Le Lézard

Mise en garde du Congrès international sur le SIDA : Les enfants des pays en développement se voient refuser le droit de se protéger eux-mêmes contre le VIH



LONDON, le 31 juillet /CNW/ -- Un organisme charitable demande avec instance la mise sur pied d'un plan

d'action en trois volets pour donner davantage de responsabilité aux

enfants

LONDON, le 31 juillet /CNW/ - Deux semaines à peine avant le XVIe Congrès international sur le SIDA, un nouveau rapport affirme que les jeunes des pays en développement sont mis en danger de contracter le VIH/sida en raison de facteurs hors de leur contrôle. Le sondage Circle of Hope de Plan International a révélé que des facteurs sociaux, économiques et même culturels les empêchent de se protéger eux-mêmes, même s'ils ont appris à reconnaître les facteurs de risque.

Plus de 20 000 représentants s'apprêtent à se réunir à Toronto à l'occasion du plus important forum international pour discuter de l'une des maladies les plus meurtrières dans le monde. Mettre un frein à la prolifération du VIH/sida est l'un des huit objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies.

Plan International affirme que bien que des progrès considérables aient été réalisés en ce qui a trait à l'éducation des enfants et des adolescents dans les pays en développement, cela ne suffit pas. Il existe un fossé persistant entre les messages de sécurité qui sont véhiculés et les réalités que vivent ces jeunes et qui les empêchent de mettre en pratique de telles mesures de protection.

L'organisme affirme qu'afin d'être vraiment efficaces à long terme, les programmes et les politiques de prévention relatifs au VIH portant sur les soins pour les enfants et les jeunes adultes doivent tenir compte des éléments suivants :

    <<
    -   les facteurs sociaux, économiques et culturels qui sous-tendent les
        comportements sexuels;
    -   les besoins prioritaires de la majorité des enfants dans la
        collectivité;
    -   la nécessité de faire jouer aux enfants un rôle actif dans la
        détermination des questions clés et des priorités et la mise en
?uvre
        des mesures appropriées.
    >>


Le rapport recommande que les décisionnaires et les intéressés abolissent les distinctions artificielles entre la prévention de la propagation du VIH, les soins prodigués aux personnes déjà infectées et les mesures visant à atténuer l'incidence de l'épidémie du sida dans les collectivités touchées. Plan International a souligné certaines conséquences des politiques actuelles :

    <<
    -   La plupart des jeunes filles dans les collectivités défavorisées
        n'ont pas la possibilité de se protéger au moyen de l'abstinence ou
        de l'utilisation de condoms. Les normes culturelles peuvent les
        forcer à adopter des pratiques non sécuritaires.
    -   Les garçons dans de nombreuses sociétés subissent une pression les
        poussant à prouver leur "masculinité" en étant abusifs avec les
        filles et en ayant des comportements sexuels à risque.
    -   Les jeunes dans de nombreux pays africains ont révélé à Plan que leur
        principal problème est la pauvreté. Les parents peuvent forcer les
        enfants à abandonner leurs études, à se marier très jeunes ou même à
        quitter le pays.
    >>


Renseignements généraux :

Les inquiétudes prioritaires mentionnées par les enfants et la réponse de Plan sont fortement influencées par la mesure dans laquelle chaque collectivité est touchée par le VIH. Dans les collectivités fortement atteintes, ces questions couvrent notamment la protection des enfants, le traitement des personnes infectées ainsi que le soutien social aux personnes dont le moyen de subsistance ou le développement est menacé par le VIH.

Dans les collectivités où les infections au VIH sont rares, les priorités des enfants peuvent ne pas être liées directement au VIH, mais plutôt aux conditions sociales qui les rendent vulnérables à une infection par le VIH.

Présent dans plus de 60 pays en Afrique, en Asie, en Europe et sur le continent américain, Plan a mis au point de nombreux projets sur le sida axés sur les jeunes.

Plan est un organisme international centré sur les enfants qui exerce ses activités dans 46 pays en développement, travaillant auprès des familles et de leurs collectivités. Fondé il y a plus de 60 ans, Plan n'a aucune affiliation religieuse, politique ou gouvernementale.

Rouleau B :

Spectacle de danse-théâtre dans le cadre d'une campagne de sensibilisation au sida de Plan au Kenya; frère et s?ur devenus orphelins; famille préparant un "album souvenir"; affiches de sensibilisation au sida; activités d'une campagne de Plan; Lake Victoria et démonstration sur l'utilisation d'un condom; garçons dans une classe de l'école secondaire Kenyan High School; réunion du groupe de femmes RUMA; Kenya; Hippo Nashon Honde; Youthlight Foundation; Malawi

Bande magnétoscopique avec son :

Felix, orphelin

Willies Mwandura, Plan (Malawi)

Justus Helekia, élève d'une école secondaire

Ezra O Anyango, Plan (Malawi)

Gladys Chika, groupe de femmes RUMA, Kenya

Tom Dunia Juliuz, travailleur de la campagne de sensibilisation au sida,

Kenya

Marie Staunton, directrice, Plan (Angleterre)

Joe Decosas, Plan (Afrique occidentale) (en français)

Renseignements sur la transmission :

DATE DE LA TRANSMISSION : LE MARDI 1ER AOÛT 2006

HEURE DE LA TRANSMISSION : DE 10 H À 10 H 30, HAE (DIFFUSION EN ROTATION)

HEURE DE LA TRANSMISSION : DE 13 H À 13 H 30, HAE (DIFFUSION EN ROTATION)

COORDONNÉES : BANDE C : IA 5(C)/TRANSPONDEUR 19/AUDIO 6,2 ET 6,8

LIAISON DESCENDANTE : 4080 (VERTICALE)

Possibilités d'entrevues :

Tom Miller, chef de la direction de Plan International, sera disponible pour des entrevues télévisées ou radiodiffusées. Veuillez communiquer avec l'équipe de relations avec les médias de Medialink pour obtenir de plus amples renseignements : Lisa Zlotnick au 212-812-7129 ou Craig Bonheur au 212-812-7181.


Communiqué envoyé le 31 juillet 2006 à 15:00 et diffusé par :