au premier semestre de 2005.

"Bell Canada a fait des progrès soutenus dans des domaines clés de son plan d'affaires et a produit des résultats financiers soutenus pour le trimestre, même si on les compare à la forte performance du deuxième trimestre de l'an dernier, a déclaré Michael Sabia, président et chef de la direction de BCE et chef de la direction de Bell Canada. La priorité constante accordée à l'exécution partout dans l'entreprise produit des résultats mesurables au moment où nous travaillons à transformer Bell Canada."

"Notre réponse à un marché de plus en plus concurrentiel a été focalisée et disciplinée, a dit M. Sabia. Nous avons amélioré la qualité de notre service, progressé dans nos initiatives de réduction des coûts et amélioré notre rentabilité par client."

"Nous avons atteint nos objectifs pour la première moitié de l'année et je suis persuadé qu'en continuant à exécuter au cours des deux prochains trimestres, nous finirons l'année en ayant respecté nos objectifs et en nous étant conformés à notre plan", a ajouté M. Sabia.

Pour ce qui est du plan stratégique de BCE, les parts du Fonds de revenu Bell Aliant Communications régionales récemment créé ont commencé à se négocier à la Bourse de Toronto le 10 juillet. Le 21 juillet, l'approbation a été reçue du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour la réduction de la participation de BCE dans Bell Globemedia, qui devrait avoir lieu au troisième trimestre de 2006. Et les plans progressent comme prévu en vue de la restructuration du capital de Télésat et d'un appel public à l'épargne pour une participation minoritaire dans Télésat au deuxième semestre de 2006.

FAITS SAILLANTS DE L'EXPLOITATION AU DEUXIEME TRIMESTRE

"En restant fermement concentrés sur l'exécution, nous avons amélioré aussi bien nos services traditionnels que nos services de croissance au cours du trimestre, a déclaré George Cope, président et chef de l'exploitation de Bell Canada. Une approche disciplinée face à la croissance s'est traduite par une hausse du produit moyen par unité pour l'ensemble des produits et par de faibles taux de désabonnement. Des stratégies ciblées et cohérentes de reconquête et de fidélisation des clients ont permis de contrer les pressions concurrentielles dans notre secteur traditionnel des services sur fil."

Secteur Résidentiel

Grâce à la solide performance financière des services vidéo, sans fil et Internet et à une augmentation du produit moyen par unité (PMU) pour l'ensemble des produits, le secteur Résidentiel a enregistré une croissance de ses produits d'exploitation par rapport à l'année précédente.

    - Les produits d'exploitation au deuxième trimestre ont été de
      1 900 millions $, comparativement à 1 890 millions $ à la même période
      l'an dernier, soit une hausse de 0,5 %.
    - Le bénéfice d'exploitation a été de 510 millions $ pour le trimestre,
      soit une baisse de 7,6 % par rapport à la même période l'an dernier,
      principalement attribuable à l'augmentation de l'amortissement et de la
      charge de retraite.
    - Bell a de nouveau mis l'accent sur sa stratégie visant à accroître le
      nombre de foyers de valeur élevée ayant plusieurs produits, pour
      favoriser à la fois la croissance des produits d'exploitation et la
      fidélité de la clientèle. A la fin du trimestre, 24 % des ménages du
      Québec et de l'Ontario dans le territoire de Bell étaient abonnés à
      trois produits ou plus, comparativement à 20 % à la même date l'an
      dernier.

    Secteur Entreprises


Le secteur Entreprises a enregistré une croissance de ses produits d'exploitation grâce à une hausse des abonnements aux services sans fil et à un accroissement des ventes de solutions de connectivité IP et de TIC aussi bien à la clientèle des grandes entreprises qu'à celle des petites et moyennes entreprises (PME).

    - Les produits d'exploitation étaient en hausse de 2,1 % au deuxième
    trimestre, atteignant 1 530 millions $, comparativement à
    1 499 millions $ à la même période l'an dernier.
    - Le bénéfice d'exploitation a été de 199 millions $ pour le trimestre,
    soit une baisse de 10,0 % par rapport à la même période l'an dernier
    principalement attribuable à l'augmentation de l'amortissement et de la
    charge de retraite.
    - Le secteur PME a grandement contribué aux résultats du secteur
    Entreprises pour le trimestre. Bell a continué de mettre en oeuvre sa
    stratégie consistant à être le chef de l'information virtuel (CI
    virtuel) des petites et moyennes entreprises du Canada.
    - Dans le secteur Grandes entreprises, la demande de solutions réseau IP,
    notamment des services RPV IP, s'est maintenue. Plusieurs grandes
    entreprises ont choisi Bell Canada pour combler leurs besoins en TIC,
    dans des domaines comme les solutions de sécurité, les services de
    données sans fil et la gestion de centres de contact client.
    - Par exemple, le secteur Grandes entreprises a obtenu un contrat de
    plusieurs années avec RBC Groupe Financier (RBC) visant à
    convertir 1 300 succursales d'un réseau traditionnel à relais de
    trames à un réseau consolidé IP à commutation multiprotocole avec
    étiquette (IP MPLS).
    Services sans fil


Le secteur du sans-fil a mis en application sa stratégie consistant à accroître, parmi la clientèle, la proportion de clients de valeur élevée qui utilisent davantage les services de données, ce qui a contribué à hausser le PMU des services postpayés.

    - Produits d'exploitation de 857 millions $ au deuxième trimestre, en
    hausse de 11,2 % par rapport à 771 millions $ au deuxième trimestre de
    2005.
    - PMU des services postpayés de 63 $ par mois, en hausse de 2 $ par
    rapport au même trimestre en 2005, grâce à une proportion accrue
    d'abonnés de valeur plus élevée et à une hausse des produits de
    services de données comme la messagerie texte, l'Internet mobile, la
    vidéo en continu et les jeux.
    - Le BAIIA des services sans fil a progressé de 10,2 % au deuxième
    trimestre, atteignant 367 millions $, en raison de la croissance des
    produits d'exploitation et d'une baisse des coûts d'acquisition de
    clientèle.
    - La marge du BAIIA des services sans fil, à 41,8 %, affiche une légère
    baisse attribuable en partie à la comptabilisation, au deuxième
    trimestre de 2005, de produits d'exploitation reportés relatifs aux
    minutes inutilisées des services prépayés.
    - Le total de 106 000 activations de services postpayés a été
    contrebalancé par l'annulation de comptes inactifs de services
    prépayés, de sorte que le nombre d'activations nettes a été de 90 000
    pour le trimestre.
    - Le total d'abonnés atteignait 5 590 000 à la fin du deuxième trimestre.
    - Taux de désabonnement pondéré stable pour le trimestre à 1,6 % par
    mois, et amélioration de 0,3 %, au deuxième trimestre, du taux de
    désabonnement des services postpayés, qui s'établit à 1,1 %.
    Services vidéo


Le groupe des services vidéo de Bell a enregistré une solide performance financière pour le trimestre. Bell ExpressVu demeure le chef de file des fournisseurs de télévision numérique au Canada.

    - Croissance des produits d'exploitation de 21,2 % au deuxième trimestre.
    - PMU en hausse de 4 $ par rapport à l'année précédente pour atteindre
    54 $, grâce au succès de notre stratégie incitant les clients à
    s'abonner à des forfaits de programmation de valeur plus élevée, à une
    hausse des abonnements à la télé à la carte, à des hausses de prix
    mises en oeuvre au cours de la dernière année et à l'élan soutenu du
    programme de location de récepteur.
    - BAIIA de 66 millions $ pour le trimestre, une hausse importante par
    rapport aux 6 millions $ enregistrés au deuxième trimestre de 2005.
    - Bien que l'ajout de 19 000 abonnés au cours du trimestre soit inférieur
    à celui enregistré à la même période l'an dernier, le total d'abonnés
    est en hausse de 10,2 % par rapport à l'année précédente, atteignant
    1 758 000 à la fin du deuxième trimestre.
    - Le taux de désabonnement reste bas, à 1 % par mois.
    Services Internet haute vitesse


Dans le secteur Internet haute vitesse, Bell a continué de mettre l'accent sur une croissance rentable tout en enregistrant des hausses des produits d'exploitation dans un marché hautement concurrentiel.

    - A la fin du trimestre, le nombre total d'abonnés était en hausse de
    14,1 % par rapport à l'année précédente, atteignant 2 313 000.
    - Bien que les ajouts nets de 47 000 abonnés au cours du trimestre soient
    inférieurs à ceux enregistrés au deuxième trimestre de 2005, la
    croissance du nombre d'abonnés s'est accentuée de mois en mois tout au
    long du trimestre.
    - Bell demeure le chef de file des fournisseurs de services Internet au
    Canada.

    EXECUTION DANS DES DOMAINES CLES DU PLAN D'AFFAIRES


Services de croissance : Les produits tirés des services de la prochaine génération comme les services sans fil, vidéo et Internet ont représenté 48 % du total des produits d'exploitation de Bell pour le trimestre, en hausse par rapport à 44 % un an plus tôt et à 47 % au premier trimestre de 2006. Les produits d'exploitation de ces services devraient dépasser les produits d'exploitation provenant des services traditionnels au deuxième semestre de 2006.

Plates-formes améliorées de services à large bande et IP : Bell a étendu la technologie de la fibre optique jusqu'au noeud (FTTN) à 565 noeuds de quartier au deuxième trimestre de 2006, ce qui porte le total à 2 892. En juillet, l'entreprise a lancé le service Sympatico Optimax à Montréal. Il s'agit du premier service commercial exploitant le réseau FTTN de pointe de l'entreprise, avec des vitesses de 10 à 16 mégabits par seconde (Mbit/s) à toute heure du jour, offrant à la fois rapidité et constance. Bell a également continué d'étendre la couverture de son réseau de données sans fil EVDO de la prochaine génération.

Service : Un processus entièrement remanié pour la saison des déménagements au Québec a procuré une expérience sensiblement améliorée aux clients résidentiels. Dans le secteur Résidentiel, le taux de résolution au premier appel a encore augmenté, progressant de 2,2 points de pourcentage au deuxième trimestre. Dans le secteur Grandes entreprises, 84 % des clients se prévalent maintenant d'un nouvel outil de gestion de la facturation en ligne, simplifiant ainsi leur relation avec Bell. Et à la fin du trimestre, cinq millions de clients résidentiels profitaient des avantages d'une facture unique regroupant leurs services sur fil, Internet, vidéo et sans fil.

Réductions de coûts : Les diverses initiatives de réduction des coûts de l'entreprise ont entraîné des économies de 172 millions $ au deuxième trimestre de 2006, pour un total cumulatif de 297 millions $ depuis le début de l'exercice. Ces économies ont été obtenues grâce à un examen constant des dépenses d'approvisionnement de l'entreprise, à des améliorations des processus comme la migration à la Facture unique et à une amélioration des calendriers de rendez-vous et des délais de réparation, ainsi qu'aux réductions d'effectif précédemment annoncées.

PROGRES DANS L'EXECUTION DU PLAN STRATEGIQUE DE BCE

Télésat

Télésat a maintenu une solide performance d'exploitation sous-jacente pour le trimestre. En raison de la vente non récurrente, au deuxième trimestre de 2005, d'un équipement associé à un réseau interactif d'apprentissage à distance, les produits d'exploitation de Télésat sont en baisse de 12,4 % au deuxième trimestre de 2006, se situant à 120 millions $, mais le BAIIA n'a que légèrement fléchi. Le bénéfice d'exploitation a diminué de 9,3 %, se chiffrant à 39 millions $.

Bell Globemedia

Les produits d'exploitation de Bell Globemedia pour le trimestre ont été de 431 millions $, en hausse de 8,0 % par rapport au deuxième trimestre de 2005. Malgré la hausse des produits d'exploitation, le bénéfice d'exploitation de Bell Globemedia a diminué de 17,9 % pour s'établir à 78 millions $, en raison principalement des coûts de programmation plus élevés associés à la reprise des diffusions de matchs de hockey de la LNH et au maintien d'une programmation à cotes d'écoute élevées.

Progression de l'offre publique de rachat dans le cours normal des

activités

Au 30 juin 2006, BCE Inc. avait racheté et annulé un total de 36 millions d'actions ordinaires, représentant environ 78 % du total des actions ordinaires dont le rachat était prévu. Le reste du programme de rachat d'actions sera réalisé au troisième trimestre.

Transfert d'actions à la caisse de retraite de Bell Canada

Le 28 juillet 2006, la caisse de retraite de Bell Canada a acquis auprès de Bell Canada et de certaines de ses filiales 25 000 000 d'actions subalternes classe A avec droit de vote (actions classe A de CGI) de Groupe CGI inc., ayant une valeur du marché totalisant 168 millions $, et 14 899 948 actions ordinaires de Corporation Nortel Networks (Nortel), ayant une valeur du marché totalisant 33 millions $. Aucune contrepartie n'ayant été payée pour l'acquisition, les contributions en espèces de Bell Canada au régime de retraite pour 2006 ont été réduites. Par suite de cette transaction, la participation directe et indirecte de BCE en actions classe A de CGI est réduite à 6 427 761 (ou 2,11 %), contre 31 427 761 (ou 10,31 %) auparavant. Une transaction semblable est envisagée pour le deuxième semestre de 2006 en ce qui touche le reste de la participation de BCE en actions classe A de CGI.

Dividende trimestriel

Le conseil d'administration de BCE a déclaré hier un dividende trimestriel de 0,33 $ par action ordinaire, payable le 15 octobre 2006 aux actionnaires inscrits au registre à la fermeture des bureaux le 15 septembre 2006.

Résultats réguliers de Bell Canada

Les "résultats réguliers" de Bell Canada englobent Bell Canada et les participations de Bell Canada dans Aliant, Bell ExpressVu (à 52 %) et les autres compagnies de téléphone canadiennes de Bell.

Au deuxième trimestre de 2006, Bell Canada a déclaré des produits réguliers de 4,3 milliards $, en hausse de 0,9 % par rapport à la même période l'an dernier. Depuis le début de l'exercice, les produits ont été de 8,6 milliards $, comparativement à 8,5 milliards $ à la même période un an plus tôt. Le bénéfice net attribuable aux actions ordinaires s'est chiffré à 460 millions $ au deuxième trimestre de 2006 comparativement à 580 millions $ à la même période l'année précédente. Depuis le début de l'exercice, le bénéfice net attribuable aux actions ordinaires a été de 934 millions $, par rapport à 1 108 millions $ un an plus tôt.

Perspectives

Veuillez consulter la section intitulée "Mise en garde concernant les déclarations prospectives" plus loin dans le présent communiqué pour voir un exposé concernant les facteurs de risque importants susceptibles d'influer sur notre orientation de 2006, ainsi que les hypothèses importantes qui sont à la base de cette orientation.

      <<
    BCE a confirmé l'orientation financière suivante pour 2006 :

        ---------------------------------------------------------------
                                                   Orientation 2006
                                            (chiffres estimatifs)(i)
        ---------------------------------------------------------------
        Bell Canada
        ---------------------------------------------------------------
        Croissance des produits d'exploitation            1 % - 3 %
        ---------------------------------------------------------------
        Réductions de coûts(ii)                     700 M$ - 900 M$
        ---------------------------------------------------------------
        Marge du BAIIA                                       Stable
        ---------------------------------------------------------------
        Intensité du capital(iii)                       16 % - 17 %
        ---------------------------------------------------------------
        BCE Inc.
        ---------------------------------------------------------------
        BPA(iv)                                     1,80 $ - 1,90 $ (v)
        ---------------------------------------------------------------
        Flux de trésorerie disponibles(vi)          700 M$ - 900 M$
        ---------------------------------------------------------------

    (i) Les chiffres de 2006 reflètent la cession de notre participation
    dans CGI et la réduction de notre participation dans Bell
    Globemedia à 20 %, les intentions de BCE quant à l'utilisation du
    produit de ces transactions et la création du Fonds de revenu Bell
    Aliant Communications régionales.
    (ii) Les réductions de coûts prévues pour 2006 supposent que nos
    diverses initiatives planifiées de réduction des coûts et
    d'amélioration de la productivité atteindront leurs objectifs en
    2006.
    (iii) Dépenses en immobilisations en pourcentage des produits
    d'exploitation.
    (iv) Avant frais de restructuration et autres éléments, gains nets sur
    placements et coûts engagés pour créer le Fonds de revenu Bell
    Aliant Communications régionales.
    (v) On prévoit que le bénéfice par action de BCE sera réduit de 0,14 $
    en 2006 en raison d'une augmentation de la charge de retraite
    attribuable à une modification des taux d'actualisation. Ces taux
    servent à calculer les obligations à long terme du régime de
    retraite, à des fins comptables. En 2006, le taux a été réduit à
    5,2 %, comparativement à 6,2 % en 2005. Les taux se fondent sur le
    rendement moyen des obligations à long terme des entreprises. La
    modification du taux d'actualisation et la hausse de la charge de
    retraite qui en résulte se reflètent dans l'orientation de
    l'entreprise relative au BPA, ci-dessus.
    (vi) Flux de trésorerie provenant des activités d'exploitation, moins
    les dépenses en immobilisations, le total des dividendes et les
    autres activités d'investissement. En 2006, nous prévoyons dégager
    des flux de trésorerie disponibles de l'ordre de 700 millions $ à
    900 millions $, à l'exclusion de la réduction des contributions de
    retraite provenant de l'acquisition de nos actions de Nortel et de
    CGI par la caisse de retraite de Bell Canada. Ce montant tient
    compte de flux de trésorerie provenant des activités d'exploitation
    prévus de l'ordre d'environ 5,5 à 5,7 milliards $, moins les
    dépenses en immobilisations, le total des dividendes et les autres
    activités d'investissement.
    Notes
    (1) Le terme BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement)
    n'a pas de signification normalisée prescrite par les principes
    comptables généralement reconnus du Canada (PCGR). Veuillez vous
    reporter à la section intitulée "Mesures financières non définies par
    les PCGR" du Rapport de gestion du deuxième trimestre de 2006 de BCE
    Inc. daté du 1er août 2006, inclus dans le présent communiqué, pour
    plus de détails sur le BAIIA, y compris un rapprochement du BAIIA
    avec le bénéfice d'exploitation.
    (2) Le bénéfice net et le BPA avant frais de restructuration et autres
    éléments, gains nets sur placements et coûts engagés pour créer le
    Fonds de revenu Bell Aliant Communications régionales n'ont pas de
    signification normalisée prescrite par les PCGR. Veuillez vous
    reporter à la section intitulée "Mesures financières non définies par
    les PCGR" du Rapport de gestion du deuxième trimestre de 2006 de BCE
    Inc. daté du 1er août 2006, inclus dans le présent communiqué, pour
    plus de détails sur le bénéfice net et le BPA avant frais de
    restructuration et autres éléments, gains nets sur placements et
    coûts engagés pour créer le Fonds de revenu Bell Aliant
    Communications régionales, y compris un rapprochement avec le
    bénéfice net attribuable aux actions ordinaires (total et par
    action).
    (3) Nous définissons les flux de trésorerie disponibles comme les flux
    de trésorerie provenant des activités d'exploitation après les
    dépenses en immobilisations, le total des dividendes et les autres
    activités d'investissement. Les flux de trésorerie disponibles n'ont
    pas de signification normalisée prescrite par les PCGR. Veuillez vous
    reporter à la section intitulée "Mesures financières non définies par
    les PCGR" du Rapport de gestion du deuxième trimestre de 2006 de BCE
    Inc. daté du 1er août 2006, inclus dans le présent communiqué, pour
    plus de détails sur les flux de trésorerie disponibles, y compris un
    rapprochement des flux de trésorerie provenant des activités
    d'exploitation avec les flux de trésorerie disponibles.
    Conférence téléphonique à l'intention des analystes financiers


BCE tiendra une conférence téléphonique à l'intention des analystes financiers afin de traiter de ses résultats du deuxième trimestre le mercredi 2 août 2006, à 8 h (heure de l'Est). Les journalistes sont invités à y assister à titre d'auditeurs seulement.

Pour participer, composez le 416 641-6105 ou le 1 866 696-5895 peu de temps avant le début de la conférence. Une reprise sera diffusée pendant une semaine, au 416 695-5800 ou au 1 800 408-3053 (code d'identification 3182499(dièse)). La conférence téléphonique fera également l'objet d'une webdiffusion en direct et sera archivée pendant 90 jours sur le site Web de BCE à l'adresse www.bce.ca.

Conférence téléphonique à l'intention des médias

BCE tiendra une conférence téléphonique à l'intention des médias afin de traiter de ses résultats du deuxième trimestre le mercredi 2 août 2006, à 13 h 30 (heure de l'Est). Michael Sabia, président et chef de la direction de BCE et chef de la direction de Bell Canada, et George Cope, président et chef de l'exploitation de Bell Canada, participeront à la conférence téléphonique.

Pour participer, composez le 416 641-6111 ou le 1 866 542-4238 peu de temps avant le début de la conférence. Une reprise sera diffusée pendant une semaine, au 416 695-5800 ou au 1 800 408-3053 (code d'identification 3193584(dièse)). La conférence téléphonique fera également l'objet d'une webdiffusion en direct et sera archivée pendant 90 jours sur le site Web de BCE à l'adresse www.bce.ca.

Mise en garde concernant les déclarations prospectives

Certaines déclarations contenues dans le présent communiqué, y compris, mais sans s'y limiter, celles figurant à la rubrique "Perspectives", et d'autres déclarations qui ne sont pas des faits historiques, sont de nature prospective et sont assujetties à d'importants risques, incertitudes et hypothèses. Les résultats ou événements dont il est question dans ces déclarations pourraient différer sensiblement des résultats ou événements réels. Sauf indication contraire de BCE, ces déclarations ne tiennent pas compte de l'effet potentiel d'éventuels éléments non récurrents ou autres éléments exceptionnels, ni des cessions, monétisations, fusions, acquisitions, regroupements d'entreprises ou autres transactions qui pourraient être annoncés ou survenir après la date du présent communiqué.

Pour une description des hypothèses importantes à la base des déclarations prospectives contenues dans le présent communiqué et des importants facteurs de risque susceptibles de causer des écarts importants entre les résultats ou événements et les attentes actuelles, veuillez vous reporter à la rubrique intitulée "Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos résultats" contenue dans le Rapport de gestion de BCE Inc. (inclus aux pages 42 à 56 du Rapport annuel 2005 de Bell Canada Entreprises) pour l'exercice terminé le 31 décembre 2005, daté du 1er mars 2006, déposé par BCE Inc. auprès des commissions canadiennes de valeurs mobilières (disponible sur le site Web de BCE à l'adresse www.bce.ca et sur SEDAR à l'adresse www.sedar.com), et auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des Etats-Unis, sur formule 40-F (disponible sur EDGAR à l'adresse www.sec.gov), telle que mise à jour dans le Rapport de gestion du premier trimestre de 2006 de BCE Inc. daté du 2 mai 2006, à la rubrique intitulée "Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos résultats", déposé par BCE Inc. auprès des commissions canadiennes de valeurs mobilières et auprès de la SEC sur formule 6-K (disponible sur les mêmes sites Web que ci-dessus), et telle que mise à jour de nouveau dans le Rapport de gestion du deuxième trimestre de 2006 de BCE Inc. daté du 1er août 2006, inclus dans le présent communiqué, à la rubrique intitulée "Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos résultats".

Les déclarations prospectives contenues dans le présent communiqué représentent nos attentes en date du 2 août 2006 et, par conséquent, peuvent changer après cette date. Toutefois, nous n'avons ni l'intention ni l'obligation de mettre à jour ou de réviser l'une ou l'autre des déclarations prospectives, que ce soit à la lumière de nouvelles informations ou autrement.

A propos de BCE Inc.

BCE est la plus grande entreprise de communications du Canada. Grâce à ses 28 millions de connexions clients, BCE fournit un ensemble de services de communications des plus complets et des plus novateurs à ses clients de résidence et d'affaires au Canada. Assurés sous la marque Bell, ils comprennent les services téléphoniques local, interurbain et sans fil, l'accès Internet haute vitesse et sans fil, les services IP-large bande, les services des technologies de l'information et des communications (ou services à valeur ajoutée), ainsi que les services de télévision directe par satellite et par VDSL. Les autres secteurs de BCE comprennent Bell Globemedia, première société canadienne de médias, et Télésat Canada, un pionnier et un chef de file mondial dans la gestion et l'exploitation de systèmes par satellite. Les actions de BCE sont cotées en Bourse au Canada, aux Etats-Unis et en Europe.

    ------------------------

    LE TRIMESTRE EN UN COUP D'OEIL


La présente rubrique résume les mesures clés que nous utilisons pour évaluer notre rendement et présente une comparaison de nos résultats du deuxième trimestre de 2006 et du deuxième trimestre de 2005.

Au deuxième trimestre de 2006, nous avons enregistré des résultats financiers et d'exploitation concordant avec notre plan pour l'exercice, même si par comparaison les résultats du deuxième trimestre de l'exercice précédent avaient été remarquables, en continuant d'axer nos efforts sur la qualité des produits d'exploitation et en maintenant une démarche disciplinée visant à augmenter notre clientèle d'abonnés dans un contexte de vive concurrence dans toutes nos gammes de produits. Nous avons enregistré une croissance à deux chiffres des produits d'exploitation dans la plupart de nos services de croissance, notamment les services sans fil, vidéo, Internet haute vitesse et les solutions de technologie de l'information et des communications (TIC), tout en réussissant à ralentir le rythme de diminution des produits d'exploitation tirés de nos services traditionnels sur fil. Grâce à l'attention que nous avons portée à la rentabilité de la croissance, combinée à d'autres économies de coûts découlant de diverses initiatives en matière de chaîne d'approvisionnement et de transformation des processus, nous avons pu maintenir la stabilité des marges du BAIIA(1) de Bell Canada d'un exercice à l'autre. Par ailleurs, nous avons réalisé des progrès réguliers en matière de service à la clientèle; les données ont continué à s'améliorer dans l'ensemble de la société, à preuve l'augmentation des taux de résolution au premier appel dans nos centres d'appels et la meilleure performance de notre service Internet haute vitesse, se traduisant par une clientèle plus satisfaite.

    (1) Le BAIIA, le bénéfice d'exploitation avant les frais de
    restructuration et autres éléments, le bénéfice net avant les frais
    de restructuration et autres éléments, les gains nets sur placements
    et les coûts engagés pour la formation du Fonds de revenu Bell Aliant
    Communications régionales (Bell Aliant), et les flux de trésorerie
    disponibles n'ont pas de définition normalisée en vertu des principes
    comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada. Il est donc
    improbable qu'ils puissent être comparés avec des mesures similaires
    présentées par d'autres entreprises. Pour plus de précisions sur ces
    mesures, y compris un rapprochement avec les mesures les plus
    comparables selon les PCGR, veuillez vous reporter à la rubrique
    intitulée Mesures financières non définies par les PCGR dans le
    rapport de gestion du deuxième trimestre de 2006 de BCE Inc. daté du
    1er août 2006.


Dans notre secteur Résidentiel, la performance financière de nos activités dans les services vidéo, sans fil et Internet a démontré une augmentation générale du produit moyen par unité (PMU) découlant d'une croissance des produits d'exploitation d'un exercice à l'autre qui, combinée au contrôle continu des coûts, a contribué à compenser l'incidence de l'érosion constante de nos services sur fil locaux et services interurbains, générant des marges élevées. La croissance des connexions clients ce trimestre a été touchée par la diminution des activations d'un exercice à l'autre découlant d'une intensification de la concurrence et de l'accent continu sur l'amélioration de la rentabilité.

Notre secteur Entreprises a enregistré une croissance positive des produits d'exploitation, grâce à l'augmentation des abonnements aux services sans fil et aux ventes accrues de solutions de connectivité en matière de protocole Internet (IP) et de TIC à nos clients des unités des grandes entreprises et des petites et moyennes entreprises (PME). Les économies réalisées au chapitre des coûts dans la foulée de notre projet Galilée ont contribué à atténuer l'incidence négative sur les marges d'exploitation de la modification continue de la composition des produits, les services traditionnels générant des marges plus élevées étant délaissés au profit des services IP générant des marges moins élevées.

Dans le secteur Aliant, la croissance des produits d'exploitation découlant de l'expansion continue du nombre d'abonnés de nos services sans fil et Internet haute vitesse ainsi que de l'augmentation des ventes de produits et d'autres équipements de télécommunications, a plus que contrebalancé l'érosion des services traditionnels sur fil découlant principalement de l'incidence de la concurrence et de la substitution technologique. L'augmentation des produits d'exploitation, associée au contrôle continu des coûts d'exploitation, a contribué à maintenir les marges d'exploitation globales.

Dans le secteur Autres activités de Bell Canada, le bénéfice d'exploitation avant frais de restructuration et autres éléments a augmenté du fait de la diminution du coût des produits vendus malgré la diminution des produits d'exploitation imputable à la concurrence qui sévit dans le marché de notre unité de gros.

Dans le secteur Autres activités de BCE, le rendement d'exploitation sous- jacent de Télésat Canada (Télésat) est demeuré solide ce trimestre, bien que le deuxième trimestre de 2005 ait reflété l'incidence positive de la vente non récurrente de services, d'un montant de 20 millions $, pour l'installation et la maintenance d'un réseau pour les services de téléapprentissage interactif. Exclusion faite de cette vente non récurrente, Télésat a enregistré une croissance positive des produits d'exploitation d'un exercice à l'autre. Chez Bell Globemedia Inc. (Bell Globemedia), la croissance des produits d'exploitation reflète les ventes plus élevées de publicité à la télévision et dans la presse écrite ainsi que l'augmentation des produits d'exploitation tirés des abonnements.



    CONNEXIONS CLIENTS

                                                       T2 2006  CONNEXIONS
                                                   ACTIVATIONS     30 JUIN
    (en milliers)                                       NETTES        2006
    ------------------------------------------------------------------------
    Lignes SAR                                            (134)     12 308
    Internet haute vitesse                                  47       2 313
    Sans fil                                                90       5 590
    Vidéo                                                   19       1 758
    ------------------------------------------------------------------------
    ------------------------------------------------------------------------



Pour visualiser le graphique de BCE, Croissance des connexions à la fin de la période veuillez cliquer ici.

    http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F01.jpg


    - Services d'accès au réseau (SAR) - Le nombre de nos lignes SAR en
    service a diminué de 134 000 ce trimestre, comparativement à une perte
    de 123 000 au deuxième trimestre de 2005. Au cours des douze derniers
    mois, notre clientèle a diminué de 3,3 %, ce qui représente une légère
    augmentation de 0,1 point de pourcentage par rapport au trimestre
    précédent. Le nombre plus élevé de pertes de lignes d'accès local est
    principalement attribuable à l'apparition en 2005 de câblodistributeurs
    qui nous livrent concurrence dans nos marchés du Québec et de l'Ontario
    avec des services de téléphonie par câble moins coûteux. Ce recul a été
    partiellement compensé par l'accroissement de la demande, par Shaw
    Communications (Shaw), de lignes d'accès en vue de déployer les
    services voix sur IP dans l'Ouest canadien, l'augmentation des demandes
    de connexions découlant des déménagements et la reconquête de clients.
    - Services Internet haute vitesse - Nous avons ajouté 47 000 nouveaux
    abonnés nets du service Internet haute vitesse ce trimestre, en baisse
    contre 92 000 activations nettes au deuxième trimestre de 2005, ce qui
    porte notre clientèle en fin de période à 2 313 000 abonnés, soit une
    augmentation de 14,1 % par rapport à l'exercice précédent. Même si
    l'acquisition d'abonnés a été touchée ce trimestre par le climat de
    vive concurrence, la diminution des ajouts de nouveaux abonnés d'un
    exercice à l'autre était en partie prévue, car en 2005, les activations
    nettes avaient été stimulées par le lancement de notre service
    Sympatico Débutant sur le marché ontarien ainsi que l'expansion
    substantielle de la place que nous occupons.
    - Services sans fil - Nous avons enregistré 106 000 ajouts nets d'abonnés
    des plans de services postpayés ce trimestre, ce qui traduit une
    amélioration de 0,3 point de pourcentage du taux de désabonnement, qui
    s'est établi à 1,1 %, tandis que les ajouts nets d'abonnés des plans de
    services prépayés ont été négatifs par suite de la désactivation d'un
    nombre important de clients inactifs. Les nouveaux abonnés nets des
    services sans fil se sont établis à 90 000 ce trimestre, en baisse par
    rapport à 146 000 au deuxième trimestre de 2005, ce qui porte notre
    clientèle à la fin du deuxième trimestre de 2006 à 5 590 000 abonnés.
    - Services vidéo - Nous avons activé le service pour 19 000 nouveaux
    abonnés nets des services vidéo ce trimestre, en baisse par rapport à
    63 000 au deuxième trimestre de 2005, ce qui porte notre clientèle
    totale à 1 758 000 abonnés au 30 juin 2006, soit une augmentation de
    10,2 % par rapport à l'exercice précédent. La diminution du nombre de
    nouveaux abonnés et la faible augmentation du taux de désabonnement,
    qui est passé de 0,9 % à 1,0 %, découlent de la vive concurrence sur
    les prix exercée par les câblodistributeurs et de la réduction du
    nombre d'offres promotionnelles importantes sur le marché par rapport à
    l'exercice précédent.

    PRODUITS D'EXPLOITATION


Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation veuillez cliquer ici

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F02.jpg

Au deuxième trimestre de 2006, nous avons dégagé des produits d'exploitation de 4 803 millions $ pour ce qui est de BCE, soit une augmentation de 1,0 % comparativement au trimestre correspondant de 2005, ce qui reflète une augmentation des produits d'exploitation dans la plupart des secteurs de Bell Canada ainsi que pour Bell Globemedia. Les produits d'exploitation de Bell Canada ont progressé de 0,9 % pour s'établir à 4 296 millions $, principalement du fait d'Aliant qui a enregistré des résultats remarquables au chapitre des services sans fil et Internet, ce qui s'est traduit par une augmentation des produits d'exploitation d'un exercice à l'autre et, dans une moindre mesure, de notre secteur Entreprises pour lequel la croissance des produits d'exploitation des services sans fil et des TIC s'est poursuivie. Dans notre secteur Résidentiel, la légère amélioration des produits d'exploitation est attribuable à la croissance à deux chiffres des produits d'exploitation des services vidéo, sans fil et Internet, essentiellement atténuée par la diminution des produits d'exploitation de ses services traditionnels sur fil. Bell Globemedia a également enregistré de solides produits d'exploitation, dans la foulée de l'augmentation des ventes de publicité dans ses canaux spécialisés dans les sports et des produits d'exploitation accrus tirés des abonnements, éléments qui ont contribué à la croissance globale des produits d'exploitation du secteur Autres activités de BCE, ce trimestre.

BENEFICE D'EXPLOITATION ET BAIIA(1)

Pour visualiser le graphique de BCE, Bénéfice d'exploitation et BAIIA veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F03.jpg

Le bénéfice d'exploitation de BCE pour le trimestre s'est établi à 980 millions $, en baisse contre 1 087 millions $ au deuxième trimestre de 2005, découlant principalement des frais de restructuration et autres éléments de 50 millions $ relativement aux frais de restructuration à l'égard des départs involontaires d'employés chez Bell Canada, à la réinstallation d'employés et à la fermeture de locaux rendus inutiles par suite de la réduction des effectifs, ainsi qu'aux coûts d'opération relatifs à la formation de Bell Aliant. Le bénéfice d'exploitation avant les frais de restructuration et autres éléments(1) au deuxième trimestre de 2006 s'est établi à 1 030 millions $, soit une diminution de 62 millions $ par rapport au trimestre correspondant de 2005. La diminution du bénéfice d'exploitation avant les frais de restructuration et autres éléments est entièrement imputable à l'augmentation de la charge nette au titre des avantages sociaux et à l'amortissement accru. Par conséquent, le BAIIA de BCE a augmenté de 1 million $ d'un exercice à l'autre pour s'établir à 1 973 millions $, du fait de l'augmentation enregistrée par Bell Canada qui a été presque entièrement neutralisée par la performance moins remarquable de Bell Globemedia et de Télésat.

    (1) Le BAIIA, le bénéfice d'exploitation avant les frais de
    restructuration et autres éléments, le bénéfice net avant les frais
    de restructuration et autres éléments, les gains nets sur placements
    et les coûts engagés pour la formation du Fonds de revenu Bell Aliant
    Communications régionales (Bell Aliant), et les flux de trésorerie
    disponibles n'ont pas de définition normalisée en vertu des principes
    comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada. Il est donc
    improbable qu'ils puissent être comparés avec des mesures similaires
    présentées par d'autres entreprises. Pour plus de précisions sur ces
    mesures, y compris un rapprochement avec les mesures les plus
    comparables selon les PCGR, veuillez vous reporter à la rubrique
    intitulée Mesures financières non définies par les PCGR dans le
    rapport de gestion du deuxième trimestre de 2006 de BCE Inc. daté du
    1er août 2006.


De la même manière, le bénéfice d'exploitation de Bell Canada pour le deuxième trimestre de 2006 s'est établi à 894 millions $, soit 87 millions $ de moins qu'au deuxième trimestre de 2005, surtout en raison des frais de restructuration à l'égard du départ involontaire d'employés et des coûts engagés pour former Bell Aliant. Le bénéfice d'exploitation avant les frais de restructuration et autres éléments s'est établi à 942 millions $, soit une diminution de 44 millions $ par rapport au deuxième trimestre de 2005, en raison de l'augmentation de la charge nette au titre des avantages sociaux et de l'amortissement, en partie compensée par l'augmentation du BAIIA. Par conséquent, le BAIIA de Bell Canada a augmenté de 1,0 % pour s'établir à 1 857 millions $ ce trimestre, traduisant la progression des produits d'exploitation, la diminution des coûts attribuable aux initiatives relatives à la chaîne d'approvisionnement et aux économies résultant de l'amélioration de l'efficience dans la foulée du programme de réduction des coûts, connu sous le nom de projet Galilée, la baisse des charges au titre des salaires découlant de la réduction des effectifs et la diminution des coûts d'acquisition d'abonnés dans nos unités des services sans fil et vidéo, principalement en raison du nombre moindre d'activations de nouveaux abonnés. Cette baisse des coûts a été contrebalancée en partie par la constante érosion de notre clientèle d'abonnés résidentiels des lignes SAR, l'augmentation des coûts inhérents à la fidélisation des abonnés des services sans fil, l'augmentation des coûts d'exploitation découlant de l'augmentation du volume de demandes de connexion et de service ainsi que par l'augmentation des frais d'exploitation découlant des acquisitions réalisées au cours de l'exercice.

Du fait de l'augmentation des produits d'exploitation totaux et de la meilleure performance au chapitre du BAIIA, la marge du BAIIA de Bell Canada est demeurée stable à 43,2 % ce trimestre.

BENEFICE NET ET BENEFICE PAR ACTION

Pour visualiser le graphique de BCE, Bénéfice par action veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F04.jpg

Le bénéfice net attribuable aux actions ordinaires pour le deuxième trimestre de 2006 s'est chiffré à 476 millions $, ou 0,53 $ par action ordinaire, ce qui représente une diminution de 15,5 % comparativement au bénéfice net de 563 millions $, ou 0,61 $ par action ordinaire, pour le deuxième trimestre de 2005. Le bénéfice par action avant les frais de restructuration et autres éléments, les gains nets sur placements et les coûts engagés pour former Bell Aliant(1), qui est utilisé comme indicateur du rendement financier, a diminué pour s'établir à 0,54 $ par action ordinaire au deuxième trimestre de 2006, contre 0,58 $ par action ordinaire au trimestre correspondant de l'exercice précédent. La diminution d'un exercice à l'autre est principalement imputable à l'augmentation de la charge nette au titre des avantages sociaux, constituée de la charge au titre des prestations de retraite et d'autres avantages postérieurs à l'emploi, et à l'amortissement légèrement accru.

    (1) Le BAIIA, le bénéfice d'exploitation avant les frais de
    restructuration et autres éléments, le bénéfice net avant les frais
    de restructuration et autres éléments, les gains nets sur placements
    et les coûts engagés pour la formation du Fonds de revenu Bell Aliant
    Communications régionales (Bell Aliant), et les flux de trésorerie
    disponibles n'ont pas de définition normalisée en vertu des principes
    comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada. Il est donc
    improbable qu'ils puissent être comparés avec des mesures similaires
    présentées par d'autres entreprises. Pour plus de précisions sur ces
    mesures, y compris un rapprochement avec les mesures les plus
    comparables selon les PCGR, veuillez vous reporter à la rubrique
    intitulée Mesures financières non définies par les PCGR dans le
    rapport de gestion du deuxième trimestre de 2006 de BCE Inc. daté du
    1er août 2006.

    DEPENSES EN IMMOBILISATIONS


Pour visualiser le graphique de BCE, Dépenses en immobilisations veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F05.jpg

Les dépenses en immobilisations de BCE se sont établies à 875 millions $ au deuxième trimestre de 2006, soit une diminution de 3,3 % comparativement au trimestre correspondant de l'exercice précédent. En pourcentage des produits d'exploitation, les dépenses en immobilisations ont diminué ce trimestre pour s'établir à 18,2 %, contre 19,0 % au deuxième trimestre de 2005. De la même manière, les dépenses en immobilisations de Bell Canada ont diminué de 9,4 % ce trimestre pour s'établir à 767 millions $. Par conséquent, l'intensité du capital de Bell Canada ce trimestre a diminué de 2,0 points de pourcentage, d'un exercice à l'autre, pour s'établir à 17,9 %. Conformément à notre objectif de transformation de la société en une entreprise de services de croissance IP, la majeure partie des dépenses en immobilisations du trimestre étaient concentrées vers les priorités stratégiques clés dans les secteurs de croissance de notre entreprise. La diminution des dépenses d'un exercice à l'autre, tant pour BCE que pour Bell Canada, avait trait à la réduction des dépenses relatives aux systèmes de TI à l'appui de nos initiatives de réduction des coûts dans la foulée du projet Galilée, à l'échelonnement des dépenses relatives à diverses initiatives stratégiques, comme l'expansion de la place que nous occupons dans le marché de la technologie de la fibre optique jusqu'aux noeuds, à la réduction des dépenses relatives à l'expansion et à l'augmentation de la capacité des services sans fil ainsi qu'à l'achèvement, au quatrième trimestre de 2005, d'un réseau d'accès large bande de la prochaine génération en Alberta (le réseau Alberta SuperNet). L'écart qui existe entre les dépenses en immobilisations de BCE et celles de Bell Canada s'explique essentiellement par les dépenses liées à la construction de satellites chez Télésat.

    FLUX DE TRESORERIE LIES AUX ACTIVITES D'EXPLOITATION ET FLUX DE
    TRESORERIE DISPONIBLES(1)

    (1) Le BAIIA, le bénéfice d'exploitation avant les frais de
    restructuration et autres éléments, le bénéfice net avant les frais
    de restructuration et autres éléments, les gains nets sur placements
    et les coûts engagés pour la formation du Fonds de revenu Bell Aliant
    Communications régionales (Bell Aliant), et les flux de trésorerie
    disponibles n'ont pas de définition normalisée en vertu des principes
    comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada. Il est donc
    improbable qu'ils puissent être comparés avec des mesures similaires
    présentées par d'autres entreprises. Pour plus de précisions sur ces
    mesures, y compris un rapprochement avec les mesures les plus
    comparables selon les PCGR, veuillez vous reporter à la rubrique
    intitulée Mesures financières non définies par les PCGR dans le
    rapport de gestion du deuxième trimestre de 2006 de BCE Inc. daté du
    1er août 2006.


Pour visualiser le graphique de BCE, Flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F06.jpg

Pour visualiser le graphique de BCE, Flux de trésorerie disponibles veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F07.jpg

Au deuxième trimestre de 2006, les flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation ont diminué de 5,1 % pour s'établir à 1 332 millions $, contre 1 403 millions $ au deuxième trimestre de 2005, surtout en raison d'une diminution des encaissements découlant de notre programme de titrisation de créances, en partie compensée par les améliorations au chapitre du fonds de roulement.

Nos flux de trésorerie disponibles se sont chiffrés à 64 millions $ au deuxième trimestre de 2006, soit un niveau concordant avec nos prévisions pour le trimestre, mais inférieur aux flux de trésorerie disponibles de 101 millions $ au deuxième trimestre de 2005. Par conséquent, les flux de trésorerie disponibles ont augmenté pour s'établir à 16 millions $ au premier semestre de 2006, alors qu'ils affichaient un montant négatif de 71 millions $ en 2005, ce qui reflète la performance au chapitre du BAIIA, concordant avec nos prévisions, la diminution des dépenses en immobilisations et l'amélioration du fonds de roulement, contrebalancées surtout par la diminution des encaissements découlant de la titrisation des créances.

------------------------

RAPPORT DE GESTION

Dans ce rapport de gestion, les expressions nous, notre/nos et BCE désignent BCE Inc., ses filiales et ses coentreprises.

Tous les montants dans ce rapport de gestion sont en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire.

Veuillez vous reporter aux états financiers consolidés non vérifiés du deuxième trimestre de 2006 lorsque vous lirez ce rapport de gestion. Nous vous encourageons également à lire le rapport de gestion de BCE Inc. pour l'exercice terminé le 31 décembre 2005, daté du 1er mars 2006 (rapport de gestion 2005 de BCE)

Vous trouverez des renseignements additionnels sur BCE, y compris la notice annuelle de BCE Inc. pour l'exercice terminé le 31 décembre 2005 datée du 1er mars 2006 (notice annuelle 2005 de BCE) et les derniers rapports financiers, sur le site Web de BCE Inc., à www.bce.ca, sur SEDAR, à www.sedar.com et sur EDGAR, à www.sec.gov.

Une déclaration est dite prospective lorsqu'elle utilise les connaissances actuelles et les prévisions du moment pour formuler une déclaration touchant l'avenir. Les déclarations prospectives peuvent recourir à des termes comme hypothèse, prévoir, croire, s'attendre à, viser, avoir l'intention de, chercher à, objectif, prévision, cible ainsi qu'à des temps et des modes comme le conditionnel et le futur.

Ce rapport de gestion traite des activités, du rendement et de la situation financière de BCE pour les trimestres (T2) et les semestres (cumul annuel) terminés les 30 juin 2006 et 2005.

------------------------

AU SUJET DES DECLARATIONS PROSPECTIVES

Les lois sur les valeurs mobilières incitent les entreprises à présenter de l'information prospective afin que les investisseurs puissent mieux comprendre les perspectives de l'entreprise et prendre des décisions de placement éclairées.

Sauf mention contraire dans ce rapport de gestion, ou dans le rapport de gestion du premier trimestre 2006 de BCE Inc. daté du 2 mai 2006, les prévisions présentées dans le rapport de gestion 2005 de BCE daté du 1er mars 2006 sont essentiellement inchangées.

Ce rapport de gestion contient des déclarations prospectives sur les objectifs, les plans, les stratégies, la situation financière, les résultats d'exploitation, les flux de trésorerie et les activités de BCE. Ces déclarations sont de nature prospective parce qu'elles sont fondées sur nos attentes, estimations et hypothèses actuelles au sujet des marchés dans lesquels nous exerçons nos activités, de l'environnement économique canadien, de notre capacité d'attirer des clients et de les conserver, ainsi que de notre capacité à gérer les actifs liés aux réseaux et les coûts d'exploitation. Toutes ces déclarations prospectives sont faites conformément aux dispositions refuges prévues dans la loi intitulée United States Private Securities Litigation Reform Act of 1995 et dans toute loi canadienne applicable en matière de valeurs mobilières, y compris la Loi sur les valeurs mobi-lières de l'Ontario. Il est important de savoir que :

    - dans ce rapport de gestion, les déclarations prospectives décrivent nos
    attentes en date du 1er août 2006, à moins d'indication contraire
    - nos résultats réels peuvent différer de façon importante de nos
    attentes si des risques connus ou inconnus touchent nos activités ou si
    nos estimations ou nos hypothèses se révèlent inexactes. Par
    conséquent, nous ne pouvons garantir la réalisation des déclarations
    prospectives; le lecteur est donc prié de ne pas accorder une confiance
    exagérée à ces déclarations prospectives.
    - sauf indication contraire de BCE, les déclarations prospectives ne
    tiennent pas compte de l'effet que pourraient avoir, sur nos activités,
    des transactions, des éléments non récurrents ou d'autres éléments
    exceptionnels annoncés ou survenant après que ces déclarations sont
    faites. Ces déclarations ne reflètent pas, sauf indication contraire de
    BCE, l'incidence des cessions, des ventes d'actifs, des monétisations,
    des fusions, acquisitions ou autres regroupements d'entreprises ou
    transactions, des réductions de valeur d'actifs, ni d'autres frais
    annoncés ou survenus après que les déclarations prospectives sont
    faites. L'incidence financière de ces transactions ou éléments non
    récurrents ou d'autres éléments exceptionnels peut s'avérer complexe et
    dépend nécessairement des faits particuliers de chacun d'eux. Nous ne
    pouvons donc décrire de manière significative l'incidence prévue ou la
    présenter de la même manière que les risques connus touchant nos
    activités.
    - nous n'avons pas l'intention de mettre à jour ou de réviser ces
    déclarations prospectives et nous ne nous engageons aucunement à les
    mettre à jour ou à les réviser, même si de nouveaux renseignements
    devenaient disponibles à la suite d'événements futurs, ou pour toute
    autre raison.


Un certain nombre d'hypothèses ont été formulées par BCE relativement à l'énoncé des déclarations prospectives dans le rapport de gestion 2005 de BCE et dans le présent rapport de gestion, comme certaines hypothèses portant sur l'économie canadienne, le marché, les résultats d'exploitation et financiers ainsi que les transactions. Certains des facteurs en conséquence desquels les résultats ou événements pourraient différer de manière considérable de nos attentes actuelles comprennent, entre autres, notre capacité de déployer nos stratégies et nos plans, l'intensité de l'activité de nos concurrents et la capacité d'améliorer le service à la clientèle tout en réduisant les coûts conformément à nos attentes. Les hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et les risques qui pourraient faire en sorte que nos résultats réels diffèrent de façon importante de nos attentes actuelles sont décrits tout au long de ce rapport de gestion et, plus particulièrement, à la rubrique Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos résultats

AU SUJET DE NOS ACTIVITES

Une description détaillée de nos produits et services ainsi que de nos objectifs et de notre stratégie est présentée dans le rapport de gestion 2005 de BCE.

NOS PRIORITES STRATEGIQUES

Notre stratégie consiste à fournir des services de communications intégrés inégalés à nos clients, de manière efficiente et rentable, et à ce que nous devenions un chef de file dans ce domaine en établissant la norme en matière de protocole Internet (IP). Nous continuons de miser sur trois piliers clés sur lesquels repose notre stratégie : Expérience des clients, Bande passante et Prochaine génération de services. Grâce à l'effet de synergie de ces trois piliers, les clients jouiront de la simplicité et les actionnaires, d'une valeur durable.Pour progresser dans cette voie, il faut que nous transformions notre structure de coûts et notre mode de prestation des services aux clients.

Au cours du trimestre, nous avons réalisé des progrès substantiels quant à chacune de nos trois priorités clés et à la transformation de notre structure de coûts.

    1) Améliorer l'expérience des clients en fournissant des produits et
    services de qualité supérieure qui contribuent à la fidélisation
    - A la fin du deuxième trimestre de 2006, cinq millions de clients du
    secteur Résidentiel profitaient des avantages d'une facture unique
    regroupant leurs services sur fil, Internet, vidéo et sans fil
    (notre programme de facture unique), ce qui représente plus du
    quintuple du nombre constaté à l'exercice précédent
    - Nous avons amélioré le taux de résolution du premier appel de
    2,2 points de pourcentage dans notre secteur Résidentiel depuis le
    début de l'exercice
    - Grâce à notre programme DSL Hardening, qui a amélioré la
    performance du réseau à la suite des nouvelles mises à niveau de
    logiciels et de l'installation de nouveau matériel, nous avons
    diminué de 25 % les interruptions majeures de notre service
    Internet haute vitesse depuis le début de l'exercice par rapport à
    la période correspondante de l'exercice précédent
    - Nous avons respecté nos engagements en matière d'amélioration du
    service et des niveaux de service ce trimestre en réduisant
    beaucoup le nombre de rendez-vous manqués pour l'installation et la
    réparation de lignes fixes, soit de 11 points de pourcentage
    environ, et en écourtant de plus de la moitié le délai moyen de
    réparation du service Internet haute vitesse depuis le début de
    l'exercice
    - Sympatico, notre fournisseur de service Internet pour les clients
    du secteur Résidentiel et des PME, a lancé en juin de nouveaux
    outils pour ordinateur de bureau qui permettent aux clients de
    diagnostiquer les problèmes et de corriger les paramètres de
    configuration eux-mêmes ou à distance avec l'aide d'un agent du
    centre d'appels. Ces nouveaux outils visent à stimuler le libre-
    service, à réduire la durée moyenne des appels à nos centres de
    contact et à continuer d'améliorer le taux de résolution du premier
    appel.
    - A la fin du trimestre, 84 % des grandes entreprises clientes
    avaient choisi le service Gestion de facturation en ligne, un outil
    libre-service pour les clients d'affaires qui leur permet de
    repérer et de visualiser des factures et de les régler en ligne
    ainsi que de produire des rapports personnalisés
    - A la fin du trimestre, dans le cadre de notre nouveau programme
    d'accréditation du service, nous avions donné une formation sur les
    normes en vue d'un service uniforme à 33 % de nos employés
    travaillant directement auprès des clients dans les secteurs
    Résidentiel et Entreprises. Notre objectif est de former environ
    14 000 employés d'ici la fin de l'exercice.
    - Notre stratégie d'implantation de produits multiples dans chaque
    foyer a continué à faire augmenter le nombre de foyers abonnés à au
    moins trois produits (une combinaison de services locaux sur fil,
    Internet, vidéo, sans fil et interurbains), pour atteindre près de
    24 % du total des foyers compris dans la place que nous occupons en
    Ontario et au Québec à la fin du deuxième trimestre de 2006, en
    hausse contre 20 % à la même période l'exercice précédent.
    2) Augmenter la puissance et la fiabilité du réseau large bande de
    manière à pouvoir fournir les services de nouvelle génération
    - Nous avons continué à déployer la technologie de la fibre optique
    jusqu'aux noeuds en mettant en service 565 autres noeuds dans des
    quartiers au deuxième trimestre de 2006, ce qui porte à 2 892 le
    nombre total de noeuds desservis
    - Ce trimestre, Bell Mobilité Inc. (Bell Mobilité) a accru la place
    occupée par son réseau de données sans fil évolution à données
    optimisées (EV-DO) à Hamilton, à Burlington, à Oakville, à Ottawa
    et dans la localité de villégiature de Muskoka, ce qui élargit la
    couverture actuelle fournie dans les principaux centres urbains que
    sont Vancouver, Calgary, Edmonton, Toronto, Montréal et la ville de
    Québec. Notre technologie EV-DO peut acheminer les données à des
    vitesses de téléchargement moyennes de 400 à 700 kilobits par
    seconde (Kbps), avec une vitesse maximale de 2,4 mégabits par
    seconde (Mbps)
    - Le 5 juillet 2006, nous avons annoncé le lancement du service
    Sympatico Optimax, un service Internet haute vitesse qui tire parti
    de la plus récente technologie optique. Le service offre une
    connexion Internet capable de livrer de manière constante des
    vitesses maximales de 10 à 16 Mbps. Le service est actuellement
    disponible dans certains secteurs de Montréal, et il devait être
    déployé dans de larges secteurs du territoire des villes de Toronto
    et de Montréal d'ici la fin de l'exercice.
    3) Créer la prochaine génération de services pour stimuler une croissance
    future rentable


Les produits d'exploitation des services de croissance (comprenant les services sans fil, vidéo, Internet haute vitesse et autres services de prochaine génération comme les solutions de technologie de l'information et des communications (TIC) représentaient 48 % des produits d'exploitation totaux de Bell Canada à la fin du deuxième trimestre de 2006, comparativement à 44 % il y a un an.

    - Bell Mobilité a lancé deux nouveaux services de nouvelles en vidéo
    destinés aux utilisateurs de cellulaires pour CTV News et Report on
    Business Television (ROBTv). Uniquement offert aux abonnés de Bell
    Mobilité, le bulletin de nouvelles de trois minutes de CTV News ainsi
    que la programmation de rappel des titres du monde des affaires de
    ROBTv sont mis à jour chaque heure de la journée. Ces nouveaux services
    viennent s'ajouter aux autres services de diffusion en continu et de
    téléchargement de vidéoclips de Bell Mobilité, comprenant les faits
    saillants de la LNH, les actualités, la météo, les sports et le contenu
    de divertissement.
    - Bell Mobilité s'est associée à General Motors du Canada Ltée pour
    offrir une couverture cellulaire chevauchante continue et les services
    d'urgence OnStar. Les abonnés actifs à OnStar pourront utiliser les
    minutes de leur plan de services postpayés de Bell Mobilité pour
    acheminer leurs appels mains libres à OnStar.
    - En juillet 2006, Sympatico, notre fournisseur de service Internet pour
    les clients du secteur Résidentiel et des PME, a lancé le premier
    service par abonnement de protection contre la fraude au Canada. La
    nouvelle technologie protège les consommateurs contre les attaques en
    ligne en bloquant l'accès aux sites frauduleux connus.
    - Sympatico a également lancé dernièrement une version évoluée de la
    Boutique de Musique Sympatico/MSN, offrant aux usagers la possibilité
    de télécharger en toute sécurité des pistes musicales de haute qualité
    et de les acquitter individuellement par carte de crédit
    - Notre unité des grandes entreprises avait vendu, à la fin du trimestre,
    365 000 lignes IP activées qui fonctionnent à partir d'équipements se
    trouvant dans les locaux des clients, ce qui représente près du double
    du nombre de lignes vendues au trimestre correspondant il y a un an.
    Transformation de notre structure de coûts


Dans l'ensemble, nos diverses initiatives de réduction des coûts ont permis de réaliser des économies de 172 millions $ au deuxième trimestre de 2006, ce qui porte à 297 millions $ les économies totales depuis le début de l'exercice. Ces économies de coûts ont été réalisées principalement grâce aux améliorations des processus découlant des initiatives locales et de notre programme de transformation de la chaîne d'approvisionnement, qui ont contribué à maintenir la stabilité de la marge du BAIIA de Bell Canada d'un exercice à l'autre. Nous prévoyons réaliser des économies de coûts encore plus substantielles au deuxième semestre de 2006, du fait de la mise en oeuvre des modifications des processus de bout en bout et de la poursuite de la réduction des effectifs.

Les réductions de coûts découlant des améliorations des processus relatives à l'efficience se sont élevées à 77 millions $ ce trimestre et à 147 millions $ depuis le début de l'exercice. Ces économies sont principalement attribuables à ce qui suit :

    - le déploiement continu de notre initiative visant à réduire le nombre
    de factures imprimées et postées aux clients du secteur Résidentiel,
    grâce à notre programme de facture unique
    - l'amélioration du calendrier des rendez-vous et des délais de
    réparation, ce qui nous a aidé à régler plus souvent le problème du
    client dès la première fois (notre programme "One and Done")
    - l'efficience des centres de contact et la modification de certains
    processus dans nos centres d'appels entrants, ce qui s'est traduit par
    une diminution des volumes d'appels
    - les réductions des effectifs dans la foulée des initiatives
    d'efficacité de l'exploitation "One and Done", entre autres.


Les économies de 95 millions $ ce trimestre et de 150 millions $ depuis le début de l'exercice réalisées à la suite de la transformation de la chaîne d'approvisionnement découlent de ce qui suit :

    - le renforcement du contrôle des dépenses discrétionnaires, ce qui a
    entraîné une diminution des coûts
    - la réduction des dépenses relatives aux services de TI
    - l'impartition à coûts moindres des volumes d'appels des centres de
    contact
    - la renégociation des contrats d'approvisionnement ayant permis
    d'obtenir des rabais des fournisseurs sur les combinés sans fil,
    l'équipement des services voix et données sur fil ainsi que les
    services de portail Internet que nous revendons à nos clients.


Nous avons également continué à réaliser des progrès en ce qui a trait à notre plan de réduction de 3 000 à 4 000 postes en 2006. Au deuxième trimestre, 443 autres employés sont partis, ce qui porte à 1 871 le nombre total de départs d'employés dans le cadre de notre programme de réduction des effectifs de 2006.

AUTRES FAITS RECENTS TOUCHANT NOTRE SOCIETE

Fonds de revenu Bell Aliant Communications régionales (Bell Aliant)

L'opération relative à une fiducie de revenu annoncée par BCE Inc. et Aliant Inc. (Aliant) le 7 mars 2006 visant à former Bell Aliant a été conclue le 7 juillet 2006. Bell Aliant, qui est le deuxième fournisseur régional de importance de services de télécommunications en Amérique du Nord et la plus grande fiducie commerciale au Canada, combine les activités sur fil régionales de Bell Canada en Ontario et au Québec et les activités sur fil d'Aliant de la région du Canada atlantique, et inclut également la participation de 63,4 % de Bell Canada dans NorthernTel, Société en commandite (NorthernTel) et dans Télébec, Société en commandite (Télébec), laquelle est détenue indirectement par l'intermédiaire du Groupe Bell Nordiq Inc. à titre de filiale en propriété exclusive indirecte de Bell Canada. A la clôture de l'opération, BCE détenait une participation indirecte de 73,5 % dans Bell Aliant, qu'elle a par la suite réduite à 44,7 % au moyen d'une distribution de parts de la fiducie par la voie d'un remboursement de capital aux détenteurs d'actions ordinaires de BCE Inc. le 10 juillet 2006. Dans le cadre de cette opération, BCE Inc. a réduit ses actions ordinaires en circulation de 75,8 millions. Bell Aliant a été inscrite à la cote de la Bourse de Toronto le 10 juillet 2006 sous le symbole "BA.UN". BCE continuera à consolider les résultats financiers de Bell Aliant.

Règlement d'un conflit de travail

Le 15 mai 2006, nous sommes parvenus à une entente avec le Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP) sur l'équité salariale qui visera environ 4 800 employés actuels et anciens de Bell Canada. Le règlement concerne les employés de Bell Canada qui sont représentés par le SCEP et qui sont titulaires de postes principalement occupés par des femmes. Le règlement est évalué à environ 100 millions $. Des provisions suffisantes pour la tranche en espèces de ce règlement avaient été établies au cours d'exercices antérieurs.

Offre publique de rachat dans le cours normal des activités

Au cours du trimestre, BCE Inc. a continué de racheter des actions ordinaires dans le cadre de son offre publique de rachat dans le cours normal des activités. La société a racheté au total 14,9 millions d'actions ordinaires à des fins d'annulation au deuxième trimestre, pour un coût total de 407 millions $. BCE Inc. a lancé cette offre le 1er février 2006 dans l'intention de racheter et d'annuler environ 5 % de ses actions ordinaires en circulation sur une période de douze mois. Au 30 juin 2006, BCE Inc. avait racheté et annulé au total 36 millions d'actions ordinaires, ce qui représente environ 78% du nombre total d'actions ordinaires visées, pour un décaissement total de 994 millions $. Le nombre total d'actions ordinaires visées à des fins de rachat sera ajusté, passant de 46 millions à environ 45 millions, dans la foulée du plan d'arrangement conclu par BCE Inc. le 10 juillet 2006.

Réorganisation de Bell Globemedia Inc. (Bell Globemedia)

Le 2 décembre 2005, BCE et The Woodbridge Company Limited (Woodbridge) ont annoncé la réorganisation proposée de la propriété de Bell Globemedia. Sur réception des approbations requises, cette réorganisation aura pour effet de réduire de 68,5 % à 20 % la participation de BCE dans Bell Globemedia, d'augmenter de 31,5 % à 40 % la participation de Woodbridge dans Bell Globemedia ainsi que d'intégrer deux nouveaux investisseurs, le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario (OTPPB) ainsi que Torstar Corporation (Torstar), chacun devant acquérir une participation de 20 % dans Bell Globemedia, (BCE, Woodbridge, l'OTPPB et Torstar sont collectivement désignés comme les "actionnaires dans le cadre de la réorganisation de Bell Globemedia"). La réorganisation proposée a été approuvée par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) le 21 juillet 2006. Il reste à recevoir les approbations réglementaires émanant du Commissaire de la concurrence (Canada) ainsi que d'autres approbations d'usage. La réorganisation proposée devrait être conclue au troisième trimestre de 2006.

Offre d'achat de CHUM Ltd. par Bell Globemedia

Le 12 juillet 2006, Bell Globemedia et CHUM Limited ("CHUM") ont annoncé que Bell Globemedia, par le truchement d'une société indirectement détenue par les actionnaires dans le cadre de la réorganisation de Bell Globemedia (selon les mêmes proportions que celles qui sont envisagées en vertu de la réorganisation proposée de Bell Globemedia), avait accepté de présenter une offre visant l'acquisition de toutes les actions ordinaires émises et en circulation et de toutes les actions de catégorie B sans droit de vote de CHUM. Diverses conditions doivent être respectées, notamment, entre autres, qu'au moins 66 2/3 % des actions ordinaires en circulation soient valablement déposées. Les actions ordinaires prises en livraison dans le cadre de l'offre seront placées en fiducie en vertu d'une convention de vote en attendant la réception des approbations réglementaires.

------------------------

MESURES FINANCIERES NON DEFINIES PAR LES PCGR

La présente rubrique décrit les mesures financières non définies par les PCGR que nous utilisons dans le rapport de gestion pour expliquer nos résultats financiers. Elle présente également un rapprochement des mesures financières non définies par les PCGR avec les mesures financières selon les PCGR du Canada les plus comparables.

------------------------

BAIIA

Nous définissons le BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement) comme les produits d'exploitation moins les charges d'exploitation, c'est-à-dire comme le bénéfice d'exploitation avant l'amortissement, la charge nette au titre des avantages sociaux et les frais de restructuration et autres éléments.

BAIIA

Le terme BAIIA n'a pas de définition normalisée en vertu des principes comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada. Il est donc peu probable qu'il puisse être comparé avec des mesures similaires présentées par d'autres entreprises. Le BAIIA est présenté de manière uniforme d'une période à l'autre.

Nous utilisons le BAIIA, entre autres mesures, pour évaluer le rendement d'exploitation de nos activités permanentes, avant l'incidence de l'amortissement, de la charge nette au titre des avantages sociaux et des frais de restructuration et autres éléments. Nous ex-cluons ces éléments parce qu'ils ont une influence sur la comparabilité de nos résultats financiers et peuvent éventuellement donner une représentation fausse de l'analyse des tendances en matière de rendement de l'exploitation. Nous excluons l'amortissement et la charge nette au titre des avantages sociaux, étant donné que ces éléments sont principalement fonction des méthodes comptables et des hypothèses utilisées par une société, ainsi que de facteurs hors exploitation comme le coût historique des immobilisations et le rendement de la caisse des régimes de retraite d'une société. L'exclusion des frais de restructuration et autres éléments ne sous-entend pas qu'ils sont nécessairement non récurrents.

Le BAIIA nous permet de comparer notre rendement d'exploitation de manière constante. Nous estimons que certains investisseurs et analystes utilisent le BAIIA pour évaluer la capacité d'une société d'assurer le service de sa dette et de satisfaire à d'autres obligations de paiement, et qu'il constitue une mesure courante servant à évaluer les entreprises dans l'industrie des télécommunications.

La mesure financière selon les PCGR du Canada la plus comparable est le bénéfice d'exploitation. Les tableaux ci-après présentent un rapprochement du bénéfice d'exploitation et du BAIIA, sur une base consolidée, pour BCE et Bell Canada.



                                                           CUMUL     CUMUL
                                                          ANNUEL    ANNUEL
    BCE                              T2 2006   T2 2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation              980     1 087     1 887     2 130
    Amortissement                        802       776     1 568     1 537
    Charge nette au titre
     des avantages sociaux               141       104       283       207
    Frais de restructuration
     et autres éléments                   50         5       138         1
    -------------------------------------------------------------------------
    BAIIA                              1 973     1 972     3 876     3 875
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                                           CUMUL     CUMUL
                                                          ANNUEL    ANNUEL
    BELL CANADA                      T2 2006   T2 2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation              894       981     1 744     1 963
    Amortissement                        778       746     1 517     1 478
    Charge nette au titre des
     avantages sociaux                   137       107       279       213
    Frais de restructuration
     et autres éléments                   48         5       135         -
    -------------------------------------------------------------------------
    BAIIA                              1 857     1 839     3 675     3 654
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    BENEFICE D'EXPLOITATION AVANT FRAIS DE RESTRUCTURATION ET AUTRES ELEMENTS


Le terme "bénéfice d'exploitation avant frais de restructuration et autres éléments" n'a pas de définition normalisée en vertu des PCGR du Canada. Il est donc peu probable qu'il puisse être comparé avec des mesures similaires présentées par d'autres entreprises.

Nous utilisons le bénéfice d'exploitation avant frais de restructuration et autres éléments, entre autres mesures, pour évaluer le rendement d'exploitation de nos activités permanentes, avant l'incidence des frais de restructuration et autres éléments. Nous excluons ces éléments parce qu'ils ont une influence sur la comparabilité de nos résultats financiers et peuvent éventuellement donner une représentation fausse de l'analyse des tendances en matière de rendement de l'exploitation. Le fait d'exclure ces éléments ne veut pas dire qu'ils sont non récurrents par nature.

La mesure financière selon les PCGR du Canada la plus comparable est le bénéfice d'exploitation. Les tableaux ci-après présentent un rapprochement du bénéfice d'exploitation et du bénéfice d'exploitation avant frais de restructuration et autres éléments, sur une base consolidée, pour BCE et Bell Canada.


                                                           CUMUL     CUMUL
                                                          ANNUEL    ANNUEL
    BCE                              T2 2006   T2 2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation              980     1 087     1 887     2 130
    Frais de restructuration
     et autres éléments                   50         5       138         1
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation avant
     frais de restructuration
     et autres éléments                1 030     1 092     2 025     2 131
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                                           CUMUL     CUMUL
                                                          ANNUEL    ANNUEL
    BELL CANADA                      T2 2006   T2 2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation              894       981     1 744     1 963
    Frais de restructuration
     et autres éléments                   48         5       135         -
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation avant
     frais de restructuration
     et autres éléments                  942       986     1 879     1 963
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    BENEFICE NET AVANT FRAIS DE RESTRUCTURATION ET AUTRES ELEMENTS, GAINS
    NETS SUR PLACEMENTS ET COUTS ENGAGES POUR FORMER BELL ALIANT


Le terme "bénéfice net avant frais de restructuration et autres éléments, gains nets sur placements et coûts engagés pour former Bell Aliant" n'a pas de définition normalisée en vertu des PCGR du Canada. Il est donc peu probable qu'il puisse être comparé avec des mesures similaires présentées par d'autres entreprises.

Nous utilisons le bénéfice net avant frais de restructuration et autres éléments, gains nets sur placements et coûts engagés pour former Bell Aliant, entre autres mesures, pour évaluer le rendement d'exploitation de nos activités permanentes, avant l'incidence après impôts des frais de restructuration et autres éléments, gains nets sur placements et coûts engagés pour former Bell Aliant. Nous excluons ces éléments parce qu'ils ont une influence sur la comparabilité de nos résultats financiers et peuvent éventuellement donner une représentation fausse de l'analyse des tendances en matière de rendement de l'exploitation. Le fait d'exclure ces éléments ne veut pas dire qu'ils sont non récurrents par nature.

La mesure financière selon les PCGR du Canada la plus comparable est le bénéfice net attribuable aux actions ordinaires.

Le tableau ci-après présente un rapprochement du bénéfice net attribuable aux actions ordinaires et du bénéfice net avant frais de restructuration et autres éléments, gains nets sur placements et coûts engagés pour former Bell Aliant, sur une base consolidée et par action ordinaire de BCE Inc.


                                                CUMUL ANNUEL  CUMUL ANNUEL
                         T2 2006       T2 2005          2006          2005
    -------------------------------------------------------------------------
                             PAR           PAR           PAR           PAR
                    TOTAL ACTION  TOTAL ACTION  TOTAL ACTION  TOTAL ACTION
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net
     attribuable
     aux actions
     ordinaires       476   0,53    563   0,61    953   1,05  1 037   1,12
    Frais de
     restructuration
     et autres
     éléments(1)       27   0,03      3      -     85   0,09      1      -
    Gains nets sur
     placements       (35) (0,04)   (28) (0,03)  (116) (0,13)   (28) (0,03)
    Autres coûts
     engagés pour
     former Bell
     Aliant(2)         14   0,02      -      -     14   0,02      -      -
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net
     avant frais de
     restructuration
     et autres
     éléments, gains
     nets sur
     placements et
     coûts engagés
     pour former
     Bell Aliant      482   0,54    538   0,58    936   1,03  1 010   1,09
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Inclut les coûts d'opération associés à la formation de Bell Aliant.
    Ces coûts sont principalement liés à la convention de placement et
    aux honoraires professionnels et de conseil. Au deuxième trimestre de
    2006, nos coûts d'opération se sont élevés à 13 millions $
    (6 millions $ après impôts et part des actionnaires sans contrôle)
    et, au premier semestre de 2006, ils se sont élevés à 43 millions $
    (26 millions $ après impôts et part des actionnaires sans contrôle).
    Des coûts additionnels d'environ 85 millions $ seront engagés au
    troisième trimestre de 2006.
    (2) Inclut le coût de la prime engagée par Aliant au remboursement
    anticipé de la dette à long terme par suite de la formation de Bell
    Aliant. Au deuxième trimestre de 2006 et depuis le début de
    l'exercice, nous avons engagé 40 millions $ (14 millions $ après
    impôts et part des actionnaires sans contrôle).

    ------------------------
    FLUX DE TRESORERIE DISPONIBLES


Nous définissons les flux de trésorerie disponibles comme les flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation après les dépenses en immobilisations, le total des dividendes et les autres activités d'investissement.

Le terme "flux de trésorerie disponibles" n'a pas de définition normalisée en vertu des PCGR du Canada. Il est donc peu probable qu'il puisse être comparé avec des mesures similaires présentées par d'autres entreprises. Les flux de trésorerie disponibles sont présentés de manière constante d'une période à l'autre.

Nous considérons les flux de trésorerie disponibles comme un important indicateur de la solidité financière et du rendement de nos activités, car ils révèlent le montant des fonds disponibles pour rembourser la dette et réinvestir dans notre société. Nous présentons les flux de trésorerie disponibles de manière uniforme d'une période à l'autre, ce qui nous permet de comparer notre rendement financier de manière constante.

Nous estimons que certains investisseurs et analystes utilisent les flux de trésorerie disponibles pour évaluer une entreprise et ses actifs sous- jacents.

Les flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation sont la mesure financière selon les PCGR du Canada la plus comparable. Le tableau ci-après présente un rapprochement des flux de trésorerie provenant des activités d'exploitation et des flux de trésorerie disponibles, sur une base consolidée.

                                                           CUMUL     CUMUL
                                                          ANNUEL    ANNUEL
                                     T2 2006   T2 2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie provenant
     des activités d'exploitation      1 332     1 403     2 272     2 319
    Dépenses en immobilisations         (875)     (905)   (1 468)   (1 629)
    Total des dividendes versés         (378)     (387)     (765)     (736)
    Autres activités d'investissement    (15)      (10)      (23)      (25)
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie disponibles        64       101        16       (71)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE


Le tableau suivant présente les principales données financières consolidées choisies des huit derniers trimestres terminés. Cette information a été préparée sur la même base que les états financiers consolidés annuels, mais elle n'est pas vérifiée.


                            2006                 2005                 2004
                     --------------------------------------------------------
                       T2     T1     T4     T3     T2     T1     T4     T3
    -------------------------------------------------------------------------
    Produits
     d'exploita-
     tion           4 803  4 734  4 986  4 732  4 757  4 630  4 769  4 556
    BAIIA           1 973  1 903  1 858  1 864  1 972  1 903  1 794  1 901
    Amortissement    (802)  (766)  (791)  (786)  (776)  (761)  (787)  (754)
    Charge nette
     au titre des
     avantages
     sociaux         (141)  (142)   (65)  (108)  (104)  (103)   (67)   (61)
    Frais de
     restructu-
     ration et
     autres éléments  (50)   (88)   (23)   (31)    (5)     4   (126)(1 081)
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice
     d'exploita-
     tion             980    907    979    939  1 087  1 043    814      5
    Bénéfice
     provenant
     des activités
     poursuivies      459    413    418    448    570    479    354     90
    Activités
     abandonnées       35     81     12     11     11     12     11     10
    Gain extra-
     ordinaire          -      -      -      -      -      -     69      -
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net      494    494    430    459    581    491    434    100
    Bénéfice net
     attribuable
     aux actions
     ordinaires       476    477    413    441    563    474    417     82
    Inclus dans le
     bénéfice net :
      Gains nets sur
       placements
        Activités
         poursuivies    -      1      -      -     28      1     64    325
        Activités
         abandonnées   35     80      -      -      -     (1)    (2)    (2)
      Frais de
       restructu-
       ration et
       autres
       éléments       (27)   (58)   (16)   (21)    (3)     2    (62)  (725)
    Coûts engagés
     pour former
     Bell Aliant      (14)     -      -      -      -      -      -      -
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net
     par action
     ordinaire
      Activités
       poursuivies
       - de base     0,49   0,43   0,43   0,46   0,60   0,50   0,37   0,08
      Activités
       poursuivies
       - dilué       0,49   0,43   0,43   0,46   0,60   0,50   0,37   0,08
      Bénéfice net
       - de base     0,53   0,52   0,44   0,48   0,61   0,51   0,45   0,09
      Bénéfice net
       - dilué       0,53   0,52   0,44   0,48   0,61   0,51   0,45   0,09
    Nombre moyen
     d'actions
     ordinaires
     en circulation
     (en millions)  896,4  920,5  927,3  927,0  926,6  926,2  925,3  924,6
    -------------------------------------------------------------------------


    ANALYSE DES RESULTATS FINANCIERS


La présente rubrique présente des renseignements détaillés et une analyse du rendement que nous avons enregistré au deuxième trimestre de 2006 et pour le cumul annuel de 2006 par rapport au deuxième trimestre de 2005 et au cumul annuel de 2005. Elle met l'accent sur nos résultats d'exploitation consolidés et fournit de l'information financière sur chacun de nos secteurs d'exploitation.



    ANALYSE CONSOLIDEE

                                           % DE    CUMUL    CUMUL     % DE
                                          VARIA-  ANNUEL   ANNUEL    VARIA-
                      T2 2006  T2 2005     TION     2006     2005     TION
    ------------------------------------------------------------------------
    Produits
     d'exploita-
     tion               4 803    4 757      1,0 %  9 537    9 387      1,6 %
    Charges
    d'exploita-
     tion              (2 830)  (2 785)    (1,6 %)(5 661)  (5 512)    (2,7 %)
    -------------------------------------------------------------------------
    BAIIA               1 973    1 972      0,1 %  3 876    3 875        -
    Amortissement        (802)    (776)    (3,4 %)(1 568)  (1 537)    (2,0 %)
    Charge nette au
     titre des
     avantages sociaux   (141)    (104)   (35,6 %)  (283)    (207)   (36,7 %)
    Frais de restructu-
     ration et autres
     éléments             (50)      (5)     n.s.    (138)      (1)     n.s.
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploita-
     tion                 980    1 087     (9,8 %) 1 887    2 130    (11,4 %)
    Autres produits
     (charges)            (32)      19      n.s.     (39)      27      n.s.
    Intérêts débiteurs   (253)    (245)    (3,3 %)  (504)    (490)    (2,9 %)
    ------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice provenant
     des activités
     poursuivies avant
     impôts               695      861    (19,3 %) 1 344    1 667    (19,4 %)
    Impôts sur les
     bénéfices           (184)    (218)    15,6 %   (367)    (482)    23,9 %
    Part des action-
     naires sans
     contrôle             (52)     (73)    28,8 %   (105)    (136)    22,8 %
    ------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice provenant
     des activités
     poursuivies          459      570    (19,5 %)   872    1 049    (16,9 %)
    Activités
     abandonnées           35       11      n.s.     116       23      n.s.
    ------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net          494      581    (15,0 %)   988    1 072     (7,8 %)
    Dividendes sur
     actions
     privilégiées         (18)     (18)       -      (35)     (35)       -
    ------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net
     attribuable
     aux actions
     ordinaires           476      563    (15,5 %)   953    1 037     (8,1 %)
    ------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice par action  0,53     0,61    (13,1 %)  1,05     1,12     (6,3 %)

    ------------------------------------------------------------------------
    ------------------------------------------------------------------------
    n.s. : non significatif


    Produits d'exploitation


Nos produits d'exploitation totaux ont augmenté de 1,0 % pour s'établir à 4 803 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et de 1,6 % pour s'établir à 9 537 millions $ depuis le début de l'exercice, ce qui reflète une amélioration de la performance dans la plupart des secteurs de Bell Canada et chez Bell Globemedia. Chez Bell Canada, les produits d'exploitation ont augmenté de 0,9 % et de 1,2 % au deuxième trimestre et au premier semestre de 2006, respectivement, principalement du fait d'Aliant qui a enregistré des résultats remarquables au chapitre des services sans fil et Internet, ce qui s'est traduit par une augmentation des produits d'exploitation d'un exercice à l'autre et, dans une moindre mesure, du fait de notre secteur Entreprises pour lequel la croissance du nombre d'abonnés des services sans fil ainsi que du produit moyen par unité (PMU) et les produits d'exploitation accrus des TIC, surtout grâce aux acquisitions réalisées au cours du dernier exercice, ont permis d'atteindre de meilleurs résultats. Notre secteur Résidentiel a réalisé une légère amélioration de ses produits d'exploitation en raison de la croissance du PMU des services vidéo, sans fil et Internet, malgré l'érosion constante de ses services voix et données traditionnels. L'amélioration de la performance du secteur Autres activités de BCE découle de la solide croissance des produits d'exploitation chez Bell Globemedia, alimentée par les ventes importantes de publicité dans les canaux spécialisés dans les sports et l'augmentation des produits d'exploitation tirés des abonnements. L'amélioration des produits d'exploitation d'un exercice à l'autre a été en partie atténuée par la diminution du secteur Autres activités de Bell Canada, principalement imputable à nos activités de gros dont les résultats ont été négativement touchés par les pressions de la concurrence exercées dans le marché des services interurbains et par l'affaiblissement des produits d'exploitation des services de données.

Se reporter à la rubrique Analyse sectorielle pour une analyse des produits d'exploitation par secteurs d'exploitation, et à la rubrique Analyse par gammes de produits pour une analyse des produits d'exploitation par gammes de produits.

Bénéfice d'exploitation

Pour le graphique de BCE, Bénéfice d'exploitation consolidé veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F08.jpg

Le bénéfice d'exploitation de BCE au deuxième trimestre de 2006 s'est établi à 980 millions $, en baisse de 9,8 % contre 1 087 millions $ au trimestre correspondant de l'exercice précédent; depuis le début de l'exercice, le bénéfice d'exploitation a diminué de 11,4 % pour s'établir à 1 887 millions $ par rapport à 2 130 millions $ en 2005. De la même manière, le bénéfice d'exploitation de Bell Canada a également diminué, soit de 8,9 % et de 11,2 % pour s'établir à 894 millions $ et à 1 744 millions $, respectivement, pour ces mêmes périodes. Les diminutions d'un exercice à l'autre sont imputables en grande partie aux frais de restructuration et autres éléments d'un montant de 50 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et de 138 millions $ pour le premier semestre de 2006 relativement aux frais de restructuration engagés pour les départs involontaires d'employés chez Bell Canada, la réinstallation d'employés et la fermeture de locaux rendus inutiles par suite de la réduction des effectifs, ainsi qu'aux coûts engagés pour former Bell Aliant.

Le bénéfice d'exploitation avant les frais de restructuration et autres éléments au deuxième trimestre de 2006 s'est établi à 1 030 millions $, soit une diminution de 5,7 % par rapport au trimestre correspondant de 2005 pour BCE, et il s'est établi à 942 millions $, soit une diminution de 4,5 %, pour Bell Canada. De la même manière, depuis le début de l'exercice, le bénéfice d'exploitation avant les frais de restructuration et autres éléments s'est établi à 2 025 millions $, soit une diminution de 5,0 % par rapport au premier semestre de 2005 pour BCE, et s'est établi à 1 879 millions $, soit une diminution de 4,3 %, pour Bell Canada.

Ces diminutions du bénéfice d'exploitation avant les frais de restructuration et autres éléments enregistrées par BCE et Bell Canada ce trimestre, comparativement au deuxième trimestre de 2005, découlent principalement des facteurs suivants :

    - l'érosion continue de notre clientèle d'abonnés résidentiels des
    lignes services d'accès au réseau (SAR), générant des marges élevées
    - la pression constante sur les marges d'exploitation attribuable à la
    transformation continue de la composition de nos produits en faveur
    des services de croissance
    - les coûts plus élevés inhérents à la fidélisation des clients des
    services sans fil
    - l'augmentation des charges d'exploitation découlant des acquisitions
    réalisées au cours de l'exercice précédent, principalement dans le
    secteur Entreprises
    - l'incidence de l'augmentation de la charge nette au titre des
    avantages sociaux et de l'amortissement
    - l'augmentation du volume de commandes associées à l'approvisionnement
    et à la prestation du service.


Ces effets ont été partiellement contrebalancés par les facteurs suivants :

    - la hausse des produits d'exploitation totaux
    - la diminution des coûts attribuable aux initiatives relatives à la
    chaîne d'approvisionnement et à l'amélioration de l'efficience dans la
    foulée du programme de réduction des coûts, connu sous le nom de projet
    Galilée
    - la baisse des charges au titre des salaires découlant de la réduction
    des effectifs
    - la diminution du coût d'acquisition d'abonnés dans les unités des
    services sans fil et vidéo, principalement en raison de la baisse du
    nombre d'activations
    - le règlement, au troisième trimestre de 2005, d'un conflit de travail
    avec les techniciens en Ontario, qui avait eu pour effet d'augmenter
    les coûts d'exploitation au deuxième trimestre de 2005.


Depuis le début de l'exercice, les diminutions du bénéfice d'exploitation avant frais de restructuration et autres éléments découlent également de l'augmentation des coûts d'acquisition d'abonnés des services sans fil au premier trimestre de 2006 par suite de l'augmentation du nombre d'activations brutes, et des coûts plus élevés inhérents à notre investissement continu dans l'amélioration du service, en partie compensées par la diminution de la charge au titre des créances douteuses dans les services sans fil.

Se reporter à la rubrique Analyse sectorielle pour une analyse du bénéfice d'exploitation par secteurs d'exploitation.

BAIIA

Le BAIIA de BCE est demeuré assez stable ce trimestre et depuis le début de l'exercice, s'établissant à 1 973 millions $ et à 3 876 millions $, comparativement à 1 972 millions $ et à 3 875 millions $ pour les périodes correspondantes de 2005. Ces résultats traduisent l'amélioration d'un exercice à l'autre du rendement d'exploitation de Bell Canada au deuxième trimestre et au premier semestre de l'exercice, contrebalancée par la diminution du BAIIA de Bell Globemedia en raison surtout de l'augmentation des coûts relatifs à la programmation et aux droits. La légère baisse du BAIIA de Télésat Canada (Télésat) ce trimestre est imputable en grande partie à une vente non récurrente de services réseau qui avait été enregistrée au deuxième trimestre de 2005.

Chez Bell Canada, le BAIIA s'est établi à 1 857 millions $ ce trimestre et à 3 675 millions $ depuis le début de l'exercice, ce qui représente de légères augmentations de 1,0 % et de 0,6 %, respectivement, par rapport à l'exercice précédent. Les résultats déclarés depuis le début de l'exercice 2006 reflètent l'amélioration de la performance enregistrée par les secteurs Aliant et Autres activités de Bell Canada, contrebalancée principalement par la diminution des marges des secteurs Résidentiel et Entreprises. Au cours du trimestre, notre secteur Entreprises a contribué positivement au BAIIA grâce aux économies réalisées à la suite de la réduction des effectifs et de la mise en oeuvre d'autres initiatives d'amélioration de l'efficience.

La marge du BAIIA de BCE au deuxième trimestre de 2006 a reculé de 0,4 point de pourcentage comparativement au trimestre correspondant de l'exercice précédent, pour s'établir à 41,1 %, tandis que la marge du BAIIA de Bell Canada est demeurée stable, à 43,2 %. Au premier semestre de l'exercice, la marge du BAIIA s'est établie à 40,6 % pour BCE et à 42,9 % pour Bell Canada, en baisse de 0,7 et de 0,3 point de pourcentage, respectivement, comparativement au semestre correspondant de 2005. La légère baisse d'un exercice à l'autre reflète les pressions exercées sur les coûts d'exploitation, ce qui comprend la hausse de ces coûts dans les services sans fil découlant surtout de l'activité plus soutenue de fidélisation de la clientèle, l'érosion continue des services voix et données traditionnels, générant des marges élevées, dans tous nos secteurs, l'augmentation des charges d'exploitation du fait des acquisitions d'entreprises, l'augmentation du volume de commandes associées à l'approvisionnement et à la prestation du service, ainsi que la pression constante exercée sur les marges d'exploitation et attribuable à la transformation continue de la composition de nos produits en faveur des services de croissance. Les économies au chapitre des coûts d'exploitation réalisées dans la foulée des diverses initiatives de réduction des effectifs et de transformation de la chaîne d'approvisionnement, ainsi que la diminution des coûts d'acquisition d'abonnés dans nos services de croissance (sans fil, vidéo et Internet) en raison principalement de la baisse des activations, ont en grande partie compensé l'incidence, sur la marge du BAIIA, de ces pressions sur les coûts.

Le BAIIA des services sans fil a augmenté de 10,2 % pour s'établir à 367 millions $ au deuxième trimestre de 2006, contre 333 millions $ au deuxième trimestre de 2005, principalement grâce à la croissance de 11,2 % des produits d'exploitation des services sans fil et à la diminution des coûts d'acquisition d'abonnés découlant des ajouts moindres d'abonnés bruts au deuxième trimestre de l'exercice. La marge du BAIIA des services sans fil a néanmoins diminué de 0,6 point de pourcentage, pour s'établir à 41,8 % au deuxième trimestre de 2006, contre 42,4 % au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cette situation traduit la hausse des coûts pour ce qui est de la mise à niveau des combinés et de la fidélisation de la clientèle, ainsi que la constatation, au deuxième trimestre de 2005, d'une tranche des produits reportés relatifs aux minutes de plans de services prépayés inutilisées.

Depuis le début de l'exercice, le BAIIA des services sans fil a augmenté de 14,1 % pour s'établir à 722 millions $, contre 633 millions $ en 2005, ce qui traduit la croissance de 11,9 % des produits d'exploitation et la diminution des coûts des centres de contact et de la charge au titre des créances douteuses. Ces facteurs ont contribué à la marge du BAIIA des services sans fil, qui s'est établie à 42,4 % depuis le début de l'exercice, ce qui représente une augmentation de 0,5 point de pourcentage de la marge comparativement au premier semestre de 2005, période au cours de laquelle les problèmes en matière de service à la clientèle relativement à la conversion de notre système de facturation avaient eu une incidence négative sur nos résultats financiers, en particulier au cours du premier trimestre de l'exercice. Cette amélioration de la marge du BAIIA d'un exercice à l'autre a été en partie contrebalancée par les coûts accrus d'acquisition d'abonnés et de fidélisation associés à nos initiatives de gestion du cycle de vie du matériel des clients.

Les coûts d'acquisition d'abonnés des services sans fil ont augmenté de 4,5 % pour s'établir à 419 $ par activation brute au deuxième trimestre de 2006, contre 401 $ par activation brute au trimestre correspondant de 2005. L'augmentation des coûts d'acquisition d'abonnés découle principalement de l'augmentation des subventions au titre du matériel pour les combinés plus coûteux offrant une meilleure fonctionnalité et de plus nombreuses fonctions, utilisées pour attirer des clients générant un PMU plus élevé et choisissant des contrats à plus long terme, de la hausse des dépenses de publicité relatives à notre campagne Jules et Bertrand et de la hausse des commissions découlant de la préférence pour les circuits de ventes qui recrutent des abonnés générant une valeur plus élevée. La diminution du nombre d'activations brutes d'un exercice à l'autre a également eu une incidence négative sur l'augmentation des coûts d'acquisition d'abonnés. De la même manière, depuis le début de l'exercice, les coûts d'acquisition d'abonnés ont augmenté de 4,6 % pour s'établir à 407 $ par activation brute en 2006, contre 389 $ par activation brute pour la période correspondante de l'exercice précédent, malgré l'influence modératrice du nombre accru d'activations brutes.

Le BAIIA des services vidéo a considérablement augmenté, pour le trimestre et depuis le début de l'exercice, pour s'établir à 66 millions $ et à 113 millions $, respectivement, comparativement à 6 millions $ et à 10 millions $ pour les périodes correspondantes de 2005. L'amélioration d'un exercice à l'autre s'explique par la forte croissance des produits d'exploitation découlant de l'incidence combinée d'une augmentation de 4 $ du PMU mensuel et d'une expansion de 10,2 % de la clientèle, de la diminution marquée du coût d'acquisition d'abonnés du fait de l'incidence combinée de la baisse du nombre d'activations brutes et des nombreux abonnés qui ont choisi notre programme de location de décodeurs, ainsi que des économies au chapitre des coûts d'exploitation découlant de l'amélioration de l'efficience en ce qui concerne la programmation et nos centres d'appels.

Amortissement

L'amortissement, de 802 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et de 1 568 millions $ depuis le début de l'exercice 2006, a augmenté de 3,4 % et de 2,0 %, respectivement, par rapport aux périodes correspondantes de l'exercice précédent. Cette situation découle du volume accru d'immobilisations en raison des investissements plus importants effectués dans les secteurs de croissance de l'entreprise, ainsi que du fait que les dépenses en immobilisations demeurent plus élevées que les mises hors service d'immobilisations.

CHARGE NETTE AU TITRE DES AVANTAGES SOCIAUX

La charge nette au titre des avantages sociaux, de 141 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et de 283 millions $ depuis le début de l'exercice 2006, a augmenté de 35,6 % et de 36,7 %, respectivement, par rapport aux périodes correspondantes de l'exercice précédent. Ces hausses découlent principalement d'une réduction du taux d'actualisation, qui est passé de 6,2 % à 5,2 %, ce qui a donné lieu à l'augmentation de notre passif au titre des régimes de retraite et, par conséquent, de notre charge nette au titre des avantages sociaux.

(De nouvelles évaluations actuarielles ont été achevées en juin 2006 à l'égard de nos régimes de retraite à prestations déterminées. Pour obtenir plus d'information, veuillez vous reporter à la section Liquidité de la rubrique Gestion financière et des capitaux.)

Frais de restructuration et autres éléments

Nous avons comptabilisé des frais de restructuration et autres éléments de 50 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et de 138 millions $ depuis le début de l'exercice 2006, comprenant :

    - des frais de 29 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et de
    74 millions $ depuis le début de l'exercice relativement aux nouveaux
    frais de restructuration à l'égard du départ involontaire d'environ
    330 employés au deuxième trimestre et de 1 230 employés depuis le début
    de l'exercice
    - des frais de 11 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et de
    24 millions $ depuis le début de l'exercice pour la relocalisation
    d'employés et la fermeture de locaux rendus inutiles par suite de la
    réduction des effectifs découlant de nos frais de restructuration
    - des coûts d'opération de 13 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et
    de 43 millions $ depuis le début de l'exercice pour la formation de
    Bell Aliant annoncée le 7 mars 2006. Ces coûts d'opération se
    rapportent principalement à la convention de placement et aux
    honoraires professionnels et de conseil. Nous prévoyons engager
    d'autres coûts d'environ 85 millions $ au troisième trimestre de 2006 à
    l'égard de la formation de Bell Aliant.
    Bénéfice net et bénéfice par action


Le bénéfice net attribuable aux actions ordinaires pour le deuxième trimestre de 2006 s'est chiffré à 476 millions $, ou 0,53 $ par action ordinaire, ce qui représente une diminution de 15,5 % comparativement au bénéfice net de 563 millions $, ou 0,61 $ par action ordinaire pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice net du deuxième trimestre de 2006 comprenait une prime de 14 millions $ relativement au remboursement anticipé au titre de la dette à long terme d'Aliant. Nous avions comptabilisé des gains nets sur placements de 32 millions $ au deuxième trimestre de 2005, ce qui comprenait un gain sur dilution de 39 millions $ relativement à notre participation dans TerreStar Networks Inc. (TerreStar), une entreprise de services sans fil par satellite, contrebalancé par une réduction de valeur de 7 millions $ du placement de Bell Globemedia dans TQS Inc. (TQS). Le bénéfice net a également subi l'effet des frais de restructuration et autres éléments de 27 millions $ au deuxième trimestre de 2006, contrebalancé par les gains nets de 35 millions $ découlant des activités abandonnées, qui comprenaient un gain de 52 millions $ découlant du remboursement de capital par Bell Canada International Inc. (BCI) contrebalancé par une réduction de valeur de 17 millions $ sur notre placement résiduel dans Groupe CGI Inc. (CGI). En excluant l'incidence de ces éléments, le bénéfice net de 482 millions $, ou 0,54 $ par action ordinaire, a diminué de 56 millions $, ou de 0,04 $ par action ordinaire, par rapport au deuxième trimestre de 2005.

Depuis le début de l'exercice, le bénéfice net attribuable aux actions ordinaires s'est chiffré à 953 millions $, ou 1,05 $ par action ordinaire, soit 8,1 % de moins que le montant de 1 037 millions $, ou 1,12 $ par action ordinaire, enregistré à la période correspondante de l'exercice précédent. Depuis le début de l'exercice, le bénéfice a également été touché par le montant de 116 millions $ des gains nets découlant des activités abandonnées, qui avaient trait principalement au gain à la cession de la majeure partie de notre participation dans CGI au premier trimestre de 2006, et les frais de restructuration et autres éléments de 85 millions $ au titre des charges liées à nos nouvelles initiatives en matière de réduction des effectifs, à la relocalisation connexe d'employés et à la fermeture de locaux rendus inutiles, et au titre des coûts d'opération relatifs à la formation de Bell Aliant. En excluant l'incidence de ces éléments, le bénéfice net de 936 millions $, ou 1,03 $ par action ordinaire, a diminué de 74 millions $, ou 0,06 $ par action ordinaire.

Pour le trimestre et depuis le début de l'exercice, la performance relativement stable du BAIIA d'un exercice à l'autre a été largement contrebalancée par l'augmentation de l'amortissement et de la charge nette au titre des avantages sociaux. Les impôts sur les bénéfices ont diminué ce trimestre et depuis le début de l'exercice en raison de la baisse du bénéfice avant impôts et des rajustements d'impôts découlant de la baisse des taux d'imposition fédéraux des sociétés et de l'élimination de l'impôt des grandes sociétés annoncées dans le budget fédéral de 2006. Cette situation a été principalement compensée par les économies de 60 millions $ réalisées au deuxième trimestre de 2005 découlant du programme de monétisation des pertes conclu par Bell Canada et BCI. Depuis le début de l'exercice, les impôts sur les bénéfices ont été également touchés par les règlements favorables au titre de la vérification au premier trimestre de 2006.

ANALYSE SECTORIELLE

Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation veuillez cliquer ici.

    http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F09.jpg


                                           % DE    CUMUL    CUMUL     % DE
    PRODUITS                              VARIA-  ANNUEL   ANNUEL    VARIA-
     D'EXPLOITATION   T2 2006  T2 2005     TION     2006     2005     TION
    -------------------------------------------------------------------------
    Résidentiel         1 900    1 890      0,5 %  3 769    3 746      0,6 %
    Entreprises         1 530    1 499      2,1 %  3 039    2 977      2,1 %
    Aliant                534      518      3,1 %  1 079    1 042      3,6 %
    Autres activités
     de Bell Canada       460      485     (5,2 %)   934      964     (3,1 %)
    Eliminations des
     produits
     intersectoriels     (128)    (134)     4,5 %   (255)    (262)     2,7 %
    -------------------------------------------------------------------------
    Bell Canada         4 296    4 258      0,9 %  8 566    8 467      1,2 %
    Autres activités
     de BCE               569      560      1,6 %  1 093    1 035      5,6 %
    Eliminations des
     produits
     intersectoriels      (62)     (61)    (1,6 %)  (122)    (115)    (6,1 %)
    -------------------------------------------------------------------------
    Total des
     produits
     d'exploitation     4 803    4 757      1,0 %  9 537    9 387      1,6 %
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                           % DE    CUMUL    CUMUL     % DE
    BENEFICE                              VARIA-  ANNUEL   ANNUEL    VARIA-
     D'EXPLOITATION   T2 2006  T2 2005     TION     2006     2005     TION
    -------------------------------------------------------------------------
    Résidentiel           510      552     (7,6 %) 1 013    1 078     (6,0 %)
    Entreprises           199      221    (10,0 %)   404      461    (12,4 %)
    Aliant                102       99      3,0 %    196      186      5,4 %
    Autres activités
     de Bell Canada        83      109    (23,9 %)   131      238    (45,0 %)
    -------------------------------------------------------------------------
    Bell Canada           894      981     (8,9 %) 1 744    1 963    (11,2 %)
    Autres activités
     de BCE                86      106    (18,9 %)   143      167    (14,4 %)
    -------------------------------------------------------------------------
    Total du bénéfice
     d'exploitation       980    1 087     (9,8 %) 1 887    2 130    (11,4 %)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    Secteur Résidentiel


Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation du secteur résidentiel veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F10.jpg

Les produits d'exploitation du secteur Résidentiel ont augmenté de 0,5 % au deuxième trimestre de 2006 et de 0,6 % au premier semestre de 2006, d'un exercice à l'autre, pour atteindre 1 900 millions $ et 3 769 millions $, respectivement. Les produits d'exploitation des services vidéo, sans fil et de données ont contribué à raison de 2,5 %, de 1,1 % et de 1,5 %, respectivement, à la croissance des produits d'exploitation totaux du secteur Résidentiel au deuxième trimestre de 2006, contrebalancés en grande partie par la contribution négative de 3,0 % des services locaux et d'accès et de 1,6 % des services interurbains. De même, au premier semestre de l'exercice, les produits d'exploitation des services vidéo, sans fil et de données ont contribué à raison de 2,8 %, de 1,8 % et de 1,3 %, respectivement, à la croissance des produits d'exploitation totaux du secteur Résidentiel en 2006, contrebalancés en grande partie par la contribution négative de 2,8 % des services locaux et d'accès, de 2,2 % des services interurbains et de 0,3 % des ventes d'équipements terminaux et divers. Pour le trimestre et depuis le début de l'exercice, ces augmentations reflètent l'expansion continue du nombre d'abonnés de nos services sans fil, vidéo et Internet haute vitesse et l'amélioration importante du PMU des services vidéo, sans fil et Internet haute vitesse, presque entièrement neutralisée par la baisse des produits d'exploitation des services sur fil (services locaux et d'accès et services interurbains) découlant principalement de l'augmentation constante des pertes de lignes services d'accès au réseau (SAR), de la substitution continue par les services interurbains sans fil prépayés et voix sur IP, de l'incidence des décisions réglementaires ainsi que de la vive concurrence persistante sur les prix. La croissance des produits d'exploitation totaux du secteur Résidentiel a légèrement ralenti par rapport aux trimestres précédents, mais ce ralentissement était prévu, compte tenu de l'incidence défavorable sur les produits d'exploitation des services sur fil de l'intensification de la concurrence des fournisseurs de services de téléphonie par câble et de la réduction des tarifs pour le service local ordonnée par le CRTC, ce qui a fait diminuer le montant récurrent dans le compte de report.

Services sur fil

Les produits d'exploitation des services locaux et d'accès, qui représentent la plus forte proportion des produits d'exploitation de notre secteur Résidentiel, ont reculé ce trimestre et depuis le début de l'exercice comparativement aux périodes correspondantes de 2005, en raison principalement de l'érosion du nombre de lignes SAR et des réductions des tarifs exigées par le CRTC, ce qui a entraîné une diminution des produits d'exploitation du service de base et des produits d'exploitation connexes tirés des services Etoiles. Cette situation a été en partie compensée par une augmentation des produits d'exploitation des plans d'entretien sur fil traduisant les majorations de prix appliquées au troisième trimestre de 2005. Le nombre de lignes SAR a diminué ce trimestre, principalement par suite des pertes découlant de la concurrence des entreprises de services locaux concurrents (ESLC) et des câblodistributeurs, du fait des clients qui se tournent vers le service sans fil au détriment du service téléphonique sur fil ainsi que des pressions constantes exercées par la croissance de l'accès Internet haute vitesse qui limite le besoin d'une deuxième ligne téléphonique. Le rythme d'érosion du nombre de lignes SAR, d'un exercice à l'autre, s'est accéléré au deuxième trimestre de 2006, les importants câblodistributeurs qui exercent leurs activités dans nos marchés de l'Ontario et du Québec ayant continué d'élargir la place occupée par leurs services et de pratiquer une commercialisation vigoureuse de leurs services peu coûteux de téléphonie locale par câble, au moyen d'offres groupées à leurs autres services. La décision du CRTC sur le compte de report, qui ordonne la réduction des tarifs pour le service local avec prise d'effet le 1er juin 2006, devrait entraîner des effets négatifs d'environ 50 millions $ sur les produits d'exploitation des services locaux et d'accès en 2006.

Parallèlement à l'érosion des lignes SAR, les produits d'exploitation des services interurbains ont diminué, tant pour le trimestre que depuis le début de l'exercice, comparativement aux périodes correspondantes de l'exercice précédent, reflétant la réduction du produit moyen par minute (PMPM) et la diminution du volume global de minutes de conversation et des ventes de cartes d'appel avec interurbain prépayé. Cependant, surtout du fait de la hausse des frais de réseau, qui sont passés de 2,95 $ à 4,50 $ par mois, avec prise d'effet le 15 avril 2006, ainsi que des tarifs à la minute plus élevés pour les appels à l'étranger et les cartes d'appel, les produits d'exploitation totaux des services interurbains pour le trimestre ont augmenté par rapport au premier trimestre de 2006 et le taux de diminution d'un exercice à l'autre a ralenti comparativement aux trimestres précédents. La réduction du PMPM reflète la concurrence continue exercée par les fournisseurs de services interurbains non traditionnels, la popularité croissante de nos plans avec bloc de temps, l'incidence continue du plan interurbain à 5 $ du Forfait de Bell (que nous avons cessé d'offrir au troisième trimestre de 2005) ainsi que la réduction du volume de minutes de conversation à l'étranger, dont les tarifs sont plus élevés. Le volume global de minutes de conversation a également diminué d'un exercice à l'autre, car les gains au chapitre de l'utilisation découlant de nos plans avec bloc de temps et de notre offre groupée ont été plus que neutralisés par l'incidence de l'érosion accélérée du nombre de lignes SAR et des pertes de minutes de conversation au pays et à l'étranger découlant de la concurrence des fournisseurs de services interurbains non traditionnels proposant d'autres solutions.

(Pour obtenir plus d'information sur nos services sur fil, veuillez vous reporter aux sections Services locaux et d'accès et Services interurbains de la rubrique intitulée Analyse par gammes de produits.)

Services sans fil

Les produits d'exploitation des services sans fil du secteur Résidentiel ont augmenté d'un exercice à l'autre, tant ce trimestre que depuis le début de l'exercice, principalement par suite de l'augmentation du nombre moyen d'abonnés, de l'évolution de la composition des acquisitions d'abonnés en faveur des plans de services générant une valeur plus élevée, de l'incidence croissante des abonnés des plans de services prépayés de Solo et de Virgin Mobile, qui génèrent un PMU plus élevé que la moyenne, de la majoration des prix appliquée au troisième trimestre de 2005 pour certains services et fonctions, ainsi que de la popularité persistante du service sans fil de messagerie vocale instantanée "10-4". L'utilisation accrue des services de données découlant de la popularité de nos ensembles "Propulsion", de la messagerie texte, de la navigation et des jeux à partir d'un cellulaire, qui a été favorisée par la disponibilité de nouveaux combinés dotés de capacités avancées de téléchargement de fichiers MP3 et de vidéo en continu, a également contribué à l'amélioration des produits d'exploitation.

(Pour obtenir plus d'information sur nos services sans fil, veuillez vous reporter à la section Services sans fil de la rubrique intitulée Analyse par gammes de produits.)

Services de données

L'augmentation des produits d'exploitation des services de données du secteur Résidentiel pour le trimestre et le premier semestre de l'exercice est attribuable à la croissance de 13 % du nombre d'abonnés des services Internet haute vitesse et à la hausse du PMU découlant de l'orientation des abonnés vers des produits à plus haute vitesse à des prix particulièrement élevés, à la majoration de 5 $ appliquée au quatrième trimestre de 2005 aux nouveaux abonnés et, au deuxième trimestre de 2006, aux abonnés existants, de notre service haute vitesse Sympatico Intermédiaire pour les clients de l'Ontario, à la réduction des crédits accordés aux clients ainsi qu'à l'augmentation de 32 % des produits d'exploitation combinés tirés de notre portail Web Sympatico.MSN.ca et d'autres services à valeur ajoutée comme MSN Premium, les services de sécurité, FouleJeux et le réseautage à domicile. Le nombre de clients abonnés aux services à valeur ajoutée Sympatico a dépassé le cap du million au cours du deuxième trimestre, ce qui représente une augmentation d'environ 20 % par rapport à l'exercice précédent. Le portail accueille actuellement en moyenne plus de 18 millions de visiteurs distincts par mois, soit environ 86 % des Canadiens en ligne. Les améliorations d'un exercice à l'autre des produits d'exploitation des services de données du secteur Résidentiel ont été atténuées par les offres promotionnelles à l'égard de nos services Sympatico Intermédiaire et Haute vitesse au Québec.

(Pour obtenir plus d'information sur nos services de données, veuillez vous reporter à la section Services de données de la rubrique intitulée Analyse par gammes de produits.)

Services vidéo

Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation des services vidéo veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F11.jpg

Pour visualiser le graphique de BCE, Abonnés des services vidéo veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F12.jpg

Nos services vidéo ont continué d'enregistrer une solide performance financière pour l'exercice, avec une augmentation de 21 % ce trimestre et de 23 % depuis le début de l'exercice de leurs produits d'exploitation, qui se sont établis à 286 millions $ et à 563 millions $, respectivement, comparativement aux périodes correspondantes de 2005. Ces améliorations découlent d'une croissance de 10,2 % du nombre d'abonnés d'un exercice à l'autre et d'une augmentation de 4 $ du PMU par mois, ce qui reflète l'incidence des majorations de prix appliquées au dernier exercice, le succès de notre stratégie consistant à inciter les abonnés à choisir des blocs de programmation d'émissions à prix plus élevés, l'attrait constant de notre programme de location de décodeurs et l'augmentation des abonnements aux services de télé à la carte.

Nous avons ajouté 19 000 nouveaux abonnés nets des services vidéo au deuxième trimestre de 2006 et 31 000 depuis le début de l'exercice, comparativement à 63 000 et à 92 000 pour les périodes correspondantes de 2005. Ces diminutions sont imputables à la plus vive concurrence sur les prix dans nos marchés exercée par des câblodistributeurs, alors que nous avons maintenu notre discipline en matière de prix et que nous proposons moins d'offres promotionnelles sur le marché du détail comparativement à la période correspondante de l'exercice précédent. Au début du troisième trimestre de 2006, Bell ExpressVu (le fournisseur de services vidéo de Bell Canada) a lancé son forfait "Tout-en-un", une nouvelle stratégie de commercialisation combinant le matériel et la programmation en un seul forfait. Cette nouveauté a été mise en oeuvre afin d'inciter les consommateurs canadiens à adopter massivement la télévision numérique.

Le taux de désabonnement plus élevé d'un exercice à l'autre a également contribué à la réduction des activations nettes. Le taux de désabonnement de nos services vidéo n'a toutefois augmenté que de 0,1 point de pourcentage, d'un exercice à l'autre, tant au deuxième trimestre qu'au premier semestre de 2006, pour s'établir à 1,0 % malgré plusieurs majorations de prix appliquées au dernier exercice et une plus faible proportion d'abonnés signant des contrats à long terme, ce qui reflète le succès de nos activités de fidélisation de la clientèle et le climat concurrentiel difficile, notamment du fait de la stratégie des câblodistributeurs qui consiste à regrouper le service de câblodistribution avec d'autres produits à taux réduits.

Le nombre total de nos clients des services vidéo s'établissait à 1 758 000 au 30 juin 2006, ce qui représente une augmentation de 10,2 % comparativement à l'exercice précédent.

Notre PMU des services vidéo a augmenté de façon notable, s'établissant à 54 $ par mois au deuxième trimestre de 2006, contre 50 $ par mois au deuxième trimestre de 2005. Cette amélioration de 8,0 % est principalement attribuable à la modification de la composition des produits favorisant des blocs de programmation d'émissions à prix plus élevés ainsi qu'à l'augmentation des produits d'exploitation provenant des services de télé à la carte et, dans une moindre mesure, aux majorations de prix appliquées en 2005. Les crédits consentis aux clients et les rabais relatifs à la fidélisation ont partiellement neutralisé cette augmentation de 4 $ du PMU d'un exercice à l'autre. En 2005, nous avons appliqué une majoration de 3 $ pour nos abonnés actuels à partir du mois de mars et, le 1er octobre, nous avons appliqué des majorations de 2 $ et de 3 $, respectivement, sur notre forfait de base et nos forfaits thématiques pour tous les nouveaux abonnés. En 2006, nous avons maintenu notre discipline en matière de prix en appliquant une majoration de 2 $ touchant notre bloc de programmation numérique standard pour tous les clients actuels n'ayant pas signé de contrat au début de l'exercice et en augmentant les frais d'accès au système de 3 $ par mois pour tous nos abonnés des services traditionnels, à partir du mois de mai. De même, depuis le début de l'exercice, notre PMU des services vidéo a augmenté de 4 $ pour passer à 53 $ par mois, alors qu'il était fixé à 49 $ par mois en 2005.

Bénéfice d'exploitation du secteur Résidentiel

Pour visualiser le graphique de BCE, Bénéfice d'exploitation du secteur Résidentiel veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F13.jpg

Le bénéfice d'exploitation de notre secteur Résidentiel s'est établi à 510 millions $ ce trimestre et à 1 013 millions $ depuis le début de l'exercice, en baisse de 7,6 % et de 6,0 %, respectivement, par rapport aux périodes correspondantes de 2005. Dans chaque cas, le recul est imputable à l'accélération du rythme de diminution de notre clientèle d'abonnés résidentiels des lignes SAR, générant des marges élevées, aux coûts d'exploitation en hausse dans les services sans fil découlant de l'activité plus soutenue au chapitre de la fidélisation de la clientèle et à nos campagnes de publicité, ainsi qu'à l'augmentation de l'amortissement et de la charge nette au titre des avantages sociaux. Ces facteurs ont été atténués en partie par l'augmentation des produits d'exploitation dans tous nos services de croissance, la diminution du coût total d'acquisition d'abonnés des services sans fil et vidéo, surtout à cause de la baisse des activations brutes, la diminution des coûts des centres de contact découlant d'une amélioration au chapitre du taux de résolution du premier appel, de la réduction des délais de traitement et de l'impartition des volumes d'appels, ainsi que les économies découlant des autres initiatives de réduction des coûts, notamment le lancement de notre initiative portant sur la facture unique.

Secteur Entreprises

Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation du secteur Entreprises veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F14.jpg

Les produits d'exploitation du secteur Entreprises pour le trimestre et le semestre terminés le 30 juin 2006 se sont établis à 1 530 millions $ et à 3 039 millions $, respectivement, ce qui représente des augmentations de 2,1 % par rapport aux périodes correspondantes de 2005. Nos unités des PME, des grandes entreprises et Bell West ont contribué à hauteur de 1,5 %, de 0,3 % et de 0,3 % de la croissance totale des produits d'exploitation du secteur Entreprises au deuxième trimestre de 2006, respectivement. De même, depuis le début de l'exercice, nos unités des PME, des grandes entreprises et Bell West ont toutes contribué à l'augmentation des produits d'exploitation du secteur Entreprises, représentant 1,5 %, 0,1 % et 0,5 % de la croissance, respectivement. Les augmentations des produits d'exploitation des TIC et des services sans fil découlant des unités des grandes entreprises et des PME ont été partiellement contrebalancées par les baisses continues des produits d'exploitation des services traditionnels voix et données sur fil du fait de la poursuite des pressions exercées sur les tarifs par la concurrence et de la migration du trafic voix et données de nos clients vers nos systèmes IP.

Grandes entreprises

Les produits d'exploitation de notre unité des grandes entreprises ont légèrement augmenté ce trimestre et depuis le début de l'exercice, comparativement aux périodes correspondantes de 2005, surtout en raison de la vigueur de nos services sans fil, alimentée par la forte croissance du nombre d'abonnés et l'amélioration du PMU, et de la pénétration plus efficace des produits et services de TIC. Cependant, la diminution des produits d'exploitation des services interurbains et des services de données traditionnels a partiellement contrebalancé les augmentations des produits d'exploitation de l'unité des grandes entreprises d'un exercice à l'autre, du fait de l'incidence combinée de la modification des tarifs en raison des conditions concurrentielles du marché et de la poursuite de la migration du trafic voix et données de nos clients vers les systèmes IP.

Les produits d'exploitation des services de données ont diminué pour le trimestre et le premier semestre de l'exercice, principalement à cause des modifications des tarifs à l'égard des contrats de clients pour des services de données traditionnels en raison des conditions concurrentielles du marché et des produits d'exploitation plus élevés générés au deuxième trimestre de 2005 du fait de l'échelonnement des ventes de solutions de systèmes et de stockage, ce qui a atténué la croissance des produits d'exploitation des services de connectivité IP et de TIC d'un exercice à l'autre. Les produits d'exploitation des services de TIC ont augmenté de 8 % ce trimestre et de 11 % au premier semestre de 2006, traduisant les ventes accrues découlant des acquisitions et des nouveaux contrats, principalement dans les domaines des solutions de sécurité, des services de données sans fil et de la gestion des centres de contact.

Au cours du trimestre, notre unité des grandes entreprises a continué d'enregistrer une demande soutenue pour des solutions réseau IP, en particulier pour les services de réseau privé virtuel IP, les grandes entreprises clientes choisissant Bell Canada pour répondre à leurs besoins en matière de TIC. A cet égard, notre unité des grandes entreprises a obtenu un contrat pluriannuel avec RBC Groupe Financier (RBC) pour une solution de communications IP grâce à laquelle le réseau de données à relais de trame des 1 300 succursales de RBC sera converti en un réseau IP-système de commutation multiprotocole avec étiquetage des flux (IP-MPLS) consolidé.

PME

Notre unité des PME a grandement contribué à la performance financière de notre secteur Entreprises en 2006. Les produits d'exploitation découlant des PME clientes ont augmenté ce trimestre et depuis le début de l'exercice, la hausse des produits d'exploitation des services de données et sans fil ayant plus que compensé la baisse des produits d'exploitation des services interurbains, des services locaux et d'accès et des autres produits d'exploitation. La croissance des produits d'exploitation des services de données a été alimentée par la forte demande de connexions au service d'accès Internet haute vitesse et par le maintien de la solide croissance des ventes de TIC, soutenue principalement par l'augmentation des ventes de services à valeur ajoutée et les occasions de vente croisée avec des entreprises acquises pour favoriser notre stratégie du chef de l'information (CI) virtuel, en dépit de la faiblesse des ventes d'équipement de passerelles reflétant surtout l'échelonnement des contrats avec les clients. Malgré l'intensification de la concurrence, les produits d'exploitation totaux découlant du CI virtuel ont augmenté de 16 % ce trimestre et de 25 % depuis le début de l'exercice. Même si les produits d'exploitation des services interurbains ont continué à diminuer d'un exercice à l'autre, en grande partie du fait des volumes moindres de minutes, des pressions constantes exercées sur les tarifs par la concurrence ainsi que du fléchissement de nos services de téléphones publics découlant de l'intensification du phénomène de substitution par les services sans fil et Internet, le rythme de diminution a ralenti ce trimestre, traduisant l'incidence de l'établissement stratégique des tarifs. De même, les produits d'exploitation des services locaux et d'accès ont légèrement diminué ce trimestre à cause du fléchissement de nos services de téléphones publics et des gains de parts de marché réalisés par les autres fournisseurs de services téléphoniques. Toutefois, le rythme de diminution a ralenti au deuxième trimestre de 2006 comparativement aux derniers trimestres grâce à la stabilisation des pertes de lignes locales en raison de l'amélioration des stratégies de fidélisation de la clientèle et de l'incidence favorable des récentes majorations des tarifs pour l'accès par ligne fixe locale de base. De plus, les produits d'exploitation des services locaux et d'accès au deuxième trimestre de 2005 ont été négativement touchés par la diminution des revenus tirés de l'installation des services sur fil en raison d'un conflit de travail avec les techniciens itinérants en Ontario. La diminution des autres produits d'exploitation est principalement imputable à la vente de notre entreprise de solutions de téléconférence aux Etats-Unis au second semestre de 2005.

Bell West

Les activités de Bell West ont poursuivi leur essor au cours du trimestre, les produits d'exploitation des services de données, des services locaux et d'accès et des services interurbains ayant augmenté d'un exercice à l'autre, en raison principalement de la mise en service du réseau Alberta SuperNet (un réseau large bande de nouvelle génération), de l'augmentation des produits d'exploitation des services de gros découlant de la demande croissante de lignes d'accès local pour le service de téléphonie numérique de Shaw Communications, ainsi que de la croissance continue de la clientèle des unités des grandes entreprises et des PME de Bell West. Au deuxième trimestre de 2006, la demande par Shaw Communications de lignes SAR de gros a augmenté de 40 % comparativement au trimestre précédent. Le nombre total de lignes SAR en service pour Shaw a atteint 189 000 à la fin du trimestre, ce qui représente une augmentation de plus de six fois depuis la fin du deuxième trimestre de 2005.

Bénéfice d'exploitation du secteur Entreprises

Pour visualiser le graphique de BCE, Bénéfice d'exploitation du secteur Entreprises veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F15.jpg

Le bénéfice d'exploitation du secteur Entreprises pour le deuxième trimestre et le premier semestre de 2006 a diminué de 10,0 % et de 12,4 %, respectivement, pour s'établir à 199 millions $ et à 404 millions $, par suite de l'augmentation de l'amortissement et de la charge nette au titre des avantages sociaux, ainsi que de l'incidence négative sur les marges de la migration continue du trafic voix et données vers les services de croissance IP et de la diminution de l'activité au chapitre des services voix et données d'affaires traditionnels, générant des marges plus élevées, occasionnée par les pressions exercées sur les tarifs par la concurrence. L'augmentation des produits d'exploitation et l'amélioration des coûts d'exploitation réalisée par suite de la réduction des effectifs et de la mise en oeuvre d'autres initiatives d'amélioration de l'efficience ont partiellement compensé les effets négatifs sur le bénéfice d'exploitation d'un exercice à l'autre.

Au sein de l'unité des grandes entreprises, le bénéfice d'exploitation a diminué pour le trimestre et depuis le début de l'exercice, reflétant la baisse des produits d'exploitation imputable aux modifications des tarifs en raison des conditions concurrentielles du marché, l'érosion des marges découlant de la modification de la composition des produits favorisant les services IP, ainsi que l'augmentation de la charge nette au titre des avantages sociaux et de l'amortissement.

Notre unité des PME a enregistré une solide croissance du bénéfice d'exploitation au deuxième trimestre et au premier semestre de 2006, principalement du fait de la forte croissance des produits d'exploitation d'un exercice à l'autre, des économies de coûts tirées du remaniement du personnel de vente et d'autres initiatives d'amélioration de l'efficience dans la foulée du projet Galilée, qui ont atténué l'érosion des marges occasionnée par le déplacement des ventes vers les solutions de CI virtuel, au détriment des services traditionnels sur fil. Ces augmentations du bénéfice d'exploitation d'un exercice à l'autre ont été en partie contrebalancées par l'augmentation des charges d'exploitation découlant des récentes acquisitions d'entreprises ainsi que de l'augmentation de la charge nette au titre des avantages sociaux et de l'amortissement.

Bell West a enregistré une diminution de son bénéfice d'exploitation pour le trimestre et le premier semestre de 2006, ce qui est principalement imputable à l'amortissement plus élevé maintenant que le réseau Alberta SuperNet est en service, en partie compensée par l'amélioration des marges brutes découlant de la croissance des produits d'exploitation et des initiatives de compression des coûts. Notre unité Bell West a atteint un jalon au deuxième trimestre de 2006 en enregistrant un BAIIA positif pour la première fois depuis sa mise en exploitation.

Aliant

Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation d'Aliant veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F16.jpg

Les produits d'exploitation d'Aliant se sont établis à 534 millions $ au deuxième trimestre et à 1 079 millions $ depuis le début de l'exercice, soit des augmentations de 3,1 % et de 3,6 %, respectivement, comparativement aux périodes correspondantes de l'exercice précédent. La forte croissance continue des services sans fil et Internet ainsi que les ventes d'autres produits de télécommunications ont compensé les baisses dans d'autres secteurs découlant de l'incidence de la concurrence, de la substitution par les services sans fil et Internet et des restrictions réglementaires.

Les produits d'exploitation des services locaux et d'accès se sont accrus ce trimestre et sont demeurés stables depuis le début de l'exercice, comparativement aux périodes correspondantes de 2005. Cette situation est surtout imputable à un reclassement non récurrent des produits d'exploitation au deuxième trimestre de 2006 visant à refléter leur véritable nature. Ce reclassement des produits d'exploitation a été contrebalancé par la baisse de 1,7 % du nombre d'abonnés aux lignes SAR depuis la fin du deuxième trimestre de 2005, ce qui reflète les pertes de clients découlant de la concurrence, la réduction de la demande de lignes principales en raison de la popularité grandissante, auprès des clients, des technologies sans fil et voix sur IP, les pressions soutenues exercées par la croissance de l'accès Internet haute vitesse qui limite le besoin d'une deuxième ligne téléphonique, ainsi que les limitations engendrées par les restrictions du CRTC concernant le groupage des services et les promotions visant à reconquérir des clients.

Les produits d'exploitation des services interurbains ont diminué au deuxième trimestre et pour le premier semestre de l'exercice comparativement aux périodes correspondantes de 2005, surtout en raison des prix moindres à la minute pour les clients résidentiels, en dépit d'une augmentation du nombre de minutes d'utilisation découlant de la popularité grandissante des ensembles offrant une bonne valeur et des plans de services interurbains avec appels illimités. Les prix à la minute et les minutes d'utilisation dans le marché des clients d'affaires ont continué à baisser par suite des pressions exercées sur les prix par la concurrence ainsi que de l'utilisation croissante des outils de gestion des centres de contact (comme les systèmes de réponse vocale intégrés) qui réduisent la durée des appels.

Les produits d'exploitation des services sans fil ont augmenté au deuxième trimestre et au premier semestre de 2006, dans le sillage de la progression de 13,6 %, d'un exercice à l'autre, de la clientèle des services sans fil et de la hausse du PMU. Les activations brutes de services sans fil du trimestre ont augmenté de 4,8 %, tandis que le taux de désabonnement s'est amélioré de 0,4 point de pourcentage, passant à 1,0 % par mois, reflétant l'expansion de la zone desservie par Aliant et son réseau sans fil numérique, l'enrichissement du réseau soutenu par les concessionnaires qui a accru la pénétration du marché, un plus vaste choix de produits, ainsi qu'un plus grand nombre de clients choisissant des ensembles offrant une bonne valeur, des forfaits pour les entreprises ainsi que des contrats à plus long terme. En outre, le PMU a progressé ce trimestre du fait de l'augmentation du nombre moyen de minutes d'utilisation, de l'utilisation accrue des services de données découlant de la messagerie texte, de la navigation sur le Web, de l'augmentation du nombre d'utilisateurs du Blackberry et des téléchargements de contenu de qualité supérieure, ainsi que de la pénétration plus efficace des services à valeur ajoutée.

Les produits d'exploitation des services de données pour le deuxième trimestre et le premier semestre de 2006 ont augmenté d'un exercice à l'autre, surtout en raison de la progression marquée des produits d'exploitation découlant des services Internet. La croissance des produits d'exploitation des services Internet est attribuable à la croissance de 9,1 % du nombre d'abonnés d'un exercice à l'autre. L'expansion de la clientèle au premier semestre de 2006 découle des produits offerts par la concurrence, de la gestion proactive de la migration d'abonnés des services de base vers des produits haute vitesse, de l'expansion de la zone de desserte, du lancement d'un nouveau service Internet pour l'entreprise à domicile et du succès continu du programme d'achat d'ordinateurs personnels (PC).

Les produits d'exploitation tirés des ventes d'équipements terminaux et divers ont diminué au deuxième trimestre et sont demeurés relativement stables depuis le début de l'exercice en raison du reclassement des produits d'exploitation mentionné précédemment; cette situation a été partiellement compensée par la progression des ventes de produits et d'équipements de TI découlant principalement du programme d'achat de PC d'Aliant.

Bénéfice d'exploitation d'Aliant

Pour visualiser le graphique de BCE, Bénéfice d'exploitation d'Aliant veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F17.jpg

Le bénéfice d'exploitation d'Aliant s'est établi à 102 millions $ au deuxième trimestre et à 196 millions $ au premier semestre de 2006, ce qui représente des augmentations de 3,0 % et de 5,4 %, respectivement, comparativement aux périodes correspondantes de 2005. La hausse des charges d'exploitation au deuxième trimestre de 2006 découle des coûts engagés pour soutenir la croissance des services sans fil et Internet et de l'augmentation des charges liées à l'amélioration des ventes de produits, des hausses de salaires prévues par contrat et du lancement d'une nouvelle campagne de publicité majeure. Par ailleurs, les frais de restructuration et autres éléments de 15 millions $ comprenaient les coûts d'opération de 6 millions $ associés à la formation de Bell Aliant. Ces coûts ont été partiellement compensés par la diminution de l'amortissement découlant surtout de l'augmentation de la durée utile estimative des logiciels mis au point à l'interne, qui est passée de trois à cinq ans. Depuis le début de l'exercice 2006, les marges globales se sont améliorées grâce à une saine gestion des coûts d'exploitation.

Secteur Autres activités de Bell Canada

Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation du secteur Autres activités de Bell Canada veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F18.jpg

Les produits d'exploitation du secteur Autres activités de Bell Canada se sont établis à 460 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et à 934 millions $ au premier semestre de 2006, ce qui représente des diminutions de 5,2 % et de 3,1 %, respectivement, comparativement au trimestre et au semestre correspondants de 2005. Ces diminutions d'un exercice à l'autre découlent principalement de la baisse des produits d'exploitation de notre unité d'affaires de gros, qui s'explique par les facteurs suivants :

    - les pressions soutenues sur les produits d'exploitation des services
    interurbains découlant de la concurrence sur les prix
    - l'incidence défavorable sur les produits d'exploitation des services de
    données de la migration des clients vers leurs propres réseaux
    - l'incidence favorable non récurrente au deuxième trimestre de 2005 de
    la résiliation anticipée d'un contrat relatif à des installations
    transfrontalières.


Les baisses d'un exercice à l'autre des produits d'exploitation du secteur Autres activités de Bell Canada ont été partiellement compensées par l'augmentation des volumes de minutes d'interurbains et la forte demande pour des boucles locales et une capacité d'accès. Depuis le début de l'exercice, les produits d'exploitation découlant d'un contrat visant à restaurer le service de télécommunications dans les régions des Etats-Unis touchées par l'ouragan Katrina en septembre 2005 ont également contribué à atténuer la diminution des produits d'exploitation d'un exercice à l'autre.

Bénéfice d'exploitation du secteur Autres activités de Bell Canada

Pour visualiser le graphique de BCE, Bénéfice d'exploitation du secteur Autres activités de Bell Canada veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F19.jpg

Le bénéfice d'exploitation du secteur Autres activités de Bell Canada a diminué de 23,9 %, pour s'établir à 83 millions $ ce trimestre, et de 45 %, pour s'établir à 131 millions $ depuis le début de l'exercice, principalement en raison des frais de restructuration et autres éléments liés aux frais de restructuration pour le départ involontaire d'employés, la réinstallation connexe d'employés et la fermeture de locaux rendus inutiles par suite de la réduction des effectifs. En excluant les frais de restructuration et autres éléments, le bénéfice d'exploitation a augmenté de 7,0 % et de 7,6 % au deuxième trimestre et au premier semestre de 2006, pour s'établir à 122 millions $ et à 257 millions $, respectivement, ce qui reflète la diminution du coût des produits vendus en raison de la baisse du trafic interurbain international et intérieur, la diminution du volume de minutes de terminaison découlant d'un trafic nord-sud en baisse aux Etats-Unis, la diminution de la charge au titre des créances douteuses et les autres réductions de coûts découlant des initiatives mises en oeuvre dans la foulée du projet Galilée. La diminution des produits d'exploitation ainsi que l'augmentation des charges d'exploitation du fait des augmentations de salaires prévues par contrat, découlant des conventions collectives renégociées signées au deuxième semestre de 2005 avec nos techniciens de l'Ontario et du Québec, contrebalancent en partie les effets positifs d'un exercice à l'autre sur le bénéfice d'exploitation.


    SECTEUR AUTRES ACTIVITES DE BCE

                                           % DE    CUMUL    CUMUL     % DE
                                          VARIA-  ANNUEL   ANNUEL    VARIA-
                      T2 2006  T2 2005     TION     2006     2005     TION
    -------------------------------------------------------------------------
    Bell Globemedia       431      399      8,0 %    825      755      9,3 %
    Télésat               120      137    (12,4 %)   238      245     (2,9 %)
    Autres                 18       24    (25,0 %)    30       35    (14,3 %)
    -------------------------------------------------------------------------
    Produits
     d'exploitation
     du secteur
    Autres activités
     de BCE               569      560      1,6 %  1 093    1 035      5,6 %
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------



Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation du secteur Autres activités de BCE veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F20.jpg

Les produits d'exploitation du secteur Autres activités de BCE ont augmenté de 1,6 %, pour s'établir à 569 millions $ au deuxième trimestre de 2006, et de 5,6 %, pour s'établir à 1 093 millions $ depuis le début de l'exercice, comparativement aux périodes correspondantes de 2005. Dans chaque cas, l'augmentation reflète la hausse des produits d'exploitation de Bell Globemedia, principalement contrebalancée par la diminution, d'un exercice à l'autre, des produits d'exploitation de Télésat.

Les produits d'exploitation de Bell Globemedia pour le trimestre se sont établis à 431 millions $, en hausse de 8,0 % comparativement au deuxième trimestre de 2005. Depuis le début de l'exercice, les produits d'exploitation de Bell Globemedia ont augmenté de 9,3 % pour s'établir à 825 millions $.

Les produits d'exploitation totaux tirés de la publicité ont augmenté de 6,0 % ce trimestre et de 7,5 % depuis le début de l'exercice, en raison de la reprise des matchs de hockey de la LNH, ce qui a stimulé les produits d'exploitation tirés de la publicité dans les canaux TSN et RDS spécialisés dans les sports de Bell Globemedia, ainsi que de l'augmentation des produits d'exploitation tirés de la publicité du quotidien The Globe and Mail. En outre, CTV Television a continué de dominer les classements avec 9 des 10 et 17 des 20 émissions les plus écoutées par tous les téléspectateurs régulièrement à l'horaire pour la période allant de septembre 2005 à juillet 2006.

Les produits d'exploitation tirés des abonnements ont progressé de 11,5 % et de 11,6 % au deuxième trimestre et depuis le début de l'exercice 2006, respectivement, ce qui reflète la croissance des abonnements aux canaux spécialisés, ainsi que l'augmentation des abonnements à la version en ligne et de la diffusion du quotidien The Globe and Mail. Les abonnements à la version en ligne ont augmenté de plus de 36 % au cours des douze derniers mois, tandis que la diffusion s'est accrue de près de 5 % au cours de la même période.

Les produits d'exploitation de Télésat ont diminué de 12,4 %, pour s'établir à 120 millions $ ce trimestre, et de 2,9 %, pour s'établir à 238 millions $ depuis le début de l'exercice, surtout du fait que des produits d'exploitation non récurrents avaient été enregistrés au deuxième trimestre de 2005 de l'installation et de la maintenance d'un réseau pour les services de téléapprentissage interactif; cette diminution avait été en partie compensée par l'augmentation des produits d'exploitation de radiodiffusion et de consultation. Exclusion faite de l'incidence non récurrente sur les produits d'exploitation tirés du réseau pour les services de téléapprentissage interactif, les produits d'exploitation totaux d'un exercice à l'autre ont progressé de 1,2 % et de 8,0 % au deuxième trimestre et au premier semestre de 2006, respectivement. Les produits d'exploitation de Télésat au deuxième trimestre de 2006 ont également été négativement touchés par la diminution des activités commerciales en Amérique du Sud.

Bénéfice d'exploitation du secteur Autres activités de BCE

Pour visualiser le graphique de BCE, Bénéfice d'exploitation du secteur Autres activités de BCE veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F21.jpg

Le bénéfice d'exploitation du secteur Autres activités de BCE a diminué de 18,9 %, pour s'établir à 86 millions $ au deuxième trimestre de 2006, et de 14,4 %, pour s'établir à 143 millions $ depuis le début de l'exercice. Ces diminutions d'un exercice à l'autre sont presque entièrement imputables à la baisse du bénéfice d'exploitation de Bell Globemedia et de Télésat, compensée en partie par la diminution des charges liées au siège social de BCE Inc.

Le bénéfice d'exploitation de Bell Globemedia a diminué de 17,9 % et de 23 %, respectivement, pour s'établir à 78 millions $ et à 123 millions $ au deuxième trimestre et au premier semestre de 2006, malgré la solide croissance des produits d'exploitation, surtout en raison :

- de l'augmentation des coûts liés à la programmation spécialisée dans

les sports imputable à la reprise de la radiodiffusion des matchs de

hockey de la LNH

- de la hausse des coûts liés à la programmation de télévision

conventionnelle du fait du maintien d'un horaire méritant un solide

classement

- des coûts associés au lancement de MTV en mars 2006

- de la charge nette accrue au titre des avantages sociaux.

Le bénéfice d'exploitation de Télésat a diminué de 9,3 %, pour s'établir à 39 millions $ au deuxième trimestre de 2006, et de 2,5 %, pour s'établir à 78 millions $ depuis le début de l'exercice, principalement du fait de l'incidence combinée de la baisse des produits d'exploitation et de l'augmentation de l'amortissement découlant du lancement du satellite Anik F1R, qui a été mis en service au cours du quatrième trimestre de 2005. Ces diminutions ont été en partie compensées par la réduction des charges d'exploitation.

Analyse par gammes de produits

Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation de Bell Canada par gammes de produits veuillez cliquer ici.

    http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F22.jpg


                                           % DE    CUMUL    CUMUL     % DE
    PRODUITS                              VARIA-  ANNUEL   ANNUEL    VARIA-
     D'EXPLOITATION   T2 2006  T2 2005     TION     2006     2005     TION
    -------------------------------------------------------------------------
    Services locaux
     et d'accès         1 312    1 368     (4,1 %) 2 623    2 736     (4,1 %)
    Services
     interurbains         456      518    (12,0 %)   912    1 056    (13,6 %)
    Services sans fil     857      771     11,2 %  1 661    1 484     11,9 %
    Services de
     données            1 003      966      3,8 %  2 004    1 917      4,5 %
    Services vidéo        286      236     21,2 %    563      457     23,2 %
    Ventes
     d'équipements
     terminaux et
     divers               382      399     (4,3 %)   803      817     (1,7 %)
    -------------------------------------------------------------------------
    Total Bell Canada   4 296    4 258      0,9 %  8 566    8 467      1,2 %
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    Services locaux et d'accès


Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation des services locaux et d'accès veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F23.jpg

Les produits d'exploitation des services locaux et d'accès, de 1 312 millions $ pour le deuxième trimestre de 2006 et de 2 623 millions $ depuis le début de l'exercice, représentent des diminutions de 4,1 % comparativement aux périodes correspondantes respectives de 2005. Ces baisses découlent de l'érosion accrue du nombre de lignes SAR et de la diminution des produits d'exploitation tirés des services Etoiles, directement attribuable au fléchissement du nombre de lignes SAR, et elles ont été partiellement compensées par les gains découlant des plans d'entretien liés aux services sur fil. Ce trimestre, les produits d'exploitation des services locaux et d'accès ont également été touchés par plusieurs décisions réglementaires du CRTC, notamment celle qui prescrit une réduction des tarifs pour le service local en lien avec le compte de report découlant des décisions sur le plafonnement des prix, ainsi que la décision relative aux tarifs que nous facturons aux fournisseurs de services interurbains pour les services de commutation et de groupement. De manière globale, ces décisions réglementaires ont eu une incidence estimée à environ 12 millions $ sur les produits d'exploitation des services locaux et d'accès, ce trimestre. Ces incidences négatives ont été largement compensées par le reclassement non récurrent des produits d'exploitation chez Aliant, mentionné précédemment, visant à refléter la véritable nature des services fournis.

Le nombre de lignes SAR en service a fléchi de 419 000, ou de 3,3 %, depuis le deuxième trimestre de 2005, en raison de l'accroissement de la concurrence livrée par les câblodistributeurs dans le service téléphonique local, des pertes continues découlant des ESLC, de la substitution des services sur fil par les services sans fil ainsi que de la croissance de l'accès Internet haute vitesse qui limite le besoin d'une deuxième ligne téléphonique. Cette érosion des lignes SAR reflète des pertes plus élevées de lignes locales qu'à l'exercice précédent, les importants câblodistributeurs qui exercent leurs activités dans nos territoires ayant intensifié leurs campagnes de commercialisation et accru la place occupée par leur service téléphonique local peu coûteux dans la plupart de nos marchés de l'Ontario et du Québec. Cette situation a été partiellement compensée par la demande croissante, par Shaw, de lignes d'accès locales pour offrir des services voix sur IP dans l'Ouest canadien, l'augmentation d'un exercice à l'autre des demandes de connexion de lignes téléphoniques découlant de l'incidence saisonnière des déménagements des clients du service de résidence, l'apport des clients de notre service Téléphonie numérique de Bell et l'amélioration de la situation au chapitre de la reconquête de clients (à la suite de la décision du CRTC de réduire le temps d'attente avant de pouvoir communiquer avec les clients perdus, qui est passé de un an à trois mois). Malgré cette disposition réglementaire positive, les restrictions réglementaires imposées par le CRTC continuent d'exercer des pressions sur nos services locaux et d'accès en ce qui a trait au groupage des services locaux avec d'autres services non réglementés, et de limiter les promotions visant à reconquérir des clients.

Services interurbains

Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation des services interurbains veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F24.jpg

Les produits d'exploitation des services interurbains se sont établis à 456 millions $ pour le trimestre et à 912 millions $ pour le premier semestre de l'exercice, ce qui reflète des baisses d'un exercice à l'autre de 12,0 % et de 13,6 %, respectivement, comparativement aux périodes correspondantes de 2005. La baisse des produits d'exploitation des services interurbains a touché tous les secteurs de Bell Canada, surtout à cause de l'incidence de la substitution croissante et de l'érosion continue du nombre de lignes SAR. Ces diminutions d'un exercice à l'autre ont été partiellement compensées par l'augmentation des frais de réseau, qui sont passés de 2,95 $ à 4,50 $ par mois, avec prise d'effet le 15 avril 2006, ainsi que des tarifs à la minute plus élevés pour les appels à l'étranger et les cartes d'appel, ce qui a aidé à maintenir la stabilité des produits d'exploitation des services interurbains par rapport au premier trimestre de 2006. Dans l'ensemble, les volumes de minutes de conversation ont diminué légèrement ce trimestre et depuis le début de l'exercice, pour s'établir à 4 589 millions et à 9 171 millions de minutes de conversation, ce qui représente des baisses de 1,7 % et de 0,9 %, respectivement. De la même manière, le PMPM a diminué de 0,008 $ au deuxième trimestre de 2006 et de 0,011 $ au premier semestre de 2006, s'établissant à 0,093 $, ce qui reflète la baisse des volumes de minutes de conversation au pays et à l'étranger, les pressions exercées sur les tarifs par la concurrence dans les marchés de nos secteurs Résidentiel et Entreprises et de notre unité de gros, ainsi que l'incidence continue des abonnements des clients du secteur Résidentiel au plan interurbain à 5 $ du Forfait de Bell (forfait que nous avons cessé d'offrir au troisième trimestre de 2005).

Services sans fil

Pour visualiser le graphique de BCE, Abonnés des services sans fil veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F25.jpg

Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation des services sans fil veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F26.jpg

Les activations brutes de services sans fil ont diminué de 5,5 % ce trimestre, pour s'établir à 359 000, en baisse par rapport au niveau record atteint au deuxième trimestre de l'exercice précédent, soit 380 000 activations brutes. Cette situation traduisait le succès remporté par notre campagne de commercialisation de grande envergure au deuxième trimestre de 2005 visant à stimuler la fidélité et la confiance des clients à l'égard de la marque Bell Mobilité, compte tenu de la difficile implantation du nouveau système de facturation en 2004 ainsi que des offres audacieuses de nos concurrents pour attirer de nouveaux clients en leur proposant un nombre important de combinés gratuits et des prix coupés sur des forfaits à titre de promotion. Les activations brutes de plans de services postpayés pour le trimestre ont diminué de 10,3 % d'un exercice à l'autre pour s'établir à 251 000, ce qui représente 70 % des activations brutes totales comparativement à 74 % l'exercice précédent, tandis que les activations brutes de plans de services prépayés ont augmenté de 8,8 % pour s'établir à 108 000, dans la foulée de la solide performance des marques Solo et Virgin Mobile, particulièrement auprès des jeunes.

Depuis le début de l'exercice, nous avons enregistré 683 000 activations brutes de services sans fil pour des nouveaux abonnés, ce qui représente une augmentation de 4,0 % par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent, comprenant 467 000 activations brutes de plans de services postpayés et 216 000 activations brutes de plans de services prépayés. Cette croissance découle des ajouts constants à notre gamme de combinés, de nos promotions intéressantes en ce qui a trait aux forfaits, du dynamisme qui se maintient dans les marchés des unités des grandes entreprises et des PME, de l'apport croissant des abonnés à Solo et à Virgin Mobile, de notre présence grandissante dans l'Ouest canadien, du lancement de notre réseau de données sans fil EV-DO, ainsi que des offres de contenu exclusif et des services de données téléchargeables très appréciés des jeunes.

Le taux de désabonnement de nos plans de services postpayés pour le deuxième trimestre et le premier semestre de 2006 s'est amélioré, passant à 1,1 % et à 1,2 %, respectivement, contre 1,4 % et 1,5 % pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent. Ces diminutions reflètent le succès de nos activités de fidélisation auprès de la clientèle générant une valeur plus élevée, malgré la vive concurrence qui continue de sévir et l'application d'une politique plus rigoureuse en ce qui concerne les remises aux clients et les offres de mises à niveau du matériel. Les taux de désabonnement de 2005 avaient été touchés négativement par l'annulation de 45 000 comptes de clients en défaut de paiement découlant principalement des effets résiduels de la conversion de notre système de facturation. Inversement, le taux de désabonnement de nos plans de services prépayés a augmenté pour s'établir à 3,2 % ce trimestre, alors qu'il était de 2,1 % au deuxième trimestre de 2005 et de 2,9 % au premier semestre de 2006, comparativement à 2,0 % à la période correspondante de l'exercice précédent, surtout en raison de la désactivation d'un nombre plus élevé de comptes inactifs et ne contribuant pas aux produits d'exploitation et de l'incidence de certaines mesures prises relativement aux prix en 2005. Sur une base combinée, en raison des effets compensateurs de la baisse du taux de désabonnement de nos plans de services postpayés et de la hausse du taux de désabonnement de nos plans de services prépayés, notre taux de désabonnement pondéré pour le deuxième trimestre et le premier semestre de 2006 est resté stable d'un exercice à l'autre, soit à 1,6 %.

Par suite de la baisse des activations brutes de plans de services postpayés et de l'augmentation du taux de désabonnement des plans de services prépayés, le total des activations nettes de services sans fil a diminué pour s'établir à 90 000 au deuxième trimestre de 2006, comparativement à 146 000 au deuxième trimestre de 2005. Ce chiffre comprenait 106 000 nouvelles activations nettes de plans de services postpayés, ce qui correspond à une diminution de 9,4 % par rapport à l'exercice précédent, et la perte de 16 000 abonnés des plans de services prépayés, comparativement à l'activation de plans de services prépayés pour 29 000 nouveaux abonnés au deuxième trimestre de 2005. Depuis le début de l'exercice, nos 149 000 activations nettes de services sans fil correspondaient à une baisse de 18,6 % par rapport aux activations de la période correspondante de l'exercice précédent, malgré l'augmentation du total des activations brutes, en raison de la hausse du taux de désabonnement des plans de services prépayés découlant d'un nombre plus élevé de désactivations. Depuis le début de l'exercice, les plans de services postpayés ont représenté 97 % du total des activations nettes. Par conséquent, au 30 juin 2006, le nombre total de nos abonnés des services cellulaires et SCP a atteint 5 590 000, ce qui représente une augmentation de 9,4 % au cours des douze derniers mois. La clientèle des plans de services postpayés constituait 74 % du nombre total de nos abonnés à la fin du trimestre, comparativement à 75 % à la fin du deuxième trimestre de 2005.

Les produits d'exploitation des services sans fil ont augmenté de 11,2 % ce trimestre et de 11,9 % depuis le début de l'exercice, s'établissant à 857 millions $ et à 1 661 millions $, respectivement, comparativement aux périodes correspondantes de l'exercice précédent. Dans chaque cas, l'amélioration d'un exercice à l'autre découle de l'incidence combinée de l'augmentation du nombre moyen de nos abonnés de même que celle du PMU.

Le PMU des services postpayés a augmenté de 2 $ ce trimestre et de 3 $ depuis le début de l'exercice, pour atteindre 63 $ et 62 $, respectivement, comparativement aux périodes correspondantes de 2005. Ces remarquables améliorations découlent des facteurs suivants :

    - la modification de la composition de notre clientèle d'abonnés, ces
    derniers étant plus nombreux dans les plans de services postpayés
    générant un PMU plus élevé, ce qui reflète le succès de nos efforts de
    commercialisation auprès des clients du Blackberry et d'autres grands
    utilisateurs abonnés à des plans de services à prix plus élevés
    - l'utilisation accrue des services de données découlant de la popularité
    de la messagerie texte, de la navigation à partir d'un cellulaire, de
    la vidéo en continu et des jeux, grâce à la disponibilité de nouveaux
    combinés dont la fonctionnalité a été améliorée
    - la popularité persistante de nos ensembles "Propulsion" et du service
    sans fil de messagerie vocale instantanée "10-4"
    - l'incidence positive de la majoration des tarifs de certains services
    et fonctions au troisième trimestre de 2005.


Ces résultats ont été en partie contrebalancés par la diminution des revenus découlant de l'itinérance et des frais d'accès au système, étant donné qu'un nombre considérable de clients se sont abonnés aux forfaits "Tout-en-un" pour lesquels tous les frais de service et un certain nombre de fonctions à valeur ajoutée sont inclus dans le coût mensuel. A la fin de février, nous avons cessé d'offrir les forfaits "Tout-en-un" pour les nouveaux abonnés.

Le PMU des services prépayés a diminué pour s'établir à 14 $ par mois ce trimestre, comparativement à 16 $ par mois au deuxième trimestre de 2005, malgré le succès de nos efforts de commercialisation auprès des abonnés à Solo et à Virgin Mobile, qui génèrent un PMU plus élevé que la moyenne au sein de notre clientèle des plans de services prépayés, à cause de la constatation au deuxième trimestre de 2005 d'une tranche des produits reportés relatifs aux minutes inutilisées des services prépayés. Exclusion faite de l'incidence des produits reportés, le PMU des services prépayés au deuxième trimestre de 2006 a augmenté de 2 $ d'un exercice à l'autre. Depuis le début de l'exercice, le PMU des services prépayés est demeuré stable à 13 $ par mois.

Surtout par suite de l'accroissement du PMU des services postpayés, le PMU pondéré a augmenté de 1 $ ce trimestre et depuis le début de l'exercice pour atteindre 51 $ et 49 $, respectivement, comparativement aux périodes correspondantes de 2005, malgré la légère diminution, d'un exercice à l'autre, du pourcentage d'abonnés totaux des services sans fil aux plans de services postpayés.

Services de données

Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation des services de données veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F27.jpg

Pour visualiser le graphique de BCE, Abonnés du service Internet haute vitesse veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F28.jpg

Les produits d'exploitation totaux des services de données ont augmenté de 3,8 % ce trimestre et de 4,5 % depuis le début de l'exercice, s'établissant à 1 003 millions $ et à 2 004 millions $, respectivement, comparativement aux périodes correspondantes de l'exercice précédent. Les améliorations d'un exercice à l'autre découlent principalement de la croissance du nombre de connexions au service d'accès Internet haute vitesse, des ventes accrues de solutions de connectivité IP et de TIC au sein de nos unités des grandes entreprises et des PME, surtout grâce aux acquisitions réalisées au cours de l'exercice pour enrichir notre gamme de produits et créer des occasions de vente croisée, et de la mise en service du réseau Alberta SuperNet. Toutefois, la croissance des produits d'exploitation des services de données en 2006 a été affaiblie par d'autres diminutions des produits d'exploitation tirés des services de données traditionnels dans notre secteur Entreprises, par suite de la concurrence sur les prix et de la migration du trafic voix et données vers les systèmes IP ainsi que de la rationalisation en cours des réseaux de circuits par les clients de gros. En outre, les produits d'exploitation des services de données réalisés au deuxième trimestre de 2005 avaient été favorablement touchés par l'échelonnement de certaines ventes de solutions de systèmes et de stockage dans notre unité des grandes entreprises, ainsi que par la résiliation anticipée d'un contrat relatif à des installations transfrontalières dans notre unité d'affaires de gros.

Le nombre d'abonnés à Internet haute vitesse a augmenté de 47 000 ce trimestre et de 118 000 depuis le début de l'exercice, comparativement à 92 000 et à 220 000 ajouts nets de nouveaux abonnés pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent, ce qui porte le nombre total d'abonnés à 2 313 000 au 30 juin 2006. Le deuxième trimestre de l'exercice est habituellement le plus faible pour ce qui est de la croissance du nombre d'abonnés dans l'ensemble du secteur. Même si, d'un exercice à l'autre, nous avons subi une baisse du nombre de nouveaux abonnés au deuxième trimestre, ce résultat concorde avec nos prévisions étant donné que les activations nettes au deuxième trimestre de 2005 découlaient du lancement de notre service Sympatico Débutant sur le marché ontarien ainsi que de l'expansion substantielle de la place que nous occupons dans ce marché. Pour 2006, notre priorité sur le plan de l'exploitation consiste à augmenter les vitesses large bande dans la place que nous occupons actuellement dans ce marché afin d'offrir aux clients un service Internet à plus haute vitesse et de nous concentrer sur la fidélisation de la clientèle, un aspect qui s'est amélioré au deuxième trimestre de 2006. Depuis le début de l'exercice, la croissance du nombre d'abonnés a aussi été touchée par le repli de la demande des PME clientes et par la vive concurrence sur les prix, surtout dans notre marché du Québec où un important câblodistributeur a déployé une stratégie d'acquisition fondée sur la vente de produits groupés à taux réduits. Pour tenter d'enrayer la concurrence extrême exercée sur les prix au Québec, nous avons lancé au deuxième trimestre une campagne de commercialisation ciblée en offrant, pour une période limitée, des rabais promotionnels spéciaux sur nos services Sympatico Intermédiaire et Haute vitesse.

L'incidence combinée de la place considérable que nous occupons dans le marché de l'accès large bande et des efforts de vente ciblés de services haute vitesse à prix moindres, comme notre service Sympatico Intermédiaire, a contribué à repousser les limites du marché global des services haute vitesse, stimulant la croissance des services haute vitesse et accélérant l'effritement du service Internet de base. Le nombre total d'abonnés du service de base a diminué pour s'établir à 552 000 à la fin du trimestre, contre 666 000 à la fin du deuxième trimestre de 2005. Dans le marché de l'accès Internet haute vitesse en Ontario et au Québec, la place que nous occupons atteint plus de 85 % des lignes résidentielles et d'affaires activées.

    Services vidéo

    Se reporter à l'analyse présentée à la rubrique Secteur Résidentiel.
    Ventes d'équipements terminaux et divers


Pour visualiser le graphique de BCE, Produits d'exploitation des ventes d'équipements terminaux et divers veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F29.jpg

Les produits d'exploitation tirés des ventes d'équipements terminaux et divers se sont établis à 382 millions $ ce trimestre, soit 4,3 % de moins qu'au deuxième trimestre de 2005. La diminution d'un exercice à l'autre reflète surtout la baisse des produits d'exploitation tirés de l'équipement sans fil qui découle d'un nombre moins important d'appareils vendus ainsi que la diminution des ventes d'équipement téléphonique traditionnel aux clients d'affaires. Cette situation a été en partie compensée par la hausse des ventes d'équipement de télécommunications découlant du programme d'achat de PC chez Aliant ainsi que par les produits d'exploitation additionnels découlant d'un contrat obtenu au second semestre de 2005 (et qui est arrivé à échéance en avril 2006) pour aider à restaurer le service de télécommunications dans les régions des Etats-Unis touchées par l'ouragan Katrina. De même, au premier semestre de l'exercice, les produits d'exploitation tirés des ventes d'équipements terminaux et divers ont diminué de 1,7 % pour s'établir à 803 millions $. Cependant, d'un exercice à l'autre, le taux de diminution n'a pas été aussi important qu'au deuxième trimestre, surtout grâce à l'augmentation des ventes d'équipement sans fil chez Bell Mobilité et des ventes de produits de TI par les filiales d'Aliant, Xwave Solutions Inc. et Innovatia Inc.

AUTRES ELEMENTS

Autres produits (charges)

Les autres charges de 32 millions $ au deuxième trimestre de 2006 représentent une diminution de 51 millions $ comparativement aux autres produits de 19 millions $ au deuxième trimestre de 2005. Cette diminution découle principalement d'une charge de 40 millions $ à l'égard des coûts de la prime au remboursement anticipé de la dette à long terme d'Aliant, comptabilisée au deuxième trimestre de 2006. Les revenus enregistrés au deuxième trimestre de 2005 découlaient principalement d'un gain sur dilution de 39 millions $ relativement à notre placement dans TerreStar, contrebalancé par une réduction de valeur de 7 millions $ du placement de Bell Globemedia dans TQS et par une charge de 20 millions $ relative au programme de monétisation des pertes fiscales conclu par Bell Canada et BCI.

Les autres charges de 39 millions $ au premier semestre de 2006 représentent une diminution de 66 millions $ comparativement aux autres produits de 27 millions $ enregistrés à la période correspondante de 2005. Depuis le début de l'exercice, la diminution découle en outre d'une perte de 13 millions $ qui a été subie au premier trimestre de 2006 au moment de l'exercice d'une option sur swap émise par Aliant.

Intérêts débiteurs

Les intérêts débiteurs ont augmenté de 3,3 %, ou de 8 millions $, pour s'établir à 253 millions $ au deuxième trimestre de 2006, comparativement au deuxième trimestre de 2005, et de 2,9 %, ou de 14 millions $, pour s'établir à 504 millions $ depuis le début de l'exercice, comparativement à la période correspondante de l'exercice précédent. Cette situation est attribuable à des niveaux d'endettement moyens plus élevés au premier semestre de 2006, découlant principalement de l'émission par Bell Globemedia de titres d'emprunt pour un montant de 895 millions $, déduction faite des remboursements, pour financer un remboursement de capital à ses actionnaires, en partie compensé par des intérêts débiteurs moyens moins élevés liés au refinancement de la dette à des taux plus avantageux.

Impôts sur les bénéfices

Les impôts sur les bénéfices ont diminué de 15,6 %, ou de 34 millions $, pour s'établir à 184 millions $ au deuxième trimestre de 2006 comparativement au deuxième trimestre de 2005, en raison de la baisse du bénéfice avant impôts et des rajustements d'impôts par suite de la baisse des taux d'imposition fédéraux des sociétés et de l'élimination de l'impôt des grandes sociétés annoncées dans le budget fédéral de 2006. Cette situation a été principalement contrebalancée par les économies de 60 millions $ réalisées au deuxième trimestre de 2005 découlant du programme de monétisation des pertes conclu par Bell Canada et BCI. Depuis le début de l'exercice, les impôts sur les bénéfices ont diminué de 23,9 %, ou de 115 millions $, pour s'établir à 367 millions $ au premier semestre de 2006. Cette diminution reflète également l'incidence des règlements favorables au titre de la vérification fiscale au premier trimestre de 2006.

Part des actionnaires sans contrôle

La part des actionnaires sans contrôle a diminué de 28,8 %, ou de 21 millions $, au deuxième trimestre de 2006 et de 22,8 %, ou de 31 millions $, au premier semestre de 2006, comparativement aux périodes correspondantes de l'exercice précédent. Cette diminution s'explique principalement par la part des actionnaires sans contrôle comprise dans le coût de la prime de 12 millions $ au remboursement anticipé de la dette à long terme d'Aliant au deuxième trimestre de 2006 et par la baisse du bénéfice net de Bell Globemedia pour le premier semestre de 2006.

Activités abandonnées

Le gain net de 35 millions $ découlant des activités abandonnées au deuxième trimestre de 2006 est lié à un gain de 52 millions $ réalisé sur le remboursement de capital de BCI, contrebalancé par une réduction de valeur de 17 millions $ sur notre placement résiduel dans CGI.

Depuis le début de l'exercice, le gain net de 116 millions $ découlant des activités abandonnées reflète également notre gain de 79 millions $ découlant de la cession de CGI.

Le gain net découlant des activités abandonnées, de 11 millions $ au deuxième trimestre de 2005 et de 23 millions $ depuis le début de l'exercice 2005, représente notre quote-part du bénéfice d'exploitation de CGI.


    ------------------------
    GESTION FINANCIERE ET DES CAPITAUX

    La présente rubrique vous indique comment nous gérons notre encaisse et
    nos sources de financement afin de déployer notre stratégie et de
    produire des résultats financiers. Elle présente une analyse de notre
    situation financière, de nos flux de trésorerie et de notre liquidité sur
    une base consolidée.


    STRUCTURE DU CAPITAL

                                                       T2 2006     T4 2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Dette exigible à moins de un an                      1 308       1 373
    Dette à long terme                                  12 943      12 119
    Moins : trésorerie et équivalents de trésorerie       (112)       (363)
    -------------------------------------------------------------------------
    Total de la dette nette                             14 139      13 129
    Part des actionnaires sans contrôle                  2 453       2 898
    Total des capitaux propres                          14 139      14 721
    -------------------------------------------------------------------------
    Total du capital investi                            30 731      30 748
    -------------------------------------------------------------------------
    Ratio de la dette nette par rapport au
     capital investi                                      46,0 %      42,7 %
    -------------------------------------------------------------------------
    Données liées aux actions en circulation
     (en millions)
    Actions ordinaires(1)                                891,4       927,3
    Options sur actions                                   26,1        27,3
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Par suite du plan d'arrangement conclu par BCE Inc., le 10 juillet
        2006, le nombre total d'actions ordinaires émises et en circulation
        de BCE Inc. à cette date s'établissait à 815,6 millions.



Pour visualiser le graphique de BCE, Dette nette et ratio de la dette nette par rapport au capital investi veuillez cliquer ici.

http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F30.jpg

Notre ratio de la dette nette par rapport au capital investi était de 46,0 % à la fin du deuxième trimestre de 2006, comparativement à 42,7 % à la fin de 2005. Ce résultat découle d'une augmentation de la dette nette et d'une diminution de la part des actionnaires sans contrôle et du total des capitaux propres.

La dette nette a augmenté de 1 010 millions $ pour s'établir à 14 139 millions $ au premier semestre de 2006, principalement en raison :

    - du rachat et de l'annulation par BCE de 36 millions de ses actions
    ordinaires en circulation, pour un montant de 994 millions $
    - du remboursement de capital auprès des actionnaires sans contrôle de
    Bell Globemedia d'un montant de 279 millions $
    - du rachat d'actions privilégiées par Aliant pour un montant de
    175 millions $
    - du rachat d'actions privilégiées par Groupe Bell Nordiq Inc. pour un
    montant de 60 millions $
    - des obligations d'un montant de 218 millions $ en vertu de contrats de
    location-acquisition additionnels
    - d'une augmentation des placements de 105 millions $.


Cette hausse a été partiellement compensée par le montant de 836 millions $ provenant des activités abandonnées, se rapportant principalement aux éléments suivants :

    - le produit net de 849 millions $ découlant de la cession de CGI,
    contrebalancé par la déconsolidation de l'encaisse disponible de CGI de
    81 millions $
    - le remboursement de capital par BCI d'un montant de 156 millions $,
    contrebalancé par l'apport de 61 millions $ versé par BCE à BCI visant
    à remplir son obligation relative à l'opération de monétisation des
    pertes fiscales de l'exercice précédent
    - le montant de 21 millions $ engagé pour l'exercice des bons de
    souscription de CGI.


La part des actionnaires sans contrôle a diminué de 445 millions $ au premier semestre de 2006 en raison principalement :

    - du remboursement de capital de Bell Globemedia de 279 millions $ auprès
    des actionnaires sans contrôle
    - du rachat d'actions privilégiées par Aliant pour un montant de
    175 millions $
    - du coût de la prime de 12 millions $ au remboursement anticipé de la
    dette à long terme d'Aliant.


Le total des capitaux propres a diminué de 582 millions $ pour s'établir à 14 139 millions $ au premier semestre de 2006. Cette diminution est principalement imputable au rachat par BCE de 36 millions de ses actions ordinaires en circulation à des fins d'annulation.

FLUX DE TRESORERIE

Pour visualiser le graphique de BCE, Flux de trésorerie disponibles veuillez cliquer ici.

    http://files.newswire.ca/175/Q2_06_F31.jpg


    Le tableau suivant présente un sommaire des flux de trésorerie de BCE.


                                                           CUMUL     CUMUL
                                                          ANNUEL    ANNUEL
                                     T2 2006   T2 2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux
     activités d'exploitation          1 332     1 403     2 272     2 319
    Dépenses en immobilisations         (875)     (905)   (1 468)   (1 629)
    Autres activités d'investissement    (15)      (10)      (23)      (25)
    Dividendes en espèces versés
     sur actions ordinaires             (302)     (305)     (607)     (583)
    Dividendes en espèces versés
     sur actions privilégiées            (20)      (22)      (41)      (43)
    Dividendes en espèces versés par
     des filiales aux actionnaires
     sans contrôle                       (56)      (60)     (117)     (110)
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie disponibles        64       101        16       (71)
    Acquisitions d'entreprises           (12)      (35)      (39)     (122)
    Fonds de revenu Bell Aliant
     Communications régionales           (51)        -       (73)        -
    Augmentation des placements         (105)      (13)     (119)     (141)
    Diminution des placements             13         5        64         7
    Emission d'actions ordinaires          1         4         2        13
    Rachat d'actions ordinaires
     annulées                           (469)        -      (994)        -
    Emission nette (remboursement)
     d'instruments d'emprunt             (14)     (173)      536       403
    Activités de financement de
     filiales avec des tiers            (245)      (21)     (242)      (38)
    Remboursement de capital par
     une filiale auprès des
     actionnaires sans contrôle            -         -      (279)        -
    Autres activités de financement      (16)      (18)      (41)      (32)
    Flux de trésorerie provenant des
     (affectés aux) activités
     abandonnées                          68         4       836       (19)
    -------------------------------------------------------------------------
    Diminution nette de la trésorerie
     et des équivalents de trésorerie   (766)     (146)     (333)        -
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    Flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation


Les flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation ont diminué de 5,1 %, ou de 71 millions $, pour s'établir à 1 332 millions $ au deuxième trimestre de 2006, comparativement au deuxième trimestre de 2005, surtout en raison de la diminution des encaissements découlant de la titrisation de créances pour un montant de 137 millions $, compensée par les améliorations au chapitre du fonds de roulement.

Les flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation ont diminué de 2,0 %, ou de 47 millions $, pour s'établir à 2 272 millions $ au premier semestre de 2006. Depuis le début de l'exercice, les flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation ont également été touchés par les montants compensatoires de 67 millions $ accordés à des cadres supérieurs et autres employés clés à la suite de l'acquisition de l'ensemble des unités d'actions restreintes octroyées pour la période de rendement de deux ans qui s'est terminée à la fin de 2005, qui se fondait sur l'atteinte d'objectifs d'exploitation établis dès le début du programme, il y a deux ans. Cette diminution a été en partie compensée par :

    - une diminution d'environ 80 millions $ des impôts sur les bénéfices
    payés, qui avaient surtout trait au dernier acompte provisionnel pour
    2004 qui a été fait au début de 2005
    - une diminution de 58 millions $ des paiements relatifs aux frais de
    restructuration de Bell Canada et d'Aliant
    - une diminution de 42 millions $ des prestations de retraite et autres
    prestations découlant d'un régime d'avantages sociaux, principalement
    liée à la contribution d'Aliant de 60 millions $ faite en 2005.

    Flux de trésorerie disponibles


Nos flux de trésorerie disponibles se sont chiffrés à 64 millions $ ce trimestre, en baisse contre 101 millions $ au deuxième trimestre de 2005. Cette situation est imputable à une diminution des encaissements découlant de la titrisation de créances de 137 millions $, principalement compensée par une diminution de 30 millions $ des dépenses en immobilisations et par les améliorations au chapitre du fonds de roulement.

Les flux de trésorerie disponibles se sont chiffrés à 16 millions $ pour le premier semestre de 2006, une amélioration de 87 millions $ par rapport aux flux de trésorerie disponibles négatifs de 71 millions $ à la période correspondante de l'exercice précédent. Cette situation résulte principalement :

    - d'une diminution de 161 millions $ des dépenses en immobilisations
    - d'une diminution d'environ 80 millions $ des impôts sur les bénéfices
    payés, qui avaient trait surtout au dernier acompte provisionnel pour
    2004 qui a été fait au début de 2005
    - d'une diminution de 58 millions $ des paiements relatifs aux frais de
    restructuration de Bell Canada et d'Aliant
    - d'une diminution de 42 millions $ des prestations de retraite et autres
    prestations découlant d'un régime d'avantages sociaux, principalement
    attribuable à la contribution de 60 millions $ d'Aliant en 2005.
    Cette amélioration est en partie contrebalancée par :
    - une diminution des encaissements découlant de la titrisation de
    créances pour un montant de 139 millions $
    - des montants compensatoires de 67 millions $ accordés à des cadres
    supérieurs et autres employés clés à la suite de l'acquisition de
    l'ensemble des unités d'actions restreintes octroyées pour la période
    de rendement de deux ans qui s'est terminée à la fin de 2005, qui se
    fondait sur l'atteinte d'objectifs d'exploitation établis dès le début
    du programme, il y a deux ans
    - une augmentation de 27 millions $ des dividendes payés aux actionnaires
    ordinaires de BCE Inc., découlant de la majoration trimestrielle de
    0,03 $ du dividende par action ordinaire, appliquée en 2005.
    Dépenses en immobilisations


Les dépenses en immobilisations de BCE se sont chiffrées à 875 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et à 1 468 millions $ au premier semestre de 2006, reflétant des diminutions de 3,3 % et de 9,9 %, respectivement, comparativement aux périodes correspondantes de l'exercice précédent. En pourcentage des produits d'exploitation, les dépenses en immobilisations ont diminué pour s'établir à 18,2 %, par rapport à 19,0 %, et à 15,4 %, par rapport à 17,4 %, pour les périodes correspondantes respectives. De même, les dépenses en immobilisations de Bell Canada ont diminué de 9,4 %, pour s'établir à 767 millions $ ce trimestre, et de 13,7 %, pour s'établir à 1 305 millions $ par rapport aux périodes correspondantes en 2005. En conséquence, l'intensité du capital de Bell Canada a diminué de 2,0 et de 2,7 points de pourcentage, respectivement, pour s'établir à 17,9 % au deuxième trimestre de 2006 et à 15,2 % au premier semestre de l'exercice. La diminution des dépenses en immobilisations d'un exercice à l'autre, tant pour BCE que pour Bell Canada, reflète la réduction des dépenses liées aux infrastructures et aux systèmes de TI soutenant à la fois les initiatives de réduction des coûts dans la foulée de notre projet Galilée et les contrats conclus avec des clients du secteur Entreprises, l'échelonnement des dépenses relatives à diverses initiatives stratégiques comme l'expansion de la place que nous occupons dans le marché de la technologie de la fibre optique jusqu'aux noeuds, la réduction des dépenses relatives à l'expansion et à la croissance de la capacité des services sans fil et l'achèvement du réseau Alberta SuperNet au quatrième trimestre de 2005. L'écart qui existe entre les dépenses en immobilisations de BCE et celles de Bell Canada s'explique essentiellement par les dépenses liées à la construction de satellites chez Télésat.

Dividendes en espèces versés sur actions ordinaires

Au deuxième trimestre de 2006, nous avons versé un dividende de 0,33 $ par action ordinaire, soit le même dividende que celui qui a été versé au deuxième trimestre de 2005. La diminution du total des dividendes en espèces de 3 millions $ versés au deuxième trimestre de 2006 découle directement de la diminution du nombre d'actions ordinaires émises et en circulation de BCE Inc. à la date de déclaration du dividende par suite de notre programme de rachat d'actions annoncé le 1er février 2006.

Au cours du premier semestre de 2006, le total des dividendes en espèces versés a augmenté de 24 millions $ par rapport à la période correspondante de 2005. L'incidence positive, décrite précédemment, de la diminution du nombre d'actions ordinaires émises et en circulation de BCE Inc. sur les dividendes en espèces versés a été contrebalancée par la décision du conseil d'administration de BCE Inc., en décembre 2004, d'augmenter de 10 %, ou 0,12 $ par action ordinaire, le dividende annuel versé sur les actions ordinaires de BCE Inc. Cette nouvelle politique en matière de dividende est entrée en vigueur pour le dividende trimestriel versé le 15 avril 2005.

Acquisitions d'entreprises

Nous avons investi des montants de 12 millions $ et de 39 millions $, au deuxième trimestre de 2006 et au premier semestre de 2006, respectivement, dans diverses acquisitions d'entreprises.

Nous avons investi un montant de 35 millions $ dans des acquisitions d'entreprises au deuxième trimestre de 2005 et de 122 millions $ au premier semestre de 2005. Il s'agissait principalement de l'acquisition par Bell Canada de Nexxlink Technologies Inc. (Nexxlink), pour un montant de 74 millions $, et d'un certain nombre d'autres entreprises.

Bell Aliant

Les flux de trésorerie affectés au paiement des coûts liés à la formation de Bell Aliant se sont élevés à 51 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et à 73 millions $ depuis le début de l'exercice. Ils comprenaient un montant de 21 millions $ au titre des coûts d'opération au deuxième trimestre de 2006 et de 43 millions $ depuis le début de l'exercice, montant principalement lié à la convention de placement et aux honoraires professionnels et de conseil, et un montant de 30 millions $ par suite de la prime payée au remboursement anticipé de la dette d'Aliant.

Augmentation des placements

Les flux de trésorerie affectés aux placements, de 105 millions $ au deuxième trimestre de 2006, ont augmenté de 92 millions $ par rapport à 13 millions $ au deuxième trimestre de 2005.

Au premier semestre de 2006, les flux de trésorerie affectés aux placements de 119 millions $ ont diminué de 22 millions $ par rapport à 141 millions $ à la période correspondante de 2005. Depuis le début de l'exercice, l'activité a été également touchée par l'augmentation de 13 millions $ des placements à court terme de Télésat, contrebalancée par la vente de 64 millions $ de placements à court terme, laquelle est présentée à la rubrique Diminution des placements qui suit. Au premier trimestre de 2005, Bell Canada a investi un montant de 100 millions $ US pour obtenir une participation approximative de 12 % dans Clearwire Corporation, une société fermée offrant des services évolués de communications par réseau IP à large bande sans fil.

Diminution des placements

Les flux de trésorerie provenant des placements ont augmenté de 8 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et de 57 millions $ depuis le début de l'exercice du fait de la vente de placements à court terme de 13 millions $ chez Télésat au deuxième trimestre de 2006 et de 64 millions $ depuis le début de l'exercice. L'augmentation a été contrebalancée par l'acquisition de placements à court terme d'un montant de 13 millions $ au premier trimestre de 2006, laquelle est présentée à la rubrique Augmentation des placements qui précède.

Rachat d'actions ordinaires

Au deuxième trimestre de 2006, BCE Inc. a racheté 14,9 millions de ses actions ordinaires en circulation dans le cadre d'une offre publique de rachat dans le cours normal des activités et a annulé 17,1 millions d'actions, dont 2,2 millions étaient des actions autodétenues, pour un décaissement total de 469 millions $. Au 30 juin 2006, BCE Inc. avait procédé au rachat et à l'annulation d'un total de 36 millions d'actions ordinaires, ce qui représente environ 78 % de la totalité des actions ordinaires visées par l'offre de rachat, pour un décaissement total de 994 millions $. Le nombre total d'actions ordinaires visées par l'offre de rachat sera ajusté et passera de 46 à 45 millions environ, dans la foulée du plan d'arrangement conclu par BCE Inc. le 10 juillet 2006.

Instruments d'emprunt

Nous avons remboursé des titres d'emprunt pour un montant de 14 millions $, déduction faite des émissions, au deuxième trimestre de 2006. Les remboursements comprenaient des titres d'emprunt pour un montant de 263 millions $ en ce qui a trait à Bell Canada et des obligations pour un montant de 75 millions $ rachetées par Aliant. Télésat a aussi diminué de 150 millions $ ses emprunts sous forme d'effets à payer. Les émissions comprenaient principalement une augmentation de 280 millions $ des emprunts d'Aliant en vertu de ses facilités de crédit et une augmentation des emprunts au titre d'effets à payer et d'avances bancaires de 227 millions $, surtout en ce qui a trait à Bell Canada.

Depuis le début de l'exercice 2006, nous avons émis des titres d'emprunt pour un montant de 536 millions $, déduction faite des remboursements. Bell Globemedia a émis des titres d'emprunt pour un montant de 1 115 millions $, Aliant a prélevé un montant de 280 millions $ de ses facilités de crédit et une augmentation de 169 millions $ des emprunts sous forme d'effets à payer et d'avances bancaires a été enregistrée, surtout en ce qui a trait à Bell Canada.

Nous avons effectué les remboursements suivants au premier semestre de 2006 :

    - Bell Canada a remboursé des titres d'emprunt pour un montant de
    463 millions $
    - Bell Globemedia a remboursé des titres d'emprunt pour un montant de
    220 millions $
    - Télésat a remboursé des effets à payer pour un montant de
    150 millions $
    - Aliant a remboursé des obligations pour un montant de 125 millions $
    - nous avons effectué d'autres remboursements, notamment au titre des
    contrats de location-acquisition.


Au deuxième trimestre de 2005, nous avons remboursé des titres d'emprunt pour un montant de 173 millions $, déduction faite des émissions. Les remboursements comprenaient un montant de 600 millions $ de débentures en ce qui a trait à Bell Canada et une diminution de 35 millions $ des emprunts de Bell Globemedia en vertu de ses facilités de crédit. Les émissions comprenaient principalement un montant de 150 millions $ de billets à moyen terme en ce qui a trait à Aliant et une augmentation de 341 millions $ des emprunts sous forme d'effets à payer et d'avances bancaires, surtout en ce qui a trait à Bell Canada.

Depuis le début de l'exercice en 2005, les émissions nettes de 403 millions $ comprenaient l'émission par Bell Canada de débentures d'un montant de 700 millions $ et l'augmentation nette de 186 millions $ des effets à payer et avances bancaires.

Remboursement de capital par une filiale auprès des actionnaires sans

contrôle

Au premier trimestre de 2006, Bell Globemedia a effectué un remboursement de capital à ses actionnaires à même le produit reçu de l'émission de titres d'emprunt. Il en a résulté une diminution du capital-actions pour Bell Globemedia d'un montant de 886 millions $; l'incidence sur BCE correspond à une baisse de 279 millions $ de la part des actionnaires sans contrôle.

Flux de trésorerie liés aux activités abandonnées

Les flux de trésorerie provenant des activités abandonnées se sont établis à 68 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et se rapportaient principalement au remboursement de capital de BCI d'un montant de 156 millions $, contrebalancé par l'apport de 61 millions $ versé par BCE à BCI visant à remplir son obligation relative à l'opération de monétisation des pertes fiscales de l'exercice précédent et par le montant de 21 millions $ engagé pour l'exercice des bons de souscription de CGI.

Depuis le début de l'exercice, les flux de trésorerie provenant des activités abandonnées se sont établis à 836 millions $. Ils étaient principalement constitués du produit net en espèces de 849 millions $ tiré de la vente de notre placement dans CGI, contrebalancé par la déconsolidation de l'encaisse disponible de CGI de 81 millions $.

COTES DE CREDIT

Le tableau qui suit présente les principales cotes de crédit de BCE Inc. et de Bell Canada au 1er août 2006. Le 19 mai 2006, Moody's(3) a baissé la cote de la dette à long terme non garantie de BCE Inc. ainsi que les cotes de la dette à long terme non garantie et subordonnée de Bell Canada, mais a révisé ses perspectives, remplaçant la mention "négative" par celle de "stable".


    BCE INC.         S&P(1)         DBRS(2)      MOODY'S(3)        FITCH(4)
    -------------------------------------------------------------------------
    Papier             A-1     R-1 (faible) /
     commercial    (faible)         stable    P-2 / stable               -

    Dette à            BBB+ /     A (faible) /         Baa2 /          BBB+ /
     long terme    négative          stable          stable          stable

    Actions                  Pfd-2 (faible) /
     privilégiées      P-2          stable               -               -
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------------------------------
    BELL CANADA      S&P(1)         DBRS(2)      MOODY'S(3)        FITCH(4)
    -------------------------------------------------------------------------
    Papier             A-1     R-1 (faible) /
     commercial    (faible)         stable     P-2 / stable              -

    Effets
     commerciaux               R-1 (faible) /
     prorogeables        -          stable                -              -

    Dette à             A- /                           Baa1 /         BBB+ /
     long terme   négative      A / stable           stable         stable

    Dette à
     long terme       BBB+ /   BBB (élevée) /          Baa2 /          BBB /
     subordonnée  négative          stable           stable         stable

    Actions                          Pfd-2 /
     privilégiées      P-2          stable                -              -
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Standard & Poor's, une division de The McGraw-Hill Companies, Inc;
        conserve des perspectives négatives sur la cote attribuée à notre
        société
    (2) Dominion Bond Rating Services Limited
    (3) Moody's Investors Service, Inc.
    (4) Fitch Ratings Ltd.


    LIQUIDITE


Nos sources de trésorerie ainsi que nos besoins de liquidités sont essentiellement inchangés par rapport à ceux qui sont décrits dans le rapport de gestion 2005 de BCE, sauf comme il est présenté à la rubrique Capitalisation des régimes de retraite qui suit.

Capitalisation des régimes de retraite

Subséquemment à l'achèvement des nouvelles évaluations actuarielles, nous prévoyons maintenant cotiser un montant d'environ 430 millions $ à nos régimes de retraite à prestations déterminées en 2006.

L'évaluation actuarielle du régime de retraite de Bell Canada au 31 décembre 2005, finalisée en juin 2006, fait état d'un déficit de solvabilité totalisant 827 millions $, que nous avons pris l'engagement de financer au cours des cinq prochains exercices, et ce dès 2006. Ce montant s'ajoute au financement annuel du coût des prestations au titre des services rendus au cours de la période, qui s'élève à 180 millions $.

Les évaluations actuarielles des régimes de retraite d'Aliant au 31 décembre 2005, finalisées en juin 2006, font état d'un déficit de solvabilité totalisant 210 millions $, que nous avons pris l'engagement de financer au cours des cinq prochains exercices, ainsi que d'un déficit à long terme totalisant 166 millions $, que nous avons pris l'engagement de financer au cours des quinze prochains exercices. Ce montant s'ajoute aux déficits de solvabilité déterminés au cours d'exercices précédents et au coût des prestations au titre des services rendus au cours de la période, qui s'élève à 36 millions $.

Si les règlements sur les pensions proposés sont promulgués, les mesures d'allégement au titre de la capitalisation des régimes de retraite annoncées dans le budget fédéral de mai 2006 permettraient de prolonger à dix ans la période de financement des déficits de solvabilité, actuellement de cinq ans. Cette modification entraînerait une baisse des cotisations pour 2006. Toutefois, il n'existe aucune garantie que ces propositions de règlements sur les pensions seront promulguées.

Le 28 juillet 2006, les administrateurs du régime de retraite de Bell Canada ont acquis 14,9 millions d'actions de Corporation Nortel Networks (Nortel) et 25 millions d'actions de CGI que nous détenions, pour une valeur de marché totale de 201 millions $. Nous examinons la possibilité de conclure une opération semblable en octobre pour les 6,4 millions d'actions de CGI que nous détenons toujours, lesquelles ont une valeur de marché de 43 millions $. L'acquisition réduit nos cotisations en espèces en 2006.

Engagement en vertu du mécanisme du compte de report du CRTC

Notre engagement en vertu du mécanisme du compte de report est essentiellement inchangé par rapport à celui qui est décrit dans le rapport de gestion du premier trimestre 2006 de BCE Inc. daté du 2 mai 2006, à l'exception du fait que nous ne disposons pas pour l'instant d'estimations fondées sur la division découlant de la formation de Bell Aliant.

    Evénements récents concernant les litiges
    Poursuites relatives à Bell Canada
    Recours collectif projeté relativement aux frais pour paiement tardif
    facturés par Bell Canada et Bell Mobilité


Le 27 juin 2006, une requête visant à obtenir l'autorisation d'exercer un recours collectif au Québec a été signifiée à Bell Canada et à Bell Mobilité. La poursuite a été déposée au nom de toutes les personnes physiques et sociétés au Canada qui ont dû acquitter les frais pour paiement tardif facturés par Bell Canada et Bell Mobilité, malgré le fait que ces clients allèguent avoir payé les sommes dues à Bell Canada et à Bell Mobilité auprès d'une institution financière, par Internet, par téléphone ou par chèque, en respectant la date d'échéance indiquée sur leur facture, ou qui ont subi des dommages découlant du fait qu'ils allèguent avoir acquitté le paiement avant la date d'échéance, ou encore qui allèguent avoir été facturés, dans le cas des résidents du Québec, à un taux d'intérêt supérieur au taux prévu par la loi. L'exercice du recours collectif n'a pas encore été autorisé.

Par cette requête, les demandeurs cherchent à obtenir une ordonnance établissant que Bell Canada et Bell Mobilité doivent rembourser les membres du recours collectif de tous les frais pour paiement tardif. En plus du remboursement de ces montants, si l'exercice du recours collectif est autorisé, les demandeurs chercheront également à obtenir de Bell Canada et de Bell Mobilité le paiement de dommages-intérêts et de dommages-intérêts exemplaires. Bell Canada et Bell Mobilité ont l'intention de défendre vigoureusement leur position. Selon les renseignements actuellement disponibles, il est impossible, pour la direction de Bell Canada tout comme pour celle de Bell Mobilité, de prédire l'issue de ce litige.

Recours collectif projeté relativement aux frais d'accès aux services

sans fil

Le 18 juillet 2006, la Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan a rendu son jugement relativement à la requête visant à autoriser l'exercice d'un recours collectif dans le cadre de cette poursuite, décrite dans la notice annuelle 2005 de BCE, refusant d'autoriser l'action contre toute société défenderesse du groupe Bell Canada, à l'exception de Bell Mobilité. En ce qui concerne Bell Mobilité, le tribunal a refusé d'autoriser l'action en rejetant tous les motifs, sauf celui de l'allégation d'enrichissement injustifié. Le tribunal a toutefois refusé de faire droit pour l'instant à la requête au motif de l'allégation d'enrichissement injustifié, en l'absence d'un représentant compétent et d'un plan approprié pour la poursuite. Le demandeur a ainsi obtenu l'autorisation de revenir devant le tribunal pour lui présenter un représentant compétent ainsi qu'un plan approprié pour la poursuite au motif de l'allégation d'enrichissement injustifié.

Enquête sur les pratiques salariales

Le 15 mai 2006, Bell Canada est parvenue à une entente avec le Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP) relativement aux plaintes au titre de l'équité salariale, décrites dans la notice annuelle 2005 de BCE, déposées en 1994 par des membres du SCEP devant le Tribunal canadien des droits de la personne (Tribunal). Le règlement, d'environ 100 millions $, concerne approximativement 4 800 employés actuels et anciens. Il a été ratifié par les membres du SCEP le 19 juin 2006, mettant ainsi un terme à ce dossier de longue date dont le Tribunal était saisi. Bell Canada avait déjà établi des provisions suffisantes pour la totalité du montant en espèces à verser relativement à ce règlement.

Poursuites relatives à Téléglobe

Poursuite du consortium de prêteurs de Téléglobe

Le 29 juin 2006, les demandeurs ont déposé une demande modifiée dans le cadre de cette poursuite, qui est décrite dans la notice annuelle 2005 de BCE, afin d'ajouter certaines allégations.

Poursuite intentée par des créanciers non garantis de Téléglobe

En raison de l'appel interjeté par les défendeurs d'une décision du tribunal sur une question préliminaire, le procès qui, tel qu'il est indiqué dans la notice annuelle 2005 de BCE, devait initialement débuter le 19 juin 2006, a été reporté à une date ultérieure qui sera fixée lors de la décision portant sur l'appel des défendeurs.

    -------------------------
    HYPOTHESES FORMULEES POUR PREPARER LES DECLARATIONS PROSPECTIVES ET
    RISQUES SUSCEPTIBLES DE TOUCHER NOS ACTIVITES ET NOS RESULTATS

    La présente rubrique décrit les hypothèses que formule BCE pour préparer
    les déclarations prospectives ainsi que les risques susceptibles de
    toucher toutes les sociétés du groupe BCE et les risques particuliers
    susceptibles de toucher BCE Inc. et certaines autres sociétés du groupe
    BCE.
    Pour une description plus complète des hypothèses que formule BCE pour
    préparer les déclarations prospectives et les risques susceptibles de
    toucher nos activités et nos résultats, veuillez vous reporter à la
    rubrique intitulée Hypothèses formulées pour préparer les déclarations
    prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos
    résultats dans le rapport de gestion 2005 de BCE présenté aux pages 42 à
    56 du rapport annuel 2005 de Bell Canada Entreprises déposé par BCE Inc.
    auprès des commissions canadiennes des valeurs mobilières (disponible sur
    le site Web de BCE Inc., à www.bce.ca et sur SEDAR, à www.sedar.com) et
    auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des Etats-Unis sur
    formulaire 40-F (disponible sur EDGAR, à www.sec.gov), mise à jour dans
    la rubrique intitulée Hypothèses formulées pour préparer les déclarations
    prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos
    résultats présentée aux pages 31 à 35 du rapport de gestion du premier
    trimestre 2006 de BCE et mise à jour davantage dans le présent rapport de
    gestion.

    Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives


Les déclarations prospectives présentées dans le rapport de gestion 2005 de BCE, dans le rapport de gestion du premier trimestre 2006 de BCE ainsi que dans le présent rapport de gestion reposent sur un certain nombre d'hypothèses que nous jugions raisonnables le jour où elles ont été faites et qui, sauf indication contraire dans le présent rapport de gestion, n'ont subi aucun changement important à la date du présent rapport de gestion. Dans le rapport de gestion 2005 de BCE, nous avons indiqué les principales hypothèses que nous avons formulées pour préparer ces déclarations prospectives. Ces hypothèses comprennent ce qui suit :

    - hypothèses relatives à l'économie canadienne relativement à la
    croissance du PIB et à une légère hausse du taux préférentiel
    d'affaires et de l'indice des prix à la consommation
    - hypothèses portant sur le marché relativement à ce qui suit : (i)
    croissance du marché global des télécommunications au Canada; (ii)
    baisse continue du marché des services de télécommunications vocaux
    résidentiels; (iii) augmentation de la concurrence dans les services
    sur fil; (iv) croissance des produits d'exploitation de l'industrie
    canadienne des services sans fil, du marché des services vidéo et du
    marché des services Internet
    - hypothèses portant sur les résultats d'exploitation et financiers
    relativement à ce qui suit : (i) croissance de notre clientèle
    d'abonnés des services sans fil, vidéo et Internet haute vitesse, et du
    produit moyen par unité pour ces services; (ii) diminution continue de
    nos services d'accès au réseau; (iii) économies de coûts; (iv) frais de
    restructuration; (v) amortissement; (vi) total de la charge nette au
    titre des avantages sociaux; (vii) intensité du capital de Bell Canada
    - hypothèses portant sur les transactions relativement à ce qui suit :

    (i) plans de BCE Inc. en vue de racheter 5 % de ses actions ordinaires;
    (ii) réalisation de la cession de notre participation restante dans
    CGI; (iii) réduction de notre participation dans Bell Globemedia; (iv)
    restructuration du capital et appel public à l'épargne à l'égard d'une
    participation minoritaire proposés pour Télésat.


Veuillez vous reporter à la rubrique Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos résultats dans le rapport de gestion 2005 de BCE pour une description plus complète des hypothèses susmentionnées.

Mise à jour de la description des hypothèses

Le texte qui suit présente une mise à jour importante de la description des hypothèses présentée à la rubrique Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos résultats dans le rapport de gestion 2005 de BCE. Par souci de commodité, la mise à jour de la description des hypothèses ci-dessous est présentée sous les mêmes titres que la rubrique intitulée Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos résultats dans le rapport de gestion 2005 de BCE.

Hypothèses portant sur les résultats d'exploitation et financiers

Résultats financiers

Le 7 juillet 2006, à la suite de la formation de Bell Aliant, certains employés de Bell Canada et des employés d'Aliant sont devenus des employés de Bell Aliant. Ces employés ont cessé de participer aux régimes de retraite de Bell Canada et d'Aliant, et d'y accumuler des prestations, et ils ont commencé à participer aux nouveaux régimes de retraite de Bell Aliant, et à y accumuler des prestations. Par conséquent, nous recalculons actuellement les actifs et les obligations de ces régimes de retraite à l'aide des valeurs de marché actuelles et des hypothèses actuarielles en date du 7 juillet 2006. L'une de ces hypothèses est le taux d'actualisation, que nous réévaluons pour refléter l'augmentation des taux d'intérêt à long terme du marché depuis le 31 décembre 2005. L'incidence de cet exercice de recalcul devrait être pleinement reflétée et présentée dans le rapport de gestion du troisième trimestre 2006 de BCE Inc.

RISQUES SUSCEPTIBLES DE TOUCHER NOS ACTIVITES ET NOS RESULTATS

Par risque, on entend la possibilité de la survenance d'un événement futur qui pourrait avoir un effet négatif sur la situation financière, les résultats d'exploitation ou les activités d'une ou plusieurs sociétés du groupe BCE. La gestion de nos activités consiste en partie à comprendre la nature de ces risques éventuels et à les limiter, dans la mesure du possible.

    ------------------------
    Veuillez également vous reporter à la notice annuelle 2005 de BCE pour
    obtenir une description détaillée :
    - des principaux litiges en cours auxquels BCE est partie
    - de certaines initiatives et démarches réglementaires concernant les
    sociétés Bell Canada.


Veuillez vous reporter à la rubrique Evénements récents concernant les litiges à la page 31 du rapport de gestion du premier trimestre 2006 de BCE ainsi que dans le présent rapport de gestion pour obtenir une description des événements récents survenus depuis la publication de la notice annuelle 2005 de BCE, relativement aux principaux litiges auxquels nous sommes parties.

Veuillez également vous reporter aux rubriques Risques susceptibles de toucher certaines sociétés du groupe BCE - Sociétés Bell Canada - Modifications de la réglementation des services sur fil à la rubrique intitulée Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos résultats aux pages 31 à 35 du rapport de gestion du premier trimestre 2006 de BCE ainsi que dans le présent rapport de gestion pour obtenir une description des événements récents, survenus depuis la publication de la notice annuelle 2005 de BCE, relativement aux principales initiatives et démarches réglementaires concernant les sociétés Bell Canada.

Comme personne ne peut prédire avec précision si un événement incertain se matérialisera vraiment ni les conséquences qui pourraient en découler, l'effet réel de tout événement sur nos activités et sur nos résultats pourrait être considérablement différent de ce que nous prévoyons actuellement. Par ailleurs, les risques décrits ci-après et ailleurs dans le présent rapport de gestion n'incluent pas tous les risques possibles, et il pourrait exister d'autres risques dont nous ne sommes pas au courant aujourd'hui.

Dans le rapport de gestion 2005 de BCE, nous avons présenté un compte rendu détaillé des risques susceptibles de toucher notre situation financière, nos résultats d'exploitation ou nos activités et qui pourraient faire en sorte que nos résultats réels diffèrent de façon importante des attentes qui sont décrites dans nos déclarations prospectives. Cette description détaillée des risques, mise à jour dans le rapport de gestion du premier trimestre 2006 de BCE, est davantage mise à jour dans le présent rapport. Les risques décrits dans le rapport de gestion 2005 de BCE incluent les risques liés aux éléments suivants :

    - notre capacité de déployer nos stratégies et nos plans afin de dégager
    les avantages escomptés et de réaliser les perspectives de croissance
    - la conjoncture économique générale et celle du marché, le niveau de
    confiance et des dépenses des consommateurs, ainsi que la demande de
    nos produits et services de même que les prix de ceux-ci
    - l'intensité de l'activité de nos concurrents, tant traditionnels que
    nouveaux, qui augmente dans la foulée du lancement de nouvelles
    technologies qui a supprimé certains obstacles à l'accès au marché qui
    existaient dans l'industrie, et son incidence sur notre capacité de
    conserver nos clients actuels et d'en attirer de nouveaux, ainsi que
    sur nos stratégies d'établissement des prix et nos résultats financiers
    - notre capacité de transformer notre structure de coûts, d'améliorer la
    productivité et de contenir l'intensité du capital, tout en maintenant
    la qualité des services
    - notre capacité de prévoir les changements dans la technologie, les
    normes de l'industrie et les besoins des clients, et de nous y adapter,
    ainsi que d'adopter et de déployer de nouvelles technologies, notamment
    la technologie voix sur IP, et d'offrir de nouveaux produits et
    services rapidement ainsi que de les faire accepter par le marché
    - la disponibilité et le coût du capital requis pour mettre en oeuvre
    notre plan d'affaires et financer les dépenses en immobilisations et
    autres dépenses
    - notre capacité de trouver des sociétés convenables pour une acquisition
    ou un partenariat, d'intégrer les activités des sociétés acquises et de
    réaliser les cessions
    - l'incidence des litiges en cours ou futurs et des modifications
    défavorables apportées aux lois ou aux règlements, y compris les lois
    fiscales, ou encore à la façon de les interpréter, ou des initiatives
    ou des démarches réglementaires défavorables, y compris les décisions
    du CRTC, touchant notre capacité de livrer concurrence efficacement
    - le risque de litige si BCE Inc. ou Bell Canada cessait de financer une
    filiale, modifiait la nature de son placement ou cédait la totalité ou
    une partie de sa participation dans une filiale
    - le risque d'augmentation des contributions aux régimes de retraite
    - notre capacité de gérer efficacement les relations de travail, de
    négocier des conventions collectives satisfaisantes, y compris de
    nouvelles conventions remplaçant les conventions collectives arrivées à
    échéance, tout en évitant les interruptions de travail, ainsi que de
    continuer à fournir le service aux clients et de réduire au minimum les
    perturbations lors des grèves et autres interruptions de travail
    - les événements touchant la fonctionnalité de nos réseaux ou des réseaux
    d'autres entreprises de télécommunications, sur lesquels repose la
    prestation de nos services
    - notre capacité d'améliorer et de mettre à niveau, en temps opportun,
    nos divers systèmes et logiciels de TI desquels dépendent de nombreux
    aspects de nos activités
    - notre capacité de mener à bien la restructuration du capital et l'appel
    public à l'épargne à l'égard d'une participation minoritaire proposés
    pour Télésat
    - la volatilité sur les marchés boursiers
    - le risque que des licences sur lesquelles nous comptons pour fournir
    les services soient révoquées ou ne soient pas renouvelées à l'échéance
    - notre capacité de conserver nos clients majeurs
    - les préoccupations pour la santé relatives à l'émission de
    radiofréquences
    - les risques lors du lancement et de la mise en orbite et la capacité de
    souscrire une assurance appropriée à des taux favorables visant les
    satellites de Télésat, dont certains sont utilisés par Bell ExpressVu
    pour fournir ses services.


Veuillez vous reporter à la rubrique Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos résultats dans le rapport de gestion 2005 de BCE pour une description plus complète des risques susmentionnés.

MISE A JOUR DE LA DESCRIPTION DES RISQUES

Le texte qui suit présente une mise à jour importante de la description des risques présentée à la rubrique Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos résultats dans le rapport de gestion 2005 de BCE, telle que mise à jour aux pages 31 à 35 du rapport de gestion du premier trimestre 2006 de BCE. Par souci de commodité, la mise à jour de la description des risques ci-après, le cas échéant, est présentée sous les mêmes titres et dans le même ordre que dans la rubrique intitulée Hypothèses formulées pour préparer les déclarations prospectives et risques susceptibles de toucher nos activités et nos résultats dans le rapport de gestion 2005 de BCE.

RISQUES SUSCEPTIBLES DE TOUCHER TOUTES LES SOCIETES DU GROUPE BCE

Contributions à la caisse de retraite

Lorsque les nouvelles évaluations actuarielles seront achevées, nous prévoyons cotiser un montant d'environ 430 millions $ à nos régimes de retraite à prestations déterminées en 2006.

L'évaluation actuarielle du régime de retraite de Bell Canada au 31 décembre 2005, finalisée en juin 2006, fait état d'un déficit de solvabilité de 827 millions $, que nous avons pris l'engagement de financer au cours des cinq prochains exercices, et ce dès 2006. Ce montant s'ajoute au financement annuel du coût des prestations au titre des services rendus au cours de la période, qui s'élève à 180 millions $.

Les évaluations actuarielles des régimes de retraite d'Aliant au 31 décembre 2005, finalisées en juin 2006, font état d'un déficit de solvabilité de 210 millions $, que nous avons pris l'engagement de financer au cours des cinq prochains exercices, ainsi que d'un déficit à long terme de 166 millions $, que nous avons pris l'engagement de financer au cours des 15 prochains exercices. Ces montants s'ajoutent aux déficits de solvabilité déterminés au cours d'exercices précédents et au coût des prestations au titre des services rendus au cours de la période, qui s'élève à 36 millions $.

Les mesures d'allégement en ce qui concerne le financement des régimes de retraite présentées dans le budget fédéral de mai 2006 auraient pour effet d'augmenter la période de financement des déficits de solvabilité pour la faire passer de cinq à dix ans, si toutefois les règlements sur les pensions proposés sont adoptés. Cette mesure réduirait les contributions requises en 2006. Toutefois, rien ne garantit que ces règlements sur les pensions seront adoptés tels qu'ils sont proposés.

Le 28 juillet 2006, les administrateurs du régime de retraite de Bell Canada ont acquis 14,9 millions d'actions de Nortel et 25 millions d'actions de CGI que nous détenions, pour une valeur de marché totale de 201 millions $. Nous examinons la possibilité de conclure une opération semblable en octobre pour les 6,4 millions d'actions de CGI que nous détenons toujours, lesquelles ont une valeur de marché de 43 millions $. L'acquisition réduit nos cotisations en espèces en 2006.

    RISQUES SUSCEPTIBLES DE TOUCHER CERTAINES SOCIETES DU GROUPE BCE
    Sociétés Bell Canada
    Modifications de la réglementation des services sur fil
    Décisions des organismes de réglementation
    Examen du cadre de plafonnement des prix


Le 9 mai 2006, le CRTC a publié l'Avis public de télécom CRTC 2006-5, amorçant une instance en vue d'établir le cadre de plafonnement des prix qui remplacera le cadre actuel se terminant le 31 mai 2007. Le 10 juillet 2006, Bell Canada, la société en commandite Bell Aliant Communications régionales et Saskatchewan Telecommunications ont déposé une proposition de cadre de prix reflétant les profonds changements qui sont survenus dans le secteur. Le cadre proposé entrerait en vigueur le 1er juin 2007 et s'appliquerait pour une période de deux ans.

Les entités susmentionnées ont proposé que tout plafond réglementaire soit banni à l'égard des hausses des prix dans les zones où les services sont offerts par d'autres installations, ce qui permet aux consommateurs et à la concurrence dans ces zones d'orienter les prix du marché. Dans les zones où d'autres installations ne sont pas disponibles, les entités susmentionnées ont proposé que les prix du service demeurent assujettis à la réglementation, en prévoyant le plafonnement des prix, en moyenne, aux niveaux actuels. Conformément aux deux recommandations du groupe d'étude sur le cadre réglementaire des télécommunications ainsi qu'aux instructions en matière de politique pour le CRTC exposées récemment par le ministre de l'Industrie, la réglementation proposée entraverait le moins possible le libre jeu du marché. Les éléments d'information sur lesquels s'appuient les entités feront l'objet d'un interrogatoire, et une audience publique devrait s'ouvrir à cet égard le 10 octobre 2006. Le CRTC a l'intention de publier une décision sur cette instance d'ici le 30 avril 2007.

Il existe un risque que le CRTC rejette les propositions des entités, soit de laisser agir au maximum le libre jeu du marché, et restreigne la latitude des sociétés Bell Canada en matière de commercialisation, entravant ainsi leur capacité de s'ajuster au libre jeu du marché.

Abstention de réglementation des services téléphoniques locaux

Le 6 avril 2006, le CRTC a publié la Décision de télécom 2006-15, qui établit le cadre de l'abstention de réglementation à l'égard des services téléphoniques locaux. La décision réduit de 12 à 3 mois la période d'absence de contact prescrite dans la règle de reconquête des services locaux de résidence. Cette réduction de la durée de la période d'absence de contact pour les services de résidence fait l'objet d'une demande présentée au CRTC par Primus Telecommunications Canada Inc., qui souhaite que la période d'absence de contact soit maintenue à 12 mois. La décision rejette également la demande d'abstention de réglementation d'Aliant dans 32 circonscriptions locales en Nouvelle-Ecosse et à l'Ile-du-Prince-Edouard. Le rejet de la demande d'abstention de réglementation d'Aliant relativement au marché d'Halifax fait l'objet d'une demande d'autorisation d'en appeler devant la Cour d'appel fédérale.

Le 12 mai 2006, Aliant, Bell Canada, Saskatchewan Telecommunications et TELUS Communications Company ont présenté une requête au gouverneur en conseil pour que le ministre de l'Industrie recommande au gouverneur en conseil que la Décision 2006-15 soit réexaminée par le CRTC. En particulier, les entreprises ont demandé qu'il soit ordonné au CRTC de revoir sa position sur les règles avant toute abstention, les règles d'abstention et les règles d'après- abstention prévues dans la Décision 2006-15 à la lumière des conclusions et des recommandations du rapport final du groupe d'étude sur le cadre réglementaire des télécommunications publié en mars 2006.

Le 16 juin 2006, le CRTC a publié l'Avis public de télécom 2006-9, dans lequel il sollicite des observations pour savoir s'il convient de considérer que les services sans fil mobiles, ou un sous-ensemble correspondant, font partie du même marché pertinent que les services locaux filaires aux fins de l'analyse des demandes d'abstention. A l'heure actuelle, le CRTC ne considère pas les services sans fil mobiles comme faisant partie du même marché pertinent que les services locaux filaires, ce qui signifie que la concurrence pour les services sans fil n'est pas prise en compte dans le calcul de la perte de part de marché aux fins des décisions sur les demandes d'abstention des services locaux. Si le CRTC devait décider que les services sans fil mobiles et les services filaires font partie du même marché pertinent, alors le critère de la perte de part de marché dans l'analyse des demandes d'abstention des services locaux par le CRTC serait atteint plus tôt que ce ne serait le cas autrement. Ainsi, l'abstention pourrait s'appliquer plus rapidement que ce ne serait le cas avec la réglementation actuelle.

Instructions en matière de politique proposées et rapport du groupe

d'étude sur le cadre réglementaire des télécommunications

Le 13 juin 2006, le ministre de l'Industrie a déposé devant les deux Chambres du Parlement des instructions en matière de politique proposées que le Cabinet transmettra au CRTC. Ces instructions en matière de politique proposées invitent le CRTC à "miser sur le libre jeu du marché autant que possible" et à adopter des règlements "qui ne font obstacle au libre jeu du marché concurrentiel que dans la mesure minimale nécessaire". Entre autres choses, les instructions en matière de politique proposées exigeraient du CRTC qu'il entreprenne une révision de ses règles qui obligent les compagnies de téléphone titulaires à fournir l'accès aux services de gros pour certains services de télécommunication aux concurrents. Le but de cette révision serait de déterminer quels services de gros ne sont pas des services essentiels et devraient être éliminés progressivement. Aux termes du résumé de l'étude d'impact de la réglementation, qui accompagne la publication de ces instructions, "le maintien du cadre de réglementation actuel n'est pas une option viable...", et les instructions en matière de politique guideront le CRTC "vers une réglementation réduite et plus ciblée" qui "allégera le coût et le fardeau". Les instructions proposées n'ont pas pour but d'orienter les décisions du CRTC dans quelque dossier que ce soit.

Le ministre de l'Industrie a annoncé son intention de mettre en oeuvre le rapport du groupe d'étude sur le cadre réglementaire des télécommunications publié le 22 mars 2006, au moyen des instructions en matière de politique proposées, ainsi que de proposer une nouvelle loi.

Avant que des instructions émanant du Cabinet puissent être mises en oeuvre, elles doivent demeurer dans chaque chambre du Parlement pendant 40 jours de séance et faire l'objet d'une consultation publique. Le processus de consultation publique devrait se dérouler au cours du troisième trimestre de 2006, et le gouvernement serait en mesure, s'il le souhaite, d'émettre des instructions vers le milieu de l'automne. Bien que ces instructions en matière de politique proposées soient avantageuses pour les sociétés Bell Canada, rien ne garantit que le Cabinet émettra ces instructions, ni qu'elles ne seront pas modifiées avant leur date d'entrée en vigueur.

Bell ExpressVu

Le 12 juin 2006, le CRTC a amorcé une instance visant à examiner le cadre de réglementation s'appliquant aux radiodiffuseurs en direct. Parmi les questions à l'étude figure la possibilité d'obliger les entreprises de distribution de radiodiffusion par câble et par satellite à payer les radiodiffuseurs en direct pour le droit de transmettre leurs signaux. En vertu du cadre de droits d'auteur et de réglementation actuel, les signaux sont transmis sans frais aux entreprises de distribution de radiodiffusion par câble et par satellite. Les mémoires seront présentés en septembre 2006 et une audience publique est prévue pour le 27 novembre 2006. Si le CRTC décidait que les entreprises de distribution de radiodiffusion par câble et par satellite doivent payer les radiodiffuseurs en direct pour transmettre leurs signaux, nos activités et nos résultats d'exploitation en subiraient une incidence négative. Bell ExpressVu s'opposera vigoureusement au concept des droits de distribution.

NOS CONVENTIONS COMPTABLES

Nous avons dressé nos états financiers consolidés conformément aux PCGR du Canada. Veuillez vous reporter à la note 1 des états financiers consolidés pour obtenir plus de renseignements sur les conventions comptables que nous suivons pour préparer nos états financiers.

Les estimations et hypothèses clés utilisées par la direction et leur incidence sur les montants présentés dans les états financiers et les notes complémentaires sont essentiellement inchangées par rapport à celles décrites dans le rapport de gestion 2005 de BCE.

Nous n'avons apporté aucune modification importante à nos conventions comptables à l'exception de celles qui sont décrites dans le rapport de gestion 2005 de BCE, sous réserve de ce qui suit.

Adoption d'une nouvelle norme comptable

Le chapitre 3830 du Manuel de l'ICCA est devenu le chapitre 3831, intitulé Opérations non monétaires, lequel établit des normes d'évaluation et d'information applicables aux opérations non monétaires. Il inclut également le critère utilisé pour définir la "substance commerciale", qui remplace le critère utilisé pour définir l'"aboutissement du processus de génération du profit" de l'ancien chapitre. L'adoption de ce chapitre le 1er janvier 2006 n'a eu aucune incidence sur nos états financiers consolidés.


    ETATS CONSOLIDES DES RESULTATS
     POUR LES PERIODES TERMINEES
     LES 30 JUIN
    (en millions $, sauf les
     montants liés aux
     actions)                               TRIMESTRES           SEMESTRES
    (non vérifié)             NOTE      2006      2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Produits d'exploitation            4 803     4 757     9 537     9 387

    -------------------------------------------------------------------------
    Charges d'exploitation            (2 830)   (2 785)   (5 661)   (5 512)
    Amortissement                       (802)     (776)   (1 568)   (1 537)
    Charge nette au titre des
     avantages sociaux           4      (141)     (104)     (283)     (207)
    Frais de restructuration
     et autres éléments          5       (50)       (5)     (138)       (1)

    -------------------------------------------------------------------------
    Total des charges
     d'exploitation                   (3 823)   (3 670)   (7 650)   (7 257)

    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation              980     1 087     1 887     2 130
    Autres produits (charges)    6       (32)       19       (39)       27
    Intérêts débiteurs                  (253)     (245)     (504)     (490)

    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice provenant des
     activités poursuivies avant
     impôts                              695       861     1 344     1 667
    Charge d'impôts                     (184)     (218)     (367)     (482)
    Part des actionnaires
     sans contrôle                       (52)      (73)     (105)     (136)

    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice provenant des
     activités poursuivies               459       570       872     1 049
    Activités abandonnées        7        35        11       116        23

    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                         494       581       988     1 072
    Dividendes sur actions
     privilégiées                        (18)      (18)      (35)      (35)

    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable
     aux actions ordinaires              476       563       953     1 037
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net par action
     ordinaire - de base
      Activités poursuivies             0,49      0,60      0,92      1,10
      Activités abandonnées             0,04      0,01      0,13      0,02
      Bénéfice net                      0,53      0,61      1,05      1,12
    Bénéfice net par action
     ordinaire - dilué
      Activités poursuivies             0,49      0,60      0,92      1,10
      Activités abandonnées             0,04      0,01      0,13      0,02
      Bénéfice net                      0,53      0,61      1,05      1,12
    Dividendes par action
     ordinaire                          0,33      0,33      0,66      0,66
    Nombre moyen d'actions
     ordinaires en circulation
     - de base (en millions)           896,4     926,6     908,4     926,4
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    ETATS CONSOLIDES DU DEFICIT
     POUR LES PERIODES TERMINEES
     LES 30 JUIN
    (en millions $)                         TRIMESTRES           SEMESTRES
    (non vérifié)             NOTE      2006      2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde au début                    (4 747)   (5 264)   (4 763)   (5 432)
      Bénéfice net                       494       581       988     1 072
      Dividendes déclarés sur
       actions privilégiées              (18)      (18)      (35)      (35)
      Dividendes déclarés sur
       actions ordinaires               (294)     (306)     (596)     (612)
      Excédent du prix
       d'acquisition sur le
       capital déclaré des
       actions ordinaires
       annulées et surplus
       d'apport connexe          9      (141)        -      (300)        -
      Autres                               -         2         -         2
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin                    (4 706)   (5 005)   (4 706)   (5 005)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    BILANS CONSOLIDES
                                                         AU 30       AU 31
                                                          JUIN    DECEMBRE
    (en millions $) (non vérifié)             NOTE        2006        2005
    -------------------------------------------------------------------------
    ACTIF
    Actif à court terme
      Trésorerie et équivalents de trésorerie              112         363
      Débiteurs                                          1 975       1 766
      Autres actifs à court terme                        1 195       1 142
      Actifs à court terme liés aux activités
       abandonnées                               7           -         402

    -------------------------------------------------------------------------
    Total de l'actif à court terme                       3 282       3 673
    Immobilisations                                     22 174      22 062
    Autres actifs à long terme                           2 743       2 914
    Actifs incorporels ayant une durée de
     vie indéfinie                                       3 035       3 031
    Ecart d'acquisition                                  7 922       7 887
    Actifs à long terme liés aux activités
     abandonnées                                 7         219       1 063

    -------------------------------------------------------------------------
    Total de l'actif                                    39 375      40 630
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    PASSIF
    Passif à court terme
      Créditeurs et charges à payer                      3 169       3 435
      Intérêts à payer                                     174         182
      Dividendes à verser                                  313         343
      Dette à court terme                                1 308       1 373
      Passifs à court terme liés aux activités
       abandonnées                               7           1         281

    -------------------------------------------------------------------------
    Total du passif à court terme                        4 965       5 614
    Dette à long terme                           8      12 943      12 119
    Autres passifs à long terme                          4 875       5 028
    Passifs à long terme liés aux activités
     abandonnées                                 7           -         250

    -------------------------------------------------------------------------
    Total du passif                                     22 783      23 011

    -------------------------------------------------------------------------
    Part des actionnaires sans contrôle                  2 453       2 898

    -------------------------------------------------------------------------
    CAPITAUX PROPRES
    Actions privilégiées                                 1 670       1 670

    -------------------------------------------------------------------------
    Capitaux propres attribuables aux
     actionnaires ordinaires
      Actions ordinaires                         9      16 159      16 806
      Surplus d'apport                           9       1 019       1 081
      Déficit                                           (4 706)     (4 763)
      Ecart de conversion                                   (3)        (73)

    -------------------------------------------------------------------------
    Total des capitaux propres attribuables aux
     actionnaires ordinaires                            12 469      13 051

    -------------------------------------------------------------------------
    Total des capitaux propres                          14 139      14 721

    -------------------------------------------------------------------------
    Total du passif et des capitaux propres             39 375      40 630
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    ETATS CONSOLIDES DES FLUX DE TRESORERIE

    POUR LES PERIODES TERMINEES
     LES 30 JUIN
    (en millions $)                         TRIMESTRES           SEMESTRES
    (non vérifié)             NOTE      2006      2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie
     liés aux activités
     d'exploitation
    Bénéfice provenant des
     activités poursuivies               459       570       872     1 049
    Rapprochement du bénéfice
     provenant des activités
     poursuivies et des flux
     de trésorerie liés aux
     activités d'exploitation
      Amortissement                      802       776     1 568     1 537
      Charge nette au titre
       des avantages sociaux     4       141       104       283       207
      Frais de restructuration
       et autres éléments        5        50         5       138         1
      Gains nets sur placements            -       (32)       (2)      (34)
      Impôts futurs                      122        63       322       170
      Part des actionnaires
       sans contrôle                      52        73       105       136
      Cotisations aux régimes
       de retraite du personnel  4       (46)      (34)      (83)     (128)
      Autres paiements liés aux
       avantages sociaux futurs
       du personnel              4       (23)      (22)      (48)      (45)
      Paiements liés à la
       restructuration et à
       d'autres éléments                 (34)      (28)      (71)     (129)
      Actifs et passifs
       d'exploitation                   (191)      (72)     (812)     (445)

    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie provenant
     des activités
     d'exploitation                    1 332     1 403     2 272     2 319

    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux
     activités d'investissement
    Dépenses en immobilisations         (875)     (905)   (1 468)   (1 629)
    Acquisitions d'entreprises           (12)      (35)      (39)     (122)
    Fonds de revenu Bell Aliant
     Communications régionales
     (Bell Aliant)               2       (51)        -       (73)        -
    Augmentation des placements         (105)      (13)     (119)     (141)
    Diminution des placements             13         5        64         7
    Autres activités
     d'investissement                    (15)      (10)      (23)      (25)

    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie
     affectés aux activités
     d'investissement                 (1 045)     (958)   (1 658)   (1 910)

    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie
     liés aux activités de
     financement
    Augmentation des effets
     à payer et des avances
     bancaires                           227       341       169       186
    Emission de titres d'emprunt
     à long terme                        318       205     1 413       990
    Remboursement de titres
     d'emprunt à long terme             (559)     (719)   (1 046)     (773)
    Emission d'actions
     ordinaires                            1         4         2        13
    Rachat d'actions ordinaires
     aux fins d'annulation       9      (469)        -      (994)        -
    Emission de titres de
     participation par des
     filiales auprès des
     actionnaires sans
     contrôle                             10         -        13         -
    Rachat de titres de
     participation par des
     filiales auprès des
     actionnaires sans contrôle  2      (255)      (21)     (255)      (38)
    Dividendes en espèces versés
     sur actions ordinaires             (302)     (305)     (607)     (583)
    Dividendes en espèces versés
     sur actions privilégiées            (20)      (22)      (41)      (43)
    Dividendes en espèces versés
     par des filiales aux
     actionnaires sans contrôle          (56)      (60)     (117)     (110)
    Remboursement de capital par
     une filiale auprès des
     actionnaires sans contrôle  8         -         -      (279)        -
    Autres activités de
     financement                         (16)      (18)      (41)      (32)

    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie affectés
     aux activités de
     financement                      (1 121)     (595)   (1 783)     (390)

    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie provenant
     des (affectés aux) activités
     poursuivies                        (834)     (150)   (1 169)       19
    Flux de trésorerie provenant
     des (affectés aux)
     activités abandonnées       7        68         4       836       (19)

    -------------------------------------------------------------------------
    Diminution nette de la
     trésorerie et des
     équivalents de trésorerie          (766)     (146)     (333)        -
    Trésorerie et équivalents de
     trésorerie au début                 878       526       445       380

    -------------------------------------------------------------------------
    Trésorerie et équivalents de
     trésorerie à la fin                 112       380       112       380

    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Comprenant :
      Trésorerie et équivalents
       de trésorerie liés aux
       activités poursuivies             112       332       112       332
      Trésorerie et équivalents
       de trésorerie liés aux
       activités abandonnées     7         -        48         -        48
    -------------------------------------------------------------------------
    Total                                112       380       112       380
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    NOTES COMPLEMENTAIRES


Ces états financiers consolidés intermédiaires doivent être lus en parallèle avec les états financiers consolidés annuels de BCE Inc. pour l'exercice terminé le 31 décembre 2005 présentés aux pages 60 à 101 du rapport annuel 2005 de BCE Inc.

Ces notes complémentaires n'ont pas été vérifiées.

Tous les montants sont en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire.

Les expressions nous, notre/nos et BCE désignent BCE Inc., ses filiales et ses coentreprises.

Note 1. Principales conventions comptables

Nous avons dressé les états financiers consolidés conformément aux principes comptables généralement reconnus (PCGR) du Canada selon le même mode de présentation et les mêmes conventions comptables que ceux présentés à la note 1 des états financiers consolidés annuels de l'exercice terminé le 31 décembre 2005, à l'exception de ce qui suit.

CHIFFRES CORRESPONDANTS

Nous avons reclassé certains chiffres des périodes correspondantes dans les états financiers consolidés afin que leur présentation soit conforme à celle de la période considérée.

Nous avons retraité l'information financière des périodes antérieures afin de refléter la vente de la quasi-totalité du placement de BCE dans le Groupe CGI Inc. (CGI). CGI est présentée à titre d'activité abandonnée.

ADOPTION D'UNE NOUVELLE NORME COMPTABLE

Le chapitre 3830 du Manuel de l'ICCA est devenu le chapitre 3831, intitulé Opérations non monétaires, lequel établit des normes d'évaluation et d'information applicables aux opérations non monétaires. Il inclut également le critère utilisé pour définir la "substance commerciale", qui remplace le critère utilisé pour définir l'"aboutissement du processus de génération du profit" de l'ancien chapitre. L'adoption de ce chapitre le 1er janvier 2006 n'a eu aucune incidence sur nos états financiers consolidés.

Note 2. Bell Aliant

Le 7 mars 2006, BCE Inc. et Aliant Inc. (Aliant) ont annoncé leur intention de former un nouveau fournisseur régional de services de télécommunications sous la forme d'une fiducie de revenu. Le 7 juillet 2006, le plan d'arrangement (l'"arrangement") permettant la formation de Bell Aliant a été conclu. Bell Aliant combine les activités sur fil régionales de Bell Canada et les activités sur fil d'Aliant, en plus d'inclure la participation de 63,4 % de Bell Canada dans NorthernTel, Société en commandite (NorthernTel) et Télébec, Société en commandite (Télébec), laquelle est détenue indirectement par l'intermédiaire du Groupe Bell Nordiq Inc. (Bell Nordiq) à titre de filiale en propriété exclusive indirecte de Bell Canada. Le 10 juillet 2006, la participation de BCE dans Bell Aliant a été ramenée à 44,7 % au moyen d'une distribution de parts de la fiducie par la voie d'un remboursement de capital aux détenteurs d'actions ordinaires de BCE Inc.

Les coûts engagés relativement à la formation de Bell Aliant au cours du premier semestre de 2006 sont principalement constitués :

    - de coûts d'opération de 13 millions $ pour le deuxième trimestre et de
    43 millions $ depuis le début de l'exercice, lesquels sont
    principalement liés à la convention de placement et aux honoraires
    professionnels et de conseil. Des coûts supplémentaires découlant de la
    formation de Bell Aliant devraient être engagés au troisième trimestre
    de 2006. Se reporter à la note 5, Frais de restructuration et autres
    éléments, pour obtenir de plus amples renseignements.
    - de la prime au remboursement anticipé de la dette à long terme
    d'Aliant, d'un montant de 40 millions $ au deuxième trimestre et depuis
    le début de l'exercice. Le 4 juillet 2006, dans le cadre de
    l'arrangement, Aliant a également racheté ou remboursé certains
    instruments de créance au titre desquels une prime au montant de
    82 millions $ sera enregistrée au cours du troisième trimestre de 2006.
    Se reporter à la note 6, Autres produits (charges), pour obtenir de
    plus amples renseignements.


Le 12 mai 2006, Bell Nordiq a annoncé son intention d'exercer son droit de racheter l'ensemble de ses actions privilégiées de premier rang de série 8 émises et en circulation le 1er juillet 2006, pour un montant total de 60 millions $. Le 30 juin 2006, Aliant a racheté l'ensemble de ses actions privilégiées à dividende cumulatif rachetables de série 2 émises et en circulation, pour un montant total de 175 millions $.

Le 7 juillet 2006, Bell Aliant a obtenu des facilités de crédit d'un montant de 3,5 milliards $ auprès d'un syndicat d'institutions financières codirigé par La Banque de Nouvelle-Ecosse et la Banque Royale du Canada. Ces nouvelles facilités serviront au financement des coûts d'opération, au refinancement de la dette à long terme existante, au soutien d'un programme de papier commercial de 400 millions $ ainsi qu'aux fins générales du fonds de roulement.


    Note 3. Information sectorielle

    Le tableau qui suit présente un sommaire de l'information financière par
    secteurs.

                                            TRIMESTRES           SEMESTRES
    POUR LES PERIODES
     TERMINEES LES 30 JUIN              2006      2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Produits
     d'exploitation
    Résidentiel      Clients externes  1 879     1 878     3 727     3 718
                     Produits
                      intersectoriels     21        12        42        28
    -------------------------------------------------------------------------
                                       1 900     1 890     3 769     3 746
    -------------------------------------------------------------------------
    Entreprises      Clients externes  1 492     1 465     2 960     2 907
                     Produits
                      intersectoriels     38        34        79        70
    -------------------------------------------------------------------------
                                       1 530     1 499     3 039     2 977
    -------------------------------------------------------------------------
    Aliant           Clients externes    501       484     1 010       972
                     Produits
                      intersectoriels     33        34        69        70
    -------------------------------------------------------------------------
                                         534       518     1 079     1 042
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres activités
     de Bell Canada  Clients externes    416       424       852       857
                     Produits
                      intersectoriels     44        61        82       107
    -------------------------------------------------------------------------
                                         460       485       934       964
    -------------------------------------------------------------------------
    Elimination des produits
     intersectoriels - Bell Canada      (128)     (134)     (255)     (262)
    -------------------------------------------------------------------------
    Bell Canada                        4 296     4 258     8 566     8 467
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres activités
     de BCE          Clients externes    515       506       988       933
                     Produits
                      intersectoriels     54        54       105       102
    -------------------------------------------------------------------------
                                         569       560     1 093     1 035
    -------------------------------------------------------------------------
    Elimination des produits
     intersectoriels - Autres            (62)      (61)     (122)     (115)
    -------------------------------------------------------------------------
    Total des produits d'exploitation  4 803     4 757     9 537     9 387
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice d'exploitation
    Résidentiel                          510       552     1 013     1 078
    Entreprises                          199       221       404       461
    Aliant                               102        99       196       186
    Autres activités de Bell Canada       83       109       131       238
    -------------------------------------------------------------------------
    Bell Canada                          894       981     1 744     1 963
    Autres activités de BCE               86       106       143       167
    -------------------------------------------------------------------------
    Total du bénéfice d'exploitation     980     1 087     1 887     2 130
    Autres produits (charges)            (32)       19       (39)       27
    Intérêts débiteurs                  (253)     (245)     (504)     (490)
    Impôts sur les bénéfices            (184)     (218)     (367)     (482)
    Part des actionnaires
     sans contrôle                       (52)      (73)     (105)     (136)
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice provenant des
     activités poursuivies               459       570       872     1 049
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    Note 4. Régimes d'avantages sociaux


Nous offrons des prestations de retraite et d'autres avantages postérieurs à l'emploi à presque tous nos employés. Ces avantages comprennent des régimes de retraite à prestations déterminées et des régimes de retraite à cotisations déterminées.



                                            TRIMESTRES           SEMESTRES
    POUR LES PERIODES
     TERMINEES LES 30 JUIN              2006      2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Prestations de retraite
      Charge au titre des régimes
       de retraite à prestations
       déterminées                       (90)      (58)     (181)     (114)
      Charge au titre des régimes
       de retraite à cotisations
       déterminées                        (9)       (5)      (18)      (12)
    Charge au titre des autres
     avantages sociaux futurs            (42)      (41)      (84)      (81)
    -------------------------------------------------------------------------
    Charge nette au titre des
     avantages sociaux                  (141)     (104)     (283)     (207)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    Le tableau ci-dessous présente les composantes de la charge au titre des
    régimes de retraite à prestations déterminées.


                                   TRIMESTRES                   SEMESTRES
                        REGIMES        AUTRES       REGIMES        AUTRES
                    DE RETRAITE       REGIMES   DE RETRAITE       REGIMES
   -------------------------------------------------------------------------
   POUR LES
    PERIODES
    TERMINEES
    LES 30 JUIN     2006   2005   2006   2005   2006   2005   2006   2005
   -------------------------------------------------------------------------
   Coût des
    prestations
    au titre des
    services rendus
    au cours de
    la période       (73)   (56)    (7)    (8)  (146)  (109)   (14)   (17)
   Frais d'intérêt
    liés à
    l'obligation au
    titre des
    prestations
    constituées     (213)  (219)   (28)   (28)  (427)  (438)   (55)   (55)
   Rendement prévu
    de l'actif
    des régimes      249    237      3      3    498    474      6      5
   Amortissement
    du coût des
    prestations au
    titre des
    services passés   (3)    (3)     2     (1)    (6)    (5)     3     (1)
   Amortissement
    des pertes
    actuarielles
    nettes           (49)   (25)    (6)     -    (98)   (51)   (12)     -
   Amortissement de
    l'actif
    (l'obligation)
    transitoire        2      2     (6)    (7)     4      3    (12)   (13)
   (Augmentation)
    diminution de
    la provision
    pour moins-value  (3)     6      -      -     (6)    12      -      -
   -------------------------------------------------------------------------
   Charge au titre
    des régimes de
    retraite à
    prestations
    déterminés       (90)   (58)   (42)   (41)  (181)  (114)   (84)   (81)
   -------------------------------------------------------------------------
   -------------------------------------------------------------------------



Nos cotisations aux régimes de retraite à prestations déterminées et à cotisations déterminées ainsi que les paiements versés aux bénéficiaires en vertu des autres régimes d'avantages sociaux futurs pour les employés sont présentés dans le tableau suivant.

                                   TRIMESTRES                   SEMESTRES
                        REGIMES        AUTRES       REGIMES        AUTRES
                    DE RETRAITE       REGIMES   DE RETRAITE       REGIMES
   -------------------------------------------------------------------------
   POUR LES
    PERIODES
    TERMINEES
    LES 30 JUIN     2006   2005   2006   2005   2006   2005   2006   2005
   -------------------------------------------------------------------------
   Aliant            (29)   (20)    (2)    (2)   (52)  (101)    (3)    (3)
   Bell Canada       (10)    (7)   (21)   (20)   (16)   (14)   (45)   (42)
   Bell Globemedia    (5)    (5)     -      -    (11)    (9)     -      -
   BCE Inc.           (2)    (2)     -      -     (4)    (4)     -      -
   -------------------------------------------------------------------------
   Total             (46)   (34)   (23)   (22)   (83)  (128)   (48)   (45)
   -------------------------------------------------------------------------
   Comprenant
    les éléments
    suivants :
     Cotisations
      aux régimes à
      prestations
      déterminées    (42)   (30)   (23)   (22)   (75)  (121)   (48)   (45)
     Cotisations aux
      régimes à
      cotisations
      déterminées     (4)    (4)     -      -     (8)    (7)     -      -
   -------------------------------------------------------------------------
   -------------------------------------------------------------------------


Subséquemment à l'achèvement des nouvelles évaluations actuarielles, nous prévoyons maintenant cotiser un montant d'environ 430 millions $ à nos régimes de retraite à prestations déterminées en 2006.

L'évaluation actuarielle du régime de retraite de Bell Canada au 31 décembre 2005, complétée en juin 2006, fait état d'un déficit de solvabilité totalisant 827 millions $ que nous nous sommes engagés à financer au cours des cinq prochains exercices, et ce dès 2006. Ce montant s'ajoute au financement annuel du coût des prestations au titre des services rendus au cours de la période, qui s'élève à 180 millions $.

Les évaluations actuarielles des régimes de retraite d'Aliant au 31 décembre 2005, effectuées en juin 2006, font état d'un déficit de solvabilité totalisant 210 millions $ que nous nous sommes engagés à financer au cours des cinq prochains exercices, ainsi que d'un déficit de continuité totalisant 166 millions $ que nous nous sommes engagés à financer au cours des quinze prochains exercices. Ce montant s'ajoute au financement des déficits de solvabilité établis au cours des exercices précédents et au financement annuel du coût des prestations au titre des services rendus au cours de la période, qui s'élève à 36 millions $.

Le 28 juillet 2006, les administrateurs du régime de retraite de Bell Canada ont acquis 14,9 millions d'actions de Corporation Nortel Networks et 25 millions d'actions de CGI que nous détenions, pour une valeur de marché totale de 201 millions $. L'acquisition réduit nos cotisations en espèces en 2006.

    Note 5. Frais de restructuration et autres éléments



    POUR LES PERIODES                       TRIMESTRES           SEMESTRES
     TERMINEES LES 30 JUIN              2006      2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Frais de restructuration             (40)       (5)      (98)       (1)
    Autres frais                         (10)        -       (40)        -
    -------------------------------------------------------------------------
    Frais de restructuration et
     autres éléments                     (50)       (5)     (138)       (1)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    FRAIS DE RESTRUCTURATION


Les frais de restructuration de 40 millions $ enregistrés au deuxième trimestre de 2006 et de 98 millions $ depuis le début de l'exercice 2006 consistent principalement en :

    - des charges avant impôts pour Bell Canada et BCE d'un montant de
    20 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et de 65 millions $ depuis
    le début de l'exercice 2006, relatives à des mesures de restructuration
    visant le départ involontaire d'environ 300 employés au cours du
    deuxième trimestre et de 1 200 employés depuis le début de l'exercice
    - des charges avant impôts pour Aliant d'un montant de 9 millions $ au
    deuxième trimestre et depuis le début de l'exercice 2006, relatives à
    des mesures de restructuration visant le départ d'environ 30 employés
    - des charges avant impôts pour Bell Canada d'un montant de 11 millions $
    au deuxième trimestre de 2006 et de 24 millions $ depuis le début de
    l'exercice 2006, relatives à la réinstallation d'employés et à la
    fermeture de locaux rendus inutiles par suite de la réduction des
    effectifs découlant de nos mesures de restructuration.


Le tableau suivant présente un sommaire des frais constatés au premier semestre de 2006 de même que le passif correspondant au 30 juin 2006.

                                                                   DONNEES
                                       BELL CANADA                   CONSO-
                                            ET BCE      ALIANT      LIDEES
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde inclus dans le poste
     créditeurs et charges à payer
     au 31 décembre 2005                        52          13          65
    Frais de restructuration(1)                 61           9          70
    Moins :
      Versements en espèces(1)                 (51)        (10)        (61)
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde inclus dans le poste
     créditeurs et charges à payer
     au 30 juin 2006                            62          12          74
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Exclut les montants liés à la fermeture de locaux et la charge nette
        au titre des avantages sociaux.


    AUTRES FRAIS


Les autres frais, d'un montant de 10 millions $ au deuxième trimestre de 2006 et de 40 millions $ depuis le début de l'exercice 2006, sont principalement liés aux coûts d'opération découlant de la formation de Bell Aliant. Du total des coûts d'opération, un montant de 21 millions $ a été payé au cours du deuxième trimestre de 2006, alors qu'un montant de 43 millions $ a été payé depuis le début de l'exercice 2006; ces montants sont reflétés à titre de flux de trésorerie affectés aux activités d'investissement dans les états des flux de trésorerie.

Ces coûts d'opération sont principalement liés à la convention de placement et aux honoraires professionnels et de conseil. La clôture de l'opération ayant eu lieu le 7 juillet 2006, des coûts supplémentaires d'environ 85 millions $ découlant de la formation de Bell Aliant seront engagés au troisième trimestre de 2006.

    Note 6. Autres produits (charges)



    POUR LES PERIODES                       TRIMESTRES           SEMESTRES
     TERMINEES LES 30 JUIN              2006      2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Gains nets sur placements              -        32         2        34
    Intérêts créditeurs                    8         3        20         9
    Prime au remboursement anticipé
     de la dette d'Aliant                (40)        -       (40)        -
    Autres                                 -       (16)      (21)      (16)
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres produits (charges)            (32)       19       (39)       27
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    PRIME AU REMBOURSEMENT ANTICIPE DE LA DETTE D'ALIANT


Le 30 juin 2006, dans le cadre de la formation de Bell Aliant, Aliant a annoncé le remboursement anticipé de la totalité de ses obligations hypothécaires de premier rang à 10,75 % de série T en circulation et, le 4 juillet 2006, le remboursement anticipé de la totalité de ses obligations hypothécaires de premier rang à 11,4 % de série V en circulation. Au deuxième trimestre de 2006, une prime d'un montant de 40 millions $ a été inscrite au poste Autres produits (charges) relativement à ces remboursements; une tranche de 30 millions $ de ce montant a été versée.

Le 4 juillet 2006, Aliant a également racheté la totalité des effets en circulation suivants : débentures à 8,30 % de série 2, débentures à 9,70 % de série 4, débentures à 9,05 % de série 5, obligations hypothécaires de premier rang à 10,60 % de série T, obligations hypothécaires de premier rang à 11,15 % de série U, obligations hypothécaires de premier rang à 9,77 % de série V et obligations hypothécaires de premier rang à 8,76 % de série W. Une prime de 82 millions $ sera comptabilisée au titre de ces rachats au troisième trimestre de 2006.

GAINS NETS SUR PLACEMENTS

En 2005, les gains nets sur placements, lesquels totalisaient 32 millions $ pour le deuxième trimestre et 34 millions $ depuis le début de l'exercice, comprenaient :

    - un gain sur dilution de 39 millions $ relativement à notre
    participation dans TerreStar Networks Inc., une entreprise de services
    sans fil par satellite
    - une réduction de valeur de 7 millions $ du placement de Bell Globemedia
    Inc. (Bell Globemedia) dans TQS Inc.

    Note 7. Activités abandonnées


                                            TRIMESTRES           SEMESTRES
    POUR LES PERIODES
     TERMINEES LES 30 JUIN              2006      2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    CGI                                  (17)       11        63        23
    Bell Canada International Inc.
     (BCI)                                52                  52
    Emergis Inc. (Emergis)                 -         -         1         -
    -------------------------------------------------------------------------
    Gain net découlant des activités
     abandonnées                          35        11       116        23
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    Le tableau suivant présente un état sommaire des résultats relatifs aux
activités abandonnées.


                                            TRIMESTRES           SEMESTRES
    POUR LES PERIODES
     TERMINEES LES 30 JUIN              2006      2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Produits                               -       223        34       452
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice découlant des activités
     abandonnées, avant impôts             -        14         2        36
    Gain (perte) découlant des
     activités abandonnées,
     avant impôts                         35         -       115        (1)
    Charge d'impôts sur le
     gain d'exploitation                   -        (3)       (1)      (12)
    -------------------------------------------------------------------------
    Gain net découlant des activités
     abandonnées                          35        11       116        23
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    Le tableau suivant présente un résumé des flux de trésorerie liés aux
activités abandonnées.


                                            TRIMESTRES           SEMESTRES
    POUR LES PERIODES
     TERMINEES LES 30 JUIN              2006      2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux
     activités d'exploitation             (1)       48       (81)       70
    Flux de trésorerie liés aux
     activités d'investissement           69        (8)      917        (9)
    Flux de trésorerie liés aux
     activités de financement              -       (36)        -       (80)
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux
     activités abandonnées                68         4       836       (19)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    CGI


Le 12 janvier 2006, CGI a acheté 100 millions de ses actions de catégorie A que nous détenions, et nous avons réalisé un produit net total de 849 millions $. Le produit a été contrebalancé par la déconsolidation de l'encaisse disponible de CGI de 81 millions $. Le gain découlant de la cession s'est chiffré à 79 millions $.

Le 6 avril 2006, nous avons procédé à l'exercice de nos bons de souscription de CGI afin d'acquérir des actions de catégorie A au coût de 21 millions $. De plus, nous avons enregistré une perte de 17 millions $ au deuxième trimestre de 2006, ce qui représente une réduction de valeur de notre placement résiduel dans CGI (lequel est disponible à la vente) à la juste valeur de marché selon le cours de l'action de CGI au 30 juin 2006. Au 30 juin 2006, notre participation dans CGI s'établissait à 9,27 %.

BCI

En juin 2006, BCE a versé à BCI un montant visant à remplir son obligation de 61 millions $ relativement à l'opération de monétisation des pertes fiscales de BCI. Le montant résiduel de l'obligation, qui s'élève à 26 millions $, sera réglé en 2012. De plus, dans le cadre de son processus de liquidation, BCI a versé à BCE un remboursement de capital de 156 millions $, sur lequel nous avons enregistré un gain de 52 millions $.

    Note 8. Dette à long terme

    BELL GLOBEMEDIA


Au premier trimestre de 2006, Bell Globemedia a remboursé 190 millions $ de sa dette et a émis pour 1 095 millions $ de nouveaux titres d'emprunt. Le produit de l'emprunt a principalement servi à financer un remboursement de capital à ses actionnaires, dont une tranche de 279 millions $ versée à The Woodbridge Company Limited et à une société affiliée, par suite de l'annonce par BCE Inc., le 2 décembre 2005, visant la diminution de sa participation dans Bell Globemedia à 20 %. Le 21 juillet 2006, la réorganisation proposée a été approuvée par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), sous réserve de l'obtention des approbations réglementaires du Commissaire de la concurrence (Canada) et des autres approbations habituelles.

Note 9. Capital-actions

Le 1er février 2006, BCE Inc. a annoncé son plan visant à racheter 5 % de ses actions ordinaires en circulation dans le cadre d'une offre publique de rachat dans le cours normal des activités. Au 30 juin 2006, BCE Inc. avait procédé au rachat et à l'annulation d'un total de 36 millions d'actions ordinaires, ce qui représente environ 78 % de la totalité des actions ordinaires visées par l'offre de rachat, pour un décaissement total de 994 millions $. Le nombre total d'actions ordinaires visées par l'offre de rachat sera ajusté et passera de 46 à 45 millions, en raison de l'arrangement conclu par BCE Inc. le 10 juillet 2006.

Du montant total, une tranche de 653 millions $ représentant le capital déclaré est venue réduire la valeur totale des actions ordinaires, alors qu'une tranche de 41 millions $ est venue réduire le surplus d'apport attribuable à ces actions ordinaires.

Le montant résiduel de 300 millions $, qui a fait augmenter le déficit, représente l'excédent du prix d'acquisition sur le capital déclaré et le surplus d'apport des actions ordinaires annulées.

Au 30 juin 2006, BCE Inc. comptait 891,4 millions d'actions ordinaires émises et en circulation. Par suite de la réduction du nombre d'actions ordinaires de BCE Inc. du 10 juillet 2006, le nombre total d'actions ordinaires de BCE Inc. émises et en circulation à cette date était de 815,6 millions.

    Note 10. Régime de rémunération à base d'actions

    UNITES D'ACTIONS RESTREINTES

    Le tableau suivant résume la situation des unités d'actions restreintes.


                                                           NOMBRE D'UNITES
                                                                 D'ACTIONS
                                                               RESTREINTES
    -------------------------------------------------------------------------
    En circulation le 1er janvier 2006                           2 520 781
    Octroyées                                                    2 651 957
    Dividendes crédités                                             29 188
    Paiements                                                   (2 542 451)
    -------------------------------------------------------------------------
    En circulation le 30 juin 2006                               2 659 475
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------



Pour le trimestre et le semestre terminés le 30 juin 2006, nous avons inscrit une charge de rémunération liée aux unités d'actions restreintes de 5 millions $ et de 15 millions $, respectivement. Pour le trimestre et le semestre terminés le 30 juin 2005, nous avons inscrit une charge de rémunération liée aux unités d'actions restreintes de 3 millions $ et de 12 millions $, respectivement. Au cours du deuxième trimestre de 2006, BCE a octroyé 2 651 957 unités d'actions restreintes pour la période de rendement qui prendra fin le 31 décembre 2007.

OPTIONS SUR ACTIONS

    Le tableau suivant résume la situation des régimes d'options sur actions
de BCE Inc.


                                                                      PRIX
                                                                D'EXERCICE
                                                        NOMBRE       MOYEN
                                                     D'ACTIONS     PONDERE
    -------------------------------------------------------------------------
    En cours le 1er janvier 2006                    27 342 735          32 $
    Octroyées                                          132 200          28 $
    Exercées                                           (97 343)         16 $
    Expirées/déchues                                (1 275 135)         32 $
    -------------------------------------------------------------------------
    En cours le 30 juin 2006                        26 102 457          32 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Pouvant être exercées le 30 juin 2006           18 194 102          34 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    HYPOTHESES UTILISEES DANS LE MODELE D'EVALUATION DU PRIX DES OPTIONS


Le tableau suivant présente les hypothèses utilisées pour établir la charge liée aux options sur actions à l'aide du modèle d'évaluation du prix des options de Black et Scholes.


                                                TRIMESTRES SEMESTRES
    POUR LES PERIODES
     TERMINEES LES 30 JUIN              2006      2005      2006      2005
    -------------------------------------------------------------------------
    Charge de rémunération
     (en millions $)                       4         5         7        11
    Nombre d'options sur
     actions octroyées                     -   235 700   132 200   713 224
    Juste valeur moyenne pondérée
     par option octroyée (en $)            -         4         2         3
    Hypothèses moyennes pondérées
      Rendement des actions                -       4,5 %     4,3 %     4,5 %
      Volatilité prévue                    -        19 %      17 %      23 %
      Taux d'intérêt sans risque           -       3,6 %     4,0 %     3,4 %
      Durée prévue (en année)              -       3,5       3,5       3,5
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    >>

    Note 11. Engagements et éventualités

    ENGAGEMENT EN VERTU DU MECANISME DU COMPTE DE REPORT DU CRTC


Le 16 février 2006, le CRTC a publié la Décision de télécom 2006-9, dans laquelle les soldes cumulés et les engagements futurs annualisés au titre du compte de report des entreprises de services locaux titulaires sont estimés au 31 mai 2006. Bell Canada estimait à 479,3 millions $ le solde cumulé de son compte de report au 31 mai 2006, avec un engagement futur annualisé d'environ 81,9 millions $. Au 31 mai 2006, le solde cumulé du compte de report d'Aliant était estimé à 8,2 millions $, sans aucun engagement futur annualisé. Ni Aliant ni Bell Canada ne peut finaliser son estimation des soldes au titre du compte de report, car l'issue de certaines démarches réglementaires en cours est inconnue.

Dans la Décision de télécom 2006-9, le CRTC a ordonné ce qui suit en vue d'utiliser complètement les soldes accumulés dans les comptes de report :

    - Le CRTC a d'abord ordonné à toutes les entreprises de services locaux
    titulaires (ESLT) d'affecter au moins 5 % du solde accumulé dans leur
    compte de report à l'amélioration de l'accessibilité des personnes
    handicapées aux services de télécommunications
    - Quant à la tranche restante de 95 % des fonds dans le compte de report,
    le CRTC a mentionné les investissements dans les services à large bande
    et les rabais aux abonnés. Le CRTC a conclu que chaque ESLT pourrait
    utiliser les fonds de son compte de report pour financer des
    initiatives visant à étendre les services à large bande aux
    collectivités rurales et éloignées. Les ESLT qui choisissent d'investir
    dans les services à large bande sont tenues de déposer une proposition
    auprès du CRTC au plus tard le 1er septembre 2006, en vue d'obtenir
    l'approbation des fonds à prélever de leurs comptes de report aux fins
    des dépenses admissibles. Si une ESLT choisit de ne pas investir dans
    l'expansion des services à large bande, ou qu'elle investit dans une
    telle expansion mais qu'il reste encore des fonds dans son compte de
    report, ces fonds seront remis sous forme de rabais aux abonnés du
    service local de résidence des ESLT dans les zones autres que les zones
    de desserte à coût élevé.


La Décision de télécom 2006-9 indiquait également que les obligations futures annuelles au titre du compte de report des ESLT doivent être éliminées au moyen de réductions des tarifs mensuels applicables aux services locaux de base et aux services optionnels fournis aux clients résidentiels dans les zones autres que les zones de desserte à coût élevé. Bell Canada et certaines autres ESLT ont déposé leurs propositions tarifaires le 15 mai 2006, lesquelles ont été mises en oeuvre le 1er juin 2006. Dans la proposition de Bell Canada, une tranche d'environ 67,9 millions $ de son engagement futur annualisé est éliminée. Bell Canada estime que l'incidence des démarches réglementaires en cours pourrait venir absorber le montant restant de l'engagement annualisé. Au 31 mai 2006, l'engagement futur annualisé estimatif d'Aliant était négatif, ce qui élimine le besoin de réduire les tarifs mensuels. La Décision de télécom 2006-9 indique également que la prolongation de la deuxième période de plafonnement des prix jusqu'au 31 mai 2007 entraînera une obligation annuelle additionnelle au titre du compte de report. L'incidence de cet ajout sur l'engagement annualisé dépend également de l'issue des démarches en cours.

L'obligation au titre du compte de report variera à mesure que des montants seront ajoutés au compte ou que le CRTC approuvera des initiatives servant à réduire l'obligation au titre du compte de report, et les montants résiduels des comptes de report porteront intérêt au coût annuel du crédit à court terme assumé par les ESLT, jusqu'au moment de leur utilisation.

Le 17 mars 2006, Bell Canada a demandé à la Cour d'appel fédérale l'autorisation d'en appeler de cette décision, dans la mesure où elle exige que Bell Canada accorde des rabais relativement aux tarifs que le CRTC avait déterminés en 2003. Une demande d'autorisation d'en appeler de plus grande portée a également été déposée pour le compte de groupes de consommateurs. Le 16 mai 2006, Barrett Xplore Inc., un fournisseur de services sans fil à large bande, a par ailleurs demandé au gouverneur en conseil de renverser la décision du CRTC concernant l'utilisation, par les ESLT, des fonds des comptes de report pour accroître l'accessibilité aux services à large bande. Le 2 juin 2006, la même entreprise a demandé au CRTC de réviser et de modifier la Décision de télécom 2006-9.

En raison de la nature et du nombre d'incertitudes qui demeurent relativement à l'utilisation des soldes cumulés du compte de report, nous ne sommes pour l'instant pas en mesure d'estimer l'incidence qu'aura la décision du CRTC sur nos résultats financiers.

    EVENEMENTS RECENTS CONCERNANT LES LITIGES

    Recours collectif présumé relativement aux frais pour paiement tardif
    facturés par Bell Canada et Bell Mobilité Inc. (Bell Mobilité)


Le 27 juin 2006, une requête visant à obtenir l'autorisation d'exercer un recours collectif au Québec a été signifiée à Bell Canada et à Bell Mobilité. La poursuite a été déposée au nom de toutes les personnes physiques et sociétés au Canada auxquelles ont été facturés des frais pour paiement tardif par Bell Canada et Bell Mobilité, malgré le fait que ces clients allèguent avoir payé les sommes dues à Bell Canada et à Bell Mobilité auprès d'une institution financière, par Internet, par téléphone ou par chèque, en respectant la date d'échéance indiquée sur leur facture, ou qui ont subi des dommages découlant du fait qu'elles allèguent avoir acquitté le paiement avant la date d'échéance, ou encore qui allèguent avoir été facturés, dans le cas des résidents du Québec, à un taux d'intérêt supérieur au taux prévu par la loi. L'exercice du recours collectif n'a pas encore été autorisé.

Par cette requête, les demandeurs cherchent à obtenir une ordonnance établissant que Bell Canada et Bell Mobilité doivent rembourser aux membres du recours collectif tous les frais pour paiement tardif. En plus du remboursement de ces montants, si le recours collectif est autorisé, les demandeurs chercheront également à obtenir de Bell Canada et de Bell Mobilité le paiement de dommages-intérêts et de dommages-intérêts exemplaires. Bell Canada et Bell Mobilité ont l'intention de défendre vigoureusement leur position. Selon les renseignements actuellement disponibles, il est impossible, pour la direction de Bell Canada tout comme pour celle de Bell Mobilité, de prédire l'issue de ce litige.

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 22:00
Dans le but de répondre au marché, HEVC Advance annonce des taux de redevance réduits, visant à encourager et faciliter l'adoption plus rapide de la norme HEVC/H.265 pour les appareils des prix les moins élevés BOSTON, 24 octobre 2017 /PRNewswire/...

à 19:01
LONDRES, October 24, 2017 /PRNewswire/ -- À partir de 7 ? par mois pour 500 Mo, utilisables dans 40 pays  Truphone, société basée à Londres qui révolutionne la technologie mobile à l'échelle mondiale, a annoncé aujourd'hui le lancement en France...

à 18:25
BARRIE, ON, le 23 oct. 2017 /CNW Telbec/ - La Source a annoncé aujourd'hui qu'elle élargissait le rappel des supports Nexxtech pour téléviseur qui avait été diffusé le 13 octobre 2017. Le rappel inclut maintenant : Les supports muraux à mouvement...

à 18:00
Ces nouveaux fonds négociés en bourse s'appuient sur la méthodologie Caixin Rayliant Smart Beta HONG KONG, 23 octobre 2017 /PRNewswire/ -- Premia Partners, société d'investissement hongkongaise axée sur les FNB et les solutions bêta intelligentes,...

à 18:00
Ces nouveaux fonds négociés en bourse s'appuient sur la méthodologie Caixin Rayliant Smart Beta HONG KONG, 23 octobre 2017 /CNW/ -- Premia Partners, société d'investissement hongkongaise axée sur les FNB et les solutions bêta intelligentes,...

à 16:06
Le volume des opérations Bitcoin de la Corée se classe premier au monde La capitalisation boursière du Bitcoin plafonne à environ 79 milliards de dollars, tandis que le volume des opérations a augmenté de 52 % par rapport à la semaine précédente....




Communiqué envoyé le 2 août 2006 à 16:33 et diffusé par :