Le Lézard

Le Contrat social dans la région du Centre-du-Québec : des résultats impressionnants



MONTRÉAL, le 28 juillet /CNW/ -- MONTRÉAL, le 28 juillet /CNW Telbec/ - Initié l'an dernier dans les MRC de Nicolet-Yamaska et de Bécancour, le Contrat social, par le biais duquel les agriculteurs, sur une base libre et volontaire, autorisent les policiers de la Sûreté du Québec à éradiquer sans autre formalité les plants de marihuana sur leur propriété, connaît une expansion dans d'autres MRC de la région du Centre-du-Québec.

Avec un taux de réponse de près de 60 % depuis maintenant deux ans dans les MRC de Nicolet-Yamaska et Bécancour, le Contrat social est sans contredit une approche novatrice qui met en évidence, d'abord la concertation remarquable de différents organismes et ministères, mais aussi la détermination du milieu agricole de ces régions à démontrer sa désapprobation face à l'important phénomène de la culture de cannabis.

Repris pour la première fois cette année dans les MRC d'Arthabaska et de l'Érable, le concept du Contrat social fait l'unanimité auprès des différents intervenants : tous sont satisfaits des résultats obtenus. À ce jour, plus de 1 417 autorisations de propriétaires ont été obtenues, soit : 317 pour la MRC de l'Érable, et 1 100 pour la MRC d'Arthabaska.

Ainsi, pour ces quatre MRC où le concept de Contrat social a vu jour, c'est plus de 2000 agriculteurs qui ont signifié leurs intérêts au projet et qui soutiennent ainsi la Sûreté du Québec dans ses efforts constants de lutte contre la problématique des cultures de cannabis.

Dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la production de cannabis, rares sont les initiatives qui se sont soldées par un tel succès; surtout, lorsque l'on considère le fait que le recours au Contrat social se fait sans grande publicité. Cette initiative novatrice, issue des intervenants du milieu, est à ce point pertinente que les postes de la Sûreté du Québec de ces quatre MRC et l'Union des producteurs agricoles (UPA) sont régulièrement interpellés par les intervenants d'autres régions du Québec qui désirent s'informer à propos des modalités d'implantation du concept et de l'étendue du succès de celui-ci.

Il est important de se rappeler que ce projet de Contrat social s'inscrit dans une démarche d'ensemble entreprise il y a maintenant deux ans par la Sûreté du Québec du district Mauricie et du Centre-du-Québec, avec de nombreux partenaires pour lutter contre la production de cannabis.

Il est clair pour la Sûreté du Québec que les agriculteurs et l'UPA sont des partenaires incontournables et que leur soutien est un élément déterminant pour le succès des opérations d'éradication de plants de cannabis. Avec plus de 2 000 agriculteurs comme partenaires, la Sûreté dispose d'un important allié dans ses efforts pour contrer ce phénomène.

-%SU: LAW

-%RE: 38,39,69


Communiqué envoyé le 28 juillet 2006 à 15:58 et diffusé par :